SlideShare une entreprise Scribd logo
BEN HADJ ALI Samiha
Laboratoire de Bactériologie,
Institut Pasteur de Tunis
Le 16 Février 2017
Buts
Protection:
 du personnel
 des personnes en dehors du laboratoire
 de l'environnement
Introduction
La majorité des contaminations recensées par Sulkin et Pike En
1978 sont dues :
 aux bactéries : 42% dont 71 décès sur 1701 cas
Aux virus : 29 % dont 55 décès sur 1179 cas
Les infections les plus fréquentes contractées au laboratoire de
Microbiologie sont (Pike 1978):
Brucellose
Fièvre Q
Hépatite
Fièvre typhoïde
Tularémie, Tuberculose …..
Contaminations au laboratoire
dues à divers micro-organismes
(Sulkin puis Pike, 1978-CNRS)
Type de
Micro-organisme
Nombre de cas
recensés(%)
Nombre
de décès
Nombre
d’agents
biologiques
Nombre de
cas publiés
Bactéries
Virus
Rickettsies
Champignons
Chlamydiae
Parasites
1704 (42 %)
1179 (29 %)
598 (14 %)
354 (09 %)
128 (03% )
116 (03 %)
71
55
25
5
10
2
37
85
8
9
3
17
744
915
381
313
71
74
Total 4079 (100%) 168 ( 4.1 %) 2498
Infections les plus fréquentes
contractées au laboratoire de Microbiologie
(Pike 1978-CNRS)
Infections Nombre de cas Nombre de décès
Brucellose
Fièvre Q
Hépatites
Fièvre typhoïde
Tularémie
Tuberculose
Dermato mycoses
Encéphalite équine du Venezuela
Psittacose
Coccidioimycose
426
280
268
258
225
194
162
146
116
93
5
1
3
20
2
4
0
1
10
2
Contaminations /Infections
comment et pourquoi ?
Tout simplement soit:
Qu’aucunes directive d’hygiène n’ont été entreprises au sein
du laboratoire.
Ou les directives d’hygiène ne sont pas respectées par le
personnel.
 Qui est responsable de les instaurer ?
 Y’a t-il une procédure qualité qui recense tous les micro-organismes
pathogènes utilisés à l’IPT et les moyens de prévention à appliquer en cas
d’accident ?
 Y’a-t-il une procédure qui recense les souches multi-résistantes
( bactéries , BK, et virus … ) et la manière d’éliminer leur déchets :
très hauts risques infectieux dont la thérapie est difficile à trouver!!!
 Y’a-t-il un audit ou une inspection pour évaluer les dysfonctionnements au
niveau des infrastructures mises en place dans les laboratoires?
4 Niveaux de Sécurité Biologique (BSL):
fonction de la pathogénicité
des micro-organismes utilisés
1- non pathogènes
2- modérément pathogènes
3- causant des maladies sévères ou potentiellement létales (HIV,
Bacillus anthracis)
4- risque élevé de transmission par aérosol et causant des
infections létales (EBOLA)
 Le Laboratoires de diagnostic microbiologique: BSL-2
( Biohazard Safety Level 2= Niveau de Sécurité Biologique 2)
Classification des niveaux de risques
établie selon:
 La pathogénicité du micro-organisme et sa virulence
 La résistance du micro-organisme dans l’environnement
- Chaleur, froid
- Dessiccation
- Antiseptiques
 Le mode de contamination
• Voie pulmonaire
• Voie digestive
• Voie cutanée et transcutanée
• Voie conjonctivale
 L’existence d’un traitement efficace ( difficile pour les multi-résistants !!)
• Préventif: vaccination
• Curatif: antibiotiques…
Risque infectieux :
inhérent à la situation
( micro-organismes pathogènes sont là malgré les contrôles existants )
Sécurité :
mesures à prendre face à un risque
quelles sont les mesures de sécurités
biologiques à mettre en place?
Mesures de sécurités biologiques
1. Infrastructures
2. Pratiques microbiologiques
3. Elimination des déchets
4. Hygiène du lieu de travail
5. Hygiène et prévention personnelle
1. Infrastructures : Le local
Un panneau de risque biologique doit être suspendu sur
chaque porte d'accès des laboratoires.
L'accès au laboratoire est limité.
Portes et fenêtres des lieux de travail doivent être fermées
pendant le travail.
Utilisation d’une hôte à flux laminaire PS II : protection
du produit biologique et du manipulateur.
2. Pratiques microbiologiques standards(1)
 Pas de pipetage à la bouche
 Utilisation de matériel jetable de préférence
 Aiguilles et seringues:
jetables et le recapuchonnage des aiguilles est
proscrit.
2. Pratiques microbiologiques standards(2)
 Minimiser la production d’aérosols!
Lorsqu'il y a possibilité de production d'aérosols
entraînant un risque d'infection aérogène, la manipulation
d'échantillons doit s'effectuer sous un flux de sécurité de
classe II (PS II).
 Port de gants obligatoire pour éviter :
- Le risque de contact cutané avec du matériel infectieux,
une surface ou un équipement contaminés.
- Le risque d’un récipient ouvert contenant du sang ou un
autre liquide biologique.
2. Pratiques microbiologiques standards(3)
 Désinfection des récipients d'échantillons dont l'extérieur
est souillé avant toute manipulation
 Contrôle de l'identité des micro-organismes de référence
utilisés.
Pratiques microbiologiques spéciales
Prélèvements respiratoires
ou de tissus
Production d'aérosols
potentiellement infectieux
(Exemple BK )
les multi-résistants PS3 ??
Manipulation sous un flux laminaire de classe II
PS2
Mesures de sécurité supplémentaires
pour le laboratoire des
mycobactéries(BK)
 Port des gants obligatoire pour toutes les manipulations de
cultures.
 Port d'une blouse à usage unique obligatoire
Cette blouse ne doit pas quitter le laboratoire de tuberculose.
Les blouses à usage unique doivent être jetées dans les
poubelles biologiques réservées à cet effet (sacs appropriés
dangereux).
Entrée du laboratoire restreinte au personnel autorisé.
3. Elimination des déchets et classification
Les déchets sont classés en 4 groupes :
A. Déchets médicaux ne posant pas de problème, composition
similaire à celle des déchets urbains
B. Déchets spéciaux
1. Danger de contamination (contenant du sang,
des excrétions etc.….)
2. Danger de blessures inactivation des déchets contaminés
3. Médicaments périmés avant de les sortir des Laboratoires
4. Cytostatiques
C. Infectieux
D. Autres déchets spéciaux (chimiques, radioactifs…)
Déchets infectieux solides
• Cultures de microorganismes
ou de cellules
• Échantillons de patients,
reste d'analyse
• Objets ayant touchés des
échantillons (Tips de
pipetage de sérum, …)
Fermeture du sac avec
une attache zip
Dépôt dans les chariots
prévus à cet effet
Autoclavage
Déchets infectieux liquides
• Tubes de cultures
• Flacons de cultures
• Les Objets tranchants
Inactivation
chimique
(eau de Javel)
Evier
Déchets présentant un danger de blessure
• Aiguilles, lames et pipette Pasteur
• Objets tranchants
Incinération
4- Hygiène du lieu de travail (2)
Place de travail:
responsable: personnel technique
- maintient de l'ordre
