SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  82
Télécharger pour lire hors ligne
Trombinoscope "Chercheurs d’humanité"
Chercheurs de sens
(art, religion, philosophie, spiritualité)
5 - de 1200 à 1599
É. G. .31.05.2021
Djalal ed-Din Rumi
Djalal-el-din ("majesté de la religion") Rumi (1207-1273),
spirituel et mystique musulman soufi. Après des études de droit et de
philosophie, succède à son père à la chaire de droit de l’université de
Konya (Turquie) où il devient un théologien célèbre.
À 36 ans, rencontre le mystique persan Shams de Tabriz
(1145-1248, image du bas), qui jette à l’eau ses écrits de théologie. Au
lieu de se fâcher, sent son cœur qui s’ouvre, découvre l’amour divin à
travers son attachement à Shams, près de qui il vit de 1244 à 1248.
Son œuvre, Masnavi, est divisée en 6 livres et comprend un
total de 424 histoires allégoriques, illustrant la condition humaine dans
sa recherche de Dieu. Elle s'inspire aussi de fables d'Ésope, mais
adaptées afin de souligner un des aspects les plus fondamentaux de
l'islam, le Tawhid, c'est-à-dire le monothéisme.
Fondateur de la confrérie des derviches tourneurs (qui par la
danse et le chant entrent en transe mystique). ../..
Image du bas : Le cheikh Shams ud-Din Tabrizi joue aux échecs avec un jeune
chrétien au grand scandale de ses disciples (manuscrit de 1581).
Djalal ud-Din Rumi
Développe dans son monastère à Konya un style de vie
communautaire, pauvre, non-violent, joyeux et laborieux.
Scandalise les intégristes en accueillant les femmes dans les
concerts sacrés, ou en se faisant l’ami des Juifs et des Chrétiens
pour rechercher avec eux le chemin de Dieu.
Manifeste une tendre compassion non seulement pour les
enfants, les ivrognes et les prostituées, mais aussi pour les
animaux et les plantes.
Veut transformer le petit jihad du Coran (guerre sainte
contre les infidèles) en grand jihad (combat spirituel pour l’éléva-
tion de soi.
« L’amour apporte la joie aux créatures / Il est la source du
bonheur infini / (…) La voie de l’amour est un mystère / En elle il
n’y a point de querelle / Pas d’autre qualité que la profondeur des
choses. »
Hadji Bektas Veli
Muhammed Bektaş (1209-1271), dit Sayyid Hünkar Hadji Bektaş
Veli, descendant du Prophète Mahomet par Ali ar-Rida. Originaire d'une
famille du Khorassan, émigre en Anatolie parmi des populations
turkmènes sur lesquelles il a eu une influence fondamentale, notamment
sur le fait qu'il prêche dans sa langue maternelle, le turc.
Saint homme, mystique philosophe de l'alévisme* et du bekta-
chisme. Implanté en milieu turcophone, fondateur éponyme de la
confrérie des bektachis. Aurait béni l’ordre militaire des janissaires** ?.
Selon l'UNESCO, l'islam alevi bektachi, avec les apports de Haci
Bektas Veli, fait preuve d'une modernité précoce : avec les mots de son
époque, Bektas véhicule des idées qui huit siècles plus tard coïncident
avec la ‘Déclaration universelle des droits de l'homme’ (1948).
Le semah, cérémonie religieuse des Alevis Bektachis, est classé au
patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO.
* Alévisme : tradition islamique syncrétique, hétérodoxe et locale dont les adeptes suivent
les enseignements mystiques d' Ali, des douze imams et de Bektash Veli. Les Alévis se trouvent
principalement en Turquie parmi les Turcs et les Kurdes et représentent la plus grande croyance
après l’islam sunnite.
** Janissaires : corps d'élite dans l’infanterie de l’armée ottomane, composé de jeunes
garçons chrétiens kidnappés qui ont été forcés de se convertir à l'islam. L’Ağa des janissaires, chef
suprême, est membre à part entière des Bektachis. Massacrés ou exécutés en 1826 par le sultan
Mahmoud II (120 000 morts, 20 000 bannis)
Guillemette de Bohème
ou Wilhelmine ou Guglielma de Milano (v. 1210-1281), mystique
chrétienne. Peut-être fille du roi de Bohême Ottokar Ier ? S'installe à
Milan entre 1260 et 1271.
Chercheuse de Dieu et maîtresse de vie spirituelle. Hommes et
femmes la consultent pour lui demander conseils et réconfort.
Reçoit le soutien des cisterciennes de Chiaravalle, qui, après sa
mort, l’enterrent dans leur abbaye où les Milanais la vénèrent comme
une sainte.
Un culte se crée à Milan en faveur de la communauté ou Église
naissante des Guilhelmites, qui voit en elle l’incarnation féminine de
l’Esprit-Saint.
Pour éradiquer ce culte, l’Inquisition extermine cette Église vers
1300, et brûle vif notamment le théologien Andrea Saramita (12??-
1300), qui soutient les thèses de Joachim de Flore. Le saint Tribunal
ordonne aussi de déterrer le cadavre de Guillemette et de le brûler en
public…
Cette "hérésie" médiévale s'inscrit dans le mouvement des béguines que l'on identifie parfois à
une aspiration des femmes au sacerdoce mais qui correspond, en tout cas, à un mouvement
de pensée et de réforme du fait des laïcs et des femmes.
Photos : Abbaye de Chiaravalle à Milan - Représentation des béguines -
Roger Bacon
(1219-1292), frère franciscain, savant et philosophe anglais.
Études à Oxford puis à Paris. Apprend d'abord l'arabe, le grec et
l'hébreu, afin de pouvoir étudier dans le texte original les traités
d'Aristote et des philosophes orientaux, que, selon lui, l'ignorance des
traducteurs latins avait totalement dénaturés.
Substitue à l’autorité d’Aristote celle de l’expérience, s’entoure de
jeunes qu’il instruit et qui l’aident dans ses recherches expérimentales.
Fait des découvertes en astronomie, en physique, en chimie et en
médecine. Le premier à s’apercevoir de l’erreur du calendrier Julien par
rapport à l’année solaire. Un des fondateurs de l’optique : met au point
la théorie des miroirs ardents, explique la formation de l’arc-en-ciel,
étudie l’action des lentilles et des verres connexes, invente les lunettes
pour les presbytes.
En 1266, le pape Clément IV (mort en 1268) qui l'a en grande
estime lui demande de lui envoyer ses travaux en secret, malgré les
interdits des Constitutions de Narbonne (1260). Bacon lui envoie son
Opus majus et quelques instruments de mathématiques qu’il a inventés.
../..
Roger Bacon
Pour cette infraction aux règlements de son ordre, et pour
« certaines nouveautés suspectes », est emprisonné de 1277 à 1292
par le ministre général de l'ordre franciscain.
Vers 1292, compose le Compendium studii theologiae (Abrégé
des études théologiques), qui résume sa pensée en philosophie et
théologie. Pour lui, il appartient aux chercheurs de corriger les
erreurs de leurs prédécesseurs : ainsi Aristote a modifié le système
de PIaton, Avicenne celui d'Aristote, Averroès les doctrines de tous
ses devanciers. Dénonce les Croisades, qu'il considère comme une
entreprise de domination sur des peuples.
Polémiste infatigable, philosophe hardi, mathématicien,
logicien, grammairien et expérimentateur accompli, premier
promoteur de la méthode expérimentale et le plus grand linguiste de
son temps, est surnommé le ‟ Doctor mirabilis” (Docteur admirable).
« Aucun discours ne peut donner la certitude, tout repose sur
l'expérience », expérience scientifique ou religieuse, précise-t-il.
Thomas d'Aquin
Tommaso d'Aquino (1225 ?-1274), religieux, théologien et philosophe
italien de l'ordre dominicain. Études à l’abbaye du Mont Cassin, puis à
Naples (où se développe la connaissance des philosophes arabes), puis à
Paris (élève d’Albert le Grand) et à Cologne. Maître en théologie, enseigne
à Paris, au Studium de la Curie romaine, à nouveau à Paris puis à Naples.
Conteste aussi l’immobilisme des appareils de la chrétienté et de l’Église.
Sa vision optimiste réconcilie foi et raison en mettant les ressources
de la raison au service de l’intelligence de la foi, au point de constituer la
théologie en science véritable - science des choses divines construite à
l’aide de raisonnements et de démonstrations conformes aux principes
aristotéliciens. Distingue la matière et la forme, l’existence et l’essence qui
se confondent en Dieu. Définit la justice (distributive et communative), la
loi, le bien commun (dans une perspective divine), etc.
Surnommé le Doctor angelicus à partir du 15ème siècle à cause de son traité des
anges. Canonisé en 1323. En 1879, le pape Léon XIII, dans son l'encyclique Æterni
Patris, déclare que les écrits de Thomas d'Aquin expriment adéquatement la doctrine
de l'Église catholique. Proclamé docteur de l’Église en 1567 et patron des écoles et
universités catholiques en 1923.
« Si nous résolvons les problèmes de la foi par seule voie d'autorité,
nous posséderons certes la vérité, mais dans une tête vide ! »
Photo : Th. d’Aquin par Fra Angelico (1395-1455)
Marguerite Porete
(v. 1250 -1310), femme de lettres du Hainaut (Valenciennes),
mystique et chrétienne du courant des béguines, femmes libres en quête
d'Amour divin, réfutant l'idée de toute autorité religieuse ou maritale.
Ne prononce pas de vœux, appartient à une communauté s’auto-
risant à penser par elle-même. N’utilise pas le latin obligatoire pour tout
texte religieux, mais écrit son livre Miroir des âmes simples accablées en
langue d’oïl, pour toucher le peuple. Comprenant 139 chapitres, il est
composé en forme de dialogues entre Âme, Dieu, Amour, Raison et
Vertus.
L’évêque de Cambrai, Guido II, voit dans son livre « une démarche
qui se passe de l'Église comme institution, qui relativise les sacrements
et rejette la morale ». Bien qu’approuvé par trois clercs, le livre est
interdit sous peine d’excommunication et brûlé comme œuvre hérétique
sur la place publique en 1306. Elle refuse de retirer son livre et continue
de le laisser diffuser.
Déclarée hérétique et relapse (retombée dans l’hérésie) par
l’Inquisition, remise au bras séculier, qui, après 18 mois d’emprisonne-
ment, la fait brûler vive en juin 1310, place de Grève à Paris, en pré-
sence des autorités ecclésiastiques et civiles.
Marco Polo
(1254-1324), marchand, ambassadeur et explorateur vénitien.
En 1271, part avec son père Niccolò et son oncle Matteo pour
l’Asie. Avec eux, est au service de Kubilaï Khan, petit-fils de Genghis
Khan. L’empereur mongol a proposé à son père, lors d’un précédent
voyage, le monopole de toutes les transactions commerciales entre la
Chine et la chrétienté et a demandé en échange l'envoi de savants et
artistes pouvant illustrer à ses yeux l'Empire des Chrétiens. Le pape a
accepté dans l’espoir d’une alliance contre les Musulmans.
Fait un périple de 26 ans au Proche Orient et en Asie : Jérusalem,
Perse, Géorgie, Mongolie, Chine, Yunnan, Tibet, Birmanie, Vietnam,
Inde, Indonésie.
En 1298, est fait prisonnier par les Génois et rédige dans la prison
de Gènes, avec son voisin de cellule Rustichello de Pise, Le devisement
du monde. Cette description en français des États de Kubilaï Khan et de
l'Orient donne une représentation du monde minéral, animal et végétal,
ainsi que de la géographie humaine.
Émaille son livre de faits divers, de mythes, de légendes, mais
ses récits de miracles sont peu nombreux, souvent symboliques, et
séparés des autres narrations. Démystifie plutôt les légendes.
Pionnier de l’interculturalité.
Image du haut : Portrait imaginaire, d’après une peinture du 16ème siècle
Johann Eckhart
Johann Eckhart von Hochheim, dit Maître Eckhart, (1260-1328),
théologien et philosophe dominicain, le premier des mystiques rhénans.
Étudie la théologie à Erfurt, puis Cologne et Paris. Rencontre et écoute
les béguines, notamment à Cologne où elles sont plus d’un millier. Lit
Mechtilde de Magdebourg, Marguerite Porete, Hadewijch d’Anvers.
Enseigne à Paris, prêche à Cologne et Strasbourg, et administre la
province dominicaine de Teutonie depuis Erfurt.
En 1325, une enquête disciplinaire traduit les premiers soupçons
sur son orthodoxie. L’archevêque de Cologne dénonce en 1326 certaines
de ses propositions à l'Inquisition. En 1329, après sa mort, 28 thèses
extraites ou prétendument extraites de ses œuvres latines et de ses
prédications allemandes sont condamnées par une bulle de Jean XXII, In
agro Dominico. Réfute les accusations mais meurt dans l’isolement le
plus complet.
Le thème principal de ses sermons est la quête de l’essence
divine (la déité) et la recherche du secret de la génération des êtres.
L’accès à Dieu dans cette recherche de l’illumination et de l’union ne peut
s’envisager que si l’âme est totalement dépouillée et réduite à la nudité
spirituelle. ../..
Johann Eckhart
N’étant pas apte à l’approche mystique féminine quasi nuptiale
avec Dieu des béguines, a une approche spéculative (speculum : miroir)
du chemin de l’Être. Sa voie mystique repose sur deux piliers : 1)
l’importance du détachement qui seul permet, par la place qu’il laisse à
Dieu dans l’âme, de progresser dans la vie spirituelle; 2) la foi en cette
certitude que c’est Dieu qui vient habiter l’âme de celui qui s’abandonne
à Lui.
« Dans le royaume des Cieux, tout est dans tout, tout est un, et
tout est en nous. (…) On peut concevoir la chaleur sans le feu et la
lumière sans le soleil, mais on ne peut concevoir Dieu sans l'âme ni
l'âme sans Dieu, tant ils sont un ».
« Celui qui dit que Dieu est ici ou là, celui-là ne le croyez pas !
(…) « Dieu est sans nom, Dieu est au-dessus de tout nom. (…) Ne dis
rien sur Dieu, tu te tromperais. (…) Je prie Dieu de me libérer de
Dieu. »
« Les gens ne devraient pas toujours tant réfléchir à ce qu'ils
doivent faire, ils devraient plutôt penser à ce qu'ils doivent être. S'ils
étaient seulement bons et conformes à leur nature, leurs œuvres
pourraient briller d'une vive clarté ».
John Duns Scot
(v. 1266 - 1308), ou Scotus, surnommé le théologien franciscain et
philosophe écossais, fondateur de l’école scolastique dite scotiste.
Enseigne à Oxford, puis à Paris. Docteur en théologie en 1305, directeur
des études du Studium franciscain, centre de formation rattaché à
l'université. Termine sa vie à Cologne. Étant la fierté de son ordre,
influence profondément Guillaume d'Ockham. L'école scotiste et l'école
thomiste seront constamment en conflit, suivant les rivalités des deux
ordres mendiants.
Élabore une métaphysique de la singularité basée sur le concept
d'individuation. Son éthique met l'accent sur la volonté personnelle
(entendue comme l'autonomie rationnelle de l'individu, dont la liberté est
à l'œuvre dans un monde contingent) et sur la charité. En théologie, est
surtout connu pour son angélologie*, ainsi que pour sa théorie de l'Imma-
culée conception de Marie, critiquée par les dominicains.
Le surnom de Doctor subtilis (le "docteur subtil") qui lui est
attribué désigne à l'origine une pensée rigoureuse et fine ; à la
Renaissance, il désigne l'excès de subtilités vaines et obscures.
* étude des anges, de leurs noms, de leur place dans la hiérarchie divine et de leur rôle.
Guillaume d'Ockham
(v. 1285 -1347), dit Doctor invicibilis ("le Docteur invincible") et
Venerabilis inceptor ("le Vénérable initiateur"), philosophe, logicien et
théologien anglais, membre de l'ordre franciscain. Considéré comme le
représentant le plus éminent de l'école scolastique nominaliste, principale
concurrente des écoles thomiste et scotiste. Enseigne à Oxford.
Sa doctrine remet en cause des postulats de la théologie tradi-
tionnelle, notamment ses prémisses "scientifiques" (subordination tho-
miste ou déduction scotiste) et critique la possibilité d'une démonstration
de l'existence de Dieu. S'en prend aux fondements de l'autorité temporelle
du pape dans ses écrits politiques, rejoignant l'empereur Louis IV de
Bavière en lutte contre le Saint-Siège.
Sommé en 1324 de se rendre à Avignon, où siège alors le pape,
en raison de ses positions jugée hérétiques. Vit en semi-liberté à Avignon.
Excommunié en 1330, s’installe à la cour de Bavière à Munich.
On voit parfois dans sa philosophie la préfiguration de la science
moderne, de l'empirisme anglais ainsi que de la philosophie analytique
contemporaine, car elle insiste surtout sur les faits et sur le type de
raisonnement utilisé dans le discours rationnel, au détriment d'une
spéculation métaphysique sur "les essences".
Henri Suso
Heinrich von Berg (v. 1295-1366), dominicain et mystique
allemand. Né d'un père violent et d'une mère douce et pieuse. Entre
chez les dominicains de Constance à l'âge de 13 ans, prenant alors
comme nom le nom de famille de sa mère, Suso. Envoyé à Cologne en
1323, suit avec avidité l'enseignement de Johann Eckart, dont il
apprécie particulièrement la théologie apophatique*.
À 40 ans, proche de la mort, jette dans le Rhin tous ses
instruments de pénitence et de mortification corporelle. Scandalisé que
les 28 thèses de Maître Eckhart soient condamnées par une bulle
papale, rédige un Petit Livre de la Vérité pour sa défense, ce qui lui vaut
des ennuis avec les autorités ecclésiastiques.
Écrit ensuite le Livre de l'éternelle Sagesse, qui lui vaut aussi
des démêlés avec son Ordre. On lui doit également des esquisses
graphiques qui auraient pour but de symboliser la relation de l'âme avec
Dieu.
* À la différence de la théologie dogmatique (du grec dogma, "penser,
décider") qui affirme des certitudes et des vérités, rejette le doute et la critique, la
théologie apophatique (du grec apophasis, "négation") essaye de définir Dieu par
ce qu’Il n’est pas, et non par ce qu’Il est.
Grégoire Palamas
(1296-1359), théologien et mystique de l'Église orthodoxe.
Moine au Mont Athos, à la communauté de la ‘Grande Lavra’, à
Berrhée, à Saint-Sabbas, à Esphigmenou, métropolite (: evêque) de
Thessalonique. Développe dans sa pensée un adage des Pères,
notamment Irénée de Lyon, selon lequel Dieu s'est fait homme pour
que l'homme devienne Dieu. Excommunié pour ses idées religieuses
en 1344.
Affirme que la grâce déifiante qui répand en l’homme une joie
spirituelle, profonde, ineffable, et culmine dans la capacité d’aimer
comme Dieu aime, est une expérience vécue et intime avec Dieu,
expérience qui dépasse donc tout ce que l’intelligence peut compren-
dre et faire comprendre.
Popularise la tradition théologique orthodoxe de l’hésychas-
me (hesychia : "paix intérieure profonde"), anthropologie unitaire et non
dualiste qui définit le corps humain en continuité avec l’âme, laquelle
est elle-même d’origine divine. Ce courant est un des seuls qui aient
fait le pont entre le christianisme et la vision des sagesses d’Asie,
fondées elles aussi sur une anthropologie unitaire.
Dieu, dit-il, rayonne par ses énergies. Toute la création est
pénétrée par ces énergies divines, et est en chemin vers son épanouis-
sement. L’être humain a un rôle à jouer. Il doit accompagner la nature
vers sa transfiguration, et il ne peut le faire que par sa propre transfigu-
ration.
Shāh Nematollāh Vali
(1330-1431), agriculteur et poète persan, maître soufi. Voyage dans le
monde islamique, rencontre de nombreux maîtres soufis, se familiarise
en particulier à la philosophie d'Ibn Arabi. Après avoir servi Shaykh Yafe'i
pendant 7 ans, seconde période de voyages : Égypte, Transaxonie, Herat,
Mashhad, Baft, Kuh-banan, Kermân.
Suivant son exemple, ses disciples abandonnent un mode de vie
spirituel privilégiant la réclusion et la retraite pour mener une vie remplie
d'occupations constructives. Son opposition à l'apathie et à la léthargie
l’amène à interdire à ses disciples l'utilisation de l'opium et du haschisch, à
une époque où ces drogues sont d'utilisation commune.
Demande de ne pas porter en public un costume religieux qui pourrait
attirer l'attention.
Préconise le respect des individus, indépendamment de leurs
croyances.
Rend hommage à tous les peuples et nations, ainsi qu'aux autres
ordres soufis existants, en basant ses actions sur un code de pureté et de
fidélité.
Aujourd'hui considéré comme le fondateur de l'ordre soufi Nimatullahi.
Photo du bas : Mausolée de Nematollah Vali à Mahan (Iran)
Ibn Khaldoun
Abū Zayd 'Abd ar-Ramān ibn Muhammad ibn Khaldūn al-Ḥaḍramī
(1332-1406), historiographe et historien arabe tunisien. Originaire d’une
famille andalouse d’origine yéménite, émigrée en Tunisie après la
reconquista menée par les Catholiques en Espagne.
Après une existence active comme conseiller ou ministre des
souverains berbères musulmans du Maghreb, se retire à 45 ans au
Caire, alors sous la domination des Mamelouks, où il rédige son œuvre
et enseigne. À Damas en 1401, rencontre Tamerlan, obtient du redouta-
ble conquérant qu'il épargne la vie des habitants, mais Tamerlan ne tient
pas sa promesse.
Muqaddimah (ou "Prolegomena"), préface à son ouvrage Kitab al-
Ibar ("Le livre des exemples"), est un projet d'histoire universelle.
Précurseur des disciplines modernes de l'historiographie, de la
sociologie, de l'économie, de la démographie, de la pédagogie, un des
plus grands philosophes du Moyen-Âge.
« L'histoire (…) consiste à méditer, à s'efforcer d'accéder à la
vérité, à expliquer avec finesse les causes et les origines des faits, à
connaître à fond le pourquoi et le comment des événements. L'histoire
prend donc racine dans la philosophie dont elle doit être comptée
comme une des branches. »
Photo : statue d’Ibn Khaldoun à Tunis, avenue Habib Bourguiba
Catherine de Sienne
Caterina Benincasa (1347-1380), religieuse, 24ème enfant d’un
couple de teinturiers de Siena (Toscane).
Rejoint les Mantellate, ‘sœurs de la Pénitence de saint Dominique’,
fraternité laïque de dames d’œuvres, et y prononce ses vœux. Très vite
marquée par des phénomènes mystiques (extases, stigmates). Secourt
les indigents, visite les malades, soigne les pestiférés. En tant qu'ambas-
sadrice de Florence, accompagne l'aumônier des dominicains auprès du
pape Grégoire XI, le convainc de quitter Avignon pour Rome. En 1373,
commence ses prédications publiques. Autour d’elle se regroupe une
nouvelle famille, les Caterinati, hommes et femmes, prêtres et laïcs, riches
ou pauvres.
Le Dialogue, synthèse de sa spiritualité qu’elle dicte à la fin de sa
courte vie (elle meurt à 33 ans), relate ses conversations avec Dieu, ou
plus exactement ce qu’elle appelle sa « cellule intérieure ». Entend
intérieurement la phrase devenue célèbre : « Fais-toi capacité, je me ferai
torrent ! », que l’on peut traduire : "Sois ouverte à mes invitations, je te
ferai faire de grandes choses !")
Bien que ne sachant longtemps ni lire ni écrire, est proclamée
docteur de l’Église en 1970.
Image du haut : ‘Catherine de Sienne assiégée par les démons’, anonyme, musée
national de Varsovie
Jan Hus
( v. 1369 -1415) prêtre, théologien, universitaire, et réformateur
religieux tchèque. Recteur de l’université de Prague, influencé par les
idées de John Wyclif (v. 1330-1384), dénonce la scandaleuse richesse
de l’Église, la luxure, la cupidité et l'orgueil du clergé. Aussi soucieux de
justice sociale que de morale religieuse, est en même temps un patriote
et un réformateur de la langue littéraire tchèque.
Excommunié en 1411 pour ne pas s'être présenté devant
l’antipape Jean XXIII à Bologne, dénonce la croisade que ce dernier
lance contre Ladislas de Hongrie, et attaque les indulgences papales.
À nouveau excommunié en 1412, est cité en 1414 devant le
concile de Constance et s’y rend, muni d’une promesse d’immunité
donnée par l’empereur Sigismond. Le concile le condamne comme
hérétique et le remet à l’empereur Sigismond, qui, ne tenant pas sa
promesse, le fait mourir étouffé par de la fumée de poix en juillet 1415 à
Constance.
Ceci déclenche la création de l'Église hussite et les croisades
catholiques contre les hussites. Le protestantisme voit en lui un
précurseur.
« Cherche la vérité, écoute la vérité, apprends la vérité, aime la
vérité, soutiens la vérité, défends la vérité, jusqu'à la mort.»
Thomas von Kempen
ou Thomas a Kempis (nom latinisé utilisé en français), ou Thomas
Hemerken (1380 ?- 1471 ?), moine néerlandais né en Allemagne. Membre
des ‘Frères de la Vie Commune’, disciple de Florent Radewijns (v.1350-
1400). On lui attribue L’imitation de Jésus-Christ, traduit par Pierre
Corneille, Félicité de Lammenais, etc., un des plus grands succès de
librairie que l'Europe ait connu de la fin du Moyen-Âge jusqu’au 19ème s.
Témoignage parmi d'autres du renouveau spirituel de son époque,
désigné sous le nom de devotio moderna, qui oppose la voie de l'intériori-
sation à un monde extérieur déchiré et violent, et à l’intellectualisme.
La grâce et la tentation sont ressaisies à ce que l’auteur considère
comme leur "racine" : l'existence de l'amour et du mal (le Diable, l’enfer,
etc.). De l'un et de l'autre, l'auteur décrit avec minutie les formes et les
tourments en appelant le lecteur à la conversation intérieure.
« Apprends à être patient avec les fautes des autres, car tu as
aussi beaucoup de défauts que les autres doivent supporter. »
Les 4 livres qui composent L'Imitation constituaient au départ des opuscules
autonomes. À partir de quelque 700 manuscrits de provenances diverses, on a en
effet observé que le premier livre s'est mis à circuler à partir de 1424, et qu'il faut
attendre 1427 pour que les quatre livres soient diffusés.
Nicolas de Cues
Nikolaus Chrypffs ou Krebs (1401-1464), ou Nicolas de Cuse, ou
‘le Cusan’, penseur allemand né à Cues (vallée de la Moselle). Études
de droit, philosophie, jurisprudence et mathématiques. Cardinal, puis
devient vicaire temporel et ami du pape Pie II. Remet en cause
l'authenticité de la ‘Donation de Constantin’, par laquelle l’empereur
aurait donné au pape des pouvoirs temporels. Affirme que la Terre n’est
pas fixe mais en mouvement.
Renonçant à la méthode scolastique d'exposition, pratique l'art du
dialogue et cherche des conciliations par dépassement des oppositions.
Attentif aux découvertes de son temps (particulièrement à l'imprimerie),
demande aux princes de rassembler expériences et observations pour
favoriser le progrès matériel et spirituel. Conscient de l'étendue de la
Terre et de la variété des civilisations, rêve à des moyens d'unification et
de coopération qui rompent avec l'ethnocentrisme latin
Sa théorie de la connaissance a durablement influencé la
philosophie des sciences (Giordano Bruno, Descartes) et l'astronomie
théorique (Galilée). ../..
Nicolas de Cues
Dans Cribratio Alcorani, souligne la valeur positive du message
de Mahomet, en particulier pour les peuples qui n'ont pas encore la
maturité pour recevoir le message du Christ. Dans Pace fidei, fait
concorder monothéismes et polythéismes, sous l'égide d'un ''mono-
sophisme'', une sagesse unique.
Le Dieu voilé est inaccessible à la raison humaine, mais Il peut
être cherché au moyen d’énigmes et de symboles, à la condition
qu’on soit en mesure d’établir des principes théoriques suffisamment
cohérents pour les comprendre et les façonner :
- Traité de la ‟docte ignorance” : Il faut réduire la marge entre le su et
l’insu. Mais on ne peut avancer que par étapes successives vers la vérité car celle-ci est à
l’infini, en Dieu, et le rapport avec le fini est impossible. La vérité échappera toujours aux
efforts que nous déploierons pour l’atteindre. Entre la connaissance humaine et la vérité, on
trouve le même rapport qui existe entre les polygones inscrits et circonscrits avec la
circonférence : même si l’on multipliait à l’infini les côtés du polygone, certes ils
s’approcheraient de la circonférence, mais jamais ne s’identifieraient avec elle.
- Traité de la ‟coïncidence des opposés” : On ne peut évaluer ce qu’on
ignore que relativement à ce que l’on sait. La proportion entre les contraires diminue ou
augmente, pour rechercher à s’accorder ou à se fuir. Il n’y a pas de rapport possible avec
l’infini, mais par la possibilité de coïncidence des opposés, on peut concevoir l’illimité.
Les auteurs de l’Ars moriendi
L’Ars moriendi ("l’art de mourir") est le nom de deux textes latins
datant respectivement de 1415 et 1540. Ces guides pour les mourants, à
l’époque de la terrible Peste noire, se proposent d'aider à bien mourir, selon
les conceptions chrétiennes de la fin du Moyen-Âge. La version longue,
originale, appelée Tractatus (ou Speculum) artis bene moriendi, est écrite
en 1415 par un moine dominicain anonyme, vraisemblablement à la
demande du concile de Constance (Allemagne, 1414-1418). Largement lu
et traduit dans les langues de l’Europe de l’Ouest, il a été très populaire en
Angleterre, où il a créé une tradition littéraire qui culminera au 17e siècle
avec le Holy Living and Holy Dying ou The Art of Dying Well.
La version courte, produite aux Pays-Bas avec l’émergence de
gravures, est datée aux environs de 1450.
Pour aider à se préparer à la mort, l’ouvrage décrit les bons côtés du
décès et en conclut que la mort n'est pas à craindre, présente les tentations
qui assaillent le mourant et les moyens de s’en défendre, énumère les
questions à poser au mourant, pose la vie du Christ en modèle, s’adresse
aux proches et à la famille, présente les prières à dire pour le mourant.
../..
Les auteurs de l’Ars moriendi
Des approches modernes et laïques (Michel Onfray, Stéphane
Starenkyi, Bernard Baudouin [Pour ne plus avoir peur de la mort], etc.)
participent d'une méditation sur la vie et la mort plus que d'une
préparation.
Le théologien et philosophe Jean-Yves Leloup fait une étude
comparative du Bardo Thödol ou Livre tibétain des morts, du Livre des
morts des anciens Égyptiens et de l’Ars moriendi chrétien.
Des ouvrages récents, comme celui de Marie de Hennezel et
Jean-Yves Leloup, lèvent le voile sur le tabou qui pèse sur la mort dans
notre société et nous apprennent à l’apprivoiser à travers une spiritualité
adaptée à notre temps et à notre monde. Ils visent
moins à apporter des réponses que cherche
l'homme confronté à l'imminence de sa mort qu'une
proximité humaine qui l'aide à s'ouvrir à ce qui le
transcende, au mystère de son existence, à l'amour
qui relie entre eux les humains.
Nicolas de Flüe
Niklaus von der Flüe (1417-1487), paysan suisse, soldat puis
officier, conseiller municipal puis juge.
En 1467, père de 10 enfants, quitte sa famille avec le consentement
de sa femme (?), et s'installe comme ermite.
En dépit de son analphabétisme et de son peu d'expérience du
monde, son art de la médiation et son sincère amour de la paix font de lui
un conciliateur entre cantons ruraux et citadins.
Au cours de la diète de Stans (1481) qui résulte des guerres de
Bourgogne, intervient dans le conflit concernant l'admission de Fribourg et
de Soleure dans la Confédération, entrées redoutées par les cantons
ruraux. Son message, dont le contenu exact demeure inconnu, établit les
bases d'un compromis juridique qui règle la situation.
Un des principaux unificateurs de son pays. Canonisé en 1947 et
déclaré saint patron de la Suisse.
« La différence entre le génie et la bêtise, c’est que le génie a ses
limites. »
Marsilio Ficino
ou Marsilius Ficinus, ou Marsile Ficin (1433-1499), philosophe,
théologien et linguiste italien. Étudie la grammaire, la médecine et la
théologie et le grec. Prêtre, chanoine de la cathédrale de Florence. Dirige
l‘’Académie platonicienne de Florence’, fondée par Cosme de Médicis, et a
pour disciples et collègues de travail Jean Pic de la Mirandole, Ange
Politien et Jérôme Benivieni.
Traduit et commente l'œuvre de Platon et de Plotin, connaît l'œuvre
d'Aristote, s'intéresse aussi à la musique, à la médecine, à l'occultisme et
l'hermétisme, est le représentant majeur du néoplatonisme médicéen. Sa
philosophie, composition intime de métaphysique, de religion et d'esthéti-
que, fait autorité en son temps. Son œuvre personnelle est un effort de
conciliation entre la révélation chrétienne et la « théologie platonicienne ».
Son ouvrage principal est son traité sur l’immortalité de l’âme, Theologia
platonica de immortalitate animorum.
Dans la quête du retour à l’Antiquité, porte un grand intérêt à
l’astrologie, ce qui l’amène à entrer en conflit avec l’Église romaine. En
