SlideShare une entreprise Scribd logo
COURS DE
  PARASITOLOGIE
           DUT ABB

                                         2 - Les Nématodes


Auteur : Bruno Flamand,   IUT de Dijon
VERS HELMINTHES

                          LES NEMATODES

•ENTEROBIUS VERMICULARIS –Oxyure-(Oxyurose)
•TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale –(Trichocéphalose)
•ASCARIS LUMBRICOIDES-(Ascaridiase)
•STRONGYLOIDES STERCORALIS-Anguillule-(Anguillulose)
•ANKYLOSTOMA DUODENALE et NECATOR AMERICANUS- Ankylostomes-(Ankylostomose)
•TRICHINELLA SPIRALIS –Trichine- (Trichinellose)
•TOXOCARA CANIS/CATI (Toxocarose) SYNDROME DE LARVA MIGRANS VISCERALE
•LES FILAIRES EXOTIQUES (Filarioses)
ENTEROBIUS VERMICULARIS ou OXYURE-(Oxyurose)
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre
des Oxyuroidea
Morphologie:
Vers adulte: petit ver blanc très mobile avec renflement
céphalique,bouche munie de 3 lèvres coupantes
mâle: 3-5 mm, extrémité postérieure enroulée, 1 spicule,
          femelle: 9-12 mm, extrémité postérieure effilée translucide,
Oeuf: ovoïde, asymétrique,
une face presque plane;
coque lisse incolore et fine
embryonné à la ponte
dimensions: 55 x 30 µm
 Cycle évolutif:
HD = homme, vers adultes situés dans la dernière partie du grêle, le
caecum et le colon ascendant, ils se nourrissent de débris
alimentaires.
Après fécondation, les mâles meurent, les femelles restent dans le
colon puis migrent vers l'anus qu'elles traversent la nuit pour pondre
à la marge anale (environ 10 000 oeufs / femelle pondus en 20 à 60
minutes).
Les vers femelles remontent dans l'intestin et meurent (durée de
vie: 2 à 3 mois).
les oeufs pondus sur la marge anale sont embryonnés (larve L1 dite
gyriniforme), en quelques heures à la température du corps ==> L2
(vermiforme) puis L3 infectieuse.
Contamination par ingestion ou inhalation des oeufs infectieux,
Eclosion et obtention des L3 dans l'intestin grêle, puis 2 mues sans
migration viscérale
les premières pontes adultes surviennent entre 30 et 60 jours
après la contamination
Remarque: auto infestation orale fréquente par ingestion
d'oeufs éliminés la nuit même (prurit ==> grattage ==> oeufs
sur les doigts et les ongles)
Clinique:
phase d'invasion: silencieuse, légère hyperéosinophilie
phase d'état: porteurs sains le plus souvent, prurit anal nocturne pendant
la ponte (mordillements par les femelles),
en cas d'infestation massive: troubles intestinaux: coliques, nausées,
anorexie, selles molles, troubles nerveux: insomnies, irritabilité,
inattention
Complications rares: appendicite, vulvite et infections urinaires
Epidémiologie:R.de P. = homme, parasitose cosmopolite
favorisé par promiscuité et vie en communauté: enfants d'âge scolaire:
30 à 70 % personnes agées: 5 à 10 %, jusqu’à 20 % dans les hôpitaux
psychiatriques )
endémie plus forte en région tempérée qu'en région chaude (enfants
moins couverts, stérilisation par le soleil)
contamination en milieu scolaire et familial, mains souillées d' oeufs
mises à la bouche, survie des oeufs dans la poussière: 3 semaines
Surinfestations: par auto-infestation, par hétéro-infestation (oeufs
infectieux dans les poussières de maison)
Diagnostic:
diagnostic direct
extériorisation des femelles visibles à la marge anale ou sur les grandes
lèvres chez les fillettes impubères
Test à la cellophane adhésive ou Test de Graham (scotch test): test à
réaliser avant la toilette matinale; 3 tests sur une semaine permettent de
déceler 90 % des oxyuroses.
pas d' oeufs dans les selles sauf en cas de très forte infestations

Thérapeutique: médicamenteuse
pour les personnes atteintes: couper et brosser les ongles, porter des
sous-vêtements de nuit fermés,
pour la collectivité: traiter simultanément toute la collectivité (classe,
famille); supprimer les sources d'infestation: changer et laver le linge et
la literie, nettoyer et dépoussiérer les objets usuels.
Refaire un traitement après 20 jours.
TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale – (Trichocéphalose)
TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale – (Trichocéphalose)
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Super
famille des Trichuroidea
Morphologie:
Vers adulte: ver blanc rosé à rougeâtre, 2/3 antérieurs fins (diamètre 1
mm) et 1/3 postérieur épais contenant les organes génitaux (diamètre 3
mm)
le mâle mesure 3 cm, extrémité postérieure en crosse
la femelle mesure 5 cm, extrémité postérieure obtuse
Oeuf: forme de citron, un bouchon muqueux proéminent à chaque pôle,
double coque: externe lisse et brune, interne jaune, non embryonné à
la ponte
dimensions: 50-60 µm x 25-30 µm




Cycle évolutif monoxène:HD = homme
les vers adultes sont situés au niveau du colon et du caecum, leur
extrémité antérieure est enfoncée dans les glandes, leur extrémité
postérieure flotte dans la lumière ;
les vers sont hématophages (5 µl de sang /ver/jour)
élimination fécale des œufs.
maturation et embryonnement sur le sol (3 semaines ou plus suivant
les conditions), la larve L1 reste dans l'oeuf
contamination orale par les oeufs embryonnés (larve L1) avec eau de
boisson, crudités, mains sales
évolution larvaire et mues au niveau de la muqueuse de l'intestin grêle
en 2 à 3 semaines (stades L2, L3 puis L4), puis descente et
installation des adultes dans le colon
une femelle pond environ 30 000 oeufs par jour, durée de vie: 5 à 10
ans
Epidémiologie: R de P = homme,
cosmopolite, surtout pays chauds et humides
embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc
réservoir tellurique,
oeufs éliminés avec les déjections humaines, ==> donc affection liée au
péril fécal humain,
contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des
oeufs embryonnés (maladie des mains sales)
En France estimation des sujets parasités à 600 000 mais charge
parasitaire généralement faible
Résistance des oeufs dans le milieu extérieur de 2 à 5 ans, oeufs tués
par la chaleur, l'ensoleillement direct et la dessication
Clinique:
existence de nombreux porteurs sains, la pathologie dépend de la
charge parasitaire
phase d'invasion:généralement silencieuse
phase d'état: localisation colique des vers après 6 semaines environ,
charge de 1 à 10 vers fréquente en région tempérée
cas des jeunes enfants et adultes réceptifs en région chaude: douleurs
coliques, diarrhée ou constipation, nausées, vomissements, anorexie,
entraîne amaigrissement, irritabilité et géophagie
très forte infestation: enfant < 18 mois: charge supérieure à 400 vers,
enfant < 7-8 ans: plus de 1000 vers, envahissement complet du colon,
grande quantité de selles (400 à 1000 gr par jour), diarrhée profuse,
douleur abdominale, ténesme, puis hémorragies rectales, possibilité de
prolapsus rectal
complications: appendicite,anémie hypochrome survient tardivement par
carence martiale si la charge parasitaire est très élevée et l'apport
alimentaire en fer insuffisant
Diagnostic biologique:
diagnostic direct
Coprologie: oeuf 50 x 25 µm, pas embryonné à l' émission
réaliser une numération: 20 vers ==>1 000 oeufs/gr de selles = 1 oeuf
par champ microscopique
ASCARIS LUMBRICOIDES-(Ascaridiase)
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre
des Ascaridés.


