Hépatite Virale E
Epidémiologie
Histoire Naturelle
Jean-Marie Pé ron
Service d’Hé pato-Gastro-Enté rologie
Hô pital Purpan...
L’hépatite E dans le monde
• 1ère cause d’hépatite aiguë virale
• 20 millions d’infections par le VHE/an
• Epidémie New De...
Epidé miologie : distribution gé ographique
Epidé miologie : modalité s de
transmission
• Indirecte par ingestion d’eau contaminé e par les
excré ments humains (gé no...
Epidé miologie : modalité s de
transmission
• Transmission verticale materno-foetale
– Foetus contaminé par passage transp...
Epidé miologie : modalité s de
transmission (hé patite autochtone)
• Zoonose : ré servoir animal
– Porcs (sé ropré valence...
Epidé miologie : modalité s de
transmission
•

Withers et al. Am J Trop Hyg 2002 ; 66 : 384
– Etude amé ricaine (Caroline ...
Epidé miologie : modalité s de
transmission
•

Colson P et al. J Infect Dis 2010
– Ingestion de figatelli

•

Bouquet J et...
Génotypes 1 et 2 :
- grandes épidémies et cas sporadiques,
- pays en voie de développement,
- mode transmission : eau de b...
Adulte

Incubation de 40 jours

Asymptomatique : 2/3

Manifestations cliniques : 1/3

Phase prodromique de 3 à 7 jours

Ph...
VHE dans les selles
ALAT
VHE dans le foie
IgG anti-VHE

VHE dans le sang

0

contamination

3

4

7

9

semaines
VHE dans les selles
ALAT
VHE dans le foie
IgG anti-VHE

VHE dans le sang

100% à 3 ans

50 % à 14 ans
0

contamination

3
...
Excré tion du VHE
• L’ARN du VHE peut ê dé tecté dans les selles dè s la
tre
phase icté rique et persiste habituellement 1...
Diagnostic virologique
•

Diagnostic direct
– Dé tection du gé nome viral par « polymerase chain
reaction »
– Preuve de la...
Diagnostic virologique
• Diagnostic indirect : dé tection des anticorps
– Pré coces (IgM) :
• Sensibilité : 82 à 90%
• Spé...
Contexte clinique : hépatite aiguë
Sérum + selles
ARN VHE+ sérologie
PCR +
Hépatite E quel que soit
PCR les profils sérolo...
Hé patite E autochtone
• Epidé miologie
• Hé patites fulminantes
• Formes chroniques chez l’immunodé primé
• Formes neurol...
Hé patite E dans le sud-ouest :
Epidé miologie
62 patients consé cutifs de 2003 à 2007

Proportion Hom m e/Fem m e

Age mo...
Hé patite E dans le sud-ouest :
Epidé miologie

97% de cas autochtones !!!
Hé patite E dans le sud-ouest

• Gé notypes
– 55 dé terminations possibles
– Gé notype 3
• sous-type 3f +++

Nombre de pat...
Hé patite E dans le sud-ouest
Voyage en Inde
• Gé notypes Voyage sud-est asiatique
– 55 dé terminations possibles
– Gé not...
Pré valence des IgG anti-VHE
dans notre ré gion
• Chez les donneurs de sang
– Pré valence de 16,64 % (52,5 % tests nouvell...
Observatoire de l’ANGH
C Renou Francophones 2008

15%
(8/52 cas)

1

1

2
1

85%
(44/52 cas)

Guyane = 1 cas

1
5

1

1

1...
Comparaison à l’hé patite A
• 23 patients avec une hé patite E comparé s à 23
patients avec une hé patite A
• Age des pati...
Anatomo-Pathologie
• Forme cholestatique : 60%
• Cholangite et prolifé ration cholangiolaire
• Infiltrat polymorphe des es...
Hé patite E autochtone
• Epidé miologie
• Hé patites fulminantes
• Formes chroniques chez l’immunodé primé
• Formes neurol...
Expé rience toulousaine : formes fulminantes
Variables

Severe form

Mild form

Univariate

(encephalopathy)

(no

analysi...
Hépatite aiguë E au cours des
hépatopathies chroniques

•
•
•
•

Jan 2008 à dec 2010
Région toulousaine
35 cas d’hépatite ...
Hépatite aiguë E au cours des
hépatopathies chroniques

•
•
•
•

Jan 2008 à dec 2010
Région toulousaine
35 cas d’hépatite ...
Hépatite aiguë E au cours des
hépatopathies chroniques
•
•
•
•
•

9 cas d’hépatopathie chronique
7 hommes
Age médian 47 an...
Hé patite E autochtone
• Epidé miologie
• Hé patites fulminantes
• Formes chroniques chez l’immunodé primé
• Formes neurol...
Chemotherapy