1489, est accusé de sorcellerie par le pape Innocent VIII et échappe de
peu aux rigueurs de l’Inquisition.
Kabîr
(en arabe, "grand") v. 1440-1518, poète, musicien, tisserand,
réformateur religieux indien. Né de parents musulmans à Vârânasî
(Bénarès), étudie sous la direction de Râmânanda, un maître vishnouïte.
Passe la plus grande partie de sa vie près de son métier à tisser dans
une petite boutique de la ville sainte consacrée à Shiva. Sa boutique
devient un lieu de réunion où l'on chante les louanges divines, où l'on
récite des poèmes. Donne, dans le langage du peuple, des conseils
spirituels à un public formé avant tout de petits artisans. Sans doute
illettré, considéré comme le père de la langue et littérature hindi.
Affirme que toute religion qui n'est pas amour n'est qu'hérésie,
que le yoga et la pénitence, le jeûne et l'aumône sans méditation ni
véritable bhakti (adoration) sont vides de sens. Refuse toute distinction
de race, de caste, de religion et enseigne l'égalité absolue de tous les
êtres humains. Mêle dans sa pratique des éléments hindous et musul-
mans.
Partisan de la non-violence (ahimsa), condamne les sacrifices
d’animaux. Inspirera les Sikhs, Shirdi Sai Baba, admiré par Gandhi.
« L'homme qui est agréable et qui pratique la droiture (…) et qui
tient compte de toutes les créatures comme de son propre moi, celui-là
peut atteindre l'Être éternel »
Jambeshwar Bhagavan
ou Jambaji (1451-1536), fondateur du courant hindou bishnoï, une
des formes du vaishnavisme (dévotion envers Vishnou). Issu de la caste
des Rajputs, berger, puis maître spirituel.
Édicte 29 principes (en hindi, bish : 20; noï : 9) : hygiène de vie du
corps et de l’esprit; refus de l’alcool, du tabac, de la drogue; compassion,
pardon, contrôle de ses paroles, jeûne; refus du vol, du mensonge, de la
médisance, de la convoitise; protection des animaux; refus de couper les
arbres vivants (utilisation du seul bois mort) et de déraciner les plantes;
mise des morts en terre en faisant l'économie du bois pour la crémation
ou le cercueil; refus de castrer les taureaux; fourniture d’un abri commun
aux animaux abandonnés; construction de réservoirs d’eau partout où
cela est nécessaire; ne rien attendre du gouvernement, ne compter que
sur la communauté.
Crée la première écotaxe de l’histoire : chaque Bishnoï doit réserver
un dixième de ses récoltes céréalières (blé et millet) pour l’alimentation
de la faune locale. Déclare qu'il se réincarnera indéfini-ment en chinkara
(gazelle) après sa mort, d’où la vénération de cet animal par les Bishnoï.
La communauté bishnoï est surtout présente dans l'État du
Rajasthan (Jodhpur et Bîkâner), et dans l'Haryana.
Photo du bas : Depuis 1973, ce Bishnoï a planté et entretenu 30 000 arbres partout dans le
Rajasthan
Jérôme Savonarole
Girolamo Savonarola (1452-1498), frère dominicain, prédica-
teur et réformateur italien.
Prêche de façon véhémente contre la corruption morale du
clergé catholique, contre les indulgences et dénonce les moines qui en
font le commerce. S’insurge notamment contre la dépravation du pape
Alexandre VI Borgia. Ne remet pas en cause le dogme.
Après l’invasion de l’Italie par Charles VIIII, s’impose comme
chef politique. Institue et dirige à Florence de 1494 à 1498 une
‟République chrétienne et religieuse”, sorte de dictature théocratique.
Modifie le système d’imposition, abolit la torture, renforce les lois
contre l'usure, établit une cour d’appel et un système de secours aux
pauvres. Pour réformer les mœurs (abandon des fêtes profanes,
‟bûchers de vanité”, etc.), crée des milices.
En mai 1497, est excommunié le pape, accusé d’hérésie, de
prophétisme, de sédition et d’erreur religieuse. Torturé, pendu et brûlé
par le tribunal de la Sainte Inquisition à Florence en mai 1498.
Précurseur de la Réforme, figure majeure dans plusieurs
traditions protestantes.
Léonardo da Vinci
Leonardo di ser Piero da Vinci (1452-1519), peintre italien, dessina-
teur et homme de science (géologie, hydraulique, balistique, géométrie,
optique, anatomie, botanique), ingénieur, sculpteur, architecte. Travaille à
Florence, Milan, Rome, termine sa vie au château du Clos Lucé à Amboise à
l’invitation du roi François 1er .
Affirme qu'il faut utiliser la raison pour découvrir la vérité. N'a pas peur
des erreurs et des échecs : ceux-ci sont une bonne opportunité pour s'appro-
cher des bonnes méthodes. Fait donc l'usage constant d'expériences pour
infirmer ou confirmer ses théories ou tout simplement en découvrir des
nouvelles. Pratique la dissection malgré l’interdiction de l’Église. Végétarien.
Pour lui, l’être humain doit s'engager à combattre le mal et à faire le bien.
« Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur. »
« Toute connaissance commence par les sentiments. »
« Comme une journée bien remplie nous donne un bon sommeil,
une vie bien vécue nous mène à une mort paisible. »
« Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres. »
« Le mal est notre ennemi. Mais ne serait-il pas pire qu'il fût notre
ami ? »
« Il ne faut pas appeler richesses les choses que l’on peut perdre. »
« Plus on connaît, plus on aime. »
Images : Autoportrait, études anatomiques
Giovanni Pico della Mirandola
ou Jean Pic de la Mirandole (1463-1494), philosophe et théologien
humaniste italien. Étudie le latin, le grec, l'hébreu, l'arabe, l’araméen.
Fondateur de la kabbale chrétienne*.
À la recherche de la prisca theologia (ou théologie première
exposée par les Anciens), étudie et synthétise les principales doctrines
philosophiques et religieuses connues à son époque, notamment le
platonisme, l'aristotélisme, la scolastique. À Paris, rédige ses 900
Conclusiones philosophicae, cabalasticae et theologicae.
Déclaré hérétique par le pape Innocent VIII en mars 1487, s’enfuit
en France, est arrêté à Lyon, interné à Vincennes. Meurt à 32 ans dans
des circonstances demeurées mystérieuses.
Dans les Disputationes adversus astrologiam divinatricem,
condamne les pratiques des astrologues : il s'intéresse à la haute
magie, celle qui rehausse la dignité de l'homme et renforce sa volonté,
et il n'y a pas de place dans une telle conception pour le déterminisme
astral.
* La kabbale de la Renaissance avait pour objet principal de montrer l'unité des religions
monothéistes. Pour cette raison, elle fut souvent combattue par les autorités ecclésiastiques
hostiles à l’œcuménisme.
Érasme
Desiderius Erasmus Roterodamus (1469-1536), théologien et
humaniste néerlandais. Prêtre, docteur en théologie. Écrits en pédagogie,
philologie, politique, théologie. Parcourt l’Europe.
Traducteur du Nouveau Testament du grec en latin, étudie les
sources grecques et hébraïques afin de restituer le message chrétien
débarrassé de la glose scolastique. Dans l’Éloge de la folie, sous le
masque du bouffon, prononce un réquisitoire contre les abus de toute sorte
et les déviations de l'Église. Affirme sa liberté de pensée par rapport aux
autorités ecclésiastiques.
Au nom de l’Évangile, dénonce le comportement du clergé et des
papes, mais se brouille avec l’impétueux Luther et n’encourage pas la
réforme protestante. Engagé pour la paix en Europe, dénonce les
penchants hégémoniques et belliqueux des souverains. Refuse la pourpre
de cardinal.
« Le monde entier est notre patrie à tous. »
« Ce que j’enseigne, c’est qu’il ne faut jamais entreprendre de
guerre, à moins que l’échec de toutes les autres tentatives l’ait rendue
inévitable. La raison est que la guerre est une chose si pernicieuse dans sa
nature même que, même sois la conduite du plus juste des princes et avec
les motifs les plus justes, elle engendre généralement plus de maux que de
bienfaits. »
Gurū Nānak Dev
(1469-1539), mystique et poète indien du Penjab, marqué par
Kabîr. Après une expérience spirituelle, prêche la tolérance et l’union
entre les hommes. Voyage (Inde, Népal, Tibet, Sri Lanka, La Mecque,
Perse, Afghanistan), puis fonde, à son retour, Kartarpur, "la Ville du
Créateur". Alors que Luther prêche la Réforme en Europe, enseigne
l'unité et le renouveau à un nombre croissant de disciples. Pour marquer
leur dévotion, ils s'appellent Sikhs, nom dérivé du sanscrit shishya
(disciple).
Maître fondateur du sikhisme et premier des dix gurus* du
sikhisme. Celui-ci repose sur la croyance en une divinité unique,
transcendante, ineffable et sans forme. Pour lui, toutes les différences
religieuses ne sont que le fruit de mâyâ (illusion), et toutes les formes
extérieures de la pratique se révèlent inutiles si le cœur de l'adepte
reste immergé dans le monde matériel. Les pierres angulaires de son
enseignement sont l'égalité de tous devant Dieu et la réconciliation entre
Hindous et Musulmans.
Grand réformateur social, scandalisé par les conditions de vie
des parias (Intouchables), s’oppose au système des castes.
* guru : maître spirituel, "personne qui vous amène de l’obscurité en la lumière"
Image du milieu : Khaṇḍā, symbole du sikhisme.
Image du bas : Granth Sahib, recueil des enseignements spirituels des dix Gurus du sikhisme
Juan Diego
Cuauhtlatoatzin ("aigle qui parle", 1474-1548), Indien mexicain de la
tribu des Nahuas, paysan pauvre et ouvrier dans une manufacture de
nattes. Après l'arrivée des conquistadors espagnols et de la chute de
l'empire aztèque, se convertit au catholicisme vers 1525 et prend le nom
de Juan Diego. Se retire dans une mission catholique de frères francis-
cains à Tolpetlac, près de Mexico.
Après la mort de sa femme Maria Lucia, reçoit en décembre 1531,
à l’âge de 57 ans, une apparition de Marie de Nazareth sous la représen-
tation de ‘la Vierge de Guadalupe*’. Elle lui demande en langue nahuati de
faire construire une église en ce lieu, et pour cela, d'aller voir l'évêque de
la ville. Il va voir l'évêque espagnol, Juan de Zumárraga qui lui demande
un signe probant de la demande mariale. Trois jours après, Marie invite
l'Indien cueillir des roses sur la colline de Tepeyac. Lorsque les fleurs
tombent de la tilma (tunique en fibre d’agave) en présence de l’évêque,
une icône de la Vierge reste imprimée sur le tissu.
À partir des différentes études scientifiques, de leurs résultats et de
l'analyse historico-critique des sources documentaires, les experts et
commentateurs tirent des conclusions diamétralement opposées : toute
l'image sur la tilma est pour les uns l’œuvre d'une création humaine par un
peintre remarquablement habile du XVIe siècle, ou pour les autres d'une
origine non explicable humainement.
* Dans sa version mexicaine, l'origine du mot Gaudalupe est attribuée au mot nahuatl
coatlallope : "celui qui écrase le serpent". ../..
Juan Diego et la vierge de Guadalupe
On a observé que les étoiles, dispersées de chaque côté du
corps de Marie, occupent une position extrêmement précise : leur
emplacement rend compte de la position précise des constellations
célestes, observées à Mexico, au matin du 11 décembre 1531.
En 1979, le Dr Jose Aste Tonsmann, ophtalmologiste péruvien
diplômé de l’université de Cornell (New-York), agrandit plus de
2 000 fois l'image du centre des yeux de la Vierge et y voit non
seulement un homme barbu, mais également des images de tous les
témoins présents lors de la première révélation de la tilma devant Mgr
Zumárraga en 1531, plus un petit groupe familial composé d'une mère,
d'un père et d'un groupe d'enfants, soit quatorze personnes au total.
En 1991, on découvre que le bord des paupières de Marie présente
des signes de microcirculation artérielle.
Qu’en conclure ? René Laurentin, dans l’introduction du
livre de Joachim Bouflet Encyclopédie des phénomènes extraor-
dinaires de la vie mystique, écrit : « Dieu agit de manière gratuite, qui
se prête mal à l’expérimentation. Et son action désintéressée se
manifeste dans un clair-obscur qui parle au cœur et à l’intelligence,
mais ne les contraint pas. »
Thomas More
(1478-1535), juriste, historien, philosophe, humaniste,
théologien et homme politique anglais.
Dans son livre Utopia, prône la tolérance et la discipline au
service de la liberté. Membre du Parlement à partir de 1504, s'élève
contre les taxes demandées par le roi Henri VII (1491-1547) pour la
guerre d'Écosse.
Chancelier du Royaume, par amitié avec Catherine d’Aragon,
première femme du roi Henri VIII, n’assiste pas au couronnement
d’Anne Boylen, la seconde femme du roi, qui prend cela pour une
insulte. Refuse de cautionner l'autorité que le roi s'était arrogée en
matière religieuse. Condamné pour haute trahison, décapité le 6 juillet
1535.
Modèle de l’homme et du dirigeant politique qui, par amour de la
vérité, préfère mourir que renier ses convictions.
« La principale cause de la misère publique, c'est le nombre
excessif de nobles, frelons oisifs qui se nourrissent de la sueur et du
travail d'autrui, et qui font cultiver leurs terres, en rasant leurs fermiers
jusqu'au vif, pour augmenter leurs revenus. »
Martin Luther
(1483-1546), moine augustin allemand, docteur en théologie
et professeur à l’université de Wittenberg. Critique les pratiques de
l’Église catholique, comme la vente des indulgences, censées
raccourcir les peines du Purgatoire, mais destinées en réalité à
financer la construction de la pharaonique basilique St Pierre de Rome.
Excommunié en 1521 par le pape Léon X. Convoqué par
l’empereur Charles Quint à la diète de Worms, qui le met au ban de
l’Empire, mais protégé par le prince électeur de Saxe Friedrich der
Weise (Frédéric III le Sage, 1463-1525). Grâce à son protecteur, peut
développer ses idées réformatrices et constituer en Allemagne les
bases des premières Églises protestantes.
En 1525, poussés à l’insurrection par Thomas Müntzer, de
nombreux paysans se révoltent en Allemagne du Sud au nom de ses
idées. Il demande aux princes d’agir pour restaurer la paix civile :
100 000 morts… La même année, se marie avec une ancienne
religieuse, Katharina von Bora. Ils auront 6 enfants. ../..
Photo du bas : Luther en octobre 1517 placarde ses 95 thèses sur les
portes du château de Wittenberg
Martin Luther
Ses idées se répandent très vite en Europe, notamment
grâce à l’imprimerie. La confession d’Augsbourg est présentée en
1530 à Charles Quint qui la refuse.
Fonde sa théologie sur la Bible et non sur les dogmes.
Refuse l'autorité papale en tenant la Bible pour seule source légitime
d'autorité chrétienne. Se référant à l’épître de Paul aux Romains,
affirme que le salut provient de la grâce de Dieu et non des œuvres.
Tourmenté par la justice de Dieu qui punit le pécheur, affirme que
l’homme est justifié (rendu juste) par la foi qui est un don de Dieu.
Abolit les vœux monastiques et le célibat des prêtres.
Traduit la Bible en allemand, introduit cette langue dans la
liturgie, notamment pour la prédication. Dénie à la célébration de
l’Eucharistie son caractère de sacrifice. En 1523, développe la théorie
des deux règnes selon laquelle le pouvoir temporel et le pouvoir
spirituel sont complémentaires sans s’exclure.
Condamne les sorcières et les Anabaptistes, et pendant les
dernières années de sa vie, s’en prend violemment aux Turcs, aux
Papistes et aux Juifs, assimilés au Diable...
Laisse une œuvre écrite considérable avec plus de 600
titres, compose une série de 36 cantiques en langue allemande.
hoto du haut : Luther devant la diète de Worms en avril 1521
Daniel Bomberg
ou Daniel van Bomberghen, ou Daniele Da Norimbergo (1483-
1553), éditeur-imprimeur flamand, né à Anvers, installé à Venise où il est
actif à partir de 1516.
Se spécialise dans l'impression de textes de la littérature religieuse
hébraïque, secteur qu'il est le premier non-Juif à aborder. En 1520,
associé à Félix de Prato (Juif converti au catholicisme, devenu religieux
augustin) auprès de qui il apprend l’hébreu, entame l'édition intégrale
des deux Talmud : celui de Babylone et celui de Jérusalem. En 1528,
publie la Bible rabbinique. Produit également de nombreuses éditions de
parties du Tanakh et des Talmuds accompagnés de commentaires, et
des écrits rabbiniques indépendants. Au cours de ses 40 ans de carrière,
publie 240 éditions de livres en hébreu.
Cette production très importante lui coûte une fortune. Pour le
Talmud seul, dépense plus de 100 000 écus. Meurt presque ruiné, mais
entouré de l'immense considération de tout le monde savant d'Europe
Bartolomé de Las Casas
(1484-1566), dominicain espagnol, colon pendant 10 ans dans le
Nouveau Monde. Longtemps insensible aux dénonciations des domini-
cains, et après un massacre d’Amérindiens par les Espagnols à Cuba,
vit une conversion fulgurante en préparant un sermon pour la Pentecôte
1514. Combat pour la défense des indigènes par des publications,
interventions, et remontrances. S’engage dans une lutte de 50 ans
durant laquelle il fera plus de 14 voyages entre les deux continents,
Procurador de los Indios en 1516, évêque du Chiapas et membre du
Conseil des Indes auprès de Charles Quint.
Lors de la controverse de Valladolid en 1547, s’oppose à Juan
Ginés de Sepulveda (1494-1573), chanoine de Cordoue qui affirme que
les Indiens n’ont pas d’âme et peuvent être asservis.
Affirme au contraire qu’il n’est jamais permis d’asservir personne,
que les Indiens ont des droits naturels, que les seules armes du
Chrétien sont la douceur et la persuasion.
Dans son plan de réformes « Mémoire des quatorze remèdes », préconise de
prendre des Noirs comme esclaves pour compenser la mortalité des indigènes. Mesure
son erreur lorsqu'il connaît les conditions de la guerre menée en Afrique, prend alors la
défense des Noirs aussi bien que des Indios et se repent jusqu'à la fin de ses jours de
cette erreur.
Pir Sultan Abdal
(v. 1490 - v.1560), poète mystique turc alévi*, animateur
religieux et politique. Passe presque toute sa vie dans un petit village
de Yildizeli dans la province de Sivas (actuelle Turquie). Affirme sa
fidélité aux préceptes du philosophe mystique Hadji Bektash Veli
(1209-1271).
Reflète la vie sociale, culturelle et religieuse du peuple. Écrit
sur Dieu, l'islam, le prophète Mahomet, l'Imam Ali, les douze imams, le
bien commun, la résistance, l'amour et la paix.
Arrêté et exécuté (probablement par pendaison) par le chef
ottoman Hizir Pacha pour son opposition au régime autoritaire.
Son langage direct et clair, la richesse de son imagination et la
beauté de ses vers le font aimer du peuple turc. Ses poèmes sont très
souvent chantés.
Photo : statue d’Abdal avec son saz, luth à manche long
Ignace de Loyola
Íñigo López de Loyola (1491-1556), né au Pays Basque espagnol.
Jeune noble initié au combat des armes, blessé en 1521 à Pampelune.
Pendant sa convalescence, lit la vie de Jésus et des saints, se demande
"Pourquoi pas moi ? ".
Après une année de solitude à Manrèse, pèlerinages de Rome et
de Jérusalem, se met aux études, à 33 ans, pendant 11 années. Auteur
des ‘Exercices spirituels’, outil de discernement pour voir clair dans sa
vie. Devenu prêtre, fonde en 1540 à Rome la ‘Compagnie de Jésus’ (en
latin abrégé « SJ » pour Societas Jesu) pour servir Dieu et l’Église alors
en pleine réforme.
Oriente sa congrégation vers l'œuvre missionnaire, en particulier
vers les Indes orientales, l'Afrique et les colonies portugaises d'Améri-
que du Sud. Ardent défenseur de la Contre-Réforme.
La spiritualité ignatienne est l'une des principales sources
d'introspection religieuse dans le catholicisme.
« Vous devriez vous résoudre à faire avec calme ce que vous
pouvez. Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine
Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. »
../..
Ignace de Loyola
« De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont
des exercices corporels, de même appelle-t-on exercices spirituels toute
manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi toutes les
affections désordonnées et (…) pour chercher et trouver la volonté
divine dans la disposition de sa vie. »
Appelle chacun à devenir responsable de son histoire, en sorte
que sa liberté, loin d’être ordonnée par des structures établies, soit sans
cesse provoquée à être, aimer et servir mieux et davantage (magis) et à
mettre en œuvre ses facultés d’engagement, de réalisation et d’accom-
plissement.
Distingue deux mouvements psychologiques et spirituels : 1) la
consolation ("avec le soleil") : paix, joie, engagement, dynamisme, etc.
2) la désolation : brouillard, tristesse, découragement, période où il est
déconseillé de prendre de grandes décisions.
Conseille la relecture régulière par chacun de sa vie et l’accom-
pagnement par une personne qualifiée.
En vue du discernement, recommande de prier et d’approfondir
sa relation à Dieu, de ne pas rester seul, de poser à soi et aux autres
une question précise et comprise par tous, de vérifier dans le temps si la
finalité visée a des chances de se réaliser, de laisser place aussi à
d’autres facteurs (l’obéissance, la providence).
Théophrast Paracelse
Philippus Theophrastus Aureolus Bombast von Hohenheim (1493-
1541), ou Theophrast Paracelsus, ou Paracelse, médecin-chirurgien
suisse, théologien et alchimiste d’expression alémanique. Enfance et
scolarité à Einsiedeln et en Carinthie. Premier cycle de voyages comme
chirurgien-barbier dans diverses armées et d'études à travers l'Europe,
1er établissement à Salzbourg. Deuxième cycle de voyages comme
médecin-chirurgien en Souabe, en Alsace, à Strasbourg. Professeur et
médecin à Bâle.
Émasculé dans l'enfance par un militaire, atteint de disgrâces phy-
siques par lesquelles on a expliqué son instabilité, ses penchants
alcooliques et son irritabilité. Ses théories constituent un échafaudage
surprenant où se combinent la médecine, la philosophie, l'alchimie,
l'occultisme et l'astrologie.
En tant qu'alchimiste, donne une certaine impulsion à l'emploi des
substances chimiques en thérapeutique. Apporte d'excellentes notions
sur un grand nombre de médicaments : l'opium, le mercure, l'arsenic, le
soufre, l'antimoine. Développe l'usage des métaux non-toxiques dans les
traitements médicaux.
Initie le tournant de la médecine galéniste vers la médecine
moderne basée sur la biochimie, en déstabilisant les édifices d’Aristote et
de Galien et en ouvrant la voie à la physiologie expérimentale. ../..
Paracelse
Sa pensée est le point de départ du long processus de séparation
de la chimie de l'alchimie.
Philosophe de la nature d'inspiration chrétienne et alchimiste, théo-
logien laïque. Théoricien du ‘Grand Tout', toujours animé par le désir de
pénétrer la nature profonde des choses, attiré aussi bien par la Nature
que par le Royaume de Dieu. Sa pensée foisonnante, exubérante, est à
l'image de l'homme rebelle, truculent, profondément croyant, se pensant,
sur la fin de sa vie, comme le médecin-prophète du dernier âge.
À Salzbourg dans le réquisitoire De septum punctis idolatriae
cristianae ("Sur sept points de l'idolâtrie chrétienne"), s'en prend à toutes
les cérémonies, prières, aumônes, bénédictions et formes excessives de
pèlerinages. Affirme que homme possède 1) un corps physique, mortel,
2) un corps sidéral, son esprit, 3) une âme immortelle.
« On ne peut point aimer la médecine sans aimer les hommes.»
« Vous n'attendez pas de moi une leçon de conformisme, et vous avez
raison. »« Je préfère les sentiers et les routes aux universités où l'on
n'apprend rien. »
Menno Simons
(1496-1561), prêtre hollandais originaire de Frise. Scandalisé
qu’un tailleur honnête et discret de Leeuwarden, Sicke Freerks,
converti au protestantisme, soit condamné à mort par la cour de
Frise et décapité (en 1531) pour avoir été rebaptisé en tant
qu'adulte.
Se convertit en 1536 à l’anabaptisme, qui affirme l’impossibilité
absolue pour un chrétien de faire la guerre, l’interdiction de prêter
serment, la réservation du baptême aux adultes, la non-intervention
de l’État dans les débats théologiques. Se marie après avoir quitté
l'Église romaine et a 3 enfants.
Presque toutes les branches de l’anabaptisme non-violent se
retrouvent sous le nom de Menonnites. Une forte émigration
mennonite s’est produite au 19ème siècle en direction des États-Unis
(amish, houttériens).
Environ 1 300 000 Mennonites vivent dans un monde un peu à
part, souvent engagés dans lels mouvements non-violents et auprès
des populations frappées par la guerre.
Agostino Steuco
Agostino Guido degli Stuchi, ou Augustin Steucho, ou Agostinus
Steuchus ou Eugubinus, (v. 1497-1548), philologue et philosophe italien,
chanoine régulier de Saint Augustin, responsable de la bibliothèque du
Vatican. Exégète des textes bibliques, a une connaissance approfondie
du latin, du grec et de l'hébreu. S'oppose avec ténacité à la réforme
protestante et participe au Concile de Trente.
En 1540, publie un ouvrage majeur, De perenni philosophia ("La
philosophie éternelle"), dans lequel il soutient que la théologie chrétienne
repose sur des principes universels antérieurs à la Révélation chré-
tienne. Établit l’histoire de la philosophie depuis ses premières manifes-
tations (prisca theologia*).
Montre que nombre d'idées exposées par les sages, poètes et
philosophes de l'Antiquité (Thalès, Pythagore, Parménide, Platon,
Aristote, Plutarque, Numénios d'Apamée, les néoplatoniciens, Philon
d'Alexandrie, ainsi que des œuvres telles que les Oracles chaldaïques,
les Oracles sibyllins) sont fondamentalement en harmonie avec les
doctrines du christianisme.
* Lorsque la philosophie se confond avec une théologie, elle est aussi nommée prisca
theologia ("antique théologie").
Felix Manz
(1498 ? -1527), Réformateur suisse. Rencontre le réformateur Ulrich
Zwingli (1484-1531) comme étudiant en langues bibliques, s’en détache,
devient ensuite beaucoup plus proche des idées de réforme radicale de
Thomas Müntzer (1489-1525), préférant toutefois agir pacifiquement.
Opposé au baptême des enfants, participe aux premiers baptêmes
d'adultes célébrés à Zurich en janvier 1525 dans la maison de sa mère.
Bien que persécuté et plusieurs fois emprisonné, continue de prêcher
cette doctrine.
En mars 1526, le conseil protestant de Zurich, après une vaine
tentative de mise au pas par le Réformateur Ulrich Zwingli (1484-1531),
signe un édit rendant le baptême d'adulte punissable de mort par noyade.
Manz est exécuté de cette façon en janvier 1527 dans la rivière Limmat
à Zürich (peinture du bas).
Cofondateur des Schweizer Brüder (Frères suisses), un des pères et premier
martyr de l'anabaptisme. Ce courant chrétien prône un baptême volontaire et
conscient, ne croit pas à la transsubstantiation, demande de ne pas prêter serment
et de ne pas participer à l’institution judiciaire.
Les Anabaptistes, suite à l’orientation donnée par le prêtre frison Menno
Simmons, constituent aujourd’hui l'un des seuls groupes religieux au sein duquel
on a toujours prôné la non-violence.
Michel de l'Hospital
(1504-1573), homme politique français. Formation humaniste
en Italie. En 1550, chancelier particulier de Marguerite de Valois, use de
son influence pour protéger les poètes de la Pléiade, tel Ronsard.
Ambassadeur au concile de Trente (1545-1563). En avril 1560,
Chancelier de France (ministre de la Justice et Premier ministre).
Par l'édit de Romorantin (mai 1560), évite que l'Inquisition ne
soit introduite en France en vue de poursuivre les ‟hérétiques”. Obtient
aussi que quelques droits soient accordés aux Protestants, dont la
liberté de conscience, mais pas la liberté de culte.
Par son Discours de tolérance devant les États généraux
d'Orléans (déc. 1560), essaye de rapprocher les Français. En 1561,
malgré les attaques de Catherine de Médicis, organise un colloque sur
l'Eucharistie réunissant des théologiens des deux confessions.
Mais ces mesures de tolérance échauffent les plus durs. Le massacre de
Wassy (1562) consacre son échec. Bien qu'il ne soit pas Protestant, son existence
est menacée au moment du massacre de la Saint-Barthélemy (1572, image).
« Qu’y a-t-il besoin de tant de bûchers et de tortures ? C’est avec les
armes de la charité qu’il faut aller à tel combat. Le couteau vaut peu
contre l’esprit. »
Étienne Dolet
(1509-1546), écrivain, poète, imprimeur, humaniste et philologue
français. Études à Paris, Padoue, Toulouse. Imprimeur à Lyon avec
l’autorisation de François Ier, édite Galien, Rabelais, Marot, et des
livres à caractère religieux. Défend la lecture des Écritures saintes en
langue vulgaire.
Accusé de publier des ouvrages entachés d'hérésie, favorable à
Luther, emprisonné en 1542 pour athéisme. Relâché après 15 mois de
prison, emprisonné une seconde fois en 1544, s’échappe et se réfugie
dans le Piémont.
. Revient imprudemment en France pour en appeler à la justice du
roi de France, de la reine de Navarre et du Parlement de Paris. Arrêté
et jugé "athée évadé" par la faculté de théologie de la Sorbonne,
condamné pour blasphème, sédition et exposition de livres prohibés et
damnés. Implore le pardon de Dieu, ce qui lui vaut de ne pas avoir la
langue coupée avant la mise à feu du bûcher. En août 1546, étranglé
puis brûlé avec ses livres sur la place Maubert à Paris*.
* Cette place est réservée aux bûchers des imprimeurs : quatre y sont étranglés puis brûlés en
1546.
Jean Calvin
(1509-1564), Réformateur français mort à Genève. Études à
Noyon, Paris, études de droit à Orléans et Bourges. Après la répression
contre les Protestants*, se réfugie à Bâle, fait traduire la Bible en
français. Son ouvrage L’institution de la religion chrétienne (1536)
résume de l’essentiel de sa foi. Pasteur et professeur pendant 3 ans à
Strasbourg.
En 1540, dans son Commentaire de l’Épître aux Romains,
manifeste clairement sa distance par rapport à Luther : il n’y pas
d’opposition inconciliable entre loi et Évangile. Revient à Genève en
1541.
Opposé en cela à Sébastien Castellion, défenseur de la tolérance
religieuse, est favorable à la condamnation au bûcher de Michel Servet
qui considère le dogme de la Trinité comme non biblique. Écrit de
nombreux traités (contre les Anabaptistes, les libertins, l’astrologie, les
reliques, etc.)
Le calvinisme reconnaît la Bible comme source unique de la foi tout en
admettant les dogmes des 5 premiers conciles, prône le retour à la simplicité
primitive du culte, accorde à la communion une valeur symbolique de
commémoration. L’éthique calviniste, qui glorifie le travail et autorise le prêt, est liée
à l’essor du capitalisme et de la démocratie politique et des valeurs culturelles.
* Protestant : du latin protestari, affirmer, déclarer fermement
Michel Servet
Miguel Serveto ou Michel de Villeneuve (1511-1553), théologien
et médecin français d'origine espagnole.
S'intéresse à toutes les branches du savoir, de la géographie
aux mathématiques, de l'alchimie à l'astrologie, de la médecine à la
théologie. Découvre la circulation pulmonaire, précise que le sang se
régénère dans les poumons au contact de l'air.
À l’âge de 20 ans, dans son traité De Trinitatis erroribus, remet
en question la nature divine de Jésus, affirme que les Évangiles
n'apportent aucune preuve du dogme de la Trinité.
S'affirme cependant Chrétien et espère que l'abolition du dogme
de la Trinité permettra de rallier au christianisme les fidèles des autres
religions monothéistes que sont les Juifs et les Musulmans.
En 1536, au service de l'évêque de Vienne (Dauphiné) en
qualité de médecin, entame une correspondance secrète avec le
réformateur protestant Jean Calvin. Condamné à mort pour hérésie
par les Catholiques et les Protestants.
../..
Michel Servet
Arrêté, évadé et jugé par contumace, brûlé en effigie par
l'Inquisition à Vienne (Dauphiné). De nouveau arrêté à Genève, jugé et
condamné pour hérésie par le Conseil des Deux-Cents de Genève, à
l'instigation de Jean Calvin qu'il avait attaqué.
Brûlé vif à Champel, près de Genève, en octobre 1553.
Jean Servet est une figure majeure des Chrétiens unitariens (environ