Morphologie:
Vers Adulte: Ver blanc rosé, élastique, bouche avec 3 lèvres coupantes
mâle 15-20 cm, diamètre 0.3 cm, extrémité postérieure en crosse, 2
spicules brunâtres,
femelle 20-25 cm, diamètre 0.5 cm, extrémité postérieure rectiligne,
vulve ventrale au 1/3 antérieur
Oeuf: ovoïde, double coque, l'externe est brune et mamelonnée,
l'interne est lisse et jaunâtre non embryonné à la ponte,
dimensions: 50-70 µm x 45-50 µm,
Il existe aussi des oeufs non fécondés plus grands, plus ovoïdes, et des
œufs atypiques ayant perdus leur coque mamelonnée

 Œuf non
 fécondé                                             Œuf typique
                                                     fécondé




                                         Œuf atypique
                                         fécondé
Cycle évolutif monoxène: HD = homme
vers adultes dans l'intestin grêle, se nourrissent du chyle intestinal
élimination fécale des oeufs, environ 200 000 /femelle/jour
maturation des oeufs dans le milieu extérieur en 2 à 6 semaines selon
les conditions: larve L1 puis L2 qui reste dans l'oeuf
Contamination orale par ingestion d'oeufs contenant la L2
libération des L2 dans l'intestin et migration larvaire transviscérale:
traversée de la muqueuse intestinale, ==> système porte et passage
par le foie (atteint en 3-4 jours)
==> coeur droit ==> poumon et traversée de la paroi des alvéoles
pulmonaires atteintes en 8 jours, mue ==> stade L3 ==> remontée de
l'arbre respiratoire ==> pharynx ==> déglutition et tube digestif;
les larves L3 (infectieuses) peuvent poursuivre leur vie dans l'intestin,
stade adulte obtenu en 2 -3 mois, durée de vie: 12 -18 mois.
Epidémiologie: R de P = homme,
cosmopolite, endémique dans les pays chauds et humides du tiers monde
(cause de mortalité infantile ), la prévalence peut atteindre 70 % des
enfants
prévalence mondiale hors Europe: 22% en 1987,
prévalence en pays tempérés: 1%
embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc
réservoir tellurique, (en zone de forte endémie: 100 oeufs / gr de
terre)
oeufs éliminés par les déjections humaines, ==> donc affection liée au
péril fécal humain,
contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des
oeufs embryonnés (maladie des mains sales)
Résistance des oeufs dans le milieu extérieur: 5 ans en présence
d'oxygène, résistance au froid, à la chaleur et aux antiseptiques, oeufs
tués par une forte chaleur, l'ensoleillement direct et la dessiccation
Clinique:
phase d'invasion: passage pumonaire de J+2 à J+8
Syndrome de Loeffler: fièvre, toux sèche, dyspnée, crachats,
manifestations allergiques, opacité radiologique transitoire
Hyperéosinophilie
phase d'état: adultes dans le tube digestif
les signes cliniques dépendent du nombre de vers et des traumatismes
causés:transit accéléré, vomissements, irritabilité, insomnie, sialorrhée
nocturne, prurit, oedème de Quincke
Complications: migration aberrante, occlusion, péritonite.
Diagnostic biologique:
diagnostic direct:
coprologie, œufs fécondés et non fécondés, non embryonnés à l'émission,
fréquence d'œufs atypiques
possibilité d'extériorisation de vers adultes dans les selles et les
vomissements
diagnostic indirect: sérologie pendant phase d’invasion
STRONGYLOIDES STERCORALIS ou ANGUILLULE-(Anguillulose)
STRONGYLOIDES STERCORALIS ou ANGUILLULE-(Anguillulose)
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des
Rhabditidés
Morphologie:4 stades
Vers adulte: femelles parthénogénétiques très fines, oesophage strongyloïde (à
un seul renflement oesophagien), vivent dans intestin,non hématophages. longueur:
2,5 mm
Adultes stercoraux (longueur environ 1 mm): vivent dans milieu extérieur
oeuf: coque mince, claire, transparente, 50 x 30 µm, contiennent la larve L1 lors
de l'émission des selles
Stades larvaires: L1: rhabditoïde: (250 µm, double renflement oesophagien);
L2: strongyloïde (500 µm, un renflement oesophagien)


                                                   L1

                                                                         L3
  Oeuf               Œuf+L1
L3: strongyloïde infectieuse (600 µm, un renflement oesophagien, oesophage égal
à 1/2 du corps, extrémité postérieure discrètement bifide)
Cycle évolutif:parasite monoxène opportuniste, HD = homme,
les femelles parasites circulent dans la muqueuse intestinale, ponte
d'oeufs non embryonnés qui s'embryonnent pendant le transit intestinal
==> élimination fécale des larves rhabditoïdes à J0,
conditions extérieures influencent l’évolution: température, humidité,
matières organiques
Si température < 16 °C, survie des L1 pendant 15 jours puis mort
Si température comprise entre 16 et 20 °C et humidité > 60 %: à J0: L1,
à J + 3: obtention des L3 infestantes, survie pendant 15 jours
Si température > 20 °C, abondance de matières organiques et humidité >
60 %: à J0: L1, à J + 3: obtention directe d'adultes mâles ou femelles
libres (adultes stercoraux),
fécondation, ponte ==> L1 ==> L2 ==> L3 infectieuses à J + 7, survie
pendant 15 jours
Contamination: pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes
L3, migration larvaire par les poumons, (cycle entéro-pulmonaire),
obtention des femelles parthénogénétiques
premières pontes au bout de 15 jours,durée de vie des femelles: 3 mois
Remarque: possibilité d'un cycle endogène (auto-infestation); transit
des L1 dans le tube digestif, mues dans le tube digestif ==> L3
infectieuses dans le colon ou à la marge anale,
pénétration directe de ces larves surtout dans la zone péri-anale ( larva
currens)
Epidémiologie:R. de P. = homme, estimation à 30 - 60 millions de sujets
parasités
pays chauds et humides: infestation possible toute l'année (tropiques)
Antilles, Afrique centrale équatoriale
pays tempérés: contamination possible l'été: sud des Etats Unis, Europe
du Sud
parasitose liée au péril fécal humain, contamination transcutanée
(baignade, marche dans la boue)
Clinique:
phase d'incubation: passage transcutané,prurit, érythème papuleux
phase d'invasion: migration pulmonaire, toux afébrile, pharyngite, voix
rauque, se produit 4 à 6 jours après l'inoculation et dure 2 à 3 jours
phase d'état: installation des vers dans le duodénum, 20 à 30 jours
après la contamination, douleurs abdominales (brûlures, crampes),
troubles du transit (diarrhées intermittentes ou chroniques,
vomissement et nausées plus rarement), troubles de la nutrition et
amaigrissement (retard de croissance chez les enfants)
troubles cutanés par vagues ( larva currens) correspondant aux ré-
infestations endogènes (prurit, réactions urticariennes durant
quelques jours) , se manifestent avec une périodicité irrégulière de
plusieurs mois. En l'absence de ré-infestation, la maladie peut durer
plusieurs dizaines d'années
parasite opportuniste, chez immunocompétent: maladie souvent
asymptomatique. Si le sujet immunodéprimé (greffe, SIDA, traitement
par les corticoïdes) récidives importantes de la maladie (exacerbation
des signes digestifs) et risque d'anguillulose disséminée maligne qui
peut être mortelle par sur-infection bactérienne.
Diagnostic:
hyperéosinophilie, puis courbe en clocher ou en dents de scie
diagnostic direct:
coproscopie: larves L1 rhabditoïdes, 250 µm, mais pontes faibles et
irrégulières (20 à 50 oeufs pondus /jour/femelle), (technique de
Baerman ou enrichissement de Junod), nécessité de multiplier les
examens
coproculture parasitaire, en 7 jours à 28 °C: larves L3 strongyloïdes,
600 µm, extrémité postérieure bifide (diagnostic différentiel avec
ankylostomes); adultes stercoraux (longueur environ 1 mm), oeufs
diagnostic différentiel avec Ankylostomidés posé sur la morphologie
des L3 et la présence des adultes libres
ANKYLOSTOMA DUODENALE
et NECATOR AMERICANUS-
      (Ankylostomose)
ANKYLOSTOMA DUODENALE et NECATOR AMERICANUS-(Ankylostomose)