Autologus
bone marrow
transplantation

IU
1000

HEV RNA

HEV RNA

HEV RNA

HEV RNA

HEV RNA
negative

HEV RN...
Patients
•

Entre 01/01/2004 et 31/12/2008,

•

33 cas d’hé patite aiguë E (854 transplantations au total)
– Cytolyse hé p...
Ré sultats : pré sentation clinique
•
•
•
•

Pas de symptô mes : 17/27 (63%)
Asthé nie, arthralgies, myalgies
1 ictè re
Pa...
Ré sultats : é volution
•

Chez 11 patients (41%), disparition de la viré mie dans les 6
mois et jusqu’à la fin du suivi :...
Ré sultats : é volution des paramè tres
virologiques
•

Hé patite ré solutive : n = 11
– Viré mie né gative à 1 mois (n=7)...
Ré sultats : é volution des paramè tres
virologiques
•

Hé patite chronique : n = 16
– Tous viré miques > 6 mois
– 12 (75 ...
Ré sultats : é volution de l’histologie chez les
patients avec une hé patite chronique
-Augmentation du score de fibrose
-...
Ré sultats : é volution de l’histologie chez les
patients avec une hé patite chronique

Gé rolami NEJM 2008
Haagsma Liver ...
Hepatitis E virus in solid organs recipients
 Multicenter study: 17 centers in Europe and 1 in USA
 85 solid-organ-trans...
Hepatitis E virus in solid organs recipients Predictive
factors for chronic hepatitis
Multivariate analysis
Variables
At d...
85 pts with a FU > 6 months

29 cleared the virus within the 6
Months after diagnosis:

56 evolved to chronic hepatitis
(>...
Traitement de l’hépatite E chronique :
interféron-α

Kamar CID 2010
Traitement de l’hépatite E chronique :
ribavirine

Kamar N Gastroenterol 2010
Traitement de l’hépatite E chronique :
ribavirine
66% SVR

Kamar N Gastroenterol 2010
Traitement de l’hépatite E chronique :
ribavirine
100% SVR

+ 6 mois

Kamar N Données personnelles
Traitement de l’hépatite E chronique :
ribavirine

- 2 patients
- Pas de récidive à l’arrêt ( 2 et 3 mois de suivi)
Mallet...
Hé patite E chez des patients traité s pour des
hé mopathies malignes
•

Depuis 2003, tous les patients suivis en hé matol...
•

1 seul patient avait un ictè re, 5 asymptomatiques

•

Elé vation majeure des transaminases chez tous les patients :
AS...
Hé patite E aiguëchez les patients VIH + : USA
•

1985-2009 data des patients infecté s par le VIH (Vé té rans)

•

ALAT >...
Hé patite E aiguëchez les patients VIH + : USA
•
•
•

ALAT mé diane 440 (322-812), taux de CD4 mé dian 436 (239-627)
Taux ...
Hé patite E chronique chez le patient
infecté par le VIH

HEV PCR + 24 mois

- Taux de CD4 < 200
- Sérologie : pas fiable
...
Hé patite E chronique chez le patient infecté par le VIH

HEV PCR + 12 months

-CD4 cell count < 200 cells
-Serological te...
Hé patite E et SIDA : traitement d’une forme
chronique
1.0E+07

HEV plasma VL
HEV stool VL
CD4
ALT

1.0E+06

300

250

1.0...
Hépatite E et thrombopénie
•
•
•
•

3 patients
Génotype 3f
Thrombopénie < 10 000
Plaquettes normalisées à J12

Fourquet E ...
Hé patite E autochtone
• Epidé miologie
• Hé patites fulminantes
• Formes chroniques chez l’immunodé primé
• Formes neurol...
Hépatite E et formes neurologiques
• 126 patients avec une hépatite E aiguë ou chronique
• 2 centres hospitalo-universitai...
Hépatite E et formes neurologiques
• 126 patients avec une hépatite E aiguë ou chronique
• 2 centres hospitalo-universitai...
Hépatite E et formes neurologiques
• Régression complète des symptômes
– L’encéphalite
– 1 polyradiculonévrite
– Le Guilla...
Hépatite E et formes neurologiques
• Etude rétrospective française,
– 2006-2013
• 14 patients
– 6 mononeuropathies multipl...
Hépatite E et formes neurologiques
• Incidence de l’hépatite E aiguë au cours du
syndrome de Parsonnage et Turner
– Royal ...
Hé patite E autochtone
• Epidé miologie
• Hé patites fulminantes
• Formes chroniques chez l’immunodé primé
• Formes neurol...
Perspectives : vaccination

-

GSK, 3 doses, 0, 1 et 6 mois

-

1794 sujets,
- 898 dans le groupe vacciné
- 896 dans le gr...
Perspectives : vaccination
- Vaccin GSK abandonné

-

Vaccin chinois en production
- Etude randomisée
- 3 doses
- 56302 va...
Perspectives :
traitement de l’hépatite aiguë E
•

Premier patient,génotype 3
– Hépatite aiguë chez un patient de 79 ans, ...
Perspectives :
traitement de l’hépatite aiguë E
•

•

Premier patient,génotype 3
– Hépatite aiguë chez un patient de 79 an...
Perspectives :
traitement de l’hépatite aiguë E
• 4 patients génotype 1
– Hépatite aiguë E sur cirrhose
– Ribavirine 200 à...
Conclusion (1)
L’hé patite E en France :
1.