750 000 personnes dans une quarantaine de pays). À la différence des Chrétiens
trinitariens, ils nient la divinité de Jésus, considéré comme l'homme le plus
proche de Dieu ou son plus grand prophète.
Après la disparition de l'arianisme, l'unitarisme renaît en Europe presque
simultanément en Pologne-Lituanie et en Transylvanie au milieu du XVIe siècle,
sous l'impulsion de Ferenc Dávid et Jean Sigismond Zápolya.
Parmi les autres Unitariens brûlés vifs ou garottés, Hélène Weigel en 1539,
David Joris en 1559, Nicolas Antoine en 1632.
Photo : statue de M. Servet à Annemasse.
Le Maharal de Prague
Rabbi Judah ben Betsalel Levaï (1512 ?-1609), né à Posen
(Pologne), talmudiste, philosophe et mystique. Très jeune, se fait un
nom par son érudition. Vers l’âge de 20 ans, nommé rabbin de
Nikolsburg (Moravie).
Vers 60 ans, chef spirituel de la communauté juive de Prague,
alors centre principal du judaïsme en Europe orientale, dirige la
synagogue-école de la Klaus. Écrit à partir de 70 ans.
Pointu en mathématiques et en astronomie, ami intime des
astronomes Tycho Brahe et Johannes Kepler. Probablement
kabbaliste et thaumaturge.
Toute sa recherche sur les textes (Talmud, Kabbale) tourne
autour du thème de l’exil et de la vocation d’Israël, leur sens religieux
et métaphysique. Défenseur du Midrash, montrant que derrière ces
anecdotes, parfois enfantines, se cache la véritable sagesse d’Israël, à
condition d’en posséder les clefs de lecture.
Selon la légende, a façonné un être d’argile et de glaise, le Golem, sorte
d’automate qui protégeait la communauté juive de Prague sauf le jour du
Shabbat. L’interprétation d’André Neher est que Dieu n'est pas le Tout-Puissant
comme le suggère une terminologie superficielle et vulgaire, mais l'Être qui
accepte de limiter Son pouvoir.
Philippe Néri
Filippo Neri (1515-1595), prêtre et mystique italien. Abandonne vite
son métier de commerçant, fréquente les moins du mont Cassino. Connaît
une expérience mystique en 1544. Jusqu'en 1548, déambule dans les
rues et sur les places, exerçant une sorte d’apostolat à la Socrate, non par
des enseignements élaborés, mais par le contact amical, sans autre
méthode que la cordialité. Soigne les malades, fonde la première école
organisée et un collège pour les pauvres, s’occupe des jeunes. S'installe
dans l'église et la maison de San Girolamo, y inaugure une vie commu-
nautaire.
Fonde l’Oratorio (‘congrégation de l'Oratoire’, emblème en photo) en
1575 dans un esprit de fraternité et de solidarité. Invite chacun à faire un
tri dans sa vie, rejetant le mauvais et développant le bon. Confesseur et
accompagnateur spirituel ("directeur de conscience") des personnes
modestes comme des grandes familles romaines, ardeur défenseur des
sacrements, considère l'obéissance comme l'une des clés de la vie
spirituelle.
Aime la musique et la poésie, plein de joie et d’humour, farceur. À
quelqu’un qui l’interroge sur l’opportunité de porter un cilice, il répond :
« Certainement, mais au-dessus des vêtements ! ».
« Soyez joyeux, toujours joyeux ! Soyez bons si vous le pouvez »
Sébastien Castellion
Sébastien Châteillon, latinisé en Castellio (1515-1563), humaniste,
bibliste et théologien protestant français, probablement originaire d’une
famille vaudoise. En 1535, fait ses études au collège de la Trinité à Lyon,
où il acquiert les outils intellectuels de l’humanisme, découvre l’Institution
Chrétienne de Jean Calvin et adhère aux idées de la Réforme.
À Genève, dirige le Collège de Rive, se distingue par ses
innovations pédagogiques. Professeur de grec à Bâle.
Après que Michel Servet ait été brûlé vif à Genève pour hérésie
antitrinitaire, publie le Traité des hérétiques qui défend la liberté
religieuse. En 1560, quand s’allume la première des 8 vagues
successives de guerre religieuse en France, publie un petit ouvrage,
Conseil à la France désolée qui, avec 30 ans d’avance, annonce la
solution politique de l’Édit de Nantes.
« Tuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est
tuer un homme. Quand les Genevois ont fait périr Servet, ils ne
défendaient pas une doctrine, ils tuaient un être humain : on ne
prouve pas sa foi en brûlant un homme, mais en se faisant brûler
pour elle. »
John Knox
Introduit la réforme calviniste en Écosse, affaire politique autant
que religieuse. Par ses sermons, contribue à la déposition de la reine
catholique Marie Stuart, décapitée à la hache en juillet 1567. Fondateur
de l’Église presbytérienne, en particulier grâce à sa liturgie : The Book of
common order.
Prédicateur intransigeant, voire puritain fanatique. Libérateur
national contre la tyrannie des Guise et l’occupation des troupes
françaises, qui se livraient, sur le peuple opprimé, aux pires exactions.
Le premier en Écosse à développer l’idée d’une résistance au tyran.
Photos du bas : Patrick Hamilton (1504-1528) et George Wishart (1513-1546), brûlés vifs pour
hérésie par les autorités catholiques
(1515-1572), Réformateur écossais. Études à l’université de
Glasgow, peut-être prêtre, exerce comme notaire et précepteur. Se
convertit à la Réforme en 1546 et devient pasteur. Ses amis Patrick
Hamilton et George Wishart sont brûlés vifs pour hérésie.
Capturé au siège de Saint-Andrews en 1547 par les Français,
envoyé aux galères. Libéré, se rend en Angleterre et devient chapelain du
jeune roi Édouard VI d’Angleterre. À l’avènement de Marie Tudor en 1553,
s’enfuit d’Angleterre, gagne la France puis Genève où il rencontre Calvin.
Thérèse d'Avila
Teresa de Ahumada y Cepeda (1515-1582), religieuse espagnole.
Entre au couvent de l’Incarnation à 20 ans, et comme la majorité des
religieuses de son temps, y mène une vie mondaine et superficielle.
Bouleversée par la représentation d'un Christ au poteau, se convertit en
1554. Revisite sa vie et multiplie les initiatives pour rendre possible à
celles qui le voulaient la rencontre intime avec Dieu. À partir de 1557,
connaît des expériences mystiques (extases sensuelles, lévitations;
transverbération en avril 1560).
Fonde à Avila en 1562 le monastère de stricte observance San
Jose, réforme l'ordre des carmes qui souffre d'un immense laxisme,
suscite un mouvement analogue chez les hommes avec Jean de la
Croix. Décrit dans deux maîtres-livres son expérience personnelle, afin
de rendre accessible à tous, son "chemin de perfection". Proclamée
Docteur de l'Église par Paul VI en 1970.
Pour elle, la charité envers les autres est l’unique thermomètre
permettant de mesurer la qualité de la relation avec Dieu.
« Mes sœurs, vous trouverez Dieu au fond de vos casseroles ! »
« Mort qui fait toucher la vie, ne t’attarde pas, je t’attends! »
« Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie. Qui a Dieu ne
manque de rien. Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, seul Dieu
suffit. » (« Nada te turbe »)
Ferenc Dávid
(Franz David Herte ou Franciscus Davidis, v. 1520-1579),
réformateur protestant puis unitarien. Études à Wittenberg, recteur du
collège catholique de Beszterce, devient pasteur luthérien à Petres puis
Kolozsvár. Élu évêque calviniste des églises hongroises de Transylvanie.
À partir de 1565, dans le cadre des discussions théologiques sur le
dogme de la Trinité, expose ses doutes concernant le Saint Esprit comme
personne divine autonome.
Nommé pasteur à la cour du prince transylvain Jean II de Hongrie,
János Zsigmond, il lui inspire en 1568 l’édit de Torda, considéré comme le
premier décret de liberté religieuse en Europe. Cet édit prescrit qu’une
communauté peut renvoyer un prédicateur et se passer de ses services,
mais qu’elle ne doit en aucun cas attenter à sa vie ni prendre ses biens.
Fondateur et premier évêque de l'Église unitarienne de Transylvanie.
Après la mort de Jean II de Hongrie (1571), emprisonné pour ses
convictions religieuses à la citadelle de Déva. Mort en 1579 au cours de sa
détention.
Photo du bas : L‘église unitarienne de Cluj-Napoca ou Kolozsvár (Roumanie) et le lycée unitarien
János Zsigmond
Michel de Montaigne
(1533-1592), écrivain, philosophe et moraliste français. Magistrat,
conseiller au Parlement de Bordeaux pendant 13 ans, chargé de
missions politiques, puis diplomate, puis maire de Bordeaux.
Ses Essais, tolérés par les autorités, sont mis à l'Index par le
Saint Office en 1676.
Admet la guerre défensive. Un des très rares, au 16ème siècle, à
dénoncer les guerres de conquête et les atrocités des conquistadors
chrétiens, les guerres de religion, la torture et la chasse aux sorcières.
« Il faut étendre la joie, mais retrancher autant qu’on peut la
tristesse. »
« Je ne partage point cette erreur commune de juger d’un autre
d’après ce que je suis. (…) Je conçois et crois bonnes mille manières de
vivre opposées. (…) Quand on me contrarie, on éveille mon attention,
non pas ma colère : je m’avance vers celui qui me contredit, qui
m’instruit. »
« Il y a un certain respect qui nous attache, et un général devoir
d’humanité, non aux bêtes seulement, qui ont vie et sentiment, mais aux
arbres-mêmes et aux plantes. Nous devons la justice aux hommes, et la
grâce et la bénignité aux autres créatures qui en peuvent être
capables ».
Isaac Louria
Isaac Ashkenazi Louria, Luria ou Loria, (1534-1572), rabbin et
kabbaliste. Études à Jérusalem ? Se retire avec son épouse dans une île
sur le Nil, mène une vie d'ascèse, commence à avoir des visions.
En 1569, à la suite d'un appel intérieur, s'installe à Safed (Israël
actuel). Étudie la Kabbale avec Moïse Cordovero (1522-1570). Jouissant
rapidement d'une forte réputation de poète mystique, enseigne la
Kabbale en académie et prêche dans les synagogues.
Voit partout dans la nature, les sources, les arbres, les oiseaux, des
âmes de justes et des étincelles de lumière aspirant à la délivrance,
entend leur appel. Tout son enseignement vise à exposer les moyens de
contribuer à l’œuvre rédemptrice universelle.
Penseur profond du mysticisme juif parmi les plus grands et les
plus célèbres, et fondateur de l'école kabbalistique de Safed. La princi-
pale originalité de la kabbale lourianique tient au fait que le premier acte
de la divinité transcendante – En Sof (l’Infini) – n’est pas un acte de
révélation et d’émanation, mais, au contraire, un acte de dissimulation et
de restriction.
Un des premiers, bien avant Hans Jonas, à affirmer « le retrait de
Dieu » : la présence de Dieu est retenue, discrétion, effacement, silence.
Images : Signature d’Isaac Louria.
Synagogue Louria à Safed
Fausto Sozzini
Fausto Paolo Sozzini, ou Faustus Socinus, ou Fausto Socin
(1539-1604), théologien italien. Pour étudier la Bible, apprend l'hébreu,
le grec et l'arabe. Du fait de ces études, voit d'un autre œil les dogmes
chrétiens établis. Vit à Florence, puis à Bâle.
Les autorités s’élevant contre ses idées, s'exile à nouveau en
Pologne. Rejoint en 1562 et se met au service de l’"Église des Frères
de Pologne et de Lituanie qui a rejeté la Trinité", dite Ecclésia Minor,
dédramatise le Jugement dernier en niant l’existence de l’Enfer.
Apprend le polonais et se marie en 1586. Publie plusieurs
traités, notamment, en 1594, De Jesu Christo servatore. Son système
de pensée, qui se veut une interprétation raisonnée de l'Écriture
sainte, inspire le ‘Catéchisme de Rakow’, édité en polonais en 1605.
S’intéresse surtout à la fonction prophétique de Jésus et à son
message.
Le socinianisme met en avant la tolérance et la charité en
s'opposant à la persécution religieuse. Les Sociniens reconnaissent
comme frères Chrétiens tous ceux qui s'efforcent de mettre en
pratique l'enseignement de Jésus, quelles que soient par ailleurs leurs
options théologiques. Un des précurseurs du protestantisme libéral.
Image du bas : le catéchisme de Rakow (1605)
Pierre Charron
(1541-1603), théologien, philosophe, orateur et moraliste.
Études de philosophie et de droit, avocat, puis prêtre et prédicateur,
notamment de Marguerite de Navarre. Chanoine à Condom, se lie
d’amitié avec Montaigne à Bordeaux, et adopte bientôt sa philosophie.
En 1595, envoyé à Paris comme député à l’Assemblée du clergé,
devient secrétaire de cette assemblée.
Dans son traité De la Sagesse (1601), défend la tolérance
religieuse. Sépare ainsi la religion de la morale, ouvrant l'espace d'une
pensée laïque.
Accusé d'athéisme, le traité est attaqué et calomnié par le jésuite
François Garasse et mis à l'Index librorum prohibitorum * par la
censure romaine en 1606.
Affirme que philosophie morale suffit pour penser l’« excellence
et perfection de l’homme ». Pour fonder cette philosophie morale auto-
nome et directement enracinée en l’homme, écarte la métaphysique,
jugée par lui toute spéculative.
«On peut être impie, mécréant, athéiste même, et vertueux ».
* "Catalogue des livres prohibés". L’Index, instauré à l'issue du Concile de Trente (1545-1563)
et publié par le pape Paul IV en 1659 à la demande de l’Inquisition, était une liste des "livres
pernicieux" que les Catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, car jugés immoraux ou
contraires à la foi. Supprimé en 1966 par le pape Paul VI.
Jean de la Croix
Juan de Yepes y Álvarez (1542-1591), moine carmelite et poète mys-
tique espagnol. Origine noble mais pauvre, carme à 20 ans, prêtre en 1567,
études d’arts et de philosophie à l’université de Salamanque.
Après sa rencontre avec Thérèse d’Avila, ouvre des carmels avec une
vie de retour aux pratiques primitives de l’Ordre.
Entre décembre 1577 et août 78, mis au cachot, humilié et flagellé
dans le couvent de Tolède par les religieux "chaussés" de l’Ordre qui
combattent son projet de réforme. S’évade, est envoyé dans le sud de
l’Espagne, devient prieur du couvent de Grenade. Voyage beaucoup à dos
d’âne pour encourager les nouveaux couvents de frères et de moniales. En
1589, élu prieur du couvent de Ségovie.
Poursuivi et diffamé de nouveau en 1591, chez les carmes "déchaus-
sés" eux-mêmes. Canonisé en 1726, déclaré docteur de l’Église en 1926.
Ses grandes œuvres sont les Cantiques spirituels, La Montée du
Carmel, La Nuit obscure, et La vive Flamme d’amour, traités et commen-
taires de ses poèmes composés en langue castillane.
« Dans cette nuit heureuse, en secret, car nul ne me voyait, ni moi ne
voyais rien, sans autre lueur ni guide que celle qui en mon coeur brûlait »
« De noche iremos que para encontrar la fuente / Sola la sed nos
alumbra » (De nuit nous irons pour trouver la source / Seule nous éclaire la soif)
Giordano Bruno
(1548-1600), dominicain et philosophe italien. Précurseur des
études sur l’atome et de la mnémotechnie, végétarien. Sur la base des
travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, développe la théorie
de l'héliocentrisme et montre, de manière philosophique, la pertinence
d'un univers infini, qui n'a pas de centre, peuplé d'une quantité innom-
brable d'astres et de mondes identiques au nôtre.
Repousse le dogme de la Trinité, la transsubstantiation, la virginité
de Marie, proclame que Jésus-Christ n'est pas Dieu, que le Saint-Esprit
est l'âme de ce monde, que Satan sera finalement sauvé.
Accusé par l'Inquisition d'athéisme (confondu avec son panthéis-
me) et d'hérésie (particulièrement par sa théorie de la réincarnation des
âmes) d'après ses écrits jugés blasphématoires, poursuivi pour son intérêt
pour l’art divinatoire, condamné à être brûlé vif au terme de 8 années de
procès ponctuées de nombreuses propositions de rétractation qu'il paraît
d'abord accepter puis rejette.
« Nous affirmons qu'il existe une infinité de terres, une infinité de
soleils et un éther infini. »
Une statue de bronze à son effigie trône depuis 1889 sur les lieux de son
supplice, au Campo de' Fiori à Rome.
Le cardinal jésuite Roberto Bellarmino qui instruit son procès (puis celui de
Galilée), sera béatifié en 1923, canonisé en 1930 et le déclaré Docteur de l'Église en
1931 par le pape Pie XI…
William Schaw
(1550-1602), "Maître des Travaux" du roi Jacques VI d’Écosse,
"Surveillant général des maçons d'Écosse". Responsable de la construc-
tion, de la réparation et de l'entretien des propriétés du royaume, équiva-
lent d’un ministre du logement et de l'urbanisme moderne.
Auteur des "statuts Schaw", nom donné à deux écrits (1598-1599)
retrouvés en 1860, au château d'Eglington (photo du bas), près de Kilwinning.
Ils donnent des directives administratives et règlementaires à vocation
organisationnelle, et structurent la franc-maçonnerie "opérative", précur-
seure de la franc-maçonnerie "spéculative".
Ils prévoient un mode interne d’organisation hiérarchique et
fonctionnel à trois niveaux (un Surveillant ou Maître de Loge, des
Compagnons ou Maîtres, des Apprentis).
Le mot "loge" désigne une juridiction permanente réglant l'organi-
sation du métier dans une corporation qui coexiste avec de l'institution
municipale. Elle contrôle l'entrée des apprentis et leur accès au rang de
compagnon. Les maçons écossais de 1598 partagent des "secrets",
notamment le "mot du maçon" qui leur sont communiqués après avoir
prêté serment de discrétion. ../..
William Schaw
et les débuts de la franc-maçonnerie
En 557, Austin, archevêque de Cantorbéry, est Grand
Inspecteur des confréries maçonniques.
Divers indices sérieux laissent présager de l'existence de
ces compagnons tailleurs de pierre en France et en Allemagne dès
le 8ème siècle.
En 1015, on note une loge de tailleurs de pierre lors de la
construction de la cathédrale de Strasbourg.
La première apparition du mot "franc-maçon" date de 1376 à
Londres ("freemasons").
Les premiers règlements généraux de la Bauhütte
germanique, en 1459, évoquent, comme les statuts de Shaw en
Écosse, l'existence de pratiques secrètes, à caractère initiatique, et
des mots de reconnaissance.
Le mot franc-maçonnerie désigne un ensemble d'espaces
de sociabilité sélectifs (le recrutement des membres est fait par
cooptation) et une pratique des rites initiatiques se référant à un
secret maçonnique et à l'art de bâtir.
Matteo Ricci
(1552-1610), prêtre jésuite italien. Un des premiers jésuites à pénétrer
en Chine, en étudie la langue et la culture. Acquérant une profonde sympa-
thie pour la civilisation chinoise, y est reconnu comme un authentique "lettré"
et comme l'un des rares étrangers à être considéré comme père fondateur
de l'histoire chinoise.
. Se présente comme un religieux qui a quitté son pays natal dans le
lointain Occident, à cause de la renommée du gouvernement de la Chine, où
il désire demeurer jusqu'à sa mort, en y servant Dieu, le Seigneur du ciel.
Dessine des mappemondes qui font connaître aux Chinois le reste
du monde, traduit en chinois des livres de philosophie, de mathématiques et
d'astronomie. Inversement, révèle à l'Occident Kong Fu Tseu (Confucius),
dont il traduit les 4 livres, créant un dialogue approfondi avec les lettrés et les
hommes de culture. Partage avec les savants chinois ses connaissances de
mathématicien et d’astronome pour la réforme du calendrier chinois, ses
talents de cartographe, sa pratique de l’horlogerie et de la musique. Son
travail et ses activités ont une perspective d'évangélisation en profondeur,
même s'il ne cherche pas à baptiser en masse.
Compose le Traité de l’Amitié, recueil de 100 maximes de sagesse
de l’Occident. Son ouvrage le plus célèbre reste le Tianzhu Shyi, le véritable
sens du Seigneur du ciel, catéchèse en forme de dialogue entre deux sages
d’Orient et d’Occident.
Francis Bacon
(1561-1626), homme politique anglais, philosophe et théori-
cien de la science expérimentale.
S’oppose à la logique aristotélicienne, dégage la science de
la théologie qui a rendu l’intelligence humaine « stérile comme une
nonne ». Abandonne la pensée déductive, qui procède à partir des
principes admis par l’autorité des Anciens, au profit de l’ « interprétation
de la nature », où l’expérience apporte des connaissances nouvelles.
Soumet la nature à l’expérience par une investigation au ras du sol.
Tire de l’expérience une induction, non pas simplement totalisante qui se borne à
constituer le catalogue des données acquises, mais amplifiante qui passe des
faits connus à ceux qu’on peut raisonnablement leur assimiler. Dresse un état des
connaissances pour en déterminer les parties déficientes qui sont à compléter et
entend réorganiser la carte du savoir en tenant compte de l’avancement historique
de la science.
Son utopie scientifique, exposée dans la Nouvelle Atlantide,
repose sur une société dirigée par un "collège universel" qui regrou-
perait laboratoires, bibliothèques et observatoires où le travail de
recherche serait réalisé par des équipes de techniciens.
« La science véritable est la science des causes ».
« Ce ne sont pas des ailes qu’il faut à notre esprit, mais des
semelles de plomb ».
« On ne commande à la nature qu’en lui obéissant. »
Galilée
Galileo Galilei (1564-1642), mathématicien, géomètre, physicien
et astronome italien. En physique, démontre la relativité du mouvement
et la loi qui fait dépendre la durée d'oscillation d'un pendule de sa longueur.
Invente des instruments tels que le compas géométrique.
Met au point une lunette astronomique qui lui permet de découvrir
les cratères de la Lune, et les 4 plus gros satellites de Jupiter. Dans son
ouvrage De revolutionibus, en 1543, défend la conception de l’univers de
Copernic : la Terre tourne autour du Soleil et n'est qu'une planète parmi les
autres du système solaire.
Attaqué pour ses théories par l'Église catholique, qui les juge non
conformes à la foi chrétienne. Jugé en juin 1633 par l’Inquisition qui le force
à renier ses affirmations, ce qu'il fait pour éviter la mort. La légende veut
qu'à la fin de sa vie il ait prononcé ces mots : « Et pourtant, elle tourne ».
Termine sa vie en résidence surveillée tout en pouvant continuer
ses travaux.
Réhabilité par l'Église catholique en …1992.
“ Si l’Écriture ne peut errer, certains de ses interprètes et
commentateurs le peuvent, et de plusieurs façons, dont une
des plus communes et des plus graves serait de s’en tenir
toujours au sens littéral. ”
William Shakespeare
Dans ses premières œuvres, la sagesse, l’harmonie des pouvoirs
sont opposées aux désordres et injustices nés de l’ambition personnelle.
Après 1600, mort, démesure et folie sont des thèmes récurrents de ses
tragédies. Pointe l’inanité des mots comme moyen de communication.
Même les comédies n’en sont plus vraiment, tant le pessimisme pointe
derrière l’humour.
« To be or not to be, that is the question ! »
« Les hommes doivent souffrir leur départ comme leur venue ici-bas ;
le tout est d'être prêt.”
« Aime tout le monde, ne te fie qu'à bien peu.»
« Ce qui ne peut être évité, il le faut embrasser. »
(1564-1616), poète, dramaturge et écrivain anglais. Quitte Stratford-
upon-Avon en 1587 et s'installe à Londres. Travaillant dans un théâtre, il
révèle son talent en arrangeant des pièces. Dans les années 1590, écrit des
poèmes et des pièces de théâtre, se fait remarquer comme acteur et auteur,
devient célèbre. Ouvre à Londres le ‘théâtre du Globe’, qui brûlera en 1613,
puis le théâtre Blackfriars dans un couvent désaffecté. Reconnu par le
public et soutenu par le roi Jacques 1er.
Marcial de Lorenzana
Roque González de Santa Cruz
Martin Schmid
M. de L. (1565-1632), jésuite espagnol, missionnaire en
Amérique latine. Disciple de Francisco Suárez, va au Pérou et ensuite
au Paraguay. Avec son confrère jésuite Francisco de San Martín, invités
par le cacique Arapizandú et avec l’accord du gouverneur espagnol
Hernandarias, fonde en 1609 la première mission jésuite sur le Parana
(San Ignacio, vestiges photo du haut). Recteur du Collegio de la Asunción,
puis de celui de Tucumán. Écrit une Apología en faveur des Indios, qu’il
aide à se libérer de l'oppression coloniale espagnole.
R. G. de S. C (1576-1628, photo du bas), prêtre jésuite hispano-
paraguayen, missionnaire dans les ‘Réductions’ guaranis. Initie une
nouvelle méthode d’adaptation religieuse et pastorale aux coutumes
guaranis, accordant une grande place à la musique, aux chants,
danses, processions et fêtes. Introduit l’enseignement de la langue
guarani dans les écoles et pose les bases de l'organisation politique et
économique des Reducciones : introduit l’agriculture, l’artisanat et
explique le commerce. Lutte pour une double libération des Guaranis :
contre les sorciers et contre les encomenderos (colons) espagnols qui
pratiquent un quasi-esclavage. Fonde plusieurs Réductions. Assassiné,
le crâne fracassé, avec d’autres de ses frères, sur ordre du sorcier
Ñezú, cacique d'Ijuí, dans la réduction de Caaró. ../..
Marcial de Lorenzana
Roque González de Santa Cruz
Martin Schmid
Martin Schmid (1694-1772), prêtre jésuite suisse, missionnaire
dans les Réductions des Chiquitos (Bolivie), dont il est un des architectes
et musiciens les plus importants. Expulsé en 1768 de l’empire colonial
espagnol, avec tous ses confrères jésuites.
Dès le début de la présence espagnole dans les Amériques, la
Couronne s'inquiète de la construction de cités indigènes. La Mission
jésuite du Paraguay est à la fois une entreprise de mission catholique et un
véritable État théocratique où les Jésuites mettent sur pied entre 1609 et
1763 une organisation sociale "utopique" étonnante. Guidés par les
jésuites, les Indiens bénéficient de lois avancées. Des services publics
libres sont instaurés pour les pauvres, ainsi que des écoles et hôpitaux. La
peine de mort est abolie. Chaque village fournit une demeure pour les
veuves, un dispensaire, et plusieurs entrepôts.
Les Réductions périclitent rapidement à la suite de l'expulsion des
jésuites de la Province du Paraguay, en 1767, les franciscains ne parve-
nant pas à maintenir leur niveau antérieur. Elles subsistent dans la partie
amazonienne, les services apportés (centres de santé ou d'éducation) ne
pouvant l'être aussi efficacement par les gouvernements successifs.
Image du haut : Ruines de la Réduction de San Ignacio Mini (Argentine)
François de Sales
(1567-1622), prêtre catholique du duché de Savoie. Études à Paris.
S’imagine prédestiné à l’enfer, est libéré de ses peurs en priant devant
une statue de Marie. Après un séjour en Italie, avocat à Chambéry. En
1593, consacre sa vie à Dieu et renonce à tous ses titres de noblesse.
Nommé évêque de Genève, ne peut pas prendre possession de son
siège et reste en résidence à Annecy.
. Fonde avec la baronne Jeanne de Chantal (1572-1641), une jeune
veuve, l’ordre religieux de ‘La Visitation’. L'un des premiers à utiliser le
français contemporain dans ses écrits afin de se rapprocher de ses
lecteurs. Dans L’introduction à la vie dévote, affirme qu’on peut avoir un
accès direct et personnel à Jésus sans suivre les clercs.
« Partout où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. »
« Rien par force, tout par amour »
« Fleuris là où tu es semé ! »
« C'est par la charité qu'il faut ébranler les murs de Genève, par la
charité qu'il faut l'envahir, par la charité qu'il faut la recouvrer. (…) Je ne
vous propose ni le fer, ni cette poudre dont l'odeur et la saveur rappellent
la fournaise infernale (…). Il faut renverser les murs de Genève par des
prières ardentes et livrer l'assaut par la charité fraternelle. »
Jean Bosco choisit François de Sales pour saint patron de l'ordre religieux
qu'il fonde en 1854. Ses membres s'appellent les Salésiens.
Tommaso Campanella
(1568-1639), moine dominicain et philosophe italien. Étudie la
magie et la kabbale. Sa vie est jalonnée de procès intentés par l’Inqui-
sition à Naples, à Padoue, à Rome (où il est soupçonné d’hérésie en
1597 et doit participer à une séance d’autodafé*).
Tente de soulever ses compatriotes contre la domination
espagnole et les privilèges des nobles, afin d’établir une forme de
gouvernement utopique. Torturé, feint la folie, incarcéré. Libéré par le
pape Urbain VIII, se réfugie en 1634 en France, où Richelieu lui
attribue une pension et où il finit sa vie.
Pendant ses 27 ans de détention, rédige plusieurs ouvrages et
correspond avec de nombreux savants. Élabore sa propre théorie de la
connaissance : combat la scolastique et préconise la méthode expéri-
mentale. Souhaite un mariage entre la théologie catholique, la philoso-
phie platonicienne et la science contemporaine.
Désire une réforme du christianisme et, dans Civitas solis (La
cité du soleil) prône la réunion de tous les peuples sous un seul ordre
civil et sous la « religion naturelle » dont les religions existantes ne sont
pour lui que des formes particulières.
* Autodafé : (mot portugais auto da fé venant du latin actus fidei, acte de foi )
cérémonie organisée par le tribunal de l'Inquisition espagnole ou portugaise, durant laquelle il
proclamait ses jugements. Couramment utilisé pour caractériser la destruction publique de
livres ou de manuscrits par le feu, par ex. pendant la période nazie en Allemagne.
Johannes Kepler
(1571-1630), mathématicien, physicien, astrologue-astronome et
musicien allemand. Études de théologie et de mathématiques. Débute
sa carrière comme assistant de Tycho Brahé (1546-1601) à Prague.
Confirme l’hypothèse héliocentrique de Nicolas Copernic, affirmant que
la Terre tourne autour du Soleil. Découvre que les planètes ne tournent
pas autour du Soleil en suivant des trajectoires circulaires parfaites,
mais des trajectoires elliptiques.
Énonce les relations mathématiques (dites lois de Kepler) qui
régissent les mouvements des planètes sur leur orbite*. Dans Harmo-
nices mundi, exprime, en termes musicaux, ses convictions concernant
les connexions entre le physique et le spirituel : l’univers est une image
de Dieu, l'harmonie de la musique réflète celle de l'univers et de son
créateur
Son dernier ouvrage Somnium seu astronomia lunari est un
roman de science-fiction sur le thème du voyage vers la Lune.
Doit déployer d'immenses efforts pour sauver du bûcher sa mère
accusée de sorcellerie. Meurt sans recevoir les derniers sacrements d’un pasteur
luthérien, car il n'a pas voulu auparavant condamner les calvinistes…
* le carré de la période de révolution d’une planète (ou temps nécessaire pour faire
un tour complet) est proportionnel au cube de la taille de son orbite. Ces lois seront exploitées
par Isaac Newton pour élaborer la théorie de la gravitation universelle.
Jakob Böhme
(1575-1624), philosophe mystique allemand de confession luthérien-
ne, cordonnier de son métier, commerçant actif, conseiller en transactions
financières, agent immobilier et négociateur.
Théosophe, surnommé le Philosophus Teutonicus. Reçoit des illumi-
nations en 1600 et en1612. Devine que la véritable religion ne peut être
dans des querelles théologiques, des imprécations et des excommu-
nications. Gnostique chrétien : recherche une sagesse basée sur une
révélation directe et exprimée par des mythes et symboles plutôt que par
des concepts. Une telle sagesse est plutôt de type contemplatif que
discursif, elle est une philosophie religieuse ou une théosophie.
Son message est une des principales sources d’inspiration des adeptes de
l'alimentation végétale.
Située aux confins de la métaphysique, de la mystique et de l'alchimie théorique,
son œuvre présente une forme d'ésotérisme chrétien, et permettra à la théosophie du
17e siècle d'acquérir ses caractéristiques définitives. Contrairement à la métaphysique
néoplatonicienne qui, partant de l’Un de la Perfection, décrit les phases successives
de sa dégradation, la mystique de Böhme tente de montrer la genèse de l’être parfait
à partir des êtres imparfaits.
Stigmatisé et persécuté par le théologien et Pastor primarius luthérien de Görlitz,
Gregorius Richter. De pieux paroissiens brisent les carreaux de la maison de Böhme
et profaneront sa tombe.
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599

