Les traumatismes abdominaux

155 vues

Publié le

kjjlh

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
155
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les traumatismes abdominaux

  1. 1. Les traumatismes Abdominaux Introduction : Le TA intéresse la région située entre le diaphragme et le plancher pelvien On distingue les T ouvert : 30% des cas par agent vulnérant ou les armes blanches ou un empalement. Les T fermés :………de ……… : Les AVP, accidents de sports, chute d’un lieu élevé Le diagnostic des lésions abdominales soit être fait rapidement malgré l’existence d’autres lésions. Ce TA peut être isolé, mais il est fréquemment associé a un polytraumatisme (crânien, thoracique…) Le mécanisme peut être direct par écrasement ou bien compression de l’abdomen ou par décélération brutale avec lésion des lésions vasculaires, désinsertion ou dissection qui peut être grave Il peut exister des lésions abdominales lors d’une propagation d’une bombe (effet blast) Examen local : Le Dc clinique de l’atteinte viscérale est difficile à la phase précoce surtout chez un polytraumatisme Interrogatoire (s’il est conscient) :-les circonstances de l’accident -le type, le siège et l’horaire de l’accident L’existence de vomissement, syncope passagère Inspection : Des hématomes, ecchymoses Palpation : Douleur –défense ou contracture-hématome péri-rénal- TR : permet d’explorer le point le plus déclive, peut être douloureux et /ou comblé Examen des urines pratiqué a la recherche d’une hématurie témoin d’une contusion rénale ou lésion vésicale.
  2. 2. Examen général : Pouls, TA température, pâleur, agitation, sueur, tendance d’une syncopale Examen clinique initial : Est capital pour établir la gravité, il doit être complet Conduite à tenir : Prise en charge initiale importante : voie veineuse initiale, pouls , TA et l’évolution dans le temps ====cette situation permet de distinguer 2 cas selon que l’état hémodynamique est stable ou pas Hémodynamique instable===hémorragie importante ===laparotomie permettre de découvrir complètement les lésions abdominales. Le plus souvent le blessé est en état hémodynamique stable sous réanimation et l’évolution peut se faire vers la disparition des symptômes soit vers des complications : hémorragie intense ou perforation viscérale. Ceux sont des examens cliniques répétés joint aux données de l’imagerie qui décideront de l’attitude thérapeutique. Biologie : F.N.S, groupage ; hémostase, urée Imagerie : Télé thorax : (pneumothorax, hémothorax) Radio du bassin : fracture potentiellement hémorragique) et faisant suspecter un trauma urétral qui contre indique le sondage vésical ASP : (recherche des perforations) : peu d’intérêt à la recherche d’un pneumopéritoine Echographie abdominale : facile, non invasif peut se faire au lit du malade, systémique a la recherche d’un épanchement péritonéal Intérêt majeur en cas d’instabilité hémodynamique. Inconvénients : les lésions des organes creux sont rarement détecter, permet une surveillance de l’hémopéritoine, examen radiologue dépendant Scanner ; du corps entiers il permet de faire un bilan précis, rapide, objectif et complet.
  3. 3. Sa réalisation ne doit pas retarder un TrT urgent, il se fait chez un patient stable, avec surveillance d’un Mdc IL détecte avec précision un pneumopéritoine Exploration des gros VX (aorte, veines caves, sus hépatique...) Retro péritoine : rein, psoas, bassin Artériographie : demandé en cas d’instabilité hémodynamique persistante A la fois diagnostique et thérapeutique/ IRM : s’impose comme méthode de choix dans les lésions diaphragmatique traumatique, permet de visualiser directement le diaphragme et don contenu. Cœlioscopie : méthode de choix Ponction lavage du péritoine : PLP : sous anesthésie locale : 1/3sup de la ligne joignant l’ombilic au pubis, après sondage viscéral On introduit un cathéter dirigé vers la cavité pelvienne, on introduit 1L de sérum physiol et qu’on va le recueillir en suite par siphonage Résultat : Si le liquide qu’on recueille est clair : PLP (-) : pas d’hémorragie Rouge : hémopéritoine Rose====laboratoire==sup a 100000== hémorragie Il me reste 2 lignes, désolé

×