Est (presque) toujours d’origine autochtone (Gé notype 3)

2.

Survient chez ...
Conclusion (2)
Quand devez vous penser à l’hé patite E en France :
•

En premiè re intention devant toute hé patite aiguë
...
Service d’Hépato-Gastro-Entérologie
Hôpital Purpan
JM Péron
C Bureau
JP Vinel

Service de Néphrologie et
Transplantation
H...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Peron jm vhe 2014

1 413 vues

Publié le

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 413
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
38
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • NEVERTHELESS HEPATITIS E IS ESSENTIALLY AN INTERTROPICAL INFECTION.
    IN THIS AREA HEV IS THE AETIOLOGIC AGENT FOUND IN MORE THAN TWENTY FIVE PERCENT OF NON A B C HEPATITIS
  • Aucune technique de detection temps réelle avec d’autres virus
    Sensible et spcifique
  • Peron jm vhe 2014

    1. 1. Hépatite Virale E Epidémiologie Histoire Naturelle Jean-Marie Pé ron Service d’Hé pato-Gastro-Enté rologie Hô pital Purpan et INSERM U858 TOULOUSE
    2. 2. L’hépatite E dans le monde • 1ère cause d’hépatite aiguë virale • 20 millions d’infections par le VHE/an • Epidémie New Delhi 1955-56 : 29 000 cas symptomatiques WHO. Viral hepatitis. Oct 28, 2010 Indian J Med Res 1957
    3. 3. Epidé miologie : distribution gé ographique
    4. 4. Epidé miologie : modalité s de transmission • Indirecte par ingestion d’eau contaminé e par les excré ments humains (gé notypes 1 et 2) : – 106 à 108 particules virales/g de selles • Transmission de personne à personne faible : rareté des cas secondaires (0,7 à 2% vs 50 à 70% pour le VHA) • Les aliments ont un rô le secondaire (gé notypes 1 et 2) : coquillage et crudité s lavé es ou « rafraî chies »
    5. 5. Epidé miologie : modalité s de transmission • Transmission verticale materno-foetale – Foetus contaminé par passage transplacentaire au cours du troisiè me trimestre Morbidité et mortalité sé vè re pour l’enfant et la mè re Khuroo et al. J Viral Hepat 2009
    6. 6. Epidé miologie : modalité s de transmission (hé patite autochtone) • Zoonose : ré servoir animal – Porcs (sé ropré valence de 90% dans certains é levages) – Bovins, caprins, ovins, cervidé s – Rats – Lapins 1. Asymptomatiques 2. Uniquement gé notypes 3 et 4
    7. 7. Epidé miologie : modalité s de transmission • Withers et al. Am J Trop Hyg 2002 ; 66 : 384 – Etude amé ricaine (Caroline du Nord) – La pré valence des Ac anti VHE est 4,5X plus importante chez les ouvriers en contact avec des porcs (10,9% vs 2,4%) • Tei et al. Lancet 2003 ; 362 : 371 – Hé patite aiguëE chez 3 patients de la mê famille et un ami ayant me mangé du cerf cru – Mise en é vidence de l’ARN du virus dans la viande de cerf – Sé quences nuclé otidiques identiques • Renou et al. Emerg Infect Dis 2007 – Hé patite aiguë E chez un patient – Mise en é vidence de l’ARN du virus dans le sang du cochon de compagnie
    8. 8. Epidé miologie : modalité s de transmission • Colson P et al. J Infect Dis 2010 – Ingestion de figatelli • Bouquet J et al. Emerg Infect Dis 2011 ; 11 : 2018. – Analyse phylogé né tique – 106 patients franç ais atteints d’hé patite E sur 18 mois – 43 foies de porcs provenant d’abattoirs – Proportions • 73,8 % de sous types 3f Identique porc/humains • 13,4 % de sous types 3c • 4,7 % de sous types 3e – > 99% de similarité entre certaines sé quences virales provenant des porcs et retrouvé es chez les patients
    9. 9. Génotypes 1 et 2 : - grandes épidémies et cas sporadiques, - pays en voie de développement, - mode transmission : eau de boisson - hépatite d’importation Génotypes 3 et 4 : - cas sporadiques, - Pays industrialisés, - mode de transmission : ingestion de porc - hépatite autochtone