- nettoyage et désinfection après chaque travail ou à la
fin de chaque journée, et après chaque souillure par du
matériel viable.
4. Hygiène du lieu de travail (3)
 Equipements: responsable: personnel technique
- Désinfection selon fiche technique
Un équipement devra être désinfecté avant de le
sortir du laboratoire (lors de changement de laboratoire,
ou réparation ou mise à la casse).
 Surfaces (sols et murs): responsable: service d’hygiène.
- Selon le plan d'hygiène
 En cas de présence d'insectes ou de rongeurs, faire
appel au service approprié pour leur élimination.
 Les animaux de compagnie sont interdits d'accès.
5. Hygiène personnelle (1)
Port de la blouse fermée (ou autres vêtements de protection):
– obligatoire dans les lieux de travail!
– La blouse reste dans le laboratoire!!!
5. Hygiène personnelle(2)
Il est interdit de manger, de boire, de fumer, de manipuler
des verres de contact, d’utiliser des produits cosmétiques ou
d’entreposer de la nourriture dans les lieux de travail.
5. Hygiène personnelle (3)
Lavage/désinfection des mains
Il convient de se désinfecter (solution alcoolique) ou de se
laver (savon désinfectant) soigneusement les mains:
• à la fin de chaque opération de travail
• après le port de gant
• avant de quitter le laboratoire
Prévention personnelle (1)
• Vaccination contre les hépatites B:
hautement recommandée pour tout le personnel
• Vaccination contre le méningocoque:
recommandé pour le personnel des laboratoires de
diagnostique
• Vaccin contre la grippe:
recommandé
•Test à la tuberculine à l'engagement, puis à rythme annuel s'il
est négatif
(chaque année pour le personnel du labo de BK)
• Mise à jours des vaccins généraux (Tétanos …):
Ces contrôles devraient être faits par la Médecine du
Personnel lors de l'engagement
Prévention personnelle (2)
•Grossesse suspectée ou confirmée:
Informer le médecin du personnel ou/et le supérieur
responsable, afin que soient appréciés et discutés les
risques éventuels du poste de travail actuel.
Pourquoi ?
Pour protéger la biologie de la procréation et les futures
générations.
Ne sont pas autorisées pour les femmes
enceintes
(*: + 3 premiers mois d’allaitement)
 les manipulations du virus HIV, herpès simplex ou varicelle
*les manipulations de sang ou autres liquides biologiques HIV ou
HBV ou HCV positifs ou suspects de l’être.
 les manipulations de prélèvements déclarés infectieux .
 les manipulations d’agents bactériens* (tuberculose, listeria,
gonocoque), viraux (en l’absence d’immunité démontrée : CMV, virus
varicelle-zona, herpès, rougeole, rubéole, parvovirus B19) ou
parasitaire (toxoplasmose): l’évaluation doit être rigoureuse.
* Les activités avec des agents infectieux dans le cadre des
laboratoires de recherches doivent dans tous les cas être évalués avec
la Médecine du personnel.
Mesures en cas de contamination (1)
Contamination par du liquide??
(tube de bouillon de culture ou
récipient contenant un liquide
biologique cassé, etc.)
Contamination par contact??
(plaques de milieux de cultures qui
tombent par terre, échantillon clinique
qui tombe sur la surface de travail,
etc...)
Mesures en cas de contamination (2)
 Porter des gants
 Recouvrir de papier absorbant imbibé de
désinfectant. Eviter de verser le désinfectant
de haut(surtout pour les sprays), ce qui peut
engendrer des aérosols
 Laisser agir
 Éponger et jeter le matériel souillé dans
un conteneur adéquat (Ne jamais manipuler
du verre cassé directement avec les mains,
même gantées, mais utiliser une brosse et
une ramassoire,…)
Mesures en cas d'accident
 Mesures d'urgences
- Piqûre et blessures: laver immédiatement la partie lésée à
l'eau et au savon, la rincer abondamment et la désinfecter
(alcool ou Bétadine).
- Projections sur les muqueuses (bouche, yeux): rincer
abondamment avec du sérum physiologique ou à défaut de
l'eau du robinet.
 Conseil médical rapide
-Semaine, nuit, week-end et fériés: Tél d’urgence nécessaire.
 Déclarer l'accident
- Déclaration avec le responsable du service adressée à la
Médecine du personnel (obligation légale)
EXEMPLES DE DÉSINFECTANTS
SELON LES NORMES FRANÇAISES
AFNOR
Quelques désinfectants utilisés en France
(selon les normes françaises)
Stérilium (alcool, ammonium quaternaire):
désinfection des mains
Septochuv 2000 (alcool, ammonium
quaternaire):
désinfection des surfaces
Lysetol AF (amines)
désinfection des instruments (trempage)
Effets de ces désinfectants sur les
différents micro-organismes
Stérilium
mains
Septochuv
surfaces
Lysetol
instruments
Bactéries végétatives +++ +++ +++
Mycobactéries ++ +++ +++
Virus +++ +++ +++
Champignons +++ +++ +++
Spores - - ±
Les désinfectants de l’IPT
CONCLUSION
Un cadre légal est nécessaire et même obligatoire
 Etablissement d’ordonnances
– Ordonnance sur l'utilisation d’organisme en milieu
confiné.
– Ordonnance sur la protection des travailleurs contre les
risques liés aux micro-organismes.
– Ordonnance sur la protection de la maternité.
 Recommandations à instaurer:
– Prévention des maladies professionnelles dans les
laboratoires de microbiologie diagnostique.
CONCLUSION
 Prévention des atteintes à la santé lors des opérations de
désinfection.
 Prévention des maladies infectieuses transmises par voie
sanguine (AES).
Tuberculose dans le cadre professionnel: Risques et
prévention surtout avec la présence des souches multi-
résistantes( vaccin inefficace ?).
 Vaccination du personnel de santé.
 Allergie au latex pour certaines personnes.
Suggestions à l’équipe d’hygiène , comité
de sécurité et de santé du travail et aux
laboratoires de Microbiologie
Recenser et répertorier tous les micro-organismes
pathogènes utilisés et isolés à l’Institut Pasteur de Tunis
( Souches de références , isolats conservés….)
Etablir une procédure pour leur conservation et pour leur
élimination dans le but d’une bonne gestion du risque
infectieux.
Sensibiliser tout le personnel et surtout les ouvriers de
l’intérêt à porter pour l’inactivation avant d’éliminer les
déchets à risque infectieux (tri- entreposage et
autoclavage)
Et aux autorités: direction et ministères , d’allouer plus
de rigueur et surtout les moyens nécessaires
( autoclaves suffisants , tri, emballage, entreposage …)
pour bien les éliminer et inactiver leurs virulences car
notre sécurité et santé sont en jeu ( surtout pour les multi
résistants ).
 Tous les prélèvements biologiques en phase pré-
analytique sont inconnus donc on doit prendre les mêmes
directives d’hygiènes et précautions .
MERCI