Phasmidien,Ordre des Strongylidés,Super famille des Ancylostomatoidea
 Morphologie:
 adultes: aspect de gros oxyures blancs ( rouges après repas sanguin)
 capsule buccale inclinée sur la face dorsale, hématophages
 mâle: 8-10 mms, bourse caudale et 2 spicules permettant le diagnostic
 d'espèce
 femelle: 10 -15 mms, extrémité postérieure obtuse,

 Ancylostoma: bouche: 2 paires de crochets
 Necator: bouche: 1 paire de lames coupantes ventrales et 1 paire de
 dents dorsales
 oeuf: ovoïde, coque mince, transparente, incolore 60 - 70 µm x 40 µm
 non embryonné à la ponte mais contenant des blastomères qui se
 multiplient rapidement; stade morula au moment de l'examen coprologique
Stades larvaires: L1: rhabditoïde; (250 µm, double renflement
oesophagien); L2: strongyloïde (500 µm, un renflement oesophagien);
L3: strongyloïde infectieuse (600 µm, un renflement oesophagien,
oesophage égal à 1/4 du corps, engainée dans l'exuvie du stade
précédent)
                                                           Larve L3
                     Vers
                     adultes




                        Oeuf

                                        Bouche
                                        Ancylostoma
Cycle évolutif: Cycle direct
HD = homme
vers adultes localisés dans le duodénum, fixés à la muqueuse
élimination fécale des oeufs, maturation des oeufs si température suffisante
(25 - 30 °C), oxygène et humidité; cinétique indiquée à titre indicatif, dépend
des conditions particulières
J0: oeuf pondu, selles sur le sol,J + 1: éclosion de l'œuf, larve L1 libre,J + 3:
première mue, larve L2 libre, J + 7: seconde mue, la larve L3 reste dans
l'exuvie de la mue, survie 1 à 2 mois (ou plus).
larve L3 présente un géotropisme négatif, un histotropisme + (attirée par la
peau), un thermotropisme + (attirée par la chaleur)
pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3 (réalisée en 5
minutes), migration larvaire par voie sanguine vers les poumons, traversée
des alvéoles, remontée de l'arbre trachéo-bronchique et déglutition,puis
arrivée dans le tube digestif où ont lieu les dernières mues et le passage au
stade adulte
durée de la phase prépatente: 6 semaines (Ancylostoma) à 8 semaines
(Necator), durée de vie: maximum: 5 ans
Epidémiologie: R. de P. = homme, maladie liée au péril fécal humain
évolution larvaire dépendante de la température (Ancylostoma T° > 22 °C,
Necator: T° > 25 °C) donc pays chauds et humides, tropiques ou zones à
microclimat (mines, briquetteries)
Prévalence: 1/4 de la population mondiale est ankylostome dépendante
contamination transcutanée par pénétration des larves strongyloïdes L3
lors de contact de la peau nue avec le sol humide (marche pieds nus)
en France: maladie professionnelle des mineurs
conditions de survie des larves L3: plusieurs mois sur le sol humide, à
l'obscurité et à 20°C.
Clinique:
phase d'incubation: passage transcutané
en 24 à 48 heures: prurit, érythème papuleux, lésions de grattage
(« gourme des mineurs ») dure 6 à 8 jours
phase d'invasion: migration larvaire au niveau des poumons, toux afébrile,
pharyngite, voix rauque (« catarrhe des gourmes »), dure 1 à 2 semaines
phase d'état: installation des vers dans le duodénum, 6 à 8 semaines après
la contamination
1 - premier mois: duodénite avec douleurs duodénales, nausées,
vomissements, diarrhée, anorexie ou boulimie, perversion du goût,
amaigrissement; normalisation après 2 mois
2 - chronicité: douleurs épigastriques, tendance diarrhéique,
3 - après quelques années si l'infestation est importante et l'apport
alimentaire insuffisant: anémie de type hypochrome microcytaire ferriprive
généralement bien supportée,
la spoliation sanguine due aux vers n'est pas compensée si n > 500 vers
chez la femme et l'enfant, les réserves en fer sont moindres, l'anémie peut
se manifester si n > 50 vers
troubles généraux: asthénie, arrêt de croissance, troubles nerveux
en l'absence de réinfestation, guérison en 5 à 10 ans et restauration
spontanée de l'anémie
Diagnostic:
diagnostic d'orientation
séjour en région d'endémie,
pendant la phase d'invasion: hyperleucocytose et hyperéosinophilie
diagnostic direct:
possible à la phase d'état: coprologie différée possible pendant 24
heures: oeufs 70 x 35 µm, embryonné à l' émission; numération (10 000
oeufs / g de selles peuvent expliquer l'anémie)
après 24 heures: larves L1 rhabditoïdes , 250 µm,
coproculture parasitaire, en 7 jours à 28 °C: larve L3 strongyloïde
engainée, 600 µm,
diagnostic différentiel avec S. strongyloïdes posé sur la morphologie des
L3
TRICHINELLA SPIRALIS –Trichine- (Trichinellose)
                       Trichinella pseudospiralis, Trichinella britovi,…..

Zoonose: 150 espèces hôtes recensées

HD=HI:mammifères carnivores et omnivores, selon la zone climatique,
différentes espèces animales sont impliquées (loups renards, sangliers et
rongeurs en zone tempérée ; grands carnivores et suidés en zone tropicale ; ours,
phoques, morses et éléphants marins en zone arctique).

R.de P: Animaux.
Homme: hôte accidentel, Contamination humaine par ingestion de viande
« trichinée » crue ou peu cuite: porc d’élevage en liberté, sanglier, cheval, ours,
phoque…
Affection humaine cosmopolite, endémique dans régions forte consommation porc:
USA, Europe de l’Est, Asie, Amérique du sud, Afrique de l’Est, hyper-endémiques
dans régions boréales
Europe: 6500 cas diagnostiqués en 25 ans
France: épidémies dues à viandes importées, cheval (nourriture contaminée par
chair de rats trichinés), sanglier, porc élevé en liberté
février 1998: 128 personnes, sud de la France viande cheval importé Serbie
septembre 1998: 500 personnes, sud de la France, viande cheval importé
Yougoslavie
Automme 2003: 6 cas, Alpes Maritimes, viande sanglier
Morphologie:
Vers adultes: vivent dans intestin hôte, mâle 1,5 mm, femelle 2 à 5 mm




 Larves:   vivent    dans
 muscles hôte , 100 µm
Cycle: simple, pas de phase libre dans l’environnement
Ingestion viande contenant Larve
Mues dans intestin      Adultes en 36H          Mort des mâles,
Dans muqueuse intestin pontes des femelles             Éclosion œuf
in utero ponte de larves        Larve migrante par voie sanguine
vers muscles            HD devient HI
Larve enkystée dans cellule musculaire en 3 semaines, taille 1mm,
survie de plusieurs années, calcification si mort
Clinique: Porteurs sains fréquents si faible infestation larvaire
Incubation souvent silencieuse, puis migration larvaire accompagnée de
fièvre, symptômes digestifs, douleurs abdominales,
enkystement accompagné de fièvre, œdème de la face, douleurs rétro-
orbitaires, urticaire, asthme, myalgies, crampes, altération état général
Chronicité accompagnée de myalgies, manifestations allergiques,
asthénie, complications neurologiques, cardiaques ou pulmonaires, à
l’origine des décès des personnes «diminuées », âgées, (<2% des cas
diagnostiqués)
Diagnostic:
Hyperéosinophilie massive
Chez l’homme, diagnostic direct difficile: Biopsies musculaires (triceps,
deltoïdes) mettant en évidence les larves (les vers adultes sont éliminés
voie fécale, mais rarement mis en évidence).
Chez animaux, diagnostic direct facile: Biopsie musculaire (apex de la
langue, muscles piliers du diaphragme)
Observation biopsie compressée (Trichinoscopie) ou après digestion
chlorhydro-pepsique.