    10. 10. Adulte Incubation de 40 jours Asymptomatique : 2/3 Manifestations cliniques : 1/3 Phase prodromique de 3 à 7 jours Phase icté rique de 1 à 2 semaines Pas de formes chroniques chez l’immunocompé tent Hé patites sé vè res et fulminantes Mortalité de 0,5 à 4% pop gé né rale 10 à 42% femmes enceintes Personnes agé es Cirrhose
    11. 11. VHE dans les selles ALAT VHE dans le foie IgG anti-VHE VHE dans le sang 0 contamination 3 4 7 9 semaines
    12. 12. VHE dans les selles ALAT VHE dans le foie IgG anti-VHE VHE dans le sang 100% à 3 ans 50 % à 14 ans 0 contamination 3 4 7 9 semaines Chadha MS J Viral Hepat 1999 Khuroo MS Hepatol Intern 2010
    13. 13. Excré tion du VHE • L’ARN du VHE peut ê dé tecté dans les selles dè s la tre phase icté rique et persiste habituellement 10 jours à 1 mois • Administration à un volontaire : disparition de la viré mie 16 jours aprè s le dé but de l’ictè re Chauhan A Lancet 1993 • Viré mie de 45 jours à 112 jours exceptionnelles mais dé crites Nanda SK Gastroenterology 1995
    14. 14. Diagnostic virologique • Diagnostic direct – Dé tection du gé nome viral par « polymerase chain reaction » – Preuve de la pré sence virale dans le sang ou les selles – Dé tection de l’amplification du gé nome en temps ré el, principalement dans la ré gion ORF2 du gé nome la plus conservé e. 189 bp product Cap 28 MeT Y ORF 3 ORF 1 Pro 5’NCR Mansuy J Clin Virol 2009 P X Hel RdRp ORF 2 3’NCR An 5109 5147 7124
    15. 15. Diagnostic virologique • Diagnostic indirect : dé tection des anticorps – Pré coces (IgM) : • Sensibilité : 82 à 90% • Spé cificité : 99,5 à 100% Legrand-Abravanel Clin Vaccine Immunol 2009 – Tardifs (IgG) : • Sensibilité variable Mansuy J Clin Microbiol 2004 • Inté rê de la sé roconversion t
    16. 16. Contexte clinique : hépatite aiguë Sérum + selles ARN VHE+ sérologie PCR + Hépatite E quel que soit PCR les profils sérologiques Sérologie IgG/IgM par technique ELISA IgG +/IgM+ IgG +/IgM- IgG -/IgM+ Prélèvement retardé? Immunité Ancienne ? Faux positif? Refaire le prélèvement IgG -/IgMAutre cause? CNR VHE et J Izopet
    17. 17. Hé patite E autochtone • Epidé miologie • Hé patites fulminantes • Formes chroniques chez l’immunodé primé • Formes neurologiques • Vaccination, traitement
    18. 18. Hé patite E dans le sud-ouest : Epidé miologie 62 patients consé cutifs de 2003 à 2007 Proportion Hom m e/Fem m e Age moyen suivant le sexe 100% 90% 80% 70,00 21 NS 60,00 50,00 60% Femmes 50% Hommes 40% 30% 20% 10% 0% 41 Age 70% 57,86 54,78 47,85 40,00 30,00 20,00 10,00 0,00 F H H+F Sexe ou origine de contam ination Mansuy J Clin Virol 2009
    19. 19. Hé patite E dans le sud-ouest : Epidé miologie 97% de cas autochtones !!!
    20. 20. Hé patite E dans le sud-ouest • Gé notypes – 55 dé terminations possibles – Gé notype 3 • sous-type 3f +++ Nombre de patients en fonction des génotypes 1 1 3 1 4 3 3f 50
    21. 21. Hé patite E dans le sud-ouest Voyage en Inde • Gé notypes Voyage sud-est asiatique – 55 dé terminations possibles – Gé notype 3 • sous-type 3f +++ Nombre de patients en fonction des génotypes 1 1 3 1 4 3 3f 50
    22. 22. Pré valence des IgG anti-VHE dans notre ré gion • Chez les donneurs de sang – Pré valence de 16,64 % (52,5 % tests nouvelle gé né ration) Mansuy JM J Med Virol 2008 Mansuy JM Emer Inf Dis 2011 • Chez les transplanté s – Pré valence de 13,5 % – 14,5% chez les patients transplanté s du rein – 10,4% chez les patients transplanté s du foie • Chez les patients avec cirrhose – Pré valence de 20 %
    23. 23. Observatoire de l’ANGH C Renou Francophones 2008 15% (8/52 cas) 1 1 2 1 85% (44/52 cas) Guyane = 1 cas 1 5 1 1 1 10 2 1 12 1 1 1 9 1 Renou et al Aliment Pharmacol Ther 2008
    24. 24. Comparaison à l’hé patite A • 23 patients avec une hé patite E comparé s à 23 patients avec une hé patite A • Age des patients (54.4 ± 16.6 x N pour le VHE vs 24.5 ± 16.6 pour le VHA, p < 0.05) • Origine ethnique (100% d’europé ens pour le VHE vs 38% d’Afrique du Nord pour le VHA) • Ré cent voyage en dehors de l’Europe (13% dans le groupe VHE vs 55% dans le groupe VHA, p< 0.05). Pé ron JM, GCB 2006