Contenu connexe

Tendances

Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauElyakine Benmebkhout
 
La sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireLa sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireAbdel Hårii
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoairesabir
 
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Soils FAO-GSP
 
Diagnostic mycologique dr benlaribi imane halima
Diagnostic mycologique  dr benlaribi imane halimaDiagnostic mycologique  dr benlaribi imane halima
Diagnostic mycologique dr benlaribi imane halimaIMANE HALIMA BENLARIBI
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en BactériologieS/Abdessemed
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeDr Taoufik Djerboua
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire. S/Abdessemed
 
Gp confiture (1)
Gp confiture (1)Gp confiture (1)
Gp confiture (1)massi59200
 
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologique
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologiquePréparation des échantilons pour l'analyse microbiologique
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologiqueAli Ali
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...rihem kasmi
 
La physiologie bactérienne
La physiologie bactérienneLa physiologie bactérienne
La physiologie bactérienneS/Abdessemed
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"S/Abdessemed
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.SenouciKhadidja
 
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieBiologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieIMANE HALIMA BENLARIBI
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDr Taoufik Djerboua
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Dr Taoufik Djerboua
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)mejdida
 

Tendances (20)

Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
 
La sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireLa sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoire
 
Physiologie bactérienne
Physiologie bactériennePhysiologie bactérienne
Physiologie bactérienne
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoaires
 
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité Point 4. Principes généraux du controle de qualité
Point 4. Principes généraux du controle de qualité
 
Diagnostic mycologique dr benlaribi imane halima
Diagnostic mycologique  dr benlaribi imane halimaDiagnostic mycologique  dr benlaribi imane halima
Diagnostic mycologique dr benlaribi imane halima
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en Bactériologie
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
 
Gp confiture (1)
Gp confiture (1)Gp confiture (1)
Gp confiture (1)
 
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologique
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologiquePréparation des échantilons pour l'analyse microbiologique
Préparation des échantilons pour l'analyse microbiologique
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
 
La physiologie bactérienne
La physiologie bactérienneLa physiologie bactérienne
La physiologie bactérienne
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
 
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologieBiologie moleculaire en parasitologie et mycologie
Biologie moleculaire en parasitologie et mycologie
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
 
Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)Rapport de stage final(eau)
Rapport de stage final(eau)
 

En vedette

Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...
Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...
Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...Pasteur_Tunis
 
Lean : outil d'optimisation dans le laboratoire
Lean  : outil d'optimisation dans le laboratoireLean  : outil d'optimisation dans le laboratoire
Lean : outil d'optimisation dans le laboratoirePasteur_Tunis
 