Contenu connexe

Tendances

Tendances (12)

Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 02. De 1200 à 1600
 
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
Chercheurs de sens. — 17. De 1941 à 1945
 
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
Chercheurs de sens. — 13. De 1916 à 1923
 
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
Chercheurs de sens. — 18. De 1946 à 1949
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 08. De 1945 à 1955
 
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
Chercheurs de sens. — 07. De 1750 à 1849
 
Chercheurs de sens. — 22. Depuis 1969
Chercheurs de sens. — 22. Depuis 1969Chercheurs de sens. — 22. Depuis 1969
Chercheurs de sens. — 22. Depuis 1969
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 07. De 1940 à 1949
 
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
Penseurs et acteurs d’un changement sociétal. — 02. De 1850 à 1884
 
Chercheurs de sens. — 16. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 16. De 1935 à 1940Chercheurs de sens. — 16. De 1935 à 1940
Chercheurs de sens. — 16. De 1935 à 1940
 
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
Chercheurs de sens. — 12. De 1908 à 1915
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 07. De 1931 à 1944
 

Similaire à Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599

Saint Albert Docteur de l'Eglise
Saint Albert Docteur de l'EgliseSaint Albert Docteur de l'Eglise
Saint Albert Docteur de l'EgliseMartin M Flynn
 
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.com
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.comLes Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.com
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.comHélène Kémiktsi
 
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptx
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptxSAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptx
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptxMartin M Flynn
 
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptx
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptxSaint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptx
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptxMartin M Flynn
 
Specc La Christianisation
Specc La ChristianisationSpecc La Christianisation
Specc La Christianisationminicoco8
 
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTBEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTEditions La Dondaine
 
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptx
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptxSAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptx
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptxMartin M Flynn
 
Specc La Christianisation
Specc La ChristianisationSpecc La Christianisation
Specc La Christianisationminicoco8
 
Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la CroixSaint Jean de la Croix
Saint Jean de la CroixMartin M Flynn
 

Similaire à Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599 (20)

Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599
 
Chercheurs de sens. — 04. De Jésus Christ à 1199
Chercheurs de sens. — 04. De Jésus Christ à 1199Chercheurs de sens. — 04. De Jésus Christ à 1199
Chercheurs de sens. — 04. De Jésus Christ à 1199
 
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
 
Saint Albert Docteur de l'Eglise
Saint Albert Docteur de l'EgliseSaint Albert Docteur de l'Eglise
Saint Albert Docteur de l'Eglise
 
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.com
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.comLes Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.com
Les Mysteres d'Eleusis - http://www.projethomere.com
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos joursChercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet  à nos jours
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l’islam de Mahomet à nos jours
 
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
Chercheurs de connaissance, science et technique en santé physique et psychiq...
 