    25. 25. Anatomo-Pathologie • Forme cholestatique : 60% • Cholangite et prolifé ration cholangiolaire • Infiltrat polymorphe des espaces portes et des lobules • Forme classique : 40% • Né crose hé patocytaire focale, ballonisation • Corps acidophiles, infiltrat inflammatoire lobulaire et portal Pé ron JM Virchows Archiv 2007
    26. 26. Hé patite E autochtone • Epidé miologie • Hé patites fulminantes • Formes chroniques chez l’immunodé primé • Formes neurologiques • Vaccination, traitement
    27. 27. Expé rience toulousaine : formes fulminantes Variables Severe form Mild form Univariate (encephalopathy) (no analysis encephalopathy) (n = 7) (n = 33) Age (Year) 65 ± 11 56 ± 18 NS Sex (M/F) 5/2 25/8 NS Active alcohol abuse 5/2 6/27 p = 0.04 Chronic liver disease (Yes/no) 6/1 4/29 p < 00005 Lengh of hospitalisation (Days) 21 ± 18 6±6 p < 0.0005 5/2 0/33 p < 0.0005 3181 ± 1512 1833 ± 1498 p = 0.037 3239 ± 2003 2498 ± 1855 NS 430 ± 217 650 ± 410 NS GT (11-60 IU/L) 207 ± 118 408 ± 258 p = 0.053 Bilirubin( mol/L) 350 ± 218 134 ± 107 p < 0.0005 Prothrombin index (%) 37 ± 16 78 ± 24 p < 0.0005 Accelerin (%) 56 ± 24 112 ± 41 p = 0.002 > 40g/day (Yes/no) Death (Yes/no) Aspartate transaminase AST* (< 35 IU/L) Alanine transaminase ALT* (< 45 IU/L) Alkaline phosphatase (100-280 IU/L) Mortalité si ECP : 71% Péron J Viral Hepat 2007
    28. 28. Hépatite aiguë E au cours des hépatopathies chroniques • • • • Jan 2008 à dec 2010 Région toulousaine 35 cas d’hépatite E Patients immunocompétents Péron JM et al J Hepatol 2011
    29. 29. Hépatite aiguë E au cours des hépatopathies chroniques • • • • Jan 2008 à dec 2010 Région toulousaine 35 cas d’hépatite E Patients immunocompétents 8 cas de cirrhose et 1 fibrose sévère (25%) Péron JM et al J Hepatol 2011
    30. 30. Hépatite aiguë E au cours des hépatopathies chroniques • • • • • 9 cas d’hépatopathie chronique 7 hommes Age médian 47 ans (36-79) Tous autochtones Génotypes : 3f 3 patients, 3c 1 patient • Ascite chez 4 patients, ECP chez 2 patients • Bilirubine médiane 127 µmol/l (29,6-704,4) • 3 patients DCD (33%) Péron JM et al J Hepatol 2011
    31. 31. Hé patite E autochtone • Epidé miologie • Hé patites fulminantes • Formes chroniques chez l’immunodé primé • Formes neurologiques • Vaccination, traitement
    32. 32. Chemotherapy Autologus bone marrow transplantation IU 1000 HEV RNA HEV RNA HEV RNA HEV RNA HEV RNA negative HEV RNA HEV RNA 10 mois 500 G-GT 250 ALT 100 02/09/04 28/07/04 25/05/04 11/05/04 05/02/04 26/01/04 24/11/03 18/11/03 22/10/03 23/08/03 28/08/03 01/09/03 25/09/03 0 18/12/03 29/12/03 AST Pé ron JM J Gastroenterol Hepatol 2006
    33. 33. Patients • Entre 01/01/2004 et 31/12/2008, • 33 cas d’hé patite aiguë E (854 transplantations au total) – Cytolyse hé patique – PCR VHE + dans le sé rum ou les selles • 27 patients ont un suivi > 6 mois • Les patients porteurs des virus B,C ou D é taient exclus Kamar NEJM 2008
    34. 34. Ré sultats : pré sentation clinique • • • • Pas de symptô mes : 17/27 (63%) Asthé nie, arthralgies, myalgies 1 ictè re Pas de fiè vre • Pas de voyage pendant l’anné e qui pré cè de le diagnostic • • • Cytolyse 2 X N Examen clinique normal Echographie hé patique normale
    35. 35. Ré sultats : é volution • Chez 11 patients (41%), disparition de la viré mie dans les 6 mois et jusqu’à la fin du suivi : 22 mois (6-56) Hépatite aiguë résolutive • Chez 16 patients (59%), persistance de la viré mie VHE et d’une é lé vation des transaminases avec un suivi de 27,5 mois (7-96) Hépatite E chronique