Sérologie (Elisa, dot-blot, agglutination), et Recherche d’Ag circulants
La trichinellose humaine en tant que toxi-infection alimentaire
collective (TIAC) est une maladie à déclaration obligatoire

Prophylaxie:

-surveillance obligatoire des viandes de boucherie (certificat
sanitaire obligatoire pour gibier sauvage comme sanglier, si destiné à
réseau commercial…, pour cheval importé ou non, pour porc label
« plein air »,…)

-Larves détruites dans viande si:
cuisson à cœur (10 min 80°C),
congélation (10 jours –25°C),
saumure (6 semaines NaCl 19%),
irradiation (épaisseur <10cm)
La fumure de la viande n’a aucun effet.
TOXOCARA CANIS/CATI (Toxocarose)
             SYNDROME DE LARVA MIGRANS VISCERALE
Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Ascaridés

Morphologie: Ascaris du chien ou du chat en impasse parasitaire chez
l'homme
Cycle évolutif normal: cycle direct, monoxène
HD = chien ou chat, vers adultes (5-20cm) dans l'intestin grêle




élimination fécale des vers et des oeufs (70-90µm)
                   par le chien ou chat,
maturation et embryonnement des oeufs sur le sol ==>
     larve L1 puis ==> L2 qui reste contenue dans l'oeuf
Épidémiologie:
R. de P. = chien ou chat, maladie liée au péril fécal animal (stade L2),
parasitose cosmopolite, touche surtout les enfants.
contamination humaine possible par ingestion d'oeufs embryonnés(stade
L2 ), par contact et jeux avec chien ou chat, géophagie, jeux dans bacs à
sable, aires de jeux des parcs publics et des plages où les animaux ont
pu déféquer
Clinique:impasse parasitaire, la larve L2 entreprend une migration qui la
mène dans tous les viscères et les yeux
Signes généraux: fièvre modérée, asthénie, hépatomégalie, anorexie,
retard pondéral, oedème, toux, dyspnée, troubles digestifs, troubles
oculaires unilatéraux, troubles nerveux,…
Diagnostic:
diagnostic d'orientation: hyperéosinophilie et augmentation des IgE,
importante chez un sujet à risque(enfants, éleveurs de chiens,…)
n'ayant pas quitté la métropole
diagnostic direct:impossible, pas d'extériorisation du parasite
diagnostic indirect:sérologie en ELISA

Contenu connexe

Tendances

Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)abir
 
Amibes
AmibesAmibes
Amibes
laamir amah
 
Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologie
S/Abdessemed
 
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Oxyurose ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose   ascaridiose - trichocephaloseOxyurose   ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose ascaridiose - trichocephaloseRIADH HAMMEDI
 
Trypanosomoses africaine et américaine (2)
Trypanosomoses africaine et américaine (2)Trypanosomoses africaine et américaine (2)
Trypanosomoses africaine et américaine (2)killua zoldyck
 
Parasitologie fiches pratiques
Parasitologie fiches pratiquesParasitologie fiches pratiques
Parasitologie fiches pratiques
S/Abdessemed
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
ParasitologieMansour1
 
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halimaCoprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
IMANE HALIMA BENLARIBI
 
7 leishmanies tripanozomess
7 leishmanies tripanozomess7 leishmanies tripanozomess
7 leishmanies tripanozomesskillua zoldyck
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoairesabir
 
Generalites sur les champignons dermatophyties
Generalites sur les champignons   dermatophytiesGeneralites sur les champignons   dermatophyties
Generalites sur les champignons dermatophytiesRIADH HAMMEDI
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
Dr Taoufik Djerboua
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
S/Abdessemed
 

Tendances (20)

Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
Giardia intestinalis (protozoaire parasite d'homme)
 
Amibes
AmibesAmibes
Amibes
 
Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologie
 
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med TlemcenAmibiase Intestinale  Pr arbaoui fac med Tlemcen
Amibiase Intestinale Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Oxyurose ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose   ascaridiose - trichocephaloseOxyurose   ascaridiose - trichocephalose
Oxyurose ascaridiose - trichocephalose
 
Trypanosomoses africaine et américaine (2)
Trypanosomoses africaine et américaine (2)Trypanosomoses africaine et américaine (2)
Trypanosomoses africaine et américaine (2)
 
Parasitologie fiches pratiques
Parasitologie fiches pratiquesParasitologie fiches pratiques
Parasitologie fiches pratiques
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
Parasitologie
 
Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halimaCoprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
Coprologie parasitaire dr benlaribi imane halima
 
7 leishmanies tripanozomess
7 leishmanies tripanozomess7 leishmanies tripanozomess
7 leishmanies tripanozomess
 
Travaux pratiques
Travaux pratiquesTravaux pratiques
Travaux pratiques
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoaires
 
Generalites sur les champignons dermatophyties
Generalites sur les champignons   dermatophytiesGeneralites sur les champignons   dermatophyties
Generalites sur les champignons dermatophyties
 
Filarioses
FilariosesFilarioses
Filarioses
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 
Hydatidose
HydatidoseHydatidose
Hydatidose
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
 
Paludisme
PaludismePaludisme
Paludisme
 
Cestodoses adultes
Cestodoses adultesCestodoses adultes
Cestodoses adultes
 

En vedette

3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
zrouali
 
Lab 6 trichomoniniasis
Lab 6  trichomoniniasisLab 6  trichomoniniasis
Lab 6 trichomoniniasis
mihraban
 
Bird gardens 2015
Bird gardens   2015Bird gardens   2015
Bird gardens 2015
cvadheim
 
Anguillulose0910
Anguillulose0910Anguillulose0910
Anguillulose0910Lo Lo
 
Cairo university
Cairo universityCairo university
Cairo university
Hossam El-Shahaby
 
Microbiology lab 2
Microbiology lab 2Microbiology lab 2
Microbiology lab 2
Hussam Alsagheer
 
Biochemistry lab reporttt
Biochemistry lab reportttBiochemistry lab reporttt
Biochemistry lab reporttt
Indira Oez
 
اعرف دواك أمراض الصدر
اعرف دواك أمراض الصدراعرف دواك أمراض الصدر
اعرف دواك أمراض الصدر
Pharmacist Development Group
 
microbiology lab 1
microbiology lab  1microbiology lab  1
microbiology lab 1
Hussam Alsagheer
 
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolteSolutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
zrouali
 
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumestraitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
zrouali
 
medical-parasitology-power-point-lab8 part2
medical-parasitology-power-point-lab8 part2medical-parasitology-power-point-lab8 part2
medical-parasitology-power-point-lab8 part2
minsa
 
Ch53 communityecology2010
Ch53 communityecology2010Ch53 communityecology2010
Ch53 communityecology2010
msdbiology
 
قسم المختبر العام ‫‬ Department of general lab
قسم المختبر العام ‫‬    Department of general labقسم المختبر العام ‫‬    Department of general lab
قسم المختبر العام ‫‬ Department of general lab
Hayat abdulhamid
 
Species Interactions
Species InteractionsSpecies Interactions
Species Interactions
Derrick Willard
 
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبيةLab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
Ahmed Gamal
 
Introduction to hospital pharmacy
Introduction to hospital pharmacyIntroduction to hospital pharmacy
Introduction to hospital pharmacy
Anas Bahnassi أنس البهنسي
 
Ecology: Symbiotic Relationships
Ecology: Symbiotic RelationshipsEcology: Symbiotic Relationships
Ecology: Symbiotic Relationships
Emily Neistadt
 
Clinical pharmacy
Clinical pharmacyClinical pharmacy
Clinical pharmacy
Sitaram Khadka
 