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos joursChercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
Chercheurs de sens. — 102. Figures du protestantisme de Luther à nos jours
 
Immortalité et alchimie intérieure en Chine (Muriel Baryosher-Chemouny)
Immortalité et alchimie intérieure en Chine (Muriel Baryosher-Chemouny)Immortalité et alchimie intérieure en Chine (Muriel Baryosher-Chemouny)
Immortalité et alchimie intérieure en Chine (Muriel Baryosher-Chemouny)
 
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptx
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptxSAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptx
SAINT AMBROIS DE MILAN (fr).pptx
 
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptx
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptxSaint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptx
Saint Jean Chrysostome, Patriarche de Constantinople.pptx
 
Specc La Christianisation
Specc La ChristianisationSpecc La Christianisation
Specc La Christianisation
 
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
Chercheurs de sens. — 100. Figures de l'islam du 6<sup>e</sup> siècle à nos j...
 
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTBEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
 
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptx
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptxSAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptx
SAINTS CYRILLE ET MÉTHODE, COPATRONS DE L'EUROPE.pptx
 
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
Chercheurs de sens. — 15. De 1930 à 1934
 
Specc La Christianisation
Specc La ChristianisationSpecc La Christianisation
Specc La Christianisation
 
Saint Jean de la Croix
Saint Jean de la CroixSaint Jean de la Croix
Saint Jean de la Croix
 
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 01. De l’Antiquité à 1200
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 01. De l’Antiquité à 1200Chercheurs de connaissance, science et technique. — 01. De l’Antiquité à 1200
Chercheurs de connaissance, science et technique. — 01. De l’Antiquité à 1200
 
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos joursChercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
Chercheurs de sens. — 99. Figures du judaïsme de l'Antiquité à nos jours
 

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits

Plus de Institut de recherche sur la Résolution Non-violente des Conflits (20)

Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 12h. Mémoire des guerres : Mu...
 
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de NazarethChercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
Chercheurs de sens. — 03. Jésus de Nazareth
 
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
Le conflit Israël-Palestine. — 02. Quelle stratégie pour les Palestiniens ? P...
 
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
Chercheurs de sens. — 101. Figures de l’hindouïsme et du bouddhisme de l’Anti...
 
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
Chercheurs de sens. — 21. De 1960 à 1969
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
Histoire et figures de la non-violence. — 09b. Alexeï Navalny et les dissiden...
 
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
Histoire et figures de la non-violence. — 09. Depuis 1970
 
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 06. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 05. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 04. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
Le conflit Israël-Palestine. — 03. Figures de la résistance à l'occupation is...
 
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
Israël-Palestine. — 01. Historique du conflit. Quelle stratégie pour les Pale...
 
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
 
Préparer la défense civile non-violente. — 08. Définition et schéma d’une déf...
Préparer la défense civile non-violente. — 08. Définition et schéma d’une déf...Préparer la défense civile non-violente. — 08. Définition et schéma d’une déf...
Préparer la défense civile non-violente. — 08. Définition et schéma d’une déf...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06b. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06b. La mémoire des crimes de...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06b. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06b. La mémoire des crimes de...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06c. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06c. La mémoire des crimes de...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06c. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06c. La mémoire des crimes de...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06a. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06a. La mémoire des crimes de...Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06a. La mémoire des crimes de...
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 06a. La mémoire des crimes de...
 
L’Europe en dates et en figures. — 04. Quelle Europe voulons-nous ?
L’Europe en dates et en figures. — 04. Quelle Europe voulons-nous ?L’Europe en dates et en figures. — 04. Quelle Europe voulons-nous ?
L’Europe en dates et en figures. — 04. Quelle Europe voulons-nous ?
 
Justice, pardon et réconciliation. — 03. Pardon et reconciliation entre group...
Justice, pardon et réconciliation. — 03. Pardon et reconciliation entre group...Justice, pardon et réconciliation. — 03. Pardon et reconciliation entre group...
Justice, pardon et réconciliation. — 03. Pardon et reconciliation entre group...
 
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 03. La mémoire du colonialisme
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 03. La mémoire du colonialismeMémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 03. La mémoire du colonialisme
Mémoire et reconnaissance de crimes du passé. — 03. La mémoire du colonialisme
 