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...Pasteur_Tunis
 
Evaluation du risque infectieux présenté par les levures pathogènes isolées ...
Evaluation du risque infectieux  présenté par les levures pathogènes isolées ...Evaluation du risque infectieux  présenté par les levures pathogènes isolées ...
Evaluation du risque infectieux présenté par les levures pathogènes isolées ...عبير الورود
 
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...Pasteur_Tunis
 
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017Pasteur_Tunis
 
Gestion des réservations du consommable et des pannes
Gestion des réservations du consommable et des pannesGestion des réservations du consommable et des pannes
Gestion des réservations du consommable et des pannesPasteur_Tunis
 
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...Pasteur_Tunis
 
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...Pasteur_Tunis
 
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...Pasteur_Tunis
 
Les contentieux administratifs
Les contentieux administratifsLes contentieux administratifs
Les contentieux administratifsPasteur_Tunis
 
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...Pasteur_Tunis
 
Diaporama de soutenance 2
Diaporama de soutenance 2Diaporama de soutenance 2
Diaporama de soutenance 2Kouwelton Koné
 
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivité
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivitéDiversité des techniques et applications de la mesure de radioactivité
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivitéYvon Gervaise
 
les techniques de controle microbiologique des medicaments
les techniques de controle microbiologique des medicamentsles techniques de controle microbiologique des medicaments
les techniques de controle microbiologique des medicamentsCamélia ADJOUT
 
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTE
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTELE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTE
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTEYvon Gervaise
 

En vedette (20)

Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...
Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...
Biosûreté-Biosécurité : élaboration d’un code de conduite à l'Institut Pasteu...
 
Lean : outil d'optimisation dans le laboratoire
Lean  : outil d'optimisation dans le laboratoireLean  : outil d'optimisation dans le laboratoire
Lean : outil d'optimisation dans le laboratoire
 
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...
Mise au point de la technique High Resolutionmelt(HRM) pour le génotypage des...
 
Evaluation du risque infectieux présenté par les levures pathogènes isolées ...
Evaluation du risque infectieux  présenté par les levures pathogènes isolées ...Evaluation du risque infectieux  présenté par les levures pathogènes isolées ...
Evaluation du risque infectieux présenté par les levures pathogènes isolées ...
 
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...
Mise en place d’un système de gestion du risque chimique à l’Institut Pasteur...
 
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017
Brochure maladies rares IPT-REACT 28 février 2017
 
Gestion des réservations du consommable et des pannes
Gestion des réservations du consommable et des pannesGestion des réservations du consommable et des pannes
Gestion des réservations du consommable et des pannes
 
Rendez-vous au labo
Rendez-vous au laboRendez-vous au labo
Rendez-vous au labo
 
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...
Vers une Recherche/Innovation Responsable (RRI) à l’Institut Pasteur de Tunis...
 
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...
Le Centre d'investigation clinique et le Centre Régional de Formation (TDR-WH...
 
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...
Bio16S :Une Interface Web d’analyse du géne ARNr 16S Breakthrough Session (Hi...
 
Les contentieux administratifs
Les contentieux administratifsLes contentieux administratifs
Les contentieux administratifs
 
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...
IPT & RKI Partnership Symposium: Current Challenges of Biological Risks and H...
 
Presentación1
Presentación1Presentación1
Presentación1
 
Diaporama de soutenance 2
Diaporama de soutenance 2Diaporama de soutenance 2
Diaporama de soutenance 2
 
Chem Lab 1
Chem  Lab 1Chem  Lab 1
Chem Lab 1
 
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivité
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivitéDiversité des techniques et applications de la mesure de radioactivité
Diversité des techniques et applications de la mesure de radioactivité
 
les techniques de controle microbiologique des medicaments
les techniques de controle microbiologique des medicamentsles techniques de controle microbiologique des medicaments
les techniques de controle microbiologique des medicaments
 
Chem Lab 2
Chem Lab 2Chem Lab 2
Chem Lab 2
 
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTE
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTELE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTE
LE DÉFI DE L'EXPERT ET DE L'INGÉNIEUR CHIMISTE
 

Similaire à EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICROBIOLOGIE

2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx
2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx
2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptxBerhailMalak
 
SFM_SALLIXLEGUEN.pdf
SFM_SALLIXLEGUEN.pdfSFM_SALLIXLEGUEN.pdf
SFM_SALLIXLEGUEN.pdfWajihBouadi
 
Prevention infection standards et complementaires 2017
Prevention  infection standards et complementaires 2017Prevention  infection standards et complementaires 2017
Prevention infection standards et complementaires 2017Patou Conrath
 
MYCOBACTERIES 2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
MYCOBACTERIES  2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhMYCOBACTERIES  2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
MYCOBACTERIES 2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhorthopediedentofacia
 
cours stérilisation u will understand ofc
cours stérilisation u will understand ofccours stérilisation u will understand ofc
cours stérilisation u will understand ofcOJWTISKAT
 
accident exposition au sang
accident exposition au sangaccident exposition au sang
accident exposition au sangamel ouyahia
 
Accidents exposant au sang 2014
Accidents exposant au sang 2014Accidents exposant au sang 2014
Accidents exposant au sang 2014Ninou Haiko
 
Copie de Cours de biosécurité II1.pptx
Copie de Cours de biosécurité II1.pptxCopie de Cours de biosécurité II1.pptx
Copie de Cours de biosécurité II1.pptxMedMohamed35
 
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM Foundation
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM FoundationInfection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM Foundation
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM FoundationThe CRUDEM Foundation
 