    36. 36. Ré sultats : é volution des paramè tres virologiques • Hé patite ré solutive : n = 11 – Viré mie né gative à 1 mois (n=7) ou 3 mois (n=4) – Sé rologie anti-VHE • IgG + au diagnostic : 2 patients (18%) • IgG + à 6 mois 5 patients (45,5% de sé roconversion) • Pas d’Ac chez 36,5% des patients
    37. 37. Ré sultats : é volution des paramè tres virologiques • Hé patite chronique : n = 16 – Tous viré miques > 6 mois – 12 (75 %) toujours viré miques à 22 mois (7-96) – 4 (25%) clairances virales à 14, 16, 22 et 23 mois : tous transplanté s du foie – Sé rologie anti-VHE • IgG + au diagnostic : 4 patients (25%) • IgG + à 6 mois 5 patients (31,25% de sé roconversion) : pas d’Ac chez 43,75% des patients • Au dernier suivi : 81,25% de sé roconversion
    38. 38. Ré sultats : é volution de l’histologie chez les patients avec une hé patite chronique -Augmentation du score de fibrose - Mé tavir : de 1 (1-2) à 2 (1-3) -3 patients ont dé veloppé une cirrhose : 2 DCD des complications de la cirrhose Kamar Am J Transplant 2008
    39. 39. Ré sultats : é volution de l’histologie chez les patients avec une hé patite chronique Gé rolami NEJM 2008 Haagsma Liver Transplant 2008 Haagsma Liver Transplant 2009 Pischke Liver Transplantation 2009
    40. 40. Hepatitis E virus in solid organs recipients  Multicenter study: 17 centers in Europe and 1 in USA  85 solid-organ-transplant patients  Toulouse (n= 52);  Groningen (The Netherlands, n=5);  Montpellier (n= 4);  Hannover (Germany, n=3);  Lyon (Edouard Herriot n=3);  Lille (n=3); Nice (n=2);  Necker (n=2); Saint Antoine (n=2);  Pitié Salpé triè re (n=2);  Royal Cornwall Hospital (UK, n=1);  Sioux Falls (USA, n=1);  Saint Luc Hospital (Belgium, n=1);  Limoges ( n=1); Dijon ( n=1);  Lyon Nord Croix Rousse ( n=1);  Paul Brousse (n=1).        Kidney (n= 47); Liver (n=26); Liver-kidney (n= 2); Kidney-pancreas (n=6); Islet (n=1); Heart (n=2); Lung (n=1); Kamar et al., Gastroenterology 2011
    41. 41. Hepatitis E virus in solid organs recipients Predictive factors for chronic hepatitis Multivariate analysis Variables At diagnosis OR CI95% P Platelet count (/mm3) Cyclosporin A / Tacrolimus 1.02 1.87 1.001–1.1 1.49–1.97 0.04 0.004 Kamar et al., Gastroenterology 2011
    42. 42. 85 pts with a FU > 6 months 29 cleared the virus within the 6 Months after diagnosis: 56 evolved to chronic hepatitis (> 6 months): Acute hepatitis E (34.1%) Chronic hepatitis E (65.9%) 18 were cleared of the virus after immunosuppressant dose reduction (32.1%) Kamar et al., Gastroenterology 2011
    43. 43. Traitement de l’hépatite E chronique : interféron-α Kamar CID 2010
    44. 44. Traitement de l’hépatite E chronique : ribavirine Kamar N Gastroenterol 2010
    45. 45. Traitement de l’hépatite E chronique : ribavirine 66% SVR Kamar N Gastroenterol 2010
    46. 46. Traitement de l’hépatite E chronique : ribavirine 100% SVR + 6 mois Kamar N Données personnelles
    47. 47. Traitement de l’hépatite E chronique : ribavirine - 2 patients - Pas de récidive à l’arrêt ( 2 et 3 mois de suivi) Mallet V Ann Intern Med 2010
    48. 48. Hé patite E chez des patients traité s pour des hé mopathies malignes • Depuis 2003, tous les patients suivis en hé matologie et pré sentant une cytolyse inexpliqué e • Recherche du VHE dans le sang et les selles par PCR et sé rologie (Abbott HEV EIA, Laboratoire Abbott, Rungis, France). Hé patite E diagnostiqué e chez 6 d’entre eux (Age mé dian : 46.5 ans). - 1 lymphome anaplasique à grandes cellules - 2 leucé mies aiguë myé loï des s - 2 lymphomes du manteau - 1 myé lome multiple Tavitian J Clin Virol 2010
    49. 49. • 1 seul patient avait un ictè re, 5 asymptomatiques • Elé vation majeure des transaminases chez tous les patients : ASAT 504 UI/L (110-2309), ALAT 672 UI/L (261-4273). • Ac dirigé s contre le VHE n’é taient pré sents que chez 2/6 patients. • Viré mie persistante au delà de 6 mois chez 3 patients (186, 270, 360 jours) mais clairance virale à terme chez tous les patients • Virus identique chez 2 patients, té moignant d’une transmission nosocomiale. Tavitian J Clin Virol 2010
