Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

déduction fiscale pour les assurance juridique

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 1 Publicité

déduction fiscale pour les assurance juridique

Télécharger pour lire hors ligne

La souscription d'une assurance protection juridique devrait bientôt offrir une réduction d'impôt. Un projet de loi a été déposé en ce sens, nous l'analysons en quelques lignes

La souscription d'une assurance protection juridique devrait bientôt offrir une réduction d'impôt. Un projet de loi a été déposé en ce sens, nous l'analysons en quelques lignes

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à déduction fiscale pour les assurance juridique (20)

Publicité

Plus par Jérôme Havet (20)

Plus récents (20)

Publicité

déduction fiscale pour les assurance juridique

  1. 1. 21Le journal du Médecin | 18 janvier 2019 | N° 2570 Gestion L ’assurance protection juridique est un complément évident de l’assurance automobile pour l’automobiliste prudent sait bien qu’il n’est pas à l’abri de se retrouver face à la justice à la suite d’un petit excès de vitesse ou d’alcool. Pour tous les autres problèmes, une assurance protection juri- dique plus générale s’impose. L’avantage fiscal Les assurances protection juridique bénéficient déjà d’un avantage fiscal puisqu’elles sont exemptées de la taxe sur les opérations d’assurance si elles répon- dent à certaines conditions. Le gouverne- ment considère que cet avantage n’est pas suffisant et entend le remplacer par une réduction de l’impôt des personnes phy- siques. En effet, si l’accès à la justice est pris en charge pour les plus démunis, il reste particulièrement coûteux pour les classes moyennes qui ne peuvent pas bénéficier du régime pro deo. Les primes d’assurance donneront donc désormais droit à une réduction d’impôt de 40 % plafonnée à 195 euros (indexable, soit 300 euros en 2019) si elles respectent un certain nombre de conditions similaires à celles qui exis- taient déjà par le passé. Il faudra ainsi que la prime soit payée personnelle- ment par le contribuable, ce qui exclut d’emblée les assurances collectives, et que le plafond d’intervention ne soit pas inférieur à 13.000 euros. Un projet qui fait débat Ce projet ne fait pas l’unanimité chez les avocats parce qu’il prévoit des seuils d’intervention forfaitaires par type de dossier. Un avocat qui ne respectera pas ces barèmes doit en informer son client qui devra prendre en charge la diffé- rence entre le montant forfaitairement pris en charge par l’assurance et les honoraires facturés. Il est en effet par- fois difficile d’évaluer le coût d’une procédure qui peut durer 15 ans. Celui qui sera tenté par la souscrip- tion d’une telle assurance et la déduc- tion fiscale qu’elle offre sera néanmoins attentif aux modalités du contrat d’as- surance. Il devra notamment vérifier si l’assurance prévoit ou non une fran- chise et quelles sont les limites offertes par l’assurance dans l’intervention des honoraires de l’avocat. Il faut aussi vérifier que les faits sont survenus à un moment où vous étiez déjà assurés. L’assureur refusera sou- vent d’intervenir si le litige prend sa source à un moment où vous n’étiez pas couvert. Certaines procédures, comme les divorces ou les litiges en matière de construction sont bien encadrées par votre contrat et soumises à des modali- tés spécifiques. L’assureur ne peut pas vous imposer en principe de choisir un avocat à votre place, c’est donc à vous de décider qui sera votre conseil. Méfiez-vous aussi des conseils prodi- gués par votre assureur protection juri- dique. Les assureurs disposent de ser- vices de médiation et de conseil qui vous rendront des avis gratuitement lorsqu’un conflit survient, votre assu- reur n’est néanmoins pas neutre et n’a pas forcément intérêt à s’engager dans une procédure judiciaire. Pensez à consulter ! Consulter un avocat reste la manière la plus efficace d’obtenir un avis impar- tial, d’autant plus que sa consultation est bien souvent prise en charge par votre assureur. En effet, et contraire- ment à ce que l’on pense, les avocats n’ont pas intérêt à entraîner leurs clients dans des procédures infruc- tueuses, parce qu’elles nuisent à leur réputation et n’ont pour seul effet que de leur faire perdre leurs clients. L’assurance protection juridique ne prendra pas en charge les dommages que vous auriez subis ou les montants auxquels vous seriez éventuellement condamnés au terme d’une procédure judiciaire. Ce sont d’autres types d’as- surances, comme l’assurance familiale, l’assurance incendie ou l’assurance automobile par exemple qui couvriront ces frais. Les procédures judiciaires sont parfois extrêmement longues et coûteuses, la possibilité d’avoir recours à l’assurance protection juridique est donc souvent la bienvenue, il serait dommage de renon- cer à une action alors que vous êtes en droit, pour le seul motif que vous ne souhaitez pas engager des frais de procé- dure ou que ceux-ci pourraient dépasser ce à quoi vous pourriez prétendre. Jérôme Havet, avocat Assurance juridique : la réduction d’impôt est possible Personne n’est à l’abri d’être un jour engagé dans une procédure judiciaire. Un voisin dérangeant, un animal domestique qui s’échappe et cause un accident, un fils un peu turbulent qui crée quelques troubles un soir de guindailles ou encore un fonctionnaire retors de l’administration fiscale qui ne vous lâche plus sont autant de cas qui pourraient un jour vous conduire devant la justice et vous contraindre d’avoir recours aux services d’un avocat dont les honoraires sont parfois élevés. Heureusement, il existe des assurances qui vous permettent de prendre en charge ces frais. ASSURANCE Consulter un avocat reste la manière la plus efficace d’obtenir un avis impartial, d’autant plus que sa consultation est bien souvent prise en charge par votre assureur. ©BelgaImage

×