Chercheurs de sens. — 05. De 1200 à 1599

  • 1. Trombinoscope "Chercheurs d’humanité" Chercheurs de sens (art, religion, philosophie, spiritualité) 5 - de 1200 à 1599 É. G. .31.05.2021
  • 2. Djalal ed-Din Rumi Djalal-el-din ("majesté de la religion") Rumi (1207-1273), spirituel et mystique musulman soufi. Après des études de droit et de philosophie, succède à son père à la chaire de droit de l’université de Konya (Turquie) où il devient un théologien célèbre. À 36 ans, rencontre le mystique persan Shams de Tabriz (1145-1248, image du bas), qui jette à l’eau ses écrits de théologie. Au lieu de se fâcher, sent son cœur qui s’ouvre, découvre l’amour divin à travers son attachement à Shams, près de qui il vit de 1244 à 1248. Son œuvre, Masnavi, est divisée en 6 livres et comprend un total de 424 histoires allégoriques, illustrant la condition humaine dans sa recherche de Dieu. Elle s'inspire aussi de fables d'Ésope, mais adaptées afin de souligner un des aspects les plus fondamentaux de l'islam, le Tawhid, c'est-à-dire le monothéisme. Fondateur de la confrérie des derviches tourneurs (qui par la danse et le chant entrent en transe mystique). ../.. Image du bas : Le cheikh Shams ud-Din Tabrizi joue aux échecs avec un jeune chrétien au grand scandale de ses disciples (manuscrit de 1581).
  • 3. Djalal ud-Din Rumi Développe dans son monastère à Konya un style de vie communautaire, pauvre, non-violent, joyeux et laborieux. Scandalise les intégristes en accueillant les femmes dans les concerts sacrés, ou en se faisant l’ami des Juifs et des Chrétiens pour rechercher avec eux le chemin de Dieu. Manifeste une tendre compassion non seulement pour les enfants, les ivrognes et les prostituées, mais aussi pour les animaux et les plantes. Veut transformer le petit jihad du Coran (guerre sainte contre les infidèles) en grand jihad (combat spirituel pour l’éléva- tion de soi. « L’amour apporte la joie aux créatures / Il est la source du bonheur infini / (…) La voie de l’amour est un mystère / En elle il n’y a point de querelle / Pas d’autre qualité que la profondeur des choses. »
  • 4. Hadji Bektas Veli Muhammed Bektaş (1209-1271), dit Sayyid Hünkar Hadji Bektaş Veli, descendant du Prophète Mahomet par Ali ar-Rida. Originaire d'une famille du Khorassan, émigre en Anatolie parmi des populations turkmènes sur lesquelles il a eu une influence fondamentale, notamment sur le fait qu'il prêche dans sa langue maternelle, le turc. Saint homme, mystique philosophe de l'alévisme* et du bekta- chisme. Implanté en milieu turcophone, fondateur éponyme de la confrérie des bektachis. Aurait béni l’ordre militaire des janissaires** ?. Selon l'UNESCO, l'islam alevi bektachi, avec les apports de Haci Bektas Veli, fait preuve d'une modernité précoce : avec les mots de son époque, Bektas véhicule des idées qui huit siècles plus tard coïncident avec la ‘Déclaration universelle des droits de l'homme’ (1948). Le semah, cérémonie religieuse des Alevis Bektachis, est classé au patrimoine culturel immatériel de l'humanité par l'UNESCO. * Alévisme : tradition islamique syncrétique, hétérodoxe et locale dont les adeptes suivent les enseignements mystiques d' Ali, des douze imams et de Bektash Veli. Les Alévis se trouvent principalement en Turquie parmi les Turcs et les Kurdes et représentent la plus grande croyance après l’islam sunnite. ** Janissaires : corps d'élite dans l’infanterie de l’armée ottomane, composé de jeunes garçons chrétiens kidnappés qui ont été forcés de se convertir à l'islam. L’Ağa des janissaires, chef suprême, est membre à part entière des Bektachis. Massacrés ou exécutés en 1826 par le sultan Mahmoud II (120 000 morts, 20 000 bannis)
  • 5. Guillemette de Bohème ou Wilhelmine ou Guglielma de Milano (v. 1210-1281), mystique chrétienne. Peut-être fille du roi de Bohême Ottokar Ier ? S'installe à Milan entre 1260 et 1271. Chercheuse de Dieu et maîtresse de vie spirituelle. Hommes et femmes la consultent pour lui demander conseils et réconfort. Reçoit le soutien des cisterciennes de Chiaravalle, qui, après sa mort, l’enterrent dans leur abbaye où les Milanais la vénèrent comme une sainte. Un culte se crée à Milan en faveur de la communauté ou Église naissante des Guilhelmites, qui voit en elle l’incarnation féminine de l’Esprit-Saint. Pour éradiquer ce culte, l’Inquisition extermine cette Église vers 1300, et brûle vif notamment le théologien Andrea Saramita (12??- 1300), qui soutient les thèses de Joachim de Flore. Le saint Tribunal ordonne aussi de déterrer le cadavre de Guillemette et de le brûler en public… Cette "hérésie" médiévale s'inscrit dans le mouvement des béguines que l'on identifie parfois à une aspiration des femmes au sacerdoce mais qui correspond, en tout cas, à un mouvement de pensée et de réforme du fait des laïcs et des femmes. Photos : Abbaye de Chiaravalle à Milan - Représentation des béguines -
  • 6. Roger Bacon (1219-1292), frère franciscain, savant et philosophe anglais. Études à Oxford puis à Paris. Apprend d'abord l'arabe, le grec et l'hébreu, afin de pouvoir étudier dans le texte original les traités d'Aristote et des philosophes orientaux, que, selon lui, l'ignorance des traducteurs latins avait totalement dénaturés. Substitue à l’autorité d’Aristote celle de l’expérience, s’entoure de jeunes qu’il instruit et qui l’aident dans ses recherches expérimentales. Fait des découvertes en astronomie, en physique, en chimie et en médecine. Le premier à s’apercevoir de l’erreur du calendrier Julien par rapport à l’année solaire. Un des fondateurs de l’optique : met au point la théorie des miroirs ardents, explique la formation de l’arc-en-ciel, étudie l’action des lentilles et des verres connexes, invente les lunettes pour les presbytes. En 1266, le pape Clément IV (mort en 1268) qui l'a en grande estime lui demande de lui envoyer ses travaux en secret, malgré les interdits des Constitutions de Narbonne (1260). Bacon lui envoie son Opus majus et quelques instruments de mathématiques qu’il a inventés. ../..
  • 7. Roger Bacon Pour cette infraction aux règlements de son ordre, et pour « certaines nouveautés suspectes », est emprisonné de 1277 à 1292 par le ministre général de l'ordre franciscain. Vers 1292, compose le Compendium studii theologiae (Abrégé des études théologiques), qui résume sa pensée en philosophie et théologie. Pour lui, il appartient aux chercheurs de corriger les erreurs de leurs prédécesseurs : ainsi Aristote a modifié le système de PIaton, Avicenne celui d'Aristote, Averroès les doctrines de tous ses devanciers. Dénonce les Croisades, qu'il considère comme une entreprise de domination sur des peuples. Polémiste infatigable, philosophe hardi, mathématicien, logicien, grammairien et expérimentateur accompli, premier promoteur de la méthode expérimentale et le plus grand linguiste de son temps, est surnommé le ‟ Doctor mirabilis” (Docteur admirable). « Aucun discours ne peut donner la certitude, tout repose sur l'expérience », expérience scientifique ou religieuse, précise-t-il.
  • 8. Thomas d'Aquin Tommaso d'Aquino (1225 ?-1274), religieux, théologien et philosophe italien de l'ordre dominicain. Études à l’abbaye du Mont Cassin, puis à Naples (où se développe la connaissance des philosophes arabes), puis à Paris (élève d’Albert le Grand) et à Cologne. Maître en théologie, enseigne à Paris, au Studium de la Curie romaine, à nouveau à Paris puis à Naples. Conteste aussi l’immobilisme des appareils de la chrétienté et de l’Église. Sa vision optimiste réconcilie foi et raison en mettant les ressources de la raison au service de l’intelligence de la foi, au point de constituer la théologie en science véritable - science des choses divines construite à l’aide de raisonnements et de démonstrations conformes aux principes aristotéliciens. Distingue la matière et la forme, l’existence et l’essence qui se confondent en Dieu. Définit la justice (distributive et communative), la loi, le bien commun (dans une perspective divine), etc. Surnommé le Doctor angelicus à partir du 15ème siècle à cause de son traité des anges. Canonisé en 1323. En 1879, le pape Léon XIII, dans son l'encyclique Æterni Patris, déclare que les écrits de Thomas d'Aquin expriment adéquatement la doctrine de l'Église catholique. Proclamé docteur de l’Église en 1567 et patron des écoles et universités catholiques en 1923. « Si nous résolvons les problèmes de la foi par seule voie d'autorité, nous posséderons certes la vérité, mais dans une tête vide ! » Photo : Th. d’Aquin par Fra Angelico (1395-1455)
  • 9. Marguerite Porete (v. 1250 -1310), femme de lettres du Hainaut (Valenciennes), mystique et chrétienne du courant des béguines, femmes libres en quête d'Amour divin, réfutant l'idée de toute autorité religieuse ou maritale. Ne prononce pas de vœux, appartient à une communauté s’auto- risant à penser par elle-même. N’utilise pas le latin obligatoire pour tout texte religieux, mais écrit son livre Miroir des âmes simples accablées en langue d’oïl, pour toucher le peuple. Comprenant 139 chapitres, il est composé en forme de dialogues entre Âme, Dieu, Amour, Raison et Vertus. L’évêque de Cambrai, Guido II, voit dans son livre « une démarche qui se passe de l'Église comme institution, qui relativise les sacrements et rejette la morale ». Bien qu’approuvé par trois clercs, le livre est interdit sous peine d’excommunication et brûlé comme œuvre hérétique sur la place publique en 1306. Elle refuse de retirer son livre et continue de le laisser diffuser. Déclarée hérétique et relapse (retombée dans l’hérésie) par l’Inquisition, remise au bras séculier, qui, après 18 mois d’emprisonne- ment, la fait brûler vive en juin 1310, place de Grève à Paris, en pré- sence des autorités ecclésiastiques et civiles.
  • 10. Marco Polo (1254-1324), marchand, ambassadeur et explorateur vénitien. En 1271, part avec son père Niccolò et son oncle Matteo pour l’Asie. Avec eux, est au service de Kubilaï Khan, petit-fils de Genghis Khan. L’empereur mongol a proposé à son père, lors d’un précédent voyage, le monopole de toutes les transactions commerciales entre la Chine et la chrétienté et a demandé en échange l'envoi de savants et artistes pouvant illustrer à ses yeux l'Empire des Chrétiens. Le pape a accepté dans l’espoir d’une alliance contre les Musulmans. Fait un périple de 26 ans au Proche Orient et en Asie : Jérusalem, Perse, Géorgie, Mongolie, Chine, Yunnan, Tibet, Birmanie, Vietnam, Inde, Indonésie. En 1298, est fait prisonnier par les Génois et rédige dans la prison de Gènes, avec son voisin de cellule Rustichello de Pise, Le devisement du monde. Cette description en français des États de Kubilaï Khan et de l'Orient donne une représentation du monde minéral, animal et végétal, ainsi que de la géographie humaine. Émaille son livre de faits divers, de mythes, de légendes, mais ses récits de miracles sont peu nombreux, souvent symboliques, et séparés des autres narrations. Démystifie plutôt les légendes. Pionnier de l’interculturalité. Image du haut : Portrait imaginaire, d’après une peinture du 16ème siècle
  • 11. Johann Eckhart Johann Eckhart von Hochheim, dit Maître Eckhart, (1260-1328), théologien et philosophe dominicain, le premier des mystiques rhénans. Étudie la théologie à Erfurt, puis Cologne et Paris. Rencontre et écoute les béguines, notamment à Cologne où elles sont plus d’un millier. Lit Mechtilde de Magdebourg, Marguerite Porete, Hadewijch d’Anvers. Enseigne à Paris, prêche à Cologne et Strasbourg, et administre la province dominicaine de Teutonie depuis Erfurt. En 1325, une enquête disciplinaire traduit les premiers soupçons sur son orthodoxie. L’archevêque de Cologne dénonce en 1326 certaines de ses propositions à l'Inquisition. En 1329, après sa mort, 28 thèses extraites ou prétendument extraites de ses œuvres latines et de ses prédications allemandes sont condamnées par une bulle de Jean XXII, In agro Dominico. Réfute les accusations mais meurt dans l’isolement le plus complet. Le thème principal de ses sermons est la quête de l’essence divine (la déité) et la recherche du secret de la génération des êtres. L’accès à Dieu dans cette recherche de l’illumination et de l’union ne peut s’envisager que si l’âme est totalement dépouillée et réduite à la nudité spirituelle. ../..
  • 12. Johann Eckhart N’étant pas apte à l’approche mystique féminine quasi nuptiale avec Dieu des béguines, a une approche spéculative (speculum : miroir) du chemin de l’Être. Sa voie mystique repose sur deux piliers : 1) l’importance du détachement qui seul permet, par la place qu’il laisse à Dieu dans l’âme, de progresser dans la vie spirituelle; 2) la foi en cette certitude que c’est Dieu qui vient habiter l’âme de celui qui s’abandonne à Lui. « Dans le royaume des Cieux, tout est dans tout, tout est un, et tout est en nous. (…) On peut concevoir la chaleur sans le feu et la lumière sans le soleil, mais on ne peut concevoir Dieu sans l'âme ni l'âme sans Dieu, tant ils sont un ». « Celui qui dit que Dieu est ici ou là, celui-là ne le croyez pas ! (…) « Dieu est sans nom, Dieu est au-dessus de tout nom. (…) Ne dis rien sur Dieu, tu te tromperais. (…) Je prie Dieu de me libérer de Dieu. » « Les gens ne devraient pas toujours tant réfléchir à ce qu'ils doivent faire, ils devraient plutôt penser à ce qu'ils doivent être. S'ils étaient seulement bons et conformes à leur nature, leurs œuvres pourraient briller d'une vive clarté ».
  • 13. John Duns Scot (v. 1266 - 1308), ou Scotus, surnommé le théologien franciscain et philosophe écossais, fondateur de l’école scolastique dite scotiste. Enseigne à Oxford, puis à Paris. Docteur en théologie en 1305, directeur des études du Studium franciscain, centre de formation rattaché à l'université. Termine sa vie à Cologne. Étant la fierté de son ordre, influence profondément Guillaume d'Ockham. L'école scotiste et l'école thomiste seront constamment en conflit, suivant les rivalités des deux ordres mendiants. Élabore une métaphysique de la singularité basée sur le concept d'individuation. Son éthique met l'accent sur la volonté personnelle (entendue comme l'autonomie rationnelle de l'individu, dont la liberté est à l'œuvre dans un monde contingent) et sur la charité. En théologie, est surtout connu pour son angélologie*, ainsi que pour sa théorie de l'Imma- culée conception de Marie, critiquée par les dominicains. Le surnom de Doctor subtilis (le "docteur subtil") qui lui est attribué désigne à l'origine une pensée rigoureuse et fine ; à la Renaissance, il désigne l'excès de subtilités vaines et obscures. * étude des anges, de leurs noms, de leur place dans la hiérarchie divine et de leur rôle.
  • 14. Guillaume d'Ockham (v. 1285 -1347), dit Doctor invicibilis ("le Docteur invincible") et Venerabilis inceptor ("le Vénérable initiateur"), philosophe, logicien et théologien anglais, membre de l'ordre franciscain. Considéré comme le représentant le plus éminent de l'école scolastique nominaliste, principale concurrente des écoles thomiste et scotiste. Enseigne à Oxford. Sa doctrine remet en cause des postulats de la théologie tradi- tionnelle, notamment ses prémisses "scientifiques" (subordination tho- miste ou déduction scotiste) et critique la possibilité d'une démonstration de l'existence de Dieu. S'en prend aux fondements de l'autorité temporelle du pape dans ses écrits politiques, rejoignant l'empereur Louis IV de Bavière en lutte contre le Saint-Siège. Sommé en 1324 de se rendre à Avignon, où siège alors le pape, en raison de ses positions jugée hérétiques. Vit en semi-liberté à Avignon. Excommunié en 1330, s’installe à la cour de Bavière à Munich. On voit parfois dans sa philosophie la préfiguration de la science moderne, de l'empirisme anglais ainsi que de la philosophie analytique contemporaine, car elle insiste surtout sur les faits et sur le type de raisonnement utilisé dans le discours rationnel, au détriment d'une spéculation métaphysique sur "les essences".
  • 15. Henri Suso Heinrich von Berg (v. 1295-1366), dominicain et mystique allemand. Né d'un père violent et d'une mère douce et pieuse. Entre chez les dominicains de Constance à l'âge de 13 ans, prenant alors comme nom le nom de famille de sa mère, Suso. Envoyé à Cologne en 1323, suit avec avidité l'enseignement de Johann Eckart, dont il apprécie particulièrement la théologie apophatique*. À 40 ans, proche de la mort, jette dans le Rhin tous ses instruments de pénitence et de mortification corporelle. Scandalisé que les 28 thèses de Maître Eckhart soient condamnées par une bulle papale, rédige un Petit Livre de la Vérité pour sa défense, ce qui lui vaut des ennuis avec les autorités ecclésiastiques. Écrit ensuite le Livre de l'éternelle Sagesse, qui lui vaut aussi des démêlés avec son Ordre. On lui doit également des esquisses graphiques qui auraient pour but de symboliser la relation de l'âme avec Dieu. * À la différence de la théologie dogmatique (du grec dogma, "penser, décider") qui affirme des certitudes et des vérités, rejette le doute et la critique, la théologie apophatique (du grec apophasis, "négation") essaye de définir Dieu par ce qu’Il n’est pas, et non par ce qu’Il est.
  • 16. Grégoire Palamas (1296-1359), théologien et mystique de l'Église orthodoxe. Moine au Mont Athos, à la communauté de la ‘Grande Lavra’, à Berrhée, à Saint-Sabbas, à Esphigmenou, métropolite (: evêque) de Thessalonique. Développe dans sa pensée un adage des Pères, notamment Irénée de Lyon, selon lequel Dieu s'est fait homme pour que l'homme devienne Dieu. Excommunié pour ses idées religieuses en 1344. Affirme que la grâce déifiante qui répand en l’homme une joie spirituelle, profonde, ineffable, et culmine dans la capacité d’aimer comme Dieu aime, est une expérience vécue et intime avec Dieu, expérience qui dépasse donc tout ce que l’intelligence peut compren- dre et faire comprendre. Popularise la tradition théologique orthodoxe de l’hésychas- me (hesychia : "paix intérieure profonde"), anthropologie unitaire et non dualiste qui définit le corps humain en continuité avec l’âme, laquelle est elle-même d’origine divine. Ce courant est un des seuls qui aient fait le pont entre le christianisme et la vision des sagesses d’Asie, fondées elles aussi sur une anthropologie unitaire. Dieu, dit-il, rayonne par ses énergies. Toute la création est pénétrée par ces énergies divines, et est en chemin vers son épanouis- sement. L’être humain a un rôle à jouer. Il doit accompagner la nature vers sa transfiguration, et il ne peut le faire que par sa propre transfigu- ration.
  • 17. Shāh Nematollāh Vali (1330-1431), agriculteur et poète persan, maître soufi. Voyage dans le monde islamique, rencontre de nombreux maîtres soufis, se familiarise en particulier à la philosophie d'Ibn Arabi. Après avoir servi Shaykh Yafe'i pendant 7 ans, seconde période de voyages : Égypte, Transaxonie, Herat, Mashhad, Baft, Kuh-banan, Kermân. Suivant son exemple, ses disciples abandonnent un mode de vie spirituel privilégiant la réclusion et la retraite pour mener une vie remplie d'occupations constructives. Son opposition à l'apathie et à la léthargie l’amène à interdire à ses disciples l'utilisation de l'opium et du haschisch, à une époque où ces drogues sont d'utilisation commune. Demande de ne pas porter en public un costume religieux qui pourrait attirer l'attention. Préconise le respect des individus, indépendamment de leurs croyances. Rend hommage à tous les peuples et nations, ainsi qu'aux autres ordres soufis existants, en basant ses actions sur un code de pureté et de fidélité. Aujourd'hui considéré comme le fondateur de l'ordre soufi Nimatullahi. Photo du bas : Mausolée de Nematollah Vali à Mahan (Iran)
  • 18. Ibn Khaldoun Abū Zayd 'Abd ar-Ramān ibn Muhammad ibn Khaldūn al-Ḥaḍramī (1332-1406), historiographe et historien arabe tunisien. Originaire d’une famille andalouse d’origine yéménite, émigrée en Tunisie après la reconquista menée par les Catholiques en Espagne. Après une existence active comme conseiller ou ministre des souverains berbères musulmans du Maghreb, se retire à 45 ans au Caire, alors sous la domination des Mamelouks, où il rédige son œuvre et enseigne. À Damas en 1401, rencontre Tamerlan, obtient du redouta- ble conquérant qu'il épargne la vie des habitants, mais Tamerlan ne tient pas sa promesse. Muqaddimah (ou "Prolegomena"), préface à son ouvrage Kitab al- Ibar ("Le livre des exemples"), est un projet d'histoire universelle. Précurseur des disciplines modernes de l'historiographie, de la sociologie, de l'économie, de la démographie, de la pédagogie, un des plus grands philosophes du Moyen-Âge. « L'histoire (…) consiste à méditer, à s'efforcer d'accéder à la vérité, à expliquer avec finesse les causes et les origines des faits, à connaître à fond le pourquoi et le comment des événements. L'histoire prend donc racine dans la philosophie dont elle doit être comptée comme une des branches. » Photo : statue d’Ibn Khaldoun à Tunis, avenue Habib Bourguiba
  • 19. Catherine de Sienne Caterina Benincasa (1347-1380), religieuse, 24ème enfant d’un couple de teinturiers de Siena (Toscane). Rejoint les Mantellate, ‘sœurs de la Pénitence de saint Dominique’, fraternité laïque de dames d’œuvres, et y prononce ses vœux. Très vite marquée par des phénomènes mystiques (extases, stigmates). Secourt les indigents, visite les malades, soigne les pestiférés. En tant qu'ambas- sadrice de Florence, accompagne l'aumônier des dominicains auprès du pape Grégoire XI, le convainc de quitter Avignon pour Rome. En 1373, commence ses prédications publiques. Autour d’elle se regroupe une nouvelle famille, les Caterinati, hommes et femmes, prêtres et laïcs, riches ou pauvres. Le Dialogue, synthèse de sa spiritualité qu’elle dicte à la fin de sa courte vie (elle meurt à 33 ans), relate ses conversations avec Dieu, ou plus exactement ce qu’elle appelle sa « cellule intérieure ». Entend intérieurement la phrase devenue célèbre : « Fais-toi capacité, je me ferai torrent ! », que l’on peut traduire : "Sois ouverte à mes invitations, je te ferai faire de grandes choses !") Bien que ne sachant longtemps ni lire ni écrire, est proclamée docteur de l’Église en 1970. Image du haut : ‘Catherine de Sienne assiégée par les démons’, anonyme, musée national de Varsovie
  • 20. Jan Hus ( v. 1369 -1415) prêtre, théologien, universitaire, et réformateur religieux tchèque. Recteur de l’université de Prague, influencé par les idées de John Wyclif (v. 1330-1384), dénonce la scandaleuse richesse de l’Église, la luxure, la cupidité et l'orgueil du clergé. Aussi soucieux de justice sociale que de morale religieuse, est en même temps un patriote et un réformateur de la langue littéraire tchèque. Excommunié en 1411 pour ne pas s'être présenté devant l’antipape Jean XXIII à Bologne, dénonce la croisade que ce dernier lance contre Ladislas de Hongrie, et attaque les indulgences papales. À nouveau excommunié en 1412, est cité en 1414 devant le concile de Constance et s’y rend, muni d’une promesse d’immunité donnée par l’empereur Sigismond. Le concile le condamne comme hérétique et le remet à l’empereur Sigismond, qui, ne tenant pas sa promesse, le fait mourir étouffé par de la fumée de poix en juillet 1415 à Constance. Ceci déclenche la création de l'Église hussite et les croisades catholiques contre les hussites. Le protestantisme voit en lui un précurseur. « Cherche la vérité, écoute la vérité, apprends la vérité, aime la vérité, soutiens la vérité, défends la vérité, jusqu'à la mort.»
  • 21. Thomas von Kempen ou Thomas a Kempis (nom latinisé utilisé en français), ou Thomas Hemerken (1380 ?- 1471 ?), moine néerlandais né en Allemagne. Membre des ‘Frères de la Vie Commune’, disciple de Florent Radewijns (v.1350- 1400). On lui attribue L’imitation de Jésus-Christ, traduit par Pierre Corneille, Félicité de Lammenais, etc., un des plus grands succès de librairie que l'Europe ait connu de la fin du Moyen-Âge jusqu’au 19ème s. Témoignage parmi d'autres du renouveau spirituel de son époque, désigné sous le nom de devotio moderna, qui oppose la voie de l'intériori- sation à un monde extérieur déchiré et violent, et à l’intellectualisme. La grâce et la tentation sont ressaisies à ce que l’auteur considère comme leur "racine" : l'existence de l'amour et du mal (le Diable, l’enfer, etc.). De l'un et de l'autre, l'auteur décrit avec minutie les formes et les tourments en appelant le lecteur à la conversation intérieure. « Apprends à être patient avec les fautes des autres, car tu as aussi beaucoup de défauts que les autres doivent supporter. » Les 4 livres qui composent L'Imitation constituaient au départ des opuscules autonomes. À partir de quelque 700 manuscrits de provenances diverses, on a en effet observé que le premier livre s'est mis à circuler à partir de 1424, et qu'il faut attendre 1427 pour que les quatre livres soient diffusés.
  • 22. Nicolas de Cues Nikolaus Chrypffs ou Krebs (1401-1464), ou Nicolas de Cuse, ou ‘le Cusan’, penseur allemand né à Cues (vallée de la Moselle). Études de droit, philosophie, jurisprudence et mathématiques. Cardinal, puis devient vicaire temporel et ami du pape Pie II. Remet en cause l'authenticité de la ‘Donation de Constantin’, par laquelle l’empereur aurait donné au pape des pouvoirs temporels. Affirme que la Terre n’est pas fixe mais en mouvement. Renonçant à la méthode scolastique d'exposition, pratique l'art du dialogue et cherche des conciliations par dépassement des oppositions. Attentif aux découvertes de son temps (particulièrement à l'imprimerie), demande aux princes de rassembler expériences et observations pour favoriser le progrès matériel et spirituel. Conscient de l'étendue de la Terre et de la variété des civilisations, rêve à des moyens d'unification et de coopération qui rompent avec l'ethnocentrisme latin Sa théorie de la connaissance a durablement influencé la philosophie des sciences (Giordano Bruno, Descartes) et l'astronomie théorique (Galilée). ../..
  • 23. Nicolas de Cues Dans Cribratio Alcorani, souligne la valeur positive du message de Mahomet, en particulier pour les peuples qui n'ont pas encore la maturité pour recevoir le message du Christ. Dans Pace fidei, fait concorder monothéismes et polythéismes, sous l'égide d'un ''mono- sophisme'', une sagesse unique. Le Dieu voilé est inaccessible à la raison humaine, mais Il peut être cherché au moyen d’énigmes et de symboles, à la condition qu’on soit en mesure d’établir des principes théoriques suffisamment cohérents pour les comprendre et les façonner : - Traité de la ‟docte ignorance” : Il faut réduire la marge entre le su et l’insu. Mais on ne peut avancer que par étapes successives vers la vérité car celle-ci est à l’infini, en Dieu, et le rapport avec le fini est impossible. La vérité échappera toujours aux efforts que nous déploierons pour l’atteindre. Entre la connaissance humaine et la vérité, on trouve le même rapport qui existe entre les polygones inscrits et circonscrits avec la circonférence : même si l’on multipliait à l’infini les côtés du polygone, certes ils s’approcheraient de la circonférence, mais jamais ne s’identifieraient avec elle. - Traité de la ‟coïncidence des opposés” : On ne peut évaluer ce qu’on ignore que relativement à ce que l’on sait. La proportion entre les contraires diminue ou augmente, pour rechercher à s’accorder ou à se fuir. Il n’y a pas de rapport possible avec l’infini, mais par la possibilité de coïncidence des opposés, on peut concevoir l’illimité.
  • 24. Les auteurs de l’Ars moriendi L’Ars moriendi ("l’art de mourir") est le nom de deux textes latins datant respectivement de 1415 et 1540. Ces guides pour les mourants, à l’époque de la terrible Peste noire, se proposent d'aider à bien mourir, selon les conceptions chrétiennes de la fin du Moyen-Âge. La version longue, originale, appelée Tractatus (ou Speculum) artis bene moriendi, est écrite en 1415 par un moine dominicain anonyme, vraisemblablement à la demande du concile de Constance (Allemagne, 1414-1418). Largement lu et traduit dans les langues de l’Europe de l’Ouest, il a été très populaire en Angleterre, où il a créé une tradition littéraire qui culminera au 17e siècle avec le Holy Living and Holy Dying ou The Art of Dying Well. La version courte, produite aux Pays-Bas avec l’émergence de gravures, est datée aux environs de 1450. Pour aider à se préparer à la mort, l’ouvrage décrit les bons côtés du décès et en conclut que la mort n'est pas à craindre, présente les tentations qui assaillent le mourant et les moyens de s’en défendre, énumère les questions à poser au mourant, pose la vie du Christ en modèle, s’adresse aux proches et à la famille, présente les prières à dire pour le mourant. ../..
  • 25. Les auteurs de l’Ars moriendi Des approches modernes et laïques (Michel Onfray, Stéphane Starenkyi, Bernard Baudouin [Pour ne plus avoir peur de la mort], etc.) participent d'une méditation sur la vie et la mort plus que d'une préparation. Le théologien et philosophe Jean-Yves Leloup fait une étude comparative du Bardo Thödol ou Livre tibétain des morts, du Livre des morts des anciens Égyptiens et de l’Ars moriendi chrétien. Des ouvrages récents, comme celui de Marie de Hennezel et Jean-Yves Leloup, lèvent le voile sur le tabou qui pèse sur la mort dans notre société et nous apprennent à l’apprivoiser à travers une spiritualité adaptée à notre temps et à notre monde. Ils visent moins à apporter des réponses que cherche l'homme confronté à l'imminence de sa mort qu'une proximité humaine qui l'aide à s'ouvrir à ce qui le transcende, au mystère de son existence, à l'amour qui relie entre eux les humains.
  • 26. Nicolas de Flüe Niklaus von der Flüe (1417-1487), paysan suisse, soldat puis officier, conseiller municipal puis juge. En 1467, père de 10 enfants, quitte sa famille avec le consentement de sa femme (?), et s'installe comme ermite. En dépit de son analphabétisme et de son peu d'expérience du monde, son art de la médiation et son sincère amour de la paix font de lui un conciliateur entre cantons ruraux et citadins. Au cours de la diète de Stans (1481) qui résulte des guerres de Bourgogne, intervient dans le conflit concernant l'admission de Fribourg et de Soleure dans la Confédération, entrées redoutées par les cantons ruraux. Son message, dont le contenu exact demeure inconnu, établit les bases d'un compromis juridique qui règle la situation. Un des principaux unificateurs de son pays. Canonisé en 1947 et déclaré saint patron de la Suisse. « La différence entre le génie et la bêtise, c’est que le génie a ses limites. »
  • 27. Marsilio Ficino ou Marsilius Ficinus, ou Marsile Ficin (1433-1499), philosophe, théologien et linguiste italien. Étudie la grammaire, la médecine et la théologie et le grec. Prêtre, chanoine de la cathédrale de Florence. Dirige l‘’Académie platonicienne de Florence’, fondée par Cosme de Médicis, et a pour disciples et collègues de travail Jean Pic de la Mirandole, Ange Politien et Jérôme Benivieni. Traduit et commente l'œuvre de Platon et de Plotin, connaît l'œuvre d'Aristote, s'intéresse aussi à la musique, à la médecine, à l'occultisme et l'hermétisme, est le représentant majeur du néoplatonisme médicéen. Sa philosophie, composition intime de métaphysique, de religion et d'esthéti- que, fait autorité en son temps. Son œuvre personnelle est un effort de conciliation entre la révélation chrétienne et la « théologie platonicienne ». Son ouvrage principal est son traité sur l’immortalité de l’âme, Theologia platonica de immortalitate animorum. Dans la quête du retour à l’Antiquité, porte un grand intérêt à l’astrologie, ce qui l’amène à entrer en conflit avec l’Église romaine. En 1489, est accusé de sorcellerie par le pape Innocent VIII et échappe de peu aux rigueurs de l’Inquisition.