    50. 50. Hé patite E aiguëchez les patients VIH + : USA • 1985-2009 data des patients infecté s par le VIH (Vé té rans) • ALAT > 5N • Sé rums pré levé s et congelé s lors de l’é lé vation des transaminases • Sé rologie : IgM , IgG (Diagnostics Systems, Nizhniy Novgorod, Russia) et PCR VHE • 4410 patients infecté s par le VIH, 458 (10%) avaient une é lé vation du taux d’ALAT • Sé rum disponible chez 42% Crum-Cianflone N et al Emerg Infect Dis 2012
    51. 51. Hé patite E aiguëchez les patients VIH + : USA • • • ALAT mé diane 440 (322-812), taux de CD4 mé dian 436 (239-627) Taux plasmatique mé dian HIV RNA 13,581 (762-71, 586) 28% des participants é taient sous traitement anti-viral • L’infection par le HEV é tait responsable de 4 % des é lé vations des transaminases • Aucune infection chronique Crum-Cianflone N et al Emerg Infect Dis 2012
    52. 52. Hé patite E chronique chez le patient infecté par le VIH HEV PCR + 24 mois - Taux de CD4 < 200 - Sérologie : pas fiable - Biopsie hépatique : cirrhose Dalton NEJM 2009
    53. 53. Hé patite E chronique chez le patient infecté par le VIH HEV PCR + 12 months -CD4 cell count < 200 cells -Serological testing unreliable -Liver stiffness 9 kPa (significant fibrosis) Colson J Clin Virol 2009
    54. 54. Hé patite E et SIDA : traitement d’une forme chronique 1.0E+07 HEV plasma VL HEV stool VL CD4 ALT 1.0E+06 300 250 1.0E+05 200 1.0E+04 150 1.0E+03 100 1.0E+02 1.0E+01 50 1.0E+00 0 July-07 Aug-07 Sept-07 Dec-08 Jan-09 Feb-09 Mar-09 Apr-09 May-09 Jun-09 Jul-09 Aug-09 Sept-09 Oct-09 Nov-09 Dec-09 Jan-10 Feb-10 Mar-10 Apr-10 May-10 Jun-10 Jul-10 Aug-10 Sept-10 Oct-10 Nov-10 Dec-10 Jan-11 HEV Viral Load (GEq/ml) 350 ALT (IU/L) and CD4 count (cells/mm3) 1.0E+08 135µg/week Peg α-interferon 135µg/week Peg α-interferon + 1000mg/day Ribavirin 135µg/week Peg α-interferon + 500mg/day Ribavirin Dalton et al Ann Intern Med 2011
    55. 55. Hépatite E et thrombopénie • • • • 3 patients Génotype 3f Thrombopénie < 10 000 Plaquettes normalisées à J12 Fourquet E J Clin Virol 2010
    56. 56. Hé patite E autochtone • Epidé miologie • Hé patites fulminantes • Formes chroniques chez l’immunodé primé • Formes neurologiques • Vaccination, traitement
    57. 57. Hépatite E et formes neurologiques • 126 patients avec une hépatite E aiguë ou chronique • 2 centres hospitalo-universitaires (Toulouse, Truro UK) • Complications neurologiques : 5,5% • • • • • 3 cas de polyradiculonévrite inflammatoire Un syndrome de Guillain Barré Une plexoradiculite brachiale bilatérale Une encéphalite Une ataxie et myopathie des ceintures Kamar N Emerg Infect Dis 2011
    58. 58. Hépatite E et formes neurologiques • 126 patients avec une hépatite E aiguë ou chronique • 2 centres hospitalo-universitaires (Toulouse, Truro UK) • Complications neurologiques : 5,5% • • • • • 1 cas de polyradiculonévrite inflammatoire Un syndrome de Guillain Barré Une plexoradiculite brachiale bilatérale Une encéphalite Immunocompétent Une ataxie et myopathie des ceintures Kamar N Emerg Infect Dis 2011
    59. 59. Hépatite E et formes neurologiques • Régression complète des symptômes – L’encéphalite – 1 polyradiculonévrite – Le Guillain Barré • Amélioration, mais persistance d’un déficit – 2 polyradiculonévrites – La plexoradiculite brachiale bilatérale • Décès – L’ataxie et myopathie des ceintures Kamar N Emerg Infect Dis 2011
    60. 60. Hépatite E et formes neurologiques • Etude rétrospective française, – 2006-2013 • 14 patients – 6 mononeuropathies multiples ou polyneuropathies – 3 syndromes de Parsonnage Turner – 3 méningoradiculites – 2 syndrome de Guillain Barré Perrin et al. JFHOD 2014