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdf
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdfMatinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdf
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdfniass2
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Patou Conrath
 
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptx
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptxAsepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptx
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptxCabdouGaye
 
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesLa microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesS/Abdessemed
 
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRERISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIREamel ouyahia
 
Cours de nutrition modules iv
Cours de nutrition  modules ivCours de nutrition  modules iv
Cours de nutrition modules ivUSIGGENEVE
 
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptx
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptxHYGIENE DES ALIMENTS_1.pptx
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptxissa687826
 
Hygiène.pptx
Hygiène.pptxHygiène.pptx
Hygiène.pptxpaterne6
 
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...Institut Pasteur de Madagascar
 

Similaire à EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICROBIOLOGIE (20)

2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx
2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx
2- la chaîne de stérilisation, lavage des mains, port des gants.pptx
 
SFM_SALLIXLEGUEN.pdf
SFM_SALLIXLEGUEN.pdfSFM_SALLIXLEGUEN.pdf
SFM_SALLIXLEGUEN.pdf
 
Prevention infection standards et complementaires 2017
Prevention  infection standards et complementaires 2017Prevention  infection standards et complementaires 2017
Prevention infection standards et complementaires 2017
 
MYCOBACTERIES 2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
MYCOBACTERIES  2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhMYCOBACTERIES  2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
MYCOBACTERIES 2019hhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
 
cours stérilisation u will understand ofc
cours stérilisation u will understand ofccours stérilisation u will understand ofc
cours stérilisation u will understand ofc
 
accident exposition au sang
accident exposition au sangaccident exposition au sang
accident exposition au sang
 
Accidents exposant au sang 2014
Accidents exposant au sang 2014Accidents exposant au sang 2014
Accidents exposant au sang 2014
 
Copie de Cours de biosécurité II1.pptx
Copie de Cours de biosécurité II1.pptxCopie de Cours de biosécurité II1.pptx
Copie de Cours de biosécurité II1.pptx
 
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM Foundation
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM FoundationInfection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM Foundation
Infection Control and Antibiotic Stewardship (French) - The CRUDEM Foundation
 
Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
INs-Yassine.pptx
INs-Yassine.pptxINs-Yassine.pptx
INs-Yassine.pptx
 
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdf
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdfMatinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdf
Matinale-Phytocontrol-Nîmes-13.03.18-Microbiologie-alimentaire-S.-Dussargues.pdf
 
Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3Rea infectiologie suite num 3
Rea infectiologie suite num 3
 
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptx
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptxAsepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptx
Asepsie et Antisepsie en chirurgie buccale.pptx
 
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentesLa microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
La microbiologie, de ses origines aux maladies emergentes
 
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRERISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
RISQUE SOIGNANT SOIGNE EN CHIRURGIE DENTAIRE
 
Cours de nutrition modules iv
Cours de nutrition  modules ivCours de nutrition  modules iv
Cours de nutrition modules iv
 
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptx
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptxHYGIENE DES ALIMENTS_1.pptx
HYGIENE DES ALIMENTS_1.pptx
 
Hygiène.pptx
Hygiène.pptxHygiène.pptx
Hygiène.pptx
 
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...
Dégager les faits marquants de la bio-écologie des anophèles pour la transmis...
 

Plus de Pasteur_Tunis

Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis Pasteur_Tunis
 
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...Pasteur_Tunis
 
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...Pasteur_Tunis
 
Les marchés publics à l’ère de la digitalisation
Les marchés publics  à l’ère de la digitalisationLes marchés publics  à l’ère de la digitalisation
Les marchés publics à l’ère de la digitalisationPasteur_Tunis
 
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...Pasteur_Tunis
 
Gestion du patrimoine
Gestion du patrimoineGestion du patrimoine
Gestion du patrimoinePasteur_Tunis
 
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...Pasteur_Tunis
 
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICSLES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICSPasteur_Tunis
 
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICS
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICSLA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICS
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICSPasteur_Tunis
 
Exposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interneExposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle internePasteur_Tunis
 
ABUS DE POSITION DOMINANTE: DROIT DE LA CONCURRENCE
ABUS  DE  POSITION DOMINANTE:  DROIT DE LA CONCURRENCE ABUS  DE  POSITION DOMINANTE:  DROIT DE LA CONCURRENCE
ABUS DE POSITION DOMINANTE: DROIT DE LA CONCURRENCE Pasteur_Tunis
 
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscaleFiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscalePasteur_Tunis
 
Rapport 2020 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2020 Institut Pasteur de TunisRapport 2020 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2020 Institut Pasteur de TunisPasteur_Tunis
 
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019Pasteur_Tunis
 
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018Pasteur_Tunis
 
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...Pasteur_Tunis
 
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...Pasteur_Tunis
 
La gestion des Immobilisations
La gestion des ImmobilisationsLa gestion des Immobilisations
La gestion des ImmobilisationsPasteur_Tunis
 
PHINDaccess Conference Omics Challenges in Infectious Diseases Research - K...
PHINDaccess  Conference Omics Challenges in  Infectious Diseases Research - K...PHINDaccess  Conference Omics Challenges in  Infectious Diseases Research - K...
PHINDaccess Conference Omics Challenges in Infectious Diseases Research - K...Pasteur_Tunis
 
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de Tunis
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de TunisScience Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de Tunis
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de TunisPasteur_Tunis
 

Plus de Pasteur_Tunis (20)

Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2021 Institut Pasteur de Tunis
 
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...
Concomitant infection with Mycoplasma pneumoniae and SARS-CoV-2 in Tunisian p...
 
