Anesthesie caustique

978 vues

Publié le

brulures caustique

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
978
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
5
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Anesthesie caustique

  1. 1. BRULURES CAUSTIQUES DU TRACTUS DIGESTIF SUPERIEUR Dr A. DECLERCK Hôpital Saint-Louis
  2. 2. Introduction • Urgence potentiellement grave • Prise en charge médicochirurgicale de plusieurs mois : - Lésions initiales - Complications immédiates et secondaires - reconstruction ultérieure • Pronostic incertain
  3. 3. • Eau de Javel (oxydant)……....Estomac • Ammoniaque ………………..Hémorragies et lésions pulmonaires par voie aérienne • Bases fortes (Destop)………..Œsophage • Acides forts………………… Estomac • Rubigine : acide faible, puissant chélateur du calcium → hypo CA et troubles hémostase. Caractéristiques des lésions selon le produit ingéré ________________________________
  4. 4. Prise en charge initiale ________________________________ • Avant hospitalisation : - nature du produit, association médicamenteuse. - pas de sonde ni de lavage gastrique, pas d’« antidote ». - laver les téguments atteints. - asseoir le patient. - transfert en milieu adapté.
  5. 5. Prise en charge initiale (2) ________________________________ • PEC hospitalière : - bilan pré-op large - examen clinique : recherche perforation gastrique ou oesophagienne, corriger état de choc ou détresse respiratoire - RP et ASP (coupoles) - Urgence = endoscopie digestive sauf en cas de perforation
  6. 6. Critères clinico-biologiques de Gravité : ________________________________ • Ingestion Massive : Acide - Base Fort (> 150 ml) • Troubles de la Crase Sanguine • Acidose • Troubles Psychiques • Péritonite
  7. 7. Evaluation des lésions digestives = Fibroscopie oeso-gastro-duodénale Conditions de réalisation  En USI  3 heures < ingestion < 6 heures  En présence du chirurgien  Sans sédation  Aspiration efficace  Pas de rétro-vision  Exploration non exhaustive si dangereuse  Schéma détaillé des lésions  A renouveler selon le contexte
  8. 8. Stade 1: Pétéchies - Erythème Stade 2: Ulcérations 2a: linéaires ou rondes 2b: circulaires ou confluentes Stade 3: Nécrose 3a: localisée (en îlots) 3b: étendue Stade 4: Perforation Classification endoscopique des lésions Contractilité
  9. 9. Aspect congestif et hémorragique de l’oesophage Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : M. Lémann
  10. 10. Plages de nécrose oesophagienne Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : M. Lémann
  11. 11. Nécrose oesophagienne diffuse Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : JM Gornet
  12. 12. Nécrose gastrique partielle avec muqueuse congestive, hémorragique Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : M. Lémann
  13. 13. Nécrose gastrique étendue Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : JM Gornet
  14. 14. Evolution des lésions caustiques Cicatrisation sans séquelles Diffusion précoce de la nécrose aux organes de voisinage Perforation, hémorragie secondaires (21 jours) Sclérose cicatricielle (oesophage 3 mois, pharynx 6 mois) Distinction œsophage - estomac Risque de diffusion (œsophage) Risque de sténose (œsophage) Pouvoir de cicatrisation (estomac)
  15. 15. Attitude thérapeutique - Lésions oesophagiennes Stade 1 Stade 2a Stade 2b - Stade 3a Stade 3b Alimentation immédiate Jeun 8 j Jeun 21j NPT Oesophagectomie ± thoracotomie en urgence FOGD FOGD Guérison Sténose TOGD Jeun15 j Dilatation endoscopique 6ème sem. Bypass chirurgical 3ème mois Guérison Echec Fibroscopie trachéo- bronchiqueGuérison = 0 Guérison