  • 28. Kabîr (en arabe, "grand") v. 1440-1518, poète, musicien, tisserand, réformateur religieux indien. Né de parents musulmans à Vârânasî (Bénarès), étudie sous la direction de Râmânanda, un maître vishnouïte. Passe la plus grande partie de sa vie près de son métier à tisser dans une petite boutique de la ville sainte consacrée à Shiva. Sa boutique devient un lieu de réunion où l'on chante les louanges divines, où l'on récite des poèmes. Donne, dans le langage du peuple, des conseils spirituels à un public formé avant tout de petits artisans. Sans doute illettré, considéré comme le père de la langue et littérature hindi. Affirme que toute religion qui n'est pas amour n'est qu'hérésie, que le yoga et la pénitence, le jeûne et l'aumône sans méditation ni véritable bhakti (adoration) sont vides de sens. Refuse toute distinction de race, de caste, de religion et enseigne l'égalité absolue de tous les êtres humains. Mêle dans sa pratique des éléments hindous et musul- mans. Partisan de la non-violence (ahimsa), condamne les sacrifices d’animaux. Inspirera les Sikhs, Shirdi Sai Baba, admiré par Gandhi. « L'homme qui est agréable et qui pratique la droiture (…) et qui tient compte de toutes les créatures comme de son propre moi, celui-là peut atteindre l'Être éternel »
  • 29. Jambeshwar Bhagavan ou Jambaji (1451-1536), fondateur du courant hindou bishnoï, une des formes du vaishnavisme (dévotion envers Vishnou). Issu de la caste des Rajputs, berger, puis maître spirituel. Édicte 29 principes (en hindi, bish : 20; noï : 9) : hygiène de vie du corps et de l’esprit; refus de l’alcool, du tabac, de la drogue; compassion, pardon, contrôle de ses paroles, jeûne; refus du vol, du mensonge, de la médisance, de la convoitise; protection des animaux; refus de couper les arbres vivants (utilisation du seul bois mort) et de déraciner les plantes; mise des morts en terre en faisant l'économie du bois pour la crémation ou le cercueil; refus de castrer les taureaux; fourniture d’un abri commun aux animaux abandonnés; construction de réservoirs d’eau partout où cela est nécessaire; ne rien attendre du gouvernement, ne compter que sur la communauté. Crée la première écotaxe de l’histoire : chaque Bishnoï doit réserver un dixième de ses récoltes céréalières (blé et millet) pour l’alimentation de la faune locale. Déclare qu'il se réincarnera indéfini-ment en chinkara (gazelle) après sa mort, d’où la vénération de cet animal par les Bishnoï. La communauté bishnoï est surtout présente dans l'État du Rajasthan (Jodhpur et Bîkâner), et dans l'Haryana. Photo du bas : Depuis 1973, ce Bishnoï a planté et entretenu 30 000 arbres partout dans le Rajasthan
  • 30. Jérôme Savonarole Girolamo Savonarola (1452-1498), frère dominicain, prédica- teur et réformateur italien. Prêche de façon véhémente contre la corruption morale du clergé catholique, contre les indulgences et dénonce les moines qui en font le commerce. S’insurge notamment contre la dépravation du pape Alexandre VI Borgia. Ne remet pas en cause le dogme. Après l’invasion de l’Italie par Charles VIIII, s’impose comme chef politique. Institue et dirige à Florence de 1494 à 1498 une ‟République chrétienne et religieuse”, sorte de dictature théocratique. Modifie le système d’imposition, abolit la torture, renforce les lois contre l'usure, établit une cour d’appel et un système de secours aux pauvres. Pour réformer les mœurs (abandon des fêtes profanes, ‟bûchers de vanité”, etc.), crée des milices. En mai 1497, est excommunié le pape, accusé d’hérésie, de prophétisme, de sédition et d’erreur religieuse. Torturé, pendu et brûlé par le tribunal de la Sainte Inquisition à Florence en mai 1498. Précurseur de la Réforme, figure majeure dans plusieurs traditions protestantes.
  • 31. Léonardo da Vinci Leonardo di ser Piero da Vinci (1452-1519), peintre italien, dessina- teur et homme de science (géologie, hydraulique, balistique, géométrie, optique, anatomie, botanique), ingénieur, sculpteur, architecte. Travaille à Florence, Milan, Rome, termine sa vie au château du Clos Lucé à Amboise à l’invitation du roi François 1er . Affirme qu'il faut utiliser la raison pour découvrir la vérité. N'a pas peur des erreurs et des échecs : ceux-ci sont une bonne opportunité pour s'appro- cher des bonnes méthodes. Fait donc l'usage constant d'expériences pour infirmer ou confirmer ses théories ou tout simplement en découvrir des nouvelles. Pratique la dissection malgré l’interdiction de l’Église. Végétarien. Pour lui, l’être humain doit s'engager à combattre le mal et à faire le bien. « Va prendre tes leçons dans la nature, c’est là qu’est notre futur. » « Toute connaissance commence par les sentiments. » « Comme une journée bien remplie nous donne un bon sommeil, une vie bien vécue nous mène à une mort paisible. » « Blâme ton ami en secret ; vante-le devant les autres. » « Le mal est notre ennemi. Mais ne serait-il pas pire qu'il fût notre ami ? » « Il ne faut pas appeler richesses les choses que l’on peut perdre. » « Plus on connaît, plus on aime. » Images : Autoportrait, études anatomiques
  • 32. Giovanni Pico della Mirandola ou Jean Pic de la Mirandole (1463-1494), philosophe et théologien humaniste italien. Étudie le latin, le grec, l'hébreu, l'arabe, l’araméen. Fondateur de la kabbale chrétienne*. À la recherche de la prisca theologia (ou théologie première exposée par les Anciens), étudie et synthétise les principales doctrines philosophiques et religieuses connues à son époque, notamment le platonisme, l'aristotélisme, la scolastique. À Paris, rédige ses 900 Conclusiones philosophicae, cabalasticae et theologicae. Déclaré hérétique par le pape Innocent VIII en mars 1487, s’enfuit en France, est arrêté à Lyon, interné à Vincennes. Meurt à 32 ans dans des circonstances demeurées mystérieuses. Dans les Disputationes adversus astrologiam divinatricem, condamne les pratiques des astrologues : il s'intéresse à la haute magie, celle qui rehausse la dignité de l'homme et renforce sa volonté, et il n'y a pas de place dans une telle conception pour le déterminisme astral. * La kabbale de la Renaissance avait pour objet principal de montrer l'unité des religions monothéistes. Pour cette raison, elle fut souvent combattue par les autorités ecclésiastiques hostiles à l’œcuménisme.
  • 33. Érasme Desiderius Erasmus Roterodamus (1469-1536), théologien et humaniste néerlandais. Prêtre, docteur en théologie. Écrits en pédagogie, philologie, politique, théologie. Parcourt l’Europe. Traducteur du Nouveau Testament du grec en latin, étudie les sources grecques et hébraïques afin de restituer le message chrétien débarrassé de la glose scolastique. Dans l’Éloge de la folie, sous le masque du bouffon, prononce un réquisitoire contre les abus de toute sorte et les déviations de l'Église. Affirme sa liberté de pensée par rapport aux autorités ecclésiastiques. Au nom de l’Évangile, dénonce le comportement du clergé et des papes, mais se brouille avec l’impétueux Luther et n’encourage pas la réforme protestante. Engagé pour la paix en Europe, dénonce les penchants hégémoniques et belliqueux des souverains. Refuse la pourpre de cardinal. « Le monde entier est notre patrie à tous. » « Ce que j’enseigne, c’est qu’il ne faut jamais entreprendre de guerre, à moins que l’échec de toutes les autres tentatives l’ait rendue inévitable. La raison est que la guerre est une chose si pernicieuse dans sa nature même que, même sois la conduite du plus juste des princes et avec les motifs les plus justes, elle engendre généralement plus de maux que de bienfaits. »
  • 34. Gurū Nānak Dev (1469-1539), mystique et poète indien du Penjab, marqué par Kabîr. Après une expérience spirituelle, prêche la tolérance et l’union entre les hommes. Voyage (Inde, Népal, Tibet, Sri Lanka, La Mecque, Perse, Afghanistan), puis fonde, à son retour, Kartarpur, "la Ville du Créateur". Alors que Luther prêche la Réforme en Europe, enseigne l'unité et le renouveau à un nombre croissant de disciples. Pour marquer leur dévotion, ils s'appellent Sikhs, nom dérivé du sanscrit shishya (disciple). Maître fondateur du sikhisme et premier des dix gurus* du sikhisme. Celui-ci repose sur la croyance en une divinité unique, transcendante, ineffable et sans forme. Pour lui, toutes les différences religieuses ne sont que le fruit de mâyâ (illusion), et toutes les formes extérieures de la pratique se révèlent inutiles si le cœur de l'adepte reste immergé dans le monde matériel. Les pierres angulaires de son enseignement sont l'égalité de tous devant Dieu et la réconciliation entre Hindous et Musulmans. Grand réformateur social, scandalisé par les conditions de vie des parias (Intouchables), s’oppose au système des castes. * guru : maître spirituel, "personne qui vous amène de l’obscurité en la lumière" Image du milieu : Khaṇḍā, symbole du sikhisme. Image du bas : Granth Sahib, recueil des enseignements spirituels des dix Gurus du sikhisme
  • 35. Juan Diego Cuauhtlatoatzin ("aigle qui parle", 1474-1548), Indien mexicain de la tribu des Nahuas, paysan pauvre et ouvrier dans une manufacture de nattes. Après l'arrivée des conquistadors espagnols et de la chute de l'empire aztèque, se convertit au catholicisme vers 1525 et prend le nom de Juan Diego. Se retire dans une mission catholique de frères francis- cains à Tolpetlac, près de Mexico. Après la mort de sa femme Maria Lucia, reçoit en décembre 1531, à l’âge de 57 ans, une apparition de Marie de Nazareth sous la représen- tation de ‘la Vierge de Guadalupe*’. Elle lui demande en langue nahuati de faire construire une église en ce lieu, et pour cela, d'aller voir l'évêque de la ville. Il va voir l'évêque espagnol, Juan de Zumárraga qui lui demande un signe probant de la demande mariale. Trois jours après, Marie invite l'Indien cueillir des roses sur la colline de Tepeyac. Lorsque les fleurs tombent de la tilma (tunique en fibre d’agave) en présence de l’évêque, une icône de la Vierge reste imprimée sur le tissu. À partir des différentes études scientifiques, de leurs résultats et de l'analyse historico-critique des sources documentaires, les experts et commentateurs tirent des conclusions diamétralement opposées : toute l'image sur la tilma est pour les uns l’œuvre d'une création humaine par un peintre remarquablement habile du XVIe siècle, ou pour les autres d'une origine non explicable humainement. * Dans sa version mexicaine, l'origine du mot Gaudalupe est attribuée au mot nahuatl coatlallope : "celui qui écrase le serpent". ../..
  • 36. Juan Diego et la vierge de Guadalupe On a observé que les étoiles, dispersées de chaque côté du corps de Marie, occupent une position extrêmement précise : leur emplacement rend compte de la position précise des constellations célestes, observées à Mexico, au matin du 11 décembre 1531. En 1979, le Dr Jose Aste Tonsmann, ophtalmologiste péruvien diplômé de l’université de Cornell (New-York), agrandit plus de 2 000 fois l'image du centre des yeux de la Vierge et y voit non seulement un homme barbu, mais également des images de tous les témoins présents lors de la première révélation de la tilma devant Mgr Zumárraga en 1531, plus un petit groupe familial composé d'une mère, d'un père et d'un groupe d'enfants, soit quatorze personnes au total. En 1991, on découvre que le bord des paupières de Marie présente des signes de microcirculation artérielle. Qu’en conclure ? René Laurentin, dans l’introduction du livre de Joachim Bouflet Encyclopédie des phénomènes extraor- dinaires de la vie mystique, écrit : « Dieu agit de manière gratuite, qui se prête mal à l’expérimentation. Et son action désintéressée se manifeste dans un clair-obscur qui parle au cœur et à l’intelligence, mais ne les contraint pas. »
  • 37. Thomas More (1478-1535), juriste, historien, philosophe, humaniste, théologien et homme politique anglais. Dans son livre Utopia, prône la tolérance et la discipline au service de la liberté. Membre du Parlement à partir de 1504, s'élève contre les taxes demandées par le roi Henri VII (1491-1547) pour la guerre d'Écosse. Chancelier du Royaume, par amitié avec Catherine d’Aragon, première femme du roi Henri VIII, n’assiste pas au couronnement d’Anne Boylen, la seconde femme du roi, qui prend cela pour une insulte. Refuse de cautionner l'autorité que le roi s'était arrogée en matière religieuse. Condamné pour haute trahison, décapité le 6 juillet 1535. Modèle de l’homme et du dirigeant politique qui, par amour de la vérité, préfère mourir que renier ses convictions. « La principale cause de la misère publique, c'est le nombre excessif de nobles, frelons oisifs qui se nourrissent de la sueur et du travail d'autrui, et qui font cultiver leurs terres, en rasant leurs fermiers jusqu'au vif, pour augmenter leurs revenus. »
  • 38. Martin Luther (1483-1546), moine augustin allemand, docteur en théologie et professeur à l’université de Wittenberg. Critique les pratiques de l’Église catholique, comme la vente des indulgences, censées raccourcir les peines du Purgatoire, mais destinées en réalité à financer la construction de la pharaonique basilique St Pierre de Rome. Excommunié en 1521 par le pape Léon X. Convoqué par l’empereur Charles Quint à la diète de Worms, qui le met au ban de l’Empire, mais protégé par le prince électeur de Saxe Friedrich der Weise (Frédéric III le Sage, 1463-1525). Grâce à son protecteur, peut développer ses idées réformatrices et constituer en Allemagne les bases des premières Églises protestantes. En 1525, poussés à l’insurrection par Thomas Müntzer, de nombreux paysans se révoltent en Allemagne du Sud au nom de ses idées. Il demande aux princes d’agir pour restaurer la paix civile : 100 000 morts… La même année, se marie avec une ancienne religieuse, Katharina von Bora. Ils auront 6 enfants. ../.. Photo du bas : Luther en octobre 1517 placarde ses 95 thèses sur les portes du château de Wittenberg
  • 39. Martin Luther Ses idées se répandent très vite en Europe, notamment grâce à l’imprimerie. La confession d’Augsbourg est présentée en 1530 à Charles Quint qui la refuse. Fonde sa théologie sur la Bible et non sur les dogmes. Refuse l'autorité papale en tenant la Bible pour seule source légitime d'autorité chrétienne. Se référant à l’épître de Paul aux Romains, affirme que le salut provient de la grâce de Dieu et non des œuvres. Tourmenté par la justice de Dieu qui punit le pécheur, affirme que l’homme est justifié (rendu juste) par la foi qui est un don de Dieu. Abolit les vœux monastiques et le célibat des prêtres. Traduit la Bible en allemand, introduit cette langue dans la liturgie, notamment pour la prédication. Dénie à la célébration de l’Eucharistie son caractère de sacrifice. En 1523, développe la théorie des deux règnes selon laquelle le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel sont complémentaires sans s’exclure. Condamne les sorcières et les Anabaptistes, et pendant les dernières années de sa vie, s’en prend violemment aux Turcs, aux Papistes et aux Juifs, assimilés au Diable... Laisse une œuvre écrite considérable avec plus de 600 titres, compose une série de 36 cantiques en langue allemande. hoto du haut : Luther devant la diète de Worms en avril 1521
  • 40. Daniel Bomberg ou Daniel van Bomberghen, ou Daniele Da Norimbergo (1483- 1553), éditeur-imprimeur flamand, né à Anvers, installé à Venise où il est actif à partir de 1516. Se spécialise dans l'impression de textes de la littérature religieuse hébraïque, secteur qu'il est le premier non-Juif à aborder. En 1520, associé à Félix de Prato (Juif converti au catholicisme, devenu religieux augustin) auprès de qui il apprend l’hébreu, entame l'édition intégrale des deux Talmud : celui de Babylone et celui de Jérusalem. En 1528, publie la Bible rabbinique. Produit également de nombreuses éditions de parties du Tanakh et des Talmuds accompagnés de commentaires, et des écrits rabbiniques indépendants. Au cours de ses 40 ans de carrière, publie 240 éditions de livres en hébreu. Cette production très importante lui coûte une fortune. Pour le Talmud seul, dépense plus de 100 000 écus. Meurt presque ruiné, mais entouré de l'immense considération de tout le monde savant d'Europe
  • 41. Bartolomé de Las Casas (1484-1566), dominicain espagnol, colon pendant 10 ans dans le Nouveau Monde. Longtemps insensible aux dénonciations des domini- cains, et après un massacre d’Amérindiens par les Espagnols à Cuba, vit une conversion fulgurante en préparant un sermon pour la Pentecôte 1514. Combat pour la défense des indigènes par des publications, interventions, et remontrances. S’engage dans une lutte de 50 ans durant laquelle il fera plus de 14 voyages entre les deux continents, Procurador de los Indios en 1516, évêque du Chiapas et membre du Conseil des Indes auprès de Charles Quint. Lors de la controverse de Valladolid en 1547, s’oppose à Juan Ginés de Sepulveda (1494-1573), chanoine de Cordoue qui affirme que les Indiens n’ont pas d’âme et peuvent être asservis. Affirme au contraire qu’il n’est jamais permis d’asservir personne, que les Indiens ont des droits naturels, que les seules armes du Chrétien sont la douceur et la persuasion. Dans son plan de réformes « Mémoire des quatorze remèdes », préconise de prendre des Noirs comme esclaves pour compenser la mortalité des indigènes. Mesure son erreur lorsqu'il connaît les conditions de la guerre menée en Afrique, prend alors la défense des Noirs aussi bien que des Indios et se repent jusqu'à la fin de ses jours de cette erreur.
  • 42. Pir Sultan Abdal (v. 1490 - v.1560), poète mystique turc alévi*, animateur religieux et politique. Passe presque toute sa vie dans un petit village de Yildizeli dans la province de Sivas (actuelle Turquie). Affirme sa fidélité aux préceptes du philosophe mystique Hadji Bektash Veli (1209-1271). Reflète la vie sociale, culturelle et religieuse du peuple. Écrit sur Dieu, l'islam, le prophète Mahomet, l'Imam Ali, les douze imams, le bien commun, la résistance, l'amour et la paix. Arrêté et exécuté (probablement par pendaison) par le chef ottoman Hizir Pacha pour son opposition au régime autoritaire. Son langage direct et clair, la richesse de son imagination et la beauté de ses vers le font aimer du peuple turc. Ses poèmes sont très souvent chantés. Photo : statue d’Abdal avec son saz, luth à manche long
  • 43. Ignace de Loyola Íñigo López de Loyola (1491-1556), né au Pays Basque espagnol. Jeune noble initié au combat des armes, blessé en 1521 à Pampelune. Pendant sa convalescence, lit la vie de Jésus et des saints, se demande "Pourquoi pas moi ? ". Après une année de solitude à Manrèse, pèlerinages de Rome et de Jérusalem, se met aux études, à 33 ans, pendant 11 années. Auteur des ‘Exercices spirituels’, outil de discernement pour voir clair dans sa vie. Devenu prêtre, fonde en 1540 à Rome la ‘Compagnie de Jésus’ (en latin abrégé « SJ » pour Societas Jesu) pour servir Dieu et l’Église alors en pleine réforme. Oriente sa congrégation vers l'œuvre missionnaire, en particulier vers les Indes orientales, l'Afrique et les colonies portugaises d'Améri- que du Sud. Ardent défenseur de la Contre-Réforme. La spiritualité ignatienne est l'une des principales sources d'introspection religieuse dans le catholicisme. « Vous devriez vous résoudre à faire avec calme ce que vous pouvez. Ne soyez pas inquiets de tout, mais abandonnez à la divine Providence ce que vous ne pouvez accomplir par vous-même. » ../..
  • 44. Ignace de Loyola « De même, en effet, que se promener, marcher et courir sont des exercices corporels, de même appelle-t-on exercices spirituels toute manière de préparer et de disposer l’âme pour écarter de soi toutes les affections désordonnées et (…) pour chercher et trouver la volonté divine dans la disposition de sa vie. » Appelle chacun à devenir responsable de son histoire, en sorte que sa liberté, loin d’être ordonnée par des structures établies, soit sans cesse provoquée à être, aimer et servir mieux et davantage (magis) et à mettre en œuvre ses facultés d’engagement, de réalisation et d’accom- plissement. Distingue deux mouvements psychologiques et spirituels : 1) la consolation ("avec le soleil") : paix, joie, engagement, dynamisme, etc. 2) la désolation : brouillard, tristesse, découragement, période où il est déconseillé de prendre de grandes décisions. Conseille la relecture régulière par chacun de sa vie et l’accom- pagnement par une personne qualifiée. En vue du discernement, recommande de prier et d’approfondir sa relation à Dieu, de ne pas rester seul, de poser à soi et aux autres une question précise et comprise par tous, de vérifier dans le temps si la finalité visée a des chances de se réaliser, de laisser place aussi à d’autres facteurs (l’obéissance, la providence).
  • 45. Théophrast Paracelse Philippus Theophrastus Aureolus Bombast von Hohenheim (1493- 1541), ou Theophrast Paracelsus, ou Paracelse, médecin-chirurgien suisse, théologien et alchimiste d’expression alémanique. Enfance et scolarité à Einsiedeln et en Carinthie. Premier cycle de voyages comme chirurgien-barbier dans diverses armées et d'études à travers l'Europe, 1er établissement à Salzbourg. Deuxième cycle de voyages comme médecin-chirurgien en Souabe, en Alsace, à Strasbourg. Professeur et médecin à Bâle. Émasculé dans l'enfance par un militaire, atteint de disgrâces phy- siques par lesquelles on a expliqué son instabilité, ses penchants alcooliques et son irritabilité. Ses théories constituent un échafaudage surprenant où se combinent la médecine, la philosophie, l'alchimie, l'occultisme et l'astrologie. En tant qu'alchimiste, donne une certaine impulsion à l'emploi des substances chimiques en thérapeutique. Apporte d'excellentes notions sur un grand nombre de médicaments : l'opium, le mercure, l'arsenic, le soufre, l'antimoine. Développe l'usage des métaux non-toxiques dans les traitements médicaux. Initie le tournant de la médecine galéniste vers la médecine moderne basée sur la biochimie, en déstabilisant les édifices d’Aristote et de Galien et en ouvrant la voie à la physiologie expérimentale. ../..
  • 46. Paracelse Sa pensée est le point de départ du long processus de séparation de la chimie de l'alchimie. Philosophe de la nature d'inspiration chrétienne et alchimiste, théo- logien laïque. Théoricien du ‘Grand Tout', toujours animé par le désir de pénétrer la nature profonde des choses, attiré aussi bien par la Nature que par le Royaume de Dieu. Sa pensée foisonnante, exubérante, est à l'image de l'homme rebelle, truculent, profondément croyant, se pensant, sur la fin de sa vie, comme le médecin-prophète du dernier âge. À Salzbourg dans le réquisitoire De septum punctis idolatriae cristianae ("Sur sept points de l'idolâtrie chrétienne"), s'en prend à toutes les cérémonies, prières, aumônes, bénédictions et formes excessives de pèlerinages. Affirme que homme possède 1) un corps physique, mortel, 2) un corps sidéral, son esprit, 3) une âme immortelle. « On ne peut point aimer la médecine sans aimer les hommes.» « Vous n'attendez pas de moi une leçon de conformisme, et vous avez raison. »« Je préfère les sentiers et les routes aux universités où l'on n'apprend rien. »
  • 47. Menno Simons (1496-1561), prêtre hollandais originaire de Frise. Scandalisé qu’un tailleur honnête et discret de Leeuwarden, Sicke Freerks, converti au protestantisme, soit condamné à mort par la cour de Frise et décapité (en 1531) pour avoir été rebaptisé en tant qu'adulte. Se convertit en 1536 à l’anabaptisme, qui affirme l’impossibilité absolue pour un chrétien de faire la guerre, l’interdiction de prêter serment, la réservation du baptême aux adultes, la non-intervention de l’État dans les débats théologiques. Se marie après avoir quitté l'Église romaine et a 3 enfants. Presque toutes les branches de l’anabaptisme non-violent se retrouvent sous le nom de Menonnites. Une forte émigration mennonite s’est produite au 19ème siècle en direction des États-Unis (amish, houttériens). Environ 1 300 000 Mennonites vivent dans un monde un peu à part, souvent engagés dans lels mouvements non-violents et auprès des populations frappées par la guerre.
  • 48. Agostino Steuco Agostino Guido degli Stuchi, ou Augustin Steucho, ou Agostinus Steuchus ou Eugubinus, (v. 1497-1548), philologue et philosophe italien, chanoine régulier de Saint Augustin, responsable de la bibliothèque du Vatican. Exégète des textes bibliques, a une connaissance approfondie du latin, du grec et de l'hébreu. S'oppose avec ténacité à la réforme protestante et participe au Concile de Trente. En 1540, publie un ouvrage majeur, De perenni philosophia ("La philosophie éternelle"), dans lequel il soutient que la théologie chrétienne repose sur des principes universels antérieurs à la Révélation chré- tienne. Établit l’histoire de la philosophie depuis ses premières manifes- tations (prisca theologia*). Montre que nombre d'idées exposées par les sages, poètes et philosophes de l'Antiquité (Thalès, Pythagore, Parménide, Platon, Aristote, Plutarque, Numénios d'Apamée, les néoplatoniciens, Philon d'Alexandrie, ainsi que des œuvres telles que les Oracles chaldaïques, les Oracles sibyllins) sont fondamentalement en harmonie avec les doctrines du christianisme. * Lorsque la philosophie se confond avec une théologie, elle est aussi nommée prisca theologia ("antique théologie").
  • 49. Felix Manz (1498 ? -1527), Réformateur suisse. Rencontre le réformateur Ulrich Zwingli (1484-1531) comme étudiant en langues bibliques, s’en détache, devient ensuite beaucoup plus proche des idées de réforme radicale de Thomas Müntzer (1489-1525), préférant toutefois agir pacifiquement. Opposé au baptême des enfants, participe aux premiers baptêmes d'adultes célébrés à Zurich en janvier 1525 dans la maison de sa mère. Bien que persécuté et plusieurs fois emprisonné, continue de prêcher cette doctrine. En mars 1526, le conseil protestant de Zurich, après une vaine tentative de mise au pas par le Réformateur Ulrich Zwingli (1484-1531), signe un édit rendant le baptême d'adulte punissable de mort par noyade. Manz est exécuté de cette façon en janvier 1527 dans la rivière Limmat à Zürich (peinture du bas). Cofondateur des Schweizer Brüder (Frères suisses), un des pères et premier martyr de l'anabaptisme. Ce courant chrétien prône un baptême volontaire et conscient, ne croit pas à la transsubstantiation, demande de ne pas prêter serment et de ne pas participer à l’institution judiciaire. Les Anabaptistes, suite à l’orientation donnée par le prêtre frison Menno Simmons, constituent aujourd’hui l'un des seuls groupes religieux au sein duquel on a toujours prôné la non-violence.
  • 50. Michel de l'Hospital (1504-1573), homme politique français. Formation humaniste en Italie. En 1550, chancelier particulier de Marguerite de Valois, use de son influence pour protéger les poètes de la Pléiade, tel Ronsard. Ambassadeur au concile de Trente (1545-1563). En avril 1560, Chancelier de France (ministre de la Justice et Premier ministre). Par l'édit de Romorantin (mai 1560), évite que l'Inquisition ne soit introduite en France en vue de poursuivre les ‟hérétiques”. Obtient aussi que quelques droits soient accordés aux Protestants, dont la liberté de conscience, mais pas la liberté de culte. Par son Discours de tolérance devant les États généraux d'Orléans (déc. 1560), essaye de rapprocher les Français. En 1561, malgré les attaques de Catherine de Médicis, organise un colloque sur l'Eucharistie réunissant des théologiens des deux confessions. Mais ces mesures de tolérance échauffent les plus durs. Le massacre de Wassy (1562) consacre son échec. Bien qu'il ne soit pas Protestant, son existence est menacée au moment du massacre de la Saint-Barthélemy (1572, image). « Qu’y a-t-il besoin de tant de bûchers et de tortures ? C’est avec les armes de la charité qu’il faut aller à tel combat. Le couteau vaut peu contre l’esprit. »
  • 51. Étienne Dolet (1509-1546), écrivain, poète, imprimeur, humaniste et philologue français. Études à Paris, Padoue, Toulouse. Imprimeur à Lyon avec l’autorisation de François Ier, édite Galien, Rabelais, Marot, et des livres à caractère religieux. Défend la lecture des Écritures saintes en langue vulgaire. Accusé de publier des ouvrages entachés d'hérésie, favorable à Luther, emprisonné en 1542 pour athéisme. Relâché après 15 mois de prison, emprisonné une seconde fois en 1544, s’échappe et se réfugie dans le Piémont. . Revient imprudemment en France pour en appeler à la justice du roi de France, de la reine de Navarre et du Parlement de Paris. Arrêté et jugé "athée évadé" par la faculté de théologie de la Sorbonne, condamné pour blasphème, sédition et exposition de livres prohibés et damnés. Implore le pardon de Dieu, ce qui lui vaut de ne pas avoir la langue coupée avant la mise à feu du bûcher. En août 1546, étranglé puis brûlé avec ses livres sur la place Maubert à Paris*. * Cette place est réservée aux bûchers des imprimeurs : quatre y sont étranglés puis brûlés en 1546.
  • 52. Jean Calvin (1509-1564), Réformateur français mort à Genève. Études à Noyon, Paris, études de droit à Orléans et Bourges. Après la répression contre les Protestants*, se réfugie à Bâle, fait traduire la Bible en français. Son ouvrage L’institution de la religion chrétienne (1536) résume de l’essentiel de sa foi. Pasteur et professeur pendant 3 ans à Strasbourg. En 1540, dans son Commentaire de l’Épître aux Romains, manifeste clairement sa distance par rapport à Luther : il n’y pas d’opposition inconciliable entre loi et Évangile. Revient à Genève en 1541. Opposé en cela à Sébastien Castellion, défenseur de la tolérance religieuse, est favorable à la condamnation au bûcher de Michel Servet qui considère le dogme de la Trinité comme non biblique. Écrit de nombreux traités (contre les Anabaptistes, les libertins, l’astrologie, les reliques, etc.) Le calvinisme reconnaît la Bible comme source unique de la foi tout en admettant les dogmes des 5 premiers conciles, prône le retour à la simplicité primitive du culte, accorde à la communion une valeur symbolique de commémoration. L’éthique calviniste, qui glorifie le travail et autorise le prêt, est liée à l’essor du capitalisme et de la démocratie politique et des valeurs culturelles. * Protestant : du latin protestari, affirmer, déclarer fermement
  • 53. Michel Servet Miguel Serveto ou Michel de Villeneuve (1511-1553), théologien et médecin français d'origine espagnole. S'intéresse à toutes les branches du savoir, de la géographie aux mathématiques, de l'alchimie à l'astrologie, de la médecine à la théologie. Découvre la circulation pulmonaire, précise que le sang se régénère dans les poumons au contact de l'air. À l’âge de 20 ans, dans son traité De Trinitatis erroribus, remet en question la nature divine de Jésus, affirme que les Évangiles n'apportent aucune preuve du dogme de la Trinité. S'affirme cependant Chrétien et espère que l'abolition du dogme de la Trinité permettra de rallier au christianisme les fidèles des autres religions monothéistes que sont les Juifs et les Musulmans. En 1536, au service de l'évêque de Vienne (Dauphiné) en qualité de médecin, entame une correspondance secrète avec le réformateur protestant Jean Calvin. Condamné à mort pour hérésie par les Catholiques et les Protestants. ../..