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...
In vivo investigation of the genotoxic potential of C17-Sphinganine analog my...
 
Les marchés publics à l’ère de la digitalisation
Les marchés publics  à l’ère de la digitalisationLes marchés publics  à l’ère de la digitalisation
Les marchés publics à l’ère de la digitalisation
 
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...
LA RELATION ENTRE LA CULTURE DE LA DISCIPLINE ,LE LAXISME ET LA VALEUR DU TRA...
 
Gestion du patrimoine
Gestion du patrimoineGestion du patrimoine
Gestion du patrimoine
 
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...
Le règlement définitif : Une radioscopie du respect du titulaire du marché de...
 
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICSLES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS
LES PRINCIPES DE PASSATION DES MARCHES PUBLICS
 
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICS
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICSLA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICS
LA CONVENTION DE L’ONU SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET MARCHES PUBLICS
 
Exposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interneExposé audit interne et controle interne
Exposé audit interne et controle interne
 
ABUS DE POSITION DOMINANTE: DROIT DE LA CONCURRENCE
ABUS  DE  POSITION DOMINANTE:  DROIT DE LA CONCURRENCE ABUS  DE  POSITION DOMINANTE:  DROIT DE LA CONCURRENCE
ABUS DE POSITION DOMINANTE: DROIT DE LA CONCURRENCE
 
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscaleFiscalité Internationale des Marchés Publics  en l’absence de convention fiscale
Fiscalité Internationale des Marchés Publics en l’absence de convention fiscale
 
Rapport 2020 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2020 Institut Pasteur de TunisRapport 2020 Institut Pasteur de Tunis
Rapport 2020 Institut Pasteur de Tunis
 
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019
Rapport de l'Institut Pasteur de Tunis 2019
 
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018
Rapport d'activité de l'Institut Pasteur de Tunis 2018
 
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...
Le séquençage haut débit: NGS, une révolution de la biologie moléculaire au s...
 
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...
Evolution des Exigences pour la Reconnaissance des Compétences LES ENJEUX DE ...
 
La gestion des Immobilisations
La gestion des ImmobilisationsLa gestion des Immobilisations
La gestion des Immobilisations
 
PHINDaccess Conference Omics Challenges in Infectious Diseases Research - K...
PHINDaccess  Conference Omics Challenges in  Infectious Diseases Research - K...PHINDaccess  Conference Omics Challenges in  Infectious Diseases Research - K...
PHINDaccess Conference Omics Challenges in Infectious Diseases Research - K...
 
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de Tunis
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de TunisScience Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de Tunis
Science Ensemble : La boutique des Sciences de l'Institut Pasteur de Tunis
 

EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICROBIOLOGIE

  • 1. BEN HADJ ALI Samiha Laboratoire de Bactériologie, Institut Pasteur de Tunis Le 16 Février 2017
  • 2. Buts Protection:  du personnel  des personnes en dehors du laboratoire  de l'environnement
  • 3. Introduction La majorité des contaminations recensées par Sulkin et Pike En 1978 sont dues :  aux bactéries : 42% dont 71 décès sur 1701 cas Aux virus : 29 % dont 55 décès sur 1179 cas Les infections les plus fréquentes contractées au laboratoire de Microbiologie sont (Pike 1978): Brucellose Fièvre Q Hépatite Fièvre typhoïde Tularémie, Tuberculose …..
  • 4. Contaminations au laboratoire dues à divers micro-organismes (Sulkin puis Pike, 1978-CNRS) Type de Micro-organisme Nombre de cas recensés(%) Nombre de décès Nombre d’agents biologiques Nombre de cas publiés Bactéries Virus Rickettsies Champignons Chlamydiae Parasites 1704 (42 %) 1179 (29 %) 598 (14 %) 354 (09 %) 128 (03% ) 116 (03 %) 71 55 25 5 10 2 37 85 8 9 3 17 744 915 381 313 71 74 Total 4079 (100%) 168 ( 4.1 %) 2498
  • 5. Infections les plus fréquentes contractées au laboratoire de Microbiologie (Pike 1978-CNRS) Infections Nombre de cas Nombre de décès Brucellose Fièvre Q Hépatites Fièvre typhoïde Tularémie Tuberculose Dermato mycoses Encéphalite équine du Venezuela Psittacose Coccidioimycose 426 280 268 258 225 194 162 146 116 93 5 1 3 20 2 4 0 1 10 2
  • 6.
  • 7. Contaminations /Infections comment et pourquoi ? Tout simplement soit: Qu’aucunes directive d’hygiène n’ont été entreprises au sein du laboratoire. Ou les directives d’hygiène ne sont pas respectées par le personnel.  Qui est responsable de les instaurer ?  Y’a t-il une procédure qualité qui recense tous les micro-organismes pathogènes utilisés à l’IPT et les moyens de prévention à appliquer en cas d’accident ?  Y’a-t-il une procédure qui recense les souches multi-résistantes ( bactéries , BK, et virus … ) et la manière d’éliminer leur déchets : très hauts risques infectieux dont la thérapie est difficile à trouver!!!  Y’a-t-il un audit ou une inspection pour évaluer les dysfonctionnements au niveau des infrastructures mises en place dans les laboratoires?
  • 8. 4 Niveaux de Sécurité Biologique (BSL): fonction de la pathogénicité des micro-organismes utilisés 1- non pathogènes 2- modérément pathogènes 3- causant des maladies sévères ou potentiellement létales (HIV, Bacillus anthracis) 4- risque élevé de transmission par aérosol et causant des infections létales (EBOLA)  Le Laboratoires de diagnostic microbiologique: BSL-2 ( Biohazard Safety Level 2= Niveau de Sécurité Biologique 2)
  • 9. Classification des niveaux de risques établie selon:  La pathogénicité du micro-organisme et sa virulence  La résistance du micro-organisme dans l’environnement - Chaleur, froid - Dessiccation - Antiseptiques  Le mode de contamination • Voie pulmonaire • Voie digestive • Voie cutanée et transcutanée • Voie conjonctivale  L’existence d’un traitement efficace ( difficile pour les multi-résistants !!) • Préventif: vaccination • Curatif: antibiotiques…
  • 10. Risque infectieux : inhérent à la situation ( micro-organismes pathogènes sont là malgré les contrôles existants ) Sécurité : mesures à prendre face à un risque quelles sont les mesures de sécurités biologiques à mettre en place?
  • 11. Mesures de sécurités biologiques 1. Infrastructures 2. Pratiques microbiologiques 3. Elimination des déchets 4. Hygiène du lieu de travail 5. Hygiène et prévention personnelle
  • 12. 1. Infrastructures : Le local Un panneau de risque biologique doit être suspendu sur chaque porte d'accès des laboratoires. L'accès au laboratoire est limité. Portes et fenêtres des lieux de travail doivent être fermées pendant le travail. Utilisation d’une hôte à flux laminaire PS II : protection du produit biologique et du manipulateur.
  • 13. 2. Pratiques microbiologiques standards(1)  Pas de pipetage à la bouche  Utilisation de matériel jetable de préférence  Aiguilles et seringues: jetables et le recapuchonnage des aiguilles est proscrit.
  • 14. 2. Pratiques microbiologiques standards(2)  Minimiser la production d’aérosols! Lorsqu'il y a possibilité de production d'aérosols entraînant un risque d'infection aérogène, la manipulation d'échantillons doit s'effectuer sous un flux de sécurité de classe II (PS II).  Port de gants obligatoire pour éviter : - Le risque de contact cutané avec du matériel infectieux, une surface ou un équipement contaminés. - Le risque d’un récipient ouvert contenant du sang ou un autre liquide biologique.
  • 15. 2. Pratiques microbiologiques standards(3)  Désinfection des récipients d'échantillons dont l'extérieur est souillé avant toute manipulation  Contrôle de l'identité des micro-organismes de référence utilisés.
  • 16. Pratiques microbiologiques spéciales Prélèvements respiratoires ou de tissus Production d'aérosols potentiellement infectieux (Exemple BK ) les multi-résistants PS3 ?? Manipulation sous un flux laminaire de classe II PS2
  • 17. Mesures de sécurité supplémentaires pour le laboratoire des mycobactéries(BK)  Port des gants obligatoire pour toutes les manipulations de cultures.  Port d'une blouse à usage unique obligatoire Cette blouse ne doit pas quitter le laboratoire de tuberculose. Les blouses à usage unique doivent être jetées dans les poubelles biologiques réservées à cet effet (sacs appropriés dangereux). Entrée du laboratoire restreinte au personnel autorisé.
  • 18. 3. Elimination des déchets et classification Les déchets sont classés en 4 groupes : A. Déchets médicaux ne posant pas de problème, composition similaire à celle des déchets urbains B. Déchets spéciaux 1. Danger de contamination (contenant du sang, des excrétions etc.….) 2. Danger de blessures inactivation des déchets contaminés 3. Médicaments périmés avant de les sortir des Laboratoires 4. Cytostatiques C. Infectieux D. Autres déchets spéciaux (chimiques, radioactifs…)
  • 19. Déchets infectieux solides • Cultures de microorganismes ou de cellules • Échantillons de patients, reste d'analyse • Objets ayant touchés des échantillons (Tips de pipetage de sérum, …) Fermeture du sac avec une attache zip Dépôt dans les chariots prévus à cet effet Autoclavage
  • 20. Déchets infectieux liquides • Tubes de cultures • Flacons de cultures • Les Objets tranchants Inactivation chimique (eau de Javel) Evier
  • 21. Déchets présentant un danger de blessure • Aiguilles, lames et pipette Pasteur • Objets tranchants Incinération
  • 22.
  • 23. 4- Hygiène du lieu de travail (2) Place de travail: responsable: personnel technique - maintient de l'ordre - nettoyage et désinfection après chaque travail ou à la fin de chaque journée, et après chaque souillure par du matériel viable.