Toxocarose trichinellose
Toxocarose   trichinelloseToxocarose   trichinellose
Toxocarose trichinelloseRIADH HAMMEDI
 

En vedette (20)

3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
3.solution arzak pour les traitements post récolte des agrumes - sporekill
 
Lab 6 trichomoniniasis
Lab 6  trichomoniniasisLab 6  trichomoniniasis
Lab 6 trichomoniniasis
 
Bird gardens 2015
Bird gardens   2015Bird gardens   2015
Bird gardens 2015
 
Anguillulose0910
Anguillulose0910Anguillulose0910
Anguillulose0910
 
Cairo university
Cairo universityCairo university
Cairo university
 
Microbiology lab 2
Microbiology lab 2Microbiology lab 2
Microbiology lab 2
 
Biochemistry lab reporttt
Biochemistry lab reportttBiochemistry lab reporttt
Biochemistry lab reporttt
 
اعرف دواك أمراض الصدر
اعرف دواك أمراض الصدراعرف دواك أمراض الصدر
اعرف دواك أمراض الصدر
 
microbiology lab 1
microbiology lab  1microbiology lab  1
microbiology lab 1
 
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolteSolutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
Solutions de contrôle de Géotrichum sur agrumes en post-récolte
 
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumestraitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
traitements phytosanitaires en post-récolte des agrumes
 
medical-parasitology-power-point-lab8 part2
medical-parasitology-power-point-lab8 part2medical-parasitology-power-point-lab8 part2
medical-parasitology-power-point-lab8 part2
 
Ch53 communityecology2010
Ch53 communityecology2010Ch53 communityecology2010
Ch53 communityecology2010
 
قسم المختبر العام ‫‬ Department of general lab
قسم المختبر العام ‫‬    Department of general labقسم المختبر العام ‫‬    Department of general lab
قسم المختبر العام ‫‬ Department of general lab
 
Species Interactions
Species InteractionsSpecies Interactions
Species Interactions
 
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبيةLab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
Lab tests ( arabic ) التحاليل الطبية
 
Introduction to hospital pharmacy
Introduction to hospital pharmacyIntroduction to hospital pharmacy
Introduction to hospital pharmacy
 
Ecology: Symbiotic Relationships
Ecology: Symbiotic RelationshipsEcology: Symbiotic Relationships
Ecology: Symbiotic Relationships
 
Clinical pharmacy
Clinical pharmacyClinical pharmacy
Clinical pharmacy
 
Toxocarose trichinellose
Toxocarose   trichinelloseToxocarose   trichinellose
Toxocarose trichinellose
 

Similaire à 2 nematodes

Nematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_osNematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_oskillua zoldyck
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Hind FQ
 
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptxGroupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
zidani2
 
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09raymondteyrouz
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
JeanHovozounkou
 
gy1234.pptx
gy1234.pptxgy1234.pptx
gy1234.pptx
AbderrazzakHamama2
 
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicolesleishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
Hind FQ
 
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielle
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielleBioécologie des anophèles et capacité vectorielle
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielle
Institut Pasteur de Madagascar
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
SandRab52
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologie
titimbenzahir
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_versFaunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Ahmed Lemhadri
 
Angiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleAngiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleabdesselam2015
 
infections des staphylocoques et traitement
infections des staphylocoques  et traitementinfections des staphylocoques  et traitement
infections des staphylocoques et traitement
DjamilaHEZIL
 
Schistosoma
SchistosomaSchistosoma
Schistosomaadel41
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
Mehdi Razzok
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
Jalal Chafiq
 

Similaire à 2 nematodes (20)

Nematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_osNematodes a transmission_per_os
Nematodes a transmission_per_os
 
4 cestodes
4 cestodes4 cestodes
4 cestodes
 
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmoseDiagnostic biologique de la toxoplasmose
Diagnostic biologique de la toxoplasmose
 
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptxGroupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
Groupes microbien Microbiologie Alimentaire.pptx
 
3 filaires exotiques
3 filaires exotiques3 filaires exotiques
3 filaires exotiques
 
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
Les Anthropozoonoses Vr 12 05 09
 
Distomatose
DistomatoseDistomatose
Distomatose
 
Présentation1.pptx
Présentation1.pptxPrésentation1.pptx
Présentation1.pptx
 
gy1234.pptx
gy1234.pptxgy1234.pptx
gy1234.pptx
 
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicolesleishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
leishmanies_tripanozomess.ppt parasites sangicoles
 
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielle
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielleBioécologie des anophèles et capacité vectorielle
Bioécologie des anophèles et capacité vectorielle
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologie
 
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_versFaunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
Faunistique (svi s4) lemhadri_triploblastiques_vers
 
Angiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominaleAngiostrongylose abdominale
Angiostrongylose abdominale
 
infections des staphylocoques et traitement
infections des staphylocoques  et traitementinfections des staphylocoques  et traitement
infections des staphylocoques et traitement
 
Schistosoma
SchistosomaSchistosoma
Schistosoma
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040Plabbilharziose 160319201040
Plabbilharziose 160319201040
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 

Plus de killua zoldyck

Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©nauxkillua zoldyck
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013killua zoldyck
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)killua zoldyck
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairkillua zoldyck
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculairekillua zoldyck
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelkillua zoldyck
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]killua zoldyck
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgenceskillua zoldyck
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternetkillua zoldyck
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologiekillua zoldyck
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinairekillua zoldyck
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetkillua zoldyck
 

Plus de killua zoldyck (20)

071 hausfater
071 hausfater071 hausfater
071 hausfater
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Les glaucomes
Les glaucomesLes glaucomes
Les glaucomes
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
 
Pancréatite aiguë
Pancréatite aiguëPancréatite aiguë
Pancréatite aiguë
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Orl
OrlOrl
Orl
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
 