    61. 61. Hépatite E et formes neurologiques • Incidence de l’hépatite E aiguë au cours du syndrome de Parsonnage et Turner – Royal Cornwall hospital UK, Radboud University Nijmegen MC, Pays Bas – 10 % : 5/47 patients • Incidence de l’hépatite aiguë E au cours du syndrome de Guillain Barré – Royal Cornwall hospital UK, Radboud University Nijmegen MC, Pays Bas – 5% : 10/201 patients SD Pas, AASLD 2013 abstract 66 RG Madden, AASLD 2013 abstract 1747
    62. 62. Hé patite E autochtone • Epidé miologie • Hé patites fulminantes • Formes chroniques chez l’immunodé primé • Formes neurologiques • Vaccination, traitement
    63. 63. Perspectives : vaccination - GSK, 3 doses, 0, 1 et 6 mois - 1794 sujets, - 898 dans le groupe vacciné - 896 dans le groupe placébo - Efficacité de 95,5% Shresta MP NEJM 2007
    64. 64. Perspectives : vaccination - Vaccin GSK abandonné - Vaccin chinois en production - Etude randomisée - 3 doses - 56302 vaccinés - 56302 placébo - Suivi de 12 mois, 15 hépatite E dans le groupe contrôle, 0 dans le groupe vacciné - Efficacité de 100% (95% CI 72.1-100.0) - Pas d’EI Basnyat B Lancet 2011 Zhu F-C Lancet 2010
    65. 65. Perspectives : traitement de l’hépatite aiguë E • Premier patient,génotype 3 – Hépatite aiguë chez un patient de 79 ans, fibrose évoluée, insuffisance rénale – Ribavirine, 200 mg 1 jour sur 2, puis adaptée à la fonction rénale pendant 3 mois – Charge virale : 6,36 log copies/ml à J0, perte de 2 log à J10, 2 log supplémentaires à J17, négative à 1 mois. • Deuxième patient, génotype 3 – Cirrhose alcoolique – Ribavirine 1 g/j pendant la durée de la virémie – Charge virale : 4,07 log copies/ml à J0, 3,08 à J3, 2,56 à J6, négative à M1 Péron JM J Hepatol 2011
    66. 66. Perspectives : traitement de l’hépatite aiguë E • • Premier patient,génotype 3 – Hépatite aiguë chez un patient de 79 ans, fibrose évoluée, insuffisance rénale – Ribavirine, 200 mg 1Cohorte puis adaptée à la fonction rénale jour sur 2, française pendant 3 mois Traitement de l’hépatite aiguë E – Charge virale : 6,36 log copies/ml à J0, perte de 2 log à J10, 2 log supplémentaires à J17, négative à 1 mois. Formes graves TP > 50% Deuxième patient,Hépatite3aiguë sur cirrhose génotype – Cirrhose alcoolique au cours d’une chimiothérapie Hépatite aiguë – Ribavirine 1 g/j – Charge virale : 4,07 log copies/ml à J0, 3,08 à J3, 2,56 à J6, négative à M1 Péron JM J Hepatol 2011
    67. 67. Perspectives : traitement de l’hépatite aiguë E • 4 patients génotype 1 – Hépatite aiguë E sur cirrhose – Ribavirine 200 à 600 mg/j – 12 (3-8 semaines) Goyal R Antivir ther 2012
    68. 68. Conclusion (1) L’hé patite E en France : 1. Est (presque) toujours d’origine autochtone (Gé notype 3) 2. Survient chez des personnes d’â moyen (> 50 ans) et est ge potentiellement grave (formes fulminantes) 3. Le diagnostic de certitude repose sur la mise en é vidence du virus dans le sang et/ou les selles par PCR surtout chez les patients immunodé primé s 4. Peut é voluer vers une forme chronique avec cirrhose chez des patients immunodé primé s. Le traitement de ré fé rence est la ribavirine 5. Une transmission du virus de l’animal à l’homme est possible (probable?)
    69. 69. Conclusion (2) Quand devez vous penser à l’hé patite E en France : • En premiè re intention devant toute hé patite aiguë • Surtout chez un homme > 50 ans • En cas de suspicion « d’hé patite mé dicamenteuse » • En cas de cytolyse associé e à des signes neurologiques • Cytolyse mê minime chez un patient me immunodé primé
    70. 70. Service d’Hépato-Gastro-Entérologie Hôpital Purpan JM Péron C Bureau JP Vinel Service de Néphrologie et Transplantation Hôpital Rangueil N Kamar L Rostaing VHE hotline : 05 61 77 25 27 Peron.jm@chu-toulouse.fr Service d’Anatomo-Pathologie Hôpital Purpan Laboratoire de Virologie Hôpital Purpan J Selves JM Mansuy J Izopet F Abravanel

    ×