  • 24. 4. Hygiène du lieu de travail (3)  Equipements: responsable: personnel technique - Désinfection selon fiche technique Un équipement devra être désinfecté avant de le sortir du laboratoire (lors de changement de laboratoire, ou réparation ou mise à la casse).  Surfaces (sols et murs): responsable: service d’hygiène. - Selon le plan d'hygiène  En cas de présence d'insectes ou de rongeurs, faire appel au service approprié pour leur élimination.  Les animaux de compagnie sont interdits d'accès.
  • 25. 5. Hygiène personnelle (1) Port de la blouse fermée (ou autres vêtements de protection): – obligatoire dans les lieux de travail! – La blouse reste dans le laboratoire!!!
  • 26. 5. Hygiène personnelle(2) Il est interdit de manger, de boire, de fumer, de manipuler des verres de contact, d’utiliser des produits cosmétiques ou d’entreposer de la nourriture dans les lieux de travail.
  • 27. 5. Hygiène personnelle (3) Lavage/désinfection des mains Il convient de se désinfecter (solution alcoolique) ou de se laver (savon désinfectant) soigneusement les mains: • à la fin de chaque opération de travail • après le port de gant • avant de quitter le laboratoire
  • 28.
  • 29. Prévention personnelle (1) • Vaccination contre les hépatites B: hautement recommandée pour tout le personnel • Vaccination contre le méningocoque: recommandé pour le personnel des laboratoires de diagnostique • Vaccin contre la grippe: recommandé •Test à la tuberculine à l'engagement, puis à rythme annuel s'il est négatif (chaque année pour le personnel du labo de BK) • Mise à jours des vaccins généraux (Tétanos …): Ces contrôles devraient être faits par la Médecine du Personnel lors de l'engagement
  • 30. Prévention personnelle (2) •Grossesse suspectée ou confirmée: Informer le médecin du personnel ou/et le supérieur responsable, afin que soient appréciés et discutés les risques éventuels du poste de travail actuel. Pourquoi ? Pour protéger la biologie de la procréation et les futures générations.
  • 31. Ne sont pas autorisées pour les femmes enceintes (*: + 3 premiers mois d’allaitement)  les manipulations du virus HIV, herpès simplex ou varicelle *les manipulations de sang ou autres liquides biologiques HIV ou HBV ou HCV positifs ou suspects de l’être.  les manipulations de prélèvements déclarés infectieux .  les manipulations d’agents bactériens* (tuberculose, listeria, gonocoque), viraux (en l’absence d’immunité démontrée : CMV, virus varicelle-zona, herpès, rougeole, rubéole, parvovirus B19) ou parasitaire (toxoplasmose): l’évaluation doit être rigoureuse. * Les activités avec des agents infectieux dans le cadre des laboratoires de recherches doivent dans tous les cas être évalués avec la Médecine du personnel.
  • 32.
  • 33. Mesures en cas de contamination (1) Contamination par du liquide?? (tube de bouillon de culture ou récipient contenant un liquide biologique cassé, etc.) Contamination par contact?? (plaques de milieux de cultures qui tombent par terre, échantillon clinique qui tombe sur la surface de travail, etc...)
  • 34. Mesures en cas de contamination (2)  Porter des gants  Recouvrir de papier absorbant imbibé de désinfectant. Eviter de verser le désinfectant de haut(surtout pour les sprays), ce qui peut engendrer des aérosols  Laisser agir  Éponger et jeter le matériel souillé dans un conteneur adéquat (Ne jamais manipuler du verre cassé directement avec les mains, même gantées, mais utiliser une brosse et une ramassoire,…)
  • 35. Mesures en cas d'accident  Mesures d'urgences - Piqûre et blessures: laver immédiatement la partie lésée à l'eau et au savon, la rincer abondamment et la désinfecter (alcool ou Bétadine). - Projections sur les muqueuses (bouche, yeux): rincer abondamment avec du sérum physiologique ou à défaut de l'eau du robinet.  Conseil médical rapide -Semaine, nuit, week-end et fériés: Tél d’urgence nécessaire.  Déclarer l'accident - Déclaration avec le responsable du service adressée à la Médecine du personnel (obligation légale)
  • 36. EXEMPLES DE DÉSINFECTANTS SELON LES NORMES FRANÇAISES AFNOR
  • 37. Quelques désinfectants utilisés en France (selon les normes françaises) Stérilium (alcool, ammonium quaternaire): désinfection des mains Septochuv 2000 (alcool, ammonium quaternaire): désinfection des surfaces Lysetol AF (amines) désinfection des instruments (trempage)
  • 38. Effets de ces désinfectants sur les différents micro-organismes Stérilium mains Septochuv surfaces Lysetol instruments Bactéries végétatives +++ +++ +++ Mycobactéries ++ +++ +++ Virus +++ +++ +++ Champignons +++ +++ +++ Spores - - ±
  • 40. CONCLUSION Un cadre légal est nécessaire et même obligatoire  Etablissement d’ordonnances – Ordonnance sur l'utilisation d’organisme en milieu confiné. – Ordonnance sur la protection des travailleurs contre les risques liés aux micro-organismes. – Ordonnance sur la protection de la maternité.  Recommandations à instaurer: – Prévention des maladies professionnelles dans les laboratoires de microbiologie diagnostique.
  • 41. CONCLUSION  Prévention des atteintes à la santé lors des opérations de désinfection.  Prévention des maladies infectieuses transmises par voie sanguine (AES). Tuberculose dans le cadre professionnel: Risques et prévention surtout avec la présence des souches multi- résistantes( vaccin inefficace ?).  Vaccination du personnel de santé.  Allergie au latex pour certaines personnes.
  • 42. Suggestions à l’équipe d’hygiène , comité de sécurité et de santé du travail et aux laboratoires de Microbiologie Recenser et répertorier tous les micro-organismes pathogènes utilisés et isolés à l’Institut Pasteur de Tunis ( Souches de références , isolats conservés….) Etablir une procédure pour leur conservation et pour leur élimination dans le but d’une bonne gestion du risque infectieux.
  • 43. Sensibiliser tout le personnel et surtout les ouvriers de l’intérêt à porter pour l’inactivation avant d’éliminer les déchets à risque infectieux (tri- entreposage et autoclavage) Et aux autorités: direction et ministères , d’allouer plus de rigueur et surtout les moyens nécessaires ( autoclaves suffisants , tri, emballage, entreposage …) pour bien les éliminer et inactiver leurs virulences car notre sécurité et santé sont en jeu ( surtout pour les multi résistants ).  Tous les prélèvements biologiques en phase pré- analytique sont inconnus donc on doit prendre les mêmes directives d’hygiènes et précautions .
  • 44. MERCI

Notes de l'éditeur

  1. - le risque inhérent (risque qu’une erreur ou qu’une inexactitude significative puisse survenir malgré les contrôles internes existants),