  16. 16. Stade 1-2a Stade 2b - Stade 3a Stade 3b Attitude thérapeutique - Lésions gastriques Alimentation immédiate Jeun 8 j NPT FOGD Ulcérations Nécrose Jeun 15 j FOGD Sténose antrale TOGD Gastrectomie partielle 3ème mois Laparotomie exploratrice en urgence Jéjunostomie Gastrectomie totale Anastomose oeso-jéjunale ou oesophagectomie 21 j
  17. 17. Eau de javel diluée Examen : RAS FOGD « quand même » RAS – stade 1 Consultation Psychiatrique Observation 24 heures Observation 1
  18. 18. Présentation Drame - Agitation Asphyxie Produit concentré Eau de Javel, Destop, Acide chlorhydrique Examen Etat de choc, brûlures de l’oropharynx Dyspnée, contracture abdominale FOGD Nécrose oeso-gastrique diffuse Observation 2 Oeso-gastrectomie en urgence
  19. 19. Evaluation des lésions ORL • Lésions ORL chez 40 % des patients • Clinique = troubles déglutition, dysphonie, dyspnée laryngée. • Fibroscopie ORL lors de l’intubation, ou en post-opératoire si malade déjà intubé (pas d’extubation sans examen ORL). • Sanction = trachéotomie si brûlures importantes.
  20. 20. Evaluation des lésions trachéobronchiques • Atteinte par fausse route ou produit volatil • Si chirurgie prévue : réalisation impérative d’une fibroscopie trachéobronchique en pré-op. • L’atteinte respiratoire conditionne le pronostic immédiat. • 2 types lésions : - inhalation (lésions diffuses surtout droites) - diffusion depuis l’œsophage (paroi postérieure de la trachée, carène, BSG) • Si atteinte respiratoire = Contre-indication au stripping.
  21. 21. Oesophagectomie sans thoracotomie par stripping
  22. 22. Stripping de l’œsophage
  23. 23. Nécrose oeso-gastrique totale
  24. 24. Brûlure trachéo-bronchique par contiguïté Patch pulmonaire
  25. 25. Nécrose étagée du grêle
  26. 26. Exérèses élargies aux organes de voisinage • Conséquence d’ingestions massives de produits concentrés ou d’un retard dans la prise ne charge thérapeutique • L’extension de l’exérèse au duodéno-pancréas ne s’accompagne pas d’une mortalité prohibitive • Les limites raisonnables de l’exérèse sont les nécroses intestinales massives • L’extension secondaire de la brûlure après l’exérèse initiale est fréquente • Les exérèse coliques étendues compromettent la reconstruction œsophagienne
  27. 27. Particularités anesthésiques • Difficulté principale = abord trachéal - potentiellement difficile - estomac plein • Monitorage standard • Saignement modeste car hémostase spontanée par nécrose • Si diffusion +++ du caustique = grandes pertes liquidiennes du type « péritonite » • Antibioprophylaxie = C2G • Si KTC = à Droite • Analgésie post-op = PCA difficile car terrain psy +++
  28. 28. Complications post-opératoires • Respiratoires = atélectasies, pneumopathies infectieuses, épanchements pleuraux aériens ou liquidiens • Infectieuses = péritonite (fuite des sutures ou continuation du processus caustique), SIRS fréquent, pneumopathie, médiastinite • Nutritionnelles = nutrition par jéjunostomie, dénutrition fréquente lors de la reconstruction.
  29. 29. • 216 patients référés / 81 opérés (37,5%) – 52 résections (24% / 64%) • 45 œso-gastrectomies (20% / 86%) • 5 œso-gastrectomies élargies (2% / 9%) • 2 oeso-gastrectomies avec thoracotomie (1% / 4%) – 24 Jéjunostomies (11% / 30%) – 5 résections non réalisées (2% / 6%) Population 1996 - 2001
  30. 30. Sténose ulcérée de l’oesophage Lésions caustiquesLésions caustiques Photo : M. Lémann
  31. 31. Sténoses caustiques oesophagienne et antrale
  32. 32. Reconstruction œsophagienne Délai post-ingestion : 3 à 6 mois Bilan psychiatrique Examen ORL Coloscopie totale si âge > 65 ans Particularités de la préparation colique