  • 54. Michel Servet Arrêté, évadé et jugé par contumace, brûlé en effigie par l'Inquisition à Vienne (Dauphiné). De nouveau arrêté à Genève, jugé et condamné pour hérésie par le Conseil des Deux-Cents de Genève, à l'instigation de Jean Calvin qu'il avait attaqué. Brûlé vif à Champel, près de Genève, en octobre 1553. Jean Servet est une figure majeure des Chrétiens unitariens (environ 750 000 personnes dans une quarantaine de pays). À la différence des Chrétiens trinitariens, ils nient la divinité de Jésus, considéré comme l'homme le plus proche de Dieu ou son plus grand prophète. Après la disparition de l'arianisme, l'unitarisme renaît en Europe presque simultanément en Pologne-Lituanie et en Transylvanie au milieu du XVIe siècle, sous l'impulsion de Ferenc Dávid et Jean Sigismond Zápolya. Parmi les autres Unitariens brûlés vifs ou garottés, Hélène Weigel en 1539, David Joris en 1559, Nicolas Antoine en 1632. Photo : statue de M. Servet à Annemasse.
  • 55. Le Maharal de Prague Rabbi Judah ben Betsalel Levaï (1512 ?-1609), né à Posen (Pologne), talmudiste, philosophe et mystique. Très jeune, se fait un nom par son érudition. Vers l’âge de 20 ans, nommé rabbin de Nikolsburg (Moravie). Vers 60 ans, chef spirituel de la communauté juive de Prague, alors centre principal du judaïsme en Europe orientale, dirige la synagogue-école de la Klaus. Écrit à partir de 70 ans. Pointu en mathématiques et en astronomie, ami intime des astronomes Tycho Brahe et Johannes Kepler. Probablement kabbaliste et thaumaturge. Toute sa recherche sur les textes (Talmud, Kabbale) tourne autour du thème de l’exil et de la vocation d’Israël, leur sens religieux et métaphysique. Défenseur du Midrash, montrant que derrière ces anecdotes, parfois enfantines, se cache la véritable sagesse d’Israël, à condition d’en posséder les clefs de lecture. Selon la légende, a façonné un être d’argile et de glaise, le Golem, sorte d’automate qui protégeait la communauté juive de Prague sauf le jour du Shabbat. L’interprétation d’André Neher est que Dieu n'est pas le Tout-Puissant comme le suggère une terminologie superficielle et vulgaire, mais l'Être qui accepte de limiter Son pouvoir.
  • 56. Philippe Néri Filippo Neri (1515-1595), prêtre et mystique italien. Abandonne vite son métier de commerçant, fréquente les moins du mont Cassino. Connaît une expérience mystique en 1544. Jusqu'en 1548, déambule dans les rues et sur les places, exerçant une sorte d’apostolat à la Socrate, non par des enseignements élaborés, mais par le contact amical, sans autre méthode que la cordialité. Soigne les malades, fonde la première école organisée et un collège pour les pauvres, s’occupe des jeunes. S'installe dans l'église et la maison de San Girolamo, y inaugure une vie commu- nautaire. Fonde l’Oratorio (‘congrégation de l'Oratoire’, emblème en photo) en 1575 dans un esprit de fraternité et de solidarité. Invite chacun à faire un tri dans sa vie, rejetant le mauvais et développant le bon. Confesseur et accompagnateur spirituel ("directeur de conscience") des personnes modestes comme des grandes familles romaines, ardeur défenseur des sacrements, considère l'obéissance comme l'une des clés de la vie spirituelle. Aime la musique et la poésie, plein de joie et d’humour, farceur. À quelqu’un qui l’interroge sur l’opportunité de porter un cilice, il répond : « Certainement, mais au-dessus des vêtements ! ». « Soyez joyeux, toujours joyeux ! Soyez bons si vous le pouvez »
  • 57. Sébastien Castellion Sébastien Châteillon, latinisé en Castellio (1515-1563), humaniste, bibliste et théologien protestant français, probablement originaire d’une famille vaudoise. En 1535, fait ses études au collège de la Trinité à Lyon, où il acquiert les outils intellectuels de l’humanisme, découvre l’Institution Chrétienne de Jean Calvin et adhère aux idées de la Réforme. À Genève, dirige le Collège de Rive, se distingue par ses innovations pédagogiques. Professeur de grec à Bâle. Après que Michel Servet ait été brûlé vif à Genève pour hérésie antitrinitaire, publie le Traité des hérétiques qui défend la liberté religieuse. En 1560, quand s’allume la première des 8 vagues successives de guerre religieuse en France, publie un petit ouvrage, Conseil à la France désolée qui, avec 30 ans d’avance, annonce la solution politique de l’Édit de Nantes. « Tuer un homme ce n’est pas défendre une doctrine, c’est tuer un homme. Quand les Genevois ont fait périr Servet, ils ne défendaient pas une doctrine, ils tuaient un être humain : on ne prouve pas sa foi en brûlant un homme, mais en se faisant brûler pour elle. »
  • 58. John Knox Introduit la réforme calviniste en Écosse, affaire politique autant que religieuse. Par ses sermons, contribue à la déposition de la reine catholique Marie Stuart, décapitée à la hache en juillet 1567. Fondateur de l’Église presbytérienne, en particulier grâce à sa liturgie : The Book of common order. Prédicateur intransigeant, voire puritain fanatique. Libérateur national contre la tyrannie des Guise et l’occupation des troupes françaises, qui se livraient, sur le peuple opprimé, aux pires exactions. Le premier en Écosse à développer l’idée d’une résistance au tyran. Photos du bas : Patrick Hamilton (1504-1528) et George Wishart (1513-1546), brûlés vifs pour hérésie par les autorités catholiques (1515-1572), Réformateur écossais. Études à l’université de Glasgow, peut-être prêtre, exerce comme notaire et précepteur. Se convertit à la Réforme en 1546 et devient pasteur. Ses amis Patrick Hamilton et George Wishart sont brûlés vifs pour hérésie. Capturé au siège de Saint-Andrews en 1547 par les Français, envoyé aux galères. Libéré, se rend en Angleterre et devient chapelain du jeune roi Édouard VI d’Angleterre. À l’avènement de Marie Tudor en 1553, s’enfuit d’Angleterre, gagne la France puis Genève où il rencontre Calvin.
  • 59. Thérèse d'Avila Teresa de Ahumada y Cepeda (1515-1582), religieuse espagnole. Entre au couvent de l’Incarnation à 20 ans, et comme la majorité des religieuses de son temps, y mène une vie mondaine et superficielle. Bouleversée par la représentation d'un Christ au poteau, se convertit en 1554. Revisite sa vie et multiplie les initiatives pour rendre possible à celles qui le voulaient la rencontre intime avec Dieu. À partir de 1557, connaît des expériences mystiques (extases sensuelles, lévitations; transverbération en avril 1560). Fonde à Avila en 1562 le monastère de stricte observance San Jose, réforme l'ordre des carmes qui souffre d'un immense laxisme, suscite un mouvement analogue chez les hommes avec Jean de la Croix. Décrit dans deux maîtres-livres son expérience personnelle, afin de rendre accessible à tous, son "chemin de perfection". Proclamée Docteur de l'Église par Paul VI en 1970. Pour elle, la charité envers les autres est l’unique thermomètre permettant de mesurer la qualité de la relation avec Dieu. « Mes sœurs, vous trouverez Dieu au fond de vos casseroles ! » « Mort qui fait toucher la vie, ne t’attarde pas, je t’attends! » « Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie. Qui a Dieu ne manque de rien. Que rien ne te trouble, que rien ne t’effraie, seul Dieu suffit. » (« Nada te turbe »)
  • 60. Ferenc Dávid (Franz David Herte ou Franciscus Davidis, v. 1520-1579), réformateur protestant puis unitarien. Études à Wittenberg, recteur du collège catholique de Beszterce, devient pasteur luthérien à Petres puis Kolozsvár. Élu évêque calviniste des églises hongroises de Transylvanie. À partir de 1565, dans le cadre des discussions théologiques sur le dogme de la Trinité, expose ses doutes concernant le Saint Esprit comme personne divine autonome. Nommé pasteur à la cour du prince transylvain Jean II de Hongrie, János Zsigmond, il lui inspire en 1568 l’édit de Torda, considéré comme le premier décret de liberté religieuse en Europe. Cet édit prescrit qu’une communauté peut renvoyer un prédicateur et se passer de ses services, mais qu’elle ne doit en aucun cas attenter à sa vie ni prendre ses biens. Fondateur et premier évêque de l'Église unitarienne de Transylvanie. Après la mort de Jean II de Hongrie (1571), emprisonné pour ses convictions religieuses à la citadelle de Déva. Mort en 1579 au cours de sa détention. Photo du bas : L‘église unitarienne de Cluj-Napoca ou Kolozsvár (Roumanie) et le lycée unitarien János Zsigmond
  • 61. Michel de Montaigne (1533-1592), écrivain, philosophe et moraliste français. Magistrat, conseiller au Parlement de Bordeaux pendant 13 ans, chargé de missions politiques, puis diplomate, puis maire de Bordeaux. Ses Essais, tolérés par les autorités, sont mis à l'Index par le Saint Office en 1676. Admet la guerre défensive. Un des très rares, au 16ème siècle, à dénoncer les guerres de conquête et les atrocités des conquistadors chrétiens, les guerres de religion, la torture et la chasse aux sorcières. « Il faut étendre la joie, mais retrancher autant qu’on peut la tristesse. » « Je ne partage point cette erreur commune de juger d’un autre d’après ce que je suis. (…) Je conçois et crois bonnes mille manières de vivre opposées. (…) Quand on me contrarie, on éveille mon attention, non pas ma colère : je m’avance vers celui qui me contredit, qui m’instruit. » « Il y a un certain respect qui nous attache, et un général devoir d’humanité, non aux bêtes seulement, qui ont vie et sentiment, mais aux arbres-mêmes et aux plantes. Nous devons la justice aux hommes, et la grâce et la bénignité aux autres créatures qui en peuvent être capables ».
  • 62. Isaac Louria Isaac Ashkenazi Louria, Luria ou Loria, (1534-1572), rabbin et kabbaliste. Études à Jérusalem ? Se retire avec son épouse dans une île sur le Nil, mène une vie d'ascèse, commence à avoir des visions. En 1569, à la suite d'un appel intérieur, s'installe à Safed (Israël actuel). Étudie la Kabbale avec Moïse Cordovero (1522-1570). Jouissant rapidement d'une forte réputation de poète mystique, enseigne la Kabbale en académie et prêche dans les synagogues. Voit partout dans la nature, les sources, les arbres, les oiseaux, des âmes de justes et des étincelles de lumière aspirant à la délivrance, entend leur appel. Tout son enseignement vise à exposer les moyens de contribuer à l’œuvre rédemptrice universelle. Penseur profond du mysticisme juif parmi les plus grands et les plus célèbres, et fondateur de l'école kabbalistique de Safed. La princi- pale originalité de la kabbale lourianique tient au fait que le premier acte de la divinité transcendante – En Sof (l’Infini) – n’est pas un acte de révélation et d’émanation, mais, au contraire, un acte de dissimulation et de restriction. Un des premiers, bien avant Hans Jonas, à affirmer « le retrait de Dieu » : la présence de Dieu est retenue, discrétion, effacement, silence. Images : Signature d’Isaac Louria. Synagogue Louria à Safed
  • 63. Fausto Sozzini Fausto Paolo Sozzini, ou Faustus Socinus, ou Fausto Socin (1539-1604), théologien italien. Pour étudier la Bible, apprend l'hébreu, le grec et l'arabe. Du fait de ces études, voit d'un autre œil les dogmes chrétiens établis. Vit à Florence, puis à Bâle. Les autorités s’élevant contre ses idées, s'exile à nouveau en Pologne. Rejoint en 1562 et se met au service de l’"Église des Frères de Pologne et de Lituanie qui a rejeté la Trinité", dite Ecclésia Minor, dédramatise le Jugement dernier en niant l’existence de l’Enfer. Apprend le polonais et se marie en 1586. Publie plusieurs traités, notamment, en 1594, De Jesu Christo servatore. Son système de pensée, qui se veut une interprétation raisonnée de l'Écriture sainte, inspire le ‘Catéchisme de Rakow’, édité en polonais en 1605. S’intéresse surtout à la fonction prophétique de Jésus et à son message. Le socinianisme met en avant la tolérance et la charité en s'opposant à la persécution religieuse. Les Sociniens reconnaissent comme frères Chrétiens tous ceux qui s'efforcent de mettre en pratique l'enseignement de Jésus, quelles que soient par ailleurs leurs options théologiques. Un des précurseurs du protestantisme libéral. Image du bas : le catéchisme de Rakow (1605)
  • 64. Pierre Charron (1541-1603), théologien, philosophe, orateur et moraliste. Études de philosophie et de droit, avocat, puis prêtre et prédicateur, notamment de Marguerite de Navarre. Chanoine à Condom, se lie d’amitié avec Montaigne à Bordeaux, et adopte bientôt sa philosophie. En 1595, envoyé à Paris comme député à l’Assemblée du clergé, devient secrétaire de cette assemblée. Dans son traité De la Sagesse (1601), défend la tolérance religieuse. Sépare ainsi la religion de la morale, ouvrant l'espace d'une pensée laïque. Accusé d'athéisme, le traité est attaqué et calomnié par le jésuite François Garasse et mis à l'Index librorum prohibitorum * par la censure romaine en 1606. Affirme que philosophie morale suffit pour penser l’« excellence et perfection de l’homme ». Pour fonder cette philosophie morale auto- nome et directement enracinée en l’homme, écarte la métaphysique, jugée par lui toute spéculative. «On peut être impie, mécréant, athéiste même, et vertueux ». * "Catalogue des livres prohibés". L’Index, instauré à l'issue du Concile de Trente (1545-1563) et publié par le pape Paul IV en 1659 à la demande de l’Inquisition, était une liste des "livres pernicieux" que les Catholiques romains n'étaient pas autorisés à lire, car jugés immoraux ou contraires à la foi. Supprimé en 1966 par le pape Paul VI.
  • 65. Jean de la Croix Juan de Yepes y Álvarez (1542-1591), moine carmelite et poète mys- tique espagnol. Origine noble mais pauvre, carme à 20 ans, prêtre en 1567, études d’arts et de philosophie à l’université de Salamanque. Après sa rencontre avec Thérèse d’Avila, ouvre des carmels avec une vie de retour aux pratiques primitives de l’Ordre. Entre décembre 1577 et août 78, mis au cachot, humilié et flagellé dans le couvent de Tolède par les religieux "chaussés" de l’Ordre qui combattent son projet de réforme. S’évade, est envoyé dans le sud de l’Espagne, devient prieur du couvent de Grenade. Voyage beaucoup à dos d’âne pour encourager les nouveaux couvents de frères et de moniales. En 1589, élu prieur du couvent de Ségovie. Poursuivi et diffamé de nouveau en 1591, chez les carmes "déchaus- sés" eux-mêmes. Canonisé en 1726, déclaré docteur de l’Église en 1926. Ses grandes œuvres sont les Cantiques spirituels, La Montée du Carmel, La Nuit obscure, et La vive Flamme d’amour, traités et commen- taires de ses poèmes composés en langue castillane. « Dans cette nuit heureuse, en secret, car nul ne me voyait, ni moi ne voyais rien, sans autre lueur ni guide que celle qui en mon coeur brûlait » « De noche iremos que para encontrar la fuente / Sola la sed nos alumbra » (De nuit nous irons pour trouver la source / Seule nous éclaire la soif)
  • 66. Giordano Bruno (1548-1600), dominicain et philosophe italien. Précurseur des études sur l’atome et de la mnémotechnie, végétarien. Sur la base des travaux de Nicolas Copernic et Nicolas de Cues, développe la théorie de l'héliocentrisme et montre, de manière philosophique, la pertinence d'un univers infini, qui n'a pas de centre, peuplé d'une quantité innom- brable d'astres et de mondes identiques au nôtre. Repousse le dogme de la Trinité, la transsubstantiation, la virginité de Marie, proclame que Jésus-Christ n'est pas Dieu, que le Saint-Esprit est l'âme de ce monde, que Satan sera finalement sauvé. Accusé par l'Inquisition d'athéisme (confondu avec son panthéis- me) et d'hérésie (particulièrement par sa théorie de la réincarnation des âmes) d'après ses écrits jugés blasphématoires, poursuivi pour son intérêt pour l’art divinatoire, condamné à être brûlé vif au terme de 8 années de procès ponctuées de nombreuses propositions de rétractation qu'il paraît d'abord accepter puis rejette. « Nous affirmons qu'il existe une infinité de terres, une infinité de soleils et un éther infini. » Une statue de bronze à son effigie trône depuis 1889 sur les lieux de son supplice, au Campo de' Fiori à Rome. Le cardinal jésuite Roberto Bellarmino qui instruit son procès (puis celui de Galilée), sera béatifié en 1923, canonisé en 1930 et le déclaré Docteur de l'Église en 1931 par le pape Pie XI…
  • 67. William Schaw (1550-1602), "Maître des Travaux" du roi Jacques VI d’Écosse, "Surveillant général des maçons d'Écosse". Responsable de la construc- tion, de la réparation et de l'entretien des propriétés du royaume, équiva- lent d’un ministre du logement et de l'urbanisme moderne. Auteur des "statuts Schaw", nom donné à deux écrits (1598-1599) retrouvés en 1860, au château d'Eglington (photo du bas), près de Kilwinning. Ils donnent des directives administratives et règlementaires à vocation organisationnelle, et structurent la franc-maçonnerie "opérative", précur- seure de la franc-maçonnerie "spéculative". Ils prévoient un mode interne d’organisation hiérarchique et fonctionnel à trois niveaux (un Surveillant ou Maître de Loge, des Compagnons ou Maîtres, des Apprentis). Le mot "loge" désigne une juridiction permanente réglant l'organi- sation du métier dans une corporation qui coexiste avec de l'institution municipale. Elle contrôle l'entrée des apprentis et leur accès au rang de compagnon. Les maçons écossais de 1598 partagent des "secrets", notamment le "mot du maçon" qui leur sont communiqués après avoir prêté serment de discrétion. ../..
  • 68. William Schaw et les débuts de la franc-maçonnerie En 557, Austin, archevêque de Cantorbéry, est Grand Inspecteur des confréries maçonniques. Divers indices sérieux laissent présager de l'existence de ces compagnons tailleurs de pierre en France et en Allemagne dès le 8ème siècle. En 1015, on note une loge de tailleurs de pierre lors de la construction de la cathédrale de Strasbourg. La première apparition du mot "franc-maçon" date de 1376 à Londres ("freemasons"). Les premiers règlements généraux de la Bauhütte germanique, en 1459, évoquent, comme les statuts de Shaw en Écosse, l'existence de pratiques secrètes, à caractère initiatique, et des mots de reconnaissance. Le mot franc-maçonnerie désigne un ensemble d'espaces de sociabilité sélectifs (le recrutement des membres est fait par cooptation) et une pratique des rites initiatiques se référant à un secret maçonnique et à l'art de bâtir.
  • 69. Matteo Ricci (1552-1610), prêtre jésuite italien. Un des premiers jésuites à pénétrer en Chine, en étudie la langue et la culture. Acquérant une profonde sympa- thie pour la civilisation chinoise, y est reconnu comme un authentique "lettré" et comme l'un des rares étrangers à être considéré comme père fondateur de l'histoire chinoise. . Se présente comme un religieux qui a quitté son pays natal dans le lointain Occident, à cause de la renommée du gouvernement de la Chine, où il désire demeurer jusqu'à sa mort, en y servant Dieu, le Seigneur du ciel. Dessine des mappemondes qui font connaître aux Chinois le reste du monde, traduit en chinois des livres de philosophie, de mathématiques et d'astronomie. Inversement, révèle à l'Occident Kong Fu Tseu (Confucius), dont il traduit les 4 livres, créant un dialogue approfondi avec les lettrés et les hommes de culture. Partage avec les savants chinois ses connaissances de mathématicien et d’astronome pour la réforme du calendrier chinois, ses talents de cartographe, sa pratique de l’horlogerie et de la musique. Son travail et ses activités ont une perspective d'évangélisation en profondeur, même s'il ne cherche pas à baptiser en masse. Compose le Traité de l’Amitié, recueil de 100 maximes de sagesse de l’Occident. Son ouvrage le plus célèbre reste le Tianzhu Shyi, le véritable sens du Seigneur du ciel, catéchèse en forme de dialogue entre deux sages d’Orient et d’Occident.
  • 70. Francis Bacon (1561-1626), homme politique anglais, philosophe et théori- cien de la science expérimentale. S’oppose à la logique aristotélicienne, dégage la science de la théologie qui a rendu l’intelligence humaine « stérile comme une nonne ». Abandonne la pensée déductive, qui procède à partir des principes admis par l’autorité des Anciens, au profit de l’ « interprétation de la nature », où l’expérience apporte des connaissances nouvelles. Soumet la nature à l’expérience par une investigation au ras du sol. Tire de l’expérience une induction, non pas simplement totalisante qui se borne à constituer le catalogue des données acquises, mais amplifiante qui passe des faits connus à ceux qu’on peut raisonnablement leur assimiler. Dresse un état des connaissances pour en déterminer les parties déficientes qui sont à compléter et entend réorganiser la carte du savoir en tenant compte de l’avancement historique de la science. Son utopie scientifique, exposée dans la Nouvelle Atlantide, repose sur une société dirigée par un "collège universel" qui regrou- perait laboratoires, bibliothèques et observatoires où le travail de recherche serait réalisé par des équipes de techniciens. « La science véritable est la science des causes ». « Ce ne sont pas des ailes qu’il faut à notre esprit, mais des semelles de plomb ». « On ne commande à la nature qu’en lui obéissant. »
  • 71. Galilée Galileo Galilei (1564-1642), mathématicien, géomètre, physicien et astronome italien. En physique, démontre la relativité du mouvement et la loi qui fait dépendre la durée d'oscillation d'un pendule de sa longueur. Invente des instruments tels que le compas géométrique. Met au point une lunette astronomique qui lui permet de découvrir les cratères de la Lune, et les 4 plus gros satellites de Jupiter. Dans son ouvrage De revolutionibus, en 1543, défend la conception de l’univers de Copernic : la Terre tourne autour du Soleil et n'est qu'une planète parmi les autres du système solaire. Attaqué pour ses théories par l'Église catholique, qui les juge non conformes à la foi chrétienne. Jugé en juin 1633 par l’Inquisition qui le force à renier ses affirmations, ce qu'il fait pour éviter la mort. La légende veut qu'à la fin de sa vie il ait prononcé ces mots : « Et pourtant, elle tourne ». Termine sa vie en résidence surveillée tout en pouvant continuer ses travaux. Réhabilité par l'Église catholique en …1992. “ Si l’Écriture ne peut errer, certains de ses interprètes et commentateurs le peuvent, et de plusieurs façons, dont une des plus communes et des plus graves serait de s’en tenir toujours au sens littéral. ”
  • 72. William Shakespeare Dans ses premières œuvres, la sagesse, l’harmonie des pouvoirs sont opposées aux désordres et injustices nés de l’ambition personnelle. Après 1600, mort, démesure et folie sont des thèmes récurrents de ses tragédies. Pointe l’inanité des mots comme moyen de communication. Même les comédies n’en sont plus vraiment, tant le pessimisme pointe derrière l’humour. « To be or not to be, that is the question ! » « Les hommes doivent souffrir leur départ comme leur venue ici-bas ; le tout est d'être prêt.” « Aime tout le monde, ne te fie qu'à bien peu.» « Ce qui ne peut être évité, il le faut embrasser. » (1564-1616), poète, dramaturge et écrivain anglais. Quitte Stratford- upon-Avon en 1587 et s'installe à Londres. Travaillant dans un théâtre, il révèle son talent en arrangeant des pièces. Dans les années 1590, écrit des poèmes et des pièces de théâtre, se fait remarquer comme acteur et auteur, devient célèbre. Ouvre à Londres le ‘théâtre du Globe’, qui brûlera en 1613, puis le théâtre Blackfriars dans un couvent désaffecté. Reconnu par le public et soutenu par le roi Jacques 1er.
  • 73. Marcial de Lorenzana Roque González de Santa Cruz Martin Schmid M. de L. (1565-1632), jésuite espagnol, missionnaire en Amérique latine. Disciple de Francisco Suárez, va au Pérou et ensuite au Paraguay. Avec son confrère jésuite Francisco de San Martín, invités par le cacique Arapizandú et avec l’accord du gouverneur espagnol Hernandarias, fonde en 1609 la première mission jésuite sur le Parana (San Ignacio, vestiges photo du haut). Recteur du Collegio de la Asunción, puis de celui de Tucumán. Écrit une Apología en faveur des Indios, qu’il aide à se libérer de l'oppression coloniale espagnole. R. G. de S. C (1576-1628, photo du bas), prêtre jésuite hispano- paraguayen, missionnaire dans les ‘Réductions’ guaranis. Initie une nouvelle méthode d’adaptation religieuse et pastorale aux coutumes guaranis, accordant une grande place à la musique, aux chants, danses, processions et fêtes. Introduit l’enseignement de la langue guarani dans les écoles et pose les bases de l'organisation politique et économique des Reducciones : introduit l’agriculture, l’artisanat et explique le commerce. Lutte pour une double libération des Guaranis : contre les sorciers et contre les encomenderos (colons) espagnols qui pratiquent un quasi-esclavage. Fonde plusieurs Réductions. Assassiné, le crâne fracassé, avec d’autres de ses frères, sur ordre du sorcier Ñezú, cacique d'Ijuí, dans la réduction de Caaró. ../..
  • 74. Marcial de Lorenzana Roque González de Santa Cruz Martin Schmid Martin Schmid (1694-1772), prêtre jésuite suisse, missionnaire dans les Réductions des Chiquitos (Bolivie), dont il est un des architectes et musiciens les plus importants. Expulsé en 1768 de l’empire colonial espagnol, avec tous ses confrères jésuites. Dès le début de la présence espagnole dans les Amériques, la Couronne s'inquiète de la construction de cités indigènes. La Mission jésuite du Paraguay est à la fois une entreprise de mission catholique et un véritable État théocratique où les Jésuites mettent sur pied entre 1609 et 1763 une organisation sociale "utopique" étonnante. Guidés par les jésuites, les Indiens bénéficient de lois avancées. Des services publics libres sont instaurés pour les pauvres, ainsi que des écoles et hôpitaux. La peine de mort est abolie. Chaque village fournit une demeure pour les veuves, un dispensaire, et plusieurs entrepôts. Les Réductions périclitent rapidement à la suite de l'expulsion des jésuites de la Province du Paraguay, en 1767, les franciscains ne parve- nant pas à maintenir leur niveau antérieur. Elles subsistent dans la partie amazonienne, les services apportés (centres de santé ou d'éducation) ne pouvant l'être aussi efficacement par les gouvernements successifs. Image du haut : Ruines de la Réduction de San Ignacio Mini (Argentine)
  • 75. François de Sales (1567-1622), prêtre catholique du duché de Savoie. Études à Paris. S’imagine prédestiné à l’enfer, est libéré de ses peurs en priant devant une statue de Marie. Après un séjour en Italie, avocat à Chambéry. En 1593, consacre sa vie à Dieu et renonce à tous ses titres de noblesse. Nommé évêque de Genève, ne peut pas prendre possession de son siège et reste en résidence à Annecy. . Fonde avec la baronne Jeanne de Chantal (1572-1641), une jeune veuve, l’ordre religieux de ‘La Visitation’. L'un des premiers à utiliser le français contemporain dans ses écrits afin de se rapprocher de ses lecteurs. Dans L’introduction à la vie dévote, affirme qu’on peut avoir un accès direct et personnel à Jésus sans suivre les clercs. « Partout où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. » « Rien par force, tout par amour » « Fleuris là où tu es semé ! » « C'est par la charité qu'il faut ébranler les murs de Genève, par la charité qu'il faut l'envahir, par la charité qu'il faut la recouvrer. (…) Je ne vous propose ni le fer, ni cette poudre dont l'odeur et la saveur rappellent la fournaise infernale (…). Il faut renverser les murs de Genève par des prières ardentes et livrer l'assaut par la charité fraternelle. » Jean Bosco choisit François de Sales pour saint patron de l'ordre religieux qu'il fonde en 1854. Ses membres s'appellent les Salésiens.
  • 76. Tommaso Campanella (1568-1639), moine dominicain et philosophe italien. Étudie la magie et la kabbale. Sa vie est jalonnée de procès intentés par l’Inqui- sition à Naples, à Padoue, à Rome (où il est soupçonné d’hérésie en 1597 et doit participer à une séance d’autodafé*). Tente de soulever ses compatriotes contre la domination espagnole et les privilèges des nobles, afin d’établir une forme de gouvernement utopique. Torturé, feint la folie, incarcéré. Libéré par le pape Urbain VIII, se réfugie en 1634 en France, où Richelieu lui attribue une pension et où il finit sa vie. Pendant ses 27 ans de détention, rédige plusieurs ouvrages et correspond avec de nombreux savants. Élabore sa propre théorie de la connaissance : combat la scolastique et préconise la méthode expéri- mentale. Souhaite un mariage entre la théologie catholique, la philoso- phie platonicienne et la science contemporaine. Désire une réforme du christianisme et, dans Civitas solis (La cité du soleil) prône la réunion de tous les peuples sous un seul ordre civil et sous la « religion naturelle » dont les religions existantes ne sont pour lui que des formes particulières. * Autodafé : (mot portugais auto da fé venant du latin actus fidei, acte de foi ) cérémonie organisée par le tribunal de l'Inquisition espagnole ou portugaise, durant laquelle il proclamait ses jugements. Couramment utilisé pour caractériser la destruction publique de livres ou de manuscrits par le feu, par ex. pendant la période nazie en Allemagne.
  • 77. Johannes Kepler (1571-1630), mathématicien, physicien, astrologue-astronome et musicien allemand. Études de théologie et de mathématiques. Débute sa carrière comme assistant de Tycho Brahé (1546-1601) à Prague. Confirme l’hypothèse héliocentrique de Nicolas Copernic, affirmant que la Terre tourne autour du Soleil. Découvre que les planètes ne tournent pas autour du Soleil en suivant des trajectoires circulaires parfaites, mais des trajectoires elliptiques. Énonce les relations mathématiques (dites lois de Kepler) qui régissent les mouvements des planètes sur leur orbite*. Dans Harmo- nices mundi, exprime, en termes musicaux, ses convictions concernant les connexions entre le physique et le spirituel : l’univers est une image de Dieu, l'harmonie de la musique réflète celle de l'univers et de son créateur Son dernier ouvrage Somnium seu astronomia lunari est un roman de science-fiction sur le thème du voyage vers la Lune. Doit déployer d'immenses efforts pour sauver du bûcher sa mère accusée de sorcellerie. Meurt sans recevoir les derniers sacrements d’un pasteur luthérien, car il n'a pas voulu auparavant condamner les calvinistes… * le carré de la période de révolution d’une planète (ou temps nécessaire pour faire un tour complet) est proportionnel au cube de la taille de son orbite. Ces lois seront exploitées par Isaac Newton pour élaborer la théorie de la gravitation universelle.
  • 78. Jakob Böhme (1575-1624), philosophe mystique allemand de confession luthérien- ne, cordonnier de son métier, commerçant actif, conseiller en transactions financières, agent immobilier et négociateur. Théosophe, surnommé le Philosophus Teutonicus. Reçoit des illumi- nations en 1600 et en1612. Devine que la véritable religion ne peut être dans des querelles théologiques, des imprécations et des excommu- nications. Gnostique chrétien : recherche une sagesse basée sur une révélation directe et exprimée par des mythes et symboles plutôt que par des concepts. Une telle sagesse est plutôt de type contemplatif que discursif, elle est une philosophie religieuse ou une théosophie. Son message est une des principales sources d’inspiration des adeptes de l'alimentation végétale. Située aux confins de la métaphysique, de la mystique et de l'alchimie théorique, son œuvre présente une forme d'ésotérisme chrétien, et permettra à la théosophie du 17e siècle d'acquérir ses caractéristiques définitives. Contrairement à la métaphysique néoplatonicienne qui, partant de l’Un de la Perfection, décrit les phases successives de sa dégradation, la mystique de Böhme tente de montrer la genèse de l’être parfait à partir des êtres imparfaits. Stigmatisé et persécuté par le théologien et Pastor primarius luthérien de Görlitz, Gregorius Richter. De pieux paroissiens brisent les carreaux de la maison de Böhme et profaneront sa tombe.