2 nematodes

  • 1. COURS DE PARASITOLOGIE DUT ABB 2 - Les Nématodes Auteur : Bruno Flamand, IUT de Dijon
  • 2. VERS HELMINTHES LES NEMATODES •ENTEROBIUS VERMICULARIS –Oxyure-(Oxyurose) •TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale –(Trichocéphalose) •ASCARIS LUMBRICOIDES-(Ascaridiase) •STRONGYLOIDES STERCORALIS-Anguillule-(Anguillulose) •ANKYLOSTOMA DUODENALE et NECATOR AMERICANUS- Ankylostomes-(Ankylostomose) •TRICHINELLA SPIRALIS –Trichine- (Trichinellose) •TOXOCARA CANIS/CATI (Toxocarose) SYNDROME DE LARVA MIGRANS VISCERALE •LES FILAIRES EXOTIQUES (Filarioses)
  • 3. ENTEROBIUS VERMICULARIS ou OXYURE-(Oxyurose) Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Oxyuroidea Morphologie: Vers adulte: petit ver blanc très mobile avec renflement céphalique,bouche munie de 3 lèvres coupantes mâle: 3-5 mm, extrémité postérieure enroulée, 1 spicule, femelle: 9-12 mm, extrémité postérieure effilée translucide,
  • 4. Oeuf: ovoïde, asymétrique, une face presque plane; coque lisse incolore et fine embryonné à la ponte dimensions: 55 x 30 µm Cycle évolutif: HD = homme, vers adultes situés dans la dernière partie du grêle, le caecum et le colon ascendant, ils se nourrissent de débris alimentaires. Après fécondation, les mâles meurent, les femelles restent dans le colon puis migrent vers l'anus qu'elles traversent la nuit pour pondre à la marge anale (environ 10 000 oeufs / femelle pondus en 20 à 60 minutes). Les vers femelles remontent dans l'intestin et meurent (durée de vie: 2 à 3 mois). les oeufs pondus sur la marge anale sont embryonnés (larve L1 dite gyriniforme), en quelques heures à la température du corps ==> L2 (vermiforme) puis L3 infectieuse.
  • 5. Contamination par ingestion ou inhalation des oeufs infectieux, Eclosion et obtention des L3 dans l'intestin grêle, puis 2 mues sans migration viscérale les premières pontes adultes surviennent entre 30 et 60 jours après la contamination Remarque: auto infestation orale fréquente par ingestion d'oeufs éliminés la nuit même (prurit ==> grattage ==> oeufs sur les doigts et les ongles) Clinique: phase d'invasion: silencieuse, légère hyperéosinophilie phase d'état: porteurs sains le plus souvent, prurit anal nocturne pendant la ponte (mordillements par les femelles), en cas d'infestation massive: troubles intestinaux: coliques, nausées, anorexie, selles molles, troubles nerveux: insomnies, irritabilité, inattention Complications rares: appendicite, vulvite et infections urinaires
  • 6. Epidémiologie:R.de P. = homme, parasitose cosmopolite favorisé par promiscuité et vie en communauté: enfants d'âge scolaire: 30 à 70 % personnes agées: 5 à 10 %, jusqu’à 20 % dans les hôpitaux psychiatriques ) endémie plus forte en région tempérée qu'en région chaude (enfants moins couverts, stérilisation par le soleil) contamination en milieu scolaire et familial, mains souillées d' oeufs mises à la bouche, survie des oeufs dans la poussière: 3 semaines Surinfestations: par auto-infestation, par hétéro-infestation (oeufs infectieux dans les poussières de maison)
  • 7. Diagnostic: diagnostic direct extériorisation des femelles visibles à la marge anale ou sur les grandes lèvres chez les fillettes impubères Test à la cellophane adhésive ou Test de Graham (scotch test): test à réaliser avant la toilette matinale; 3 tests sur une semaine permettent de déceler 90 % des oxyuroses. pas d' oeufs dans les selles sauf en cas de très forte infestations Thérapeutique: médicamenteuse pour les personnes atteintes: couper et brosser les ongles, porter des sous-vêtements de nuit fermés, pour la collectivité: traiter simultanément toute la collectivité (classe, famille); supprimer les sources d'infestation: changer et laver le linge et la literie, nettoyer et dépoussiérer les objets usuels. Refaire un traitement après 20 jours.
  • 8. TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale – (Trichocéphalose)
  • 9. TRICHURIS TRICHURA –Trichocéphale – (Trichocéphalose) Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Super famille des Trichuroidea Morphologie: Vers adulte: ver blanc rosé à rougeâtre, 2/3 antérieurs fins (diamètre 1 mm) et 1/3 postérieur épais contenant les organes génitaux (diamètre 3 mm) le mâle mesure 3 cm, extrémité postérieure en crosse la femelle mesure 5 cm, extrémité postérieure obtuse
  • 10. Oeuf: forme de citron, un bouchon muqueux proéminent à chaque pôle, double coque: externe lisse et brune, interne jaune, non embryonné à la ponte dimensions: 50-60 µm x 25-30 µm Cycle évolutif monoxène:HD = homme les vers adultes sont situés au niveau du colon et du caecum, leur extrémité antérieure est enfoncée dans les glandes, leur extrémité postérieure flotte dans la lumière ; les vers sont hématophages (5 µl de sang /ver/jour) élimination fécale des œufs.
  • 11. maturation et embryonnement sur le sol (3 semaines ou plus suivant les conditions), la larve L1 reste dans l'oeuf contamination orale par les oeufs embryonnés (larve L1) avec eau de boisson, crudités, mains sales évolution larvaire et mues au niveau de la muqueuse de l'intestin grêle en 2 à 3 semaines (stades L2, L3 puis L4), puis descente et installation des adultes dans le colon une femelle pond environ 30 000 oeufs par jour, durée de vie: 5 à 10 ans
  • 12. Epidémiologie: R de P = homme, cosmopolite, surtout pays chauds et humides embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc réservoir tellurique, oeufs éliminés avec les déjections humaines, ==> donc affection liée au péril fécal humain, contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains sales) En France estimation des sujets parasités à 600 000 mais charge parasitaire généralement faible Résistance des oeufs dans le milieu extérieur de 2 à 5 ans, oeufs tués par la chaleur, l'ensoleillement direct et la dessication
  • 13. Clinique: existence de nombreux porteurs sains, la pathologie dépend de la charge parasitaire phase d'invasion:généralement silencieuse phase d'état: localisation colique des vers après 6 semaines environ, charge de 1 à 10 vers fréquente en région tempérée cas des jeunes enfants et adultes réceptifs en région chaude: douleurs coliques, diarrhée ou constipation, nausées, vomissements, anorexie, entraîne amaigrissement, irritabilité et géophagie très forte infestation: enfant < 18 mois: charge supérieure à 400 vers, enfant < 7-8 ans: plus de 1000 vers, envahissement complet du colon, grande quantité de selles (400 à 1000 gr par jour), diarrhée profuse, douleur abdominale, ténesme, puis hémorragies rectales, possibilité de prolapsus rectal complications: appendicite,anémie hypochrome survient tardivement par carence martiale si la charge parasitaire est très élevée et l'apport alimentaire en fer insuffisant
  • 14. Diagnostic biologique: diagnostic direct Coprologie: oeuf 50 x 25 µm, pas embryonné à l' émission réaliser une numération: 20 vers ==>1 000 oeufs/gr de selles = 1 oeuf par champ microscopique
  • 15. ASCARIS LUMBRICOIDES-(Ascaridiase) Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Ascaridés. Morphologie: Vers Adulte: Ver blanc rosé, élastique, bouche avec 3 lèvres coupantes mâle 15-20 cm, diamètre 0.3 cm, extrémité postérieure en crosse, 2 spicules brunâtres, femelle 20-25 cm, diamètre 0.5 cm, extrémité postérieure rectiligne, vulve ventrale au 1/3 antérieur
  • 16. Oeuf: ovoïde, double coque, l'externe est brune et mamelonnée, l'interne est lisse et jaunâtre non embryonné à la ponte, dimensions: 50-70 µm x 45-50 µm, Il existe aussi des oeufs non fécondés plus grands, plus ovoïdes, et des œufs atypiques ayant perdus leur coque mamelonnée Œuf non fécondé Œuf typique fécondé Œuf atypique fécondé