  33. 33. Oesophagoplastie • Interposition rétrosternale d’estomac ou d’un greffon le plus souvent iléocolique droit (transplant isopéristaltique) • La valvule de Bauhin limite le reflux • Tunnellisation rétrosternale à la main • Anastomose colojéjunale ou cologastrique, anastomose iléotransverse, jéjunostomie.
  34. 34. Technique anesthésique • Terrain +++ (dénutrition) • Chirurgie digestive lourde standard • Monitorage invasif de la PA car compression des cavités cardiaques lors de la tunnellisation de la plastie • Analgésie post-opératoire +++ • Aspiration de la plastie • Complications respiratoires +++
  35. 35. Iléo-colopastie droite rétrosternale 1 4 3 1 5 2
  36. 36. TECHNIQUE OPERATOIRE
  37. 37. TECHNIQUE OPERATOIRE
  38. 38. TECHNIQUE OPERATOIRE
  39. 39. TECHNIQUE OPERATOIRE
  40. 40. TECHNIQUE OPERATOIRE
  41. 41. TECHNIQUE OPERATOIRE
  42. 42. Oesopharyngoplastie par transplant colique droit Le colon reconstitue la paroi pharyngée postérieure, la région rétrocricoïdienne et un sinus piriforme
  43. 43. PATIENTS • Janvier 1992 - décembre 2001 • 81 oeso-phagoplasties coliques • 32 Femmes / 49 Hommes ; âge médian: 33 ans ( 17-77 ans) • Délai médian post-ingestion : 5 mois (3 mois- 50 ans) • Pharyngoplastie associée à l’œsosphagoplastie n=34 (42 %) INDICATIONS DE REMPLACEMENT ŒSOPHAGIEN - Après œsophagectomie 57 patients (70%) n= )- Bypass de sténose œsophagienne 24 patients (30%) n= 24 (30%)
  44. 44. RESULTATS • Durée opératoire médiane: 5,5 heures (3-11 heures) • Transfusion de CG : n=25 patients (médiane = 2 j) • Séjour en USI: n=36 (45 %) durée médiane = 6 jours (2-74) • Réalimentation orale : n=66 délai médian =12 jours (5-75) • Durée médiane d’hospitalisation : 27,5 jours (17-115)
  45. 45. RESULTATS MEDICALES n=50 (60%) Pulmonaires: n=33 (40%) • Pneumopathie : n=24 (30%) • Epanchement pleural: n=10 (12%) • Pneumothorax: n=4 (5%) CHIRURGICALES n=43 (52%) • Fistule cervicale : n=23 (30%) – Résection manubrium (p=0.04) – Délai médian de survenue : 8 j (8-28j) – Durée médiane : 8j (5-45j) • Fistule intra-abdominale: n=8 (10%) • Nécrose du transplant : n=7 (10%) • Paralysie récurrentielle : n=2 (2.5%) COMPLICATIONS PRECOCES 64 patients (77%) Mortalité: 3 décès (4%) par nécrose de plastie (n=1) ou complications médicales Séjour en USI : 36 patients (44%) / durée médiane 8 j (2-115j)
  46. 46. RESULTATS • Sténose anastomotique: n=32 (41%) – ATCD de fistule cervicale : n=16 (50%) – Délai médian de survenue : 3 mois (2-24 mois) – Dilatation endoscopique : n=14 (44%) – Ré intervention : n=18 (56%) • Excès de longueur cervicale: n=6 (8%) • Reflux biliaire: n=2 (2,5%) COMPLICATIONS TARDIVES (sur 78 patients) 39 patients (50%)
  47. 47. RESULTATS • 65 patients (83%) en alimentation orale exclusive • 9 patients (12%) en alimentation orale et entérale de soutien • 59% des patients ont retrouvé ou dépassé le poids qu’ils avaient avant l’ingestion de caustique Suivi moyen 23 ± 23 mois (78 patients)
  48. 48. Sténoses cervicales après oesophagoplastie pour caustique Sténoses longues Fistule anastomotique Dilatation Fibrose sus-anastomotique Ischémie du transplant Résection anastomose Transplant libre ou pédiculé Sténoses annulaires
  49. 49. Sténose oeso-pharyngée par poursuite du processus cicatriciel Face Profil Sinus piriforme Anastomose oeso-iléale
  50. 50. Sténose ischémique de l’oesphagoplastie Sténose Anastomose cervicale
  51. 51. Sténose cervicale post-oesophagoplastie Transplant libre d’intestin grêle
  52. 52. Ascension d’oesophagoplastie par cervico-sterno-laparotomie 11 2 3 44
  53. 53. CONCLUSION • Délai de prise en charge = principal facteur pronostique • Endoscopie digestive = examen décisionnel • Exérèse = urgence • Décès surtout si brûlures trachéo-bronchiques associées • Traitement long et difficile • Reprise d’une alimentation normale pas toujours possible.

×