  • 17. Cycle évolutif monoxène: HD = homme vers adultes dans l'intestin grêle, se nourrissent du chyle intestinal élimination fécale des oeufs, environ 200 000 /femelle/jour maturation des oeufs dans le milieu extérieur en 2 à 6 semaines selon les conditions: larve L1 puis L2 qui reste dans l'oeuf Contamination orale par ingestion d'oeufs contenant la L2 libération des L2 dans l'intestin et migration larvaire transviscérale: traversée de la muqueuse intestinale, ==> système porte et passage par le foie (atteint en 3-4 jours) ==> coeur droit ==> poumon et traversée de la paroi des alvéoles pulmonaires atteintes en 8 jours, mue ==> stade L3 ==> remontée de l'arbre respiratoire ==> pharynx ==> déglutition et tube digestif; les larves L3 (infectieuses) peuvent poursuivre leur vie dans l'intestin, stade adulte obtenu en 2 -3 mois, durée de vie: 12 -18 mois.
  • 18. Epidémiologie: R de P = homme, cosmopolite, endémique dans les pays chauds et humides du tiers monde (cause de mortalité infantile ), la prévalence peut atteindre 70 % des enfants prévalence mondiale hors Europe: 22% en 1987, prévalence en pays tempérés: 1% embryonnement des oeufs sur le sol et survie prolongée ==> donc réservoir tellurique, (en zone de forte endémie: 100 oeufs / gr de terre) oeufs éliminés par les déjections humaines, ==> donc affection liée au péril fécal humain, contamination par eau de boisson, mains et crudités souillées par des oeufs embryonnés (maladie des mains sales) Résistance des oeufs dans le milieu extérieur: 5 ans en présence d'oxygène, résistance au froid, à la chaleur et aux antiseptiques, oeufs tués par une forte chaleur, l'ensoleillement direct et la dessiccation
  • 19. Clinique: phase d'invasion: passage pumonaire de J+2 à J+8 Syndrome de Loeffler: fièvre, toux sèche, dyspnée, crachats, manifestations allergiques, opacité radiologique transitoire Hyperéosinophilie phase d'état: adultes dans le tube digestif les signes cliniques dépendent du nombre de vers et des traumatismes causés:transit accéléré, vomissements, irritabilité, insomnie, sialorrhée nocturne, prurit, oedème de Quincke Complications: migration aberrante, occlusion, péritonite. Diagnostic biologique: diagnostic direct: coprologie, œufs fécondés et non fécondés, non embryonnés à l'émission, fréquence d'œufs atypiques possibilité d'extériorisation de vers adultes dans les selles et les vomissements diagnostic indirect: sérologie pendant phase d’invasion
  • 20. STRONGYLOIDES STERCORALIS ou ANGUILLULE-(Anguillulose)
  • 21. STRONGYLOIDES STERCORALIS ou ANGUILLULE-(Anguillulose) Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Rhabditidés Morphologie:4 stades Vers adulte: femelles parthénogénétiques très fines, oesophage strongyloïde (à un seul renflement oesophagien), vivent dans intestin,non hématophages. longueur: 2,5 mm Adultes stercoraux (longueur environ 1 mm): vivent dans milieu extérieur oeuf: coque mince, claire, transparente, 50 x 30 µm, contiennent la larve L1 lors de l'émission des selles Stades larvaires: L1: rhabditoïde: (250 µm, double renflement oesophagien); L2: strongyloïde (500 µm, un renflement oesophagien) L1 L3 Oeuf Œuf+L1 L3: strongyloïde infectieuse (600 µm, un renflement oesophagien, oesophage égal à 1/2 du corps, extrémité postérieure discrètement bifide)
  • 22. Cycle évolutif:parasite monoxène opportuniste, HD = homme, les femelles parasites circulent dans la muqueuse intestinale, ponte d'oeufs non embryonnés qui s'embryonnent pendant le transit intestinal ==> élimination fécale des larves rhabditoïdes à J0, conditions extérieures influencent l’évolution: température, humidité, matières organiques Si température < 16 °C, survie des L1 pendant 15 jours puis mort Si température comprise entre 16 et 20 °C et humidité > 60 %: à J0: L1, à J + 3: obtention des L3 infestantes, survie pendant 15 jours Si température > 20 °C, abondance de matières organiques et humidité > 60 %: à J0: L1, à J + 3: obtention directe d'adultes mâles ou femelles libres (adultes stercoraux), fécondation, ponte ==> L1 ==> L2 ==> L3 infectieuses à J + 7, survie pendant 15 jours
  • 23. Contamination: pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3, migration larvaire par les poumons, (cycle entéro-pulmonaire), obtention des femelles parthénogénétiques premières pontes au bout de 15 jours,durée de vie des femelles: 3 mois Remarque: possibilité d'un cycle endogène (auto-infestation); transit des L1 dans le tube digestif, mues dans le tube digestif ==> L3 infectieuses dans le colon ou à la marge anale, pénétration directe de ces larves surtout dans la zone péri-anale ( larva currens) Epidémiologie:R. de P. = homme, estimation à 30 - 60 millions de sujets parasités pays chauds et humides: infestation possible toute l'année (tropiques) Antilles, Afrique centrale équatoriale pays tempérés: contamination possible l'été: sud des Etats Unis, Europe du Sud parasitose liée au péril fécal humain, contamination transcutanée (baignade, marche dans la boue)
  • 24. Clinique: phase d'incubation: passage transcutané,prurit, érythème papuleux phase d'invasion: migration pulmonaire, toux afébrile, pharyngite, voix rauque, se produit 4 à 6 jours après l'inoculation et dure 2 à 3 jours phase d'état: installation des vers dans le duodénum, 20 à 30 jours après la contamination, douleurs abdominales (brûlures, crampes), troubles du transit (diarrhées intermittentes ou chroniques, vomissement et nausées plus rarement), troubles de la nutrition et amaigrissement (retard de croissance chez les enfants) troubles cutanés par vagues ( larva currens) correspondant aux ré- infestations endogènes (prurit, réactions urticariennes durant quelques jours) , se manifestent avec une périodicité irrégulière de plusieurs mois. En l'absence de ré-infestation, la maladie peut durer plusieurs dizaines d'années parasite opportuniste, chez immunocompétent: maladie souvent asymptomatique. Si le sujet immunodéprimé (greffe, SIDA, traitement par les corticoïdes) récidives importantes de la maladie (exacerbation des signes digestifs) et risque d'anguillulose disséminée maligne qui peut être mortelle par sur-infection bactérienne.
  • 25. Diagnostic: hyperéosinophilie, puis courbe en clocher ou en dents de scie diagnostic direct: coproscopie: larves L1 rhabditoïdes, 250 µm, mais pontes faibles et irrégulières (20 à 50 oeufs pondus /jour/femelle), (technique de Baerman ou enrichissement de Junod), nécessité de multiplier les examens coproculture parasitaire, en 7 jours à 28 °C: larves L3 strongyloïdes, 600 µm, extrémité postérieure bifide (diagnostic différentiel avec ankylostomes); adultes stercoraux (longueur environ 1 mm), oeufs diagnostic différentiel avec Ankylostomidés posé sur la morphologie des L3 et la présence des adultes libres
  • 26. ANKYLOSTOMA DUODENALE et NECATOR AMERICANUS- (Ankylostomose)
  • 27. ANKYLOSTOMA DUODENALE et NECATOR AMERICANUS-(Ankylostomose) Phasmidien,Ordre des Strongylidés,Super famille des Ancylostomatoidea Morphologie: adultes: aspect de gros oxyures blancs ( rouges après repas sanguin) capsule buccale inclinée sur la face dorsale, hématophages mâle: 8-10 mms, bourse caudale et 2 spicules permettant le diagnostic d'espèce femelle: 10 -15 mms, extrémité postérieure obtuse, Ancylostoma: bouche: 2 paires de crochets Necator: bouche: 1 paire de lames coupantes ventrales et 1 paire de dents dorsales oeuf: ovoïde, coque mince, transparente, incolore 60 - 70 µm x 40 µm non embryonné à la ponte mais contenant des blastomères qui se multiplient rapidement; stade morula au moment de l'examen coprologique
  • 28. Stades larvaires: L1: rhabditoïde; (250 µm, double renflement oesophagien); L2: strongyloïde (500 µm, un renflement oesophagien); L3: strongyloïde infectieuse (600 µm, un renflement oesophagien, oesophage égal à 1/4 du corps, engainée dans l'exuvie du stade précédent) Larve L3 Vers adultes Oeuf Bouche Ancylostoma
  • 29. Cycle évolutif: Cycle direct HD = homme vers adultes localisés dans le duodénum, fixés à la muqueuse élimination fécale des oeufs, maturation des oeufs si température suffisante (25 - 30 °C), oxygène et humidité; cinétique indiquée à titre indicatif, dépend des conditions particulières J0: oeuf pondu, selles sur le sol,J + 1: éclosion de l'œuf, larve L1 libre,J + 3: première mue, larve L2 libre, J + 7: seconde mue, la larve L3 reste dans l'exuvie de la mue, survie 1 à 2 mois (ou plus). larve L3 présente un géotropisme négatif, un histotropisme + (attirée par la peau), un thermotropisme + (attirée par la chaleur) pénétration active transcutanée des larves strongyloïdes L3 (réalisée en 5 minutes), migration larvaire par voie sanguine vers les poumons, traversée des alvéoles, remontée de l'arbre trachéo-bronchique et déglutition,puis arrivée dans le tube digestif où ont lieu les dernières mues et le passage au stade adulte durée de la phase prépatente: 6 semaines (Ancylostoma) à 8 semaines (Necator), durée de vie: maximum: 5 ans
  • 30. Epidémiologie: R. de P. = homme, maladie liée au péril fécal humain évolution larvaire dépendante de la température (Ancylostoma T° > 22 °C, Necator: T° > 25 °C) donc pays chauds et humides, tropiques ou zones à microclimat (mines, briquetteries) Prévalence: 1/4 de la population mondiale est ankylostome dépendante contamination transcutanée par pénétration des larves strongyloïdes L3 lors de contact de la peau nue avec le sol humide (marche pieds nus) en France: maladie professionnelle des mineurs conditions de survie des larves L3: plusieurs mois sur le sol humide, à l'obscurité et à 20°C. Clinique: phase d'incubation: passage transcutané en 24 à 48 heures: prurit, érythème papuleux, lésions de grattage (« gourme des mineurs ») dure 6 à 8 jours phase d'invasion: migration larvaire au niveau des poumons, toux afébrile, pharyngite, voix rauque (« catarrhe des gourmes »), dure 1 à 2 semaines
  • 31. phase d'état: installation des vers dans le duodénum, 6 à 8 semaines après la contamination 1 - premier mois: duodénite avec douleurs duodénales, nausées, vomissements, diarrhée, anorexie ou boulimie, perversion du goût, amaigrissement; normalisation après 2 mois 2 - chronicité: douleurs épigastriques, tendance diarrhéique, 3 - après quelques années si l'infestation est importante et l'apport alimentaire insuffisant: anémie de type hypochrome microcytaire ferriprive généralement bien supportée, la spoliation sanguine due aux vers n'est pas compensée si n > 500 vers chez la femme et l'enfant, les réserves en fer sont moindres, l'anémie peut se manifester si n > 50 vers troubles généraux: asthénie, arrêt de croissance, troubles nerveux en l'absence de réinfestation, guérison en 5 à 10 ans et restauration spontanée de l'anémie
  • 32. Diagnostic: diagnostic d'orientation séjour en région d'endémie, pendant la phase d'invasion: hyperleucocytose et hyperéosinophilie diagnostic direct: possible à la phase d'état: coprologie différée possible pendant 24 heures: oeufs 70 x 35 µm, embryonné à l' émission; numération (10 000 oeufs / g de selles peuvent expliquer l'anémie) après 24 heures: larves L1 rhabditoïdes , 250 µm, coproculture parasitaire, en 7 jours à 28 °C: larve L3 strongyloïde engainée, 600 µm, diagnostic différentiel avec S. strongyloïdes posé sur la morphologie des L3
  • 33. TRICHINELLA SPIRALIS –Trichine- (Trichinellose) Trichinella pseudospiralis, Trichinella britovi,….. Zoonose: 150 espèces hôtes recensées HD=HI:mammifères carnivores et omnivores, selon la zone climatique, différentes espèces animales sont impliquées (loups renards, sangliers et rongeurs en zone tempérée ; grands carnivores et suidés en zone tropicale ; ours, phoques, morses et éléphants marins en zone arctique). R.de P: Animaux. Homme: hôte accidentel, Contamination humaine par ingestion de viande « trichinée » crue ou peu cuite: porc d’élevage en liberté, sanglier, cheval, ours, phoque… Affection humaine cosmopolite, endémique dans régions forte consommation porc: USA, Europe de l’Est, Asie, Amérique du sud, Afrique de l’Est, hyper-endémiques dans régions boréales Europe: 6500 cas diagnostiqués en 25 ans France: épidémies dues à viandes importées, cheval (nourriture contaminée par chair de rats trichinés), sanglier, porc élevé en liberté février 1998: 128 personnes, sud de la France viande cheval importé Serbie septembre 1998: 500 personnes, sud de la France, viande cheval importé Yougoslavie Automme 2003: 6 cas, Alpes Maritimes, viande sanglier
  • 34. Morphologie: Vers adultes: vivent dans intestin hôte, mâle 1,5 mm, femelle 2 à 5 mm Larves: vivent dans muscles hôte , 100 µm
  • 35. Cycle: simple, pas de phase libre dans l’environnement Ingestion viande contenant Larve Mues dans intestin Adultes en 36H Mort des mâles, Dans muqueuse intestin pontes des femelles Éclosion œuf in utero ponte de larves Larve migrante par voie sanguine vers muscles HD devient HI Larve enkystée dans cellule musculaire en 3 semaines, taille 1mm, survie de plusieurs années, calcification si mort
  • 36. Clinique: Porteurs sains fréquents si faible infestation larvaire Incubation souvent silencieuse, puis migration larvaire accompagnée de fièvre, symptômes digestifs, douleurs abdominales, enkystement accompagné de fièvre, œdème de la face, douleurs rétro- orbitaires, urticaire, asthme, myalgies, crampes, altération état général Chronicité accompagnée de myalgies, manifestations allergiques, asthénie, complications neurologiques, cardiaques ou pulmonaires, à l’origine des décès des personnes «diminuées », âgées, (<2% des cas diagnostiqués) Diagnostic: Hyperéosinophilie massive Chez l’homme, diagnostic direct difficile: Biopsies musculaires (triceps, deltoïdes) mettant en évidence les larves (les vers adultes sont éliminés voie fécale, mais rarement mis en évidence). Chez animaux, diagnostic direct facile: Biopsie musculaire (apex de la langue, muscles piliers du diaphragme) Observation biopsie compressée (Trichinoscopie) ou après digestion chlorhydro-pepsique. Sérologie (Elisa, dot-blot, agglutination), et Recherche d’Ag circulants
  • 37. La trichinellose humaine en tant que toxi-infection alimentaire collective (TIAC) est une maladie à déclaration obligatoire Prophylaxie: -surveillance obligatoire des viandes de boucherie (certificat sanitaire obligatoire pour gibier sauvage comme sanglier, si destiné à réseau commercial…, pour cheval importé ou non, pour porc label « plein air »,…) -Larves détruites dans viande si: cuisson à cœur (10 min 80°C), congélation (10 jours –25°C), saumure (6 semaines NaCl 19%), irradiation (épaisseur <10cm) La fumure de la viande n’a aucun effet.
  • 38. TOXOCARA CANIS/CATI (Toxocarose) SYNDROME DE LARVA MIGRANS VISCERALE Embranchement des Némathelminthes, Classe des Nématodes, Ordre des Ascaridés Morphologie: Ascaris du chien ou du chat en impasse parasitaire chez l'homme Cycle évolutif normal: cycle direct, monoxène HD = chien ou chat, vers adultes (5-20cm) dans l'intestin grêle élimination fécale des vers et des oeufs (70-90µm) par le chien ou chat, maturation et embryonnement des oeufs sur le sol ==> larve L1 puis ==> L2 qui reste contenue dans l'oeuf
  • 39. Épidémiologie: R. de P. = chien ou chat, maladie liée au péril fécal animal (stade L2), parasitose cosmopolite, touche surtout les enfants. contamination humaine possible par ingestion d'oeufs embryonnés(stade L2 ), par contact et jeux avec chien ou chat, géophagie, jeux dans bacs à sable, aires de jeux des parcs publics et des plages où les animaux ont pu déféquer Clinique:impasse parasitaire, la larve L2 entreprend une migration qui la mène dans tous les viscères et les yeux Signes généraux: fièvre modérée, asthénie, hépatomégalie, anorexie, retard pondéral, oedème, toux, dyspnée, troubles digestifs, troubles oculaires unilatéraux, troubles nerveux,… Diagnostic: diagnostic d'orientation: hyperéosinophilie et augmentation des IgE, importante chez un sujet à risque(enfants, éleveurs de chiens,…) n'ayant pas quitté la métropole diagnostic direct:impossible, pas d'extériorisation du parasite diagnostic indirect:sérologie en ELISA