Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Finir ses vaches laitieres interets et limites pour les éleveurs et la filiere viande

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 15 Publicité

Finir ses vaches laitieres interets et limites pour les éleveurs et la filiere viande

Télécharger pour lire hors ligne

Jérémy DOouhay et Didier Bastien - Idele Institut de l'Elevage

Jérémy DOouhay et Didier Bastien - Idele Institut de l'Elevage

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Finir ses vaches laitieres interets et limites pour les éleveurs et la filiere viande (20)

Publicité

Plus par Institut de l'Elevage - Idele (20)

Plus récents (20)

Publicité

Finir ses vaches laitieres interets et limites pour les éleveurs et la filiere viande

  1. 1. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? - Mardi 13 Septembre 2016 de 12h30 à 13h - DOUHAY Jérémy, BASTIEN Didier Service Productions de viandes, Institut de l’Elevage 1 Institutdel’Elevage,2015.
  2. 2. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 2 Un déséquilibre sur le marché de la viande bovine Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Production : 1,28 million de téc dont 0,29 million de téc de VL Consommation : 1,36 million de téc dont 0,61 million de téc de VL 23 % 45 % GEB,Institutdel’Elevage,2015. GEB,Institutdel’Elevage,2015. Déficit quantitatif et qualitatif entre offre et consommation  Phénomène amplifié par le développement des produits élaborés (steak haché, plats cuisinés…) en lien avec l’évolution du paysage de la distribution (GMS au dépend de la boucherie).
  3. 3. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 3Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Une diminution continuelle du cheptel laitier, 6,5 millions de VL (1985)  3,7 millions de VL (2015)  Une évolution des pratiques d’élevage (de moins en moins de finition)  ¼ des vaches livrées maigres (note de 1 et 2) à l’abattoir (CA 35,2007)  Des carcasses maigres plus légères et de conformation inférieure Levier pour accroître les volumes de viandes produits : mettre davantage de viande sur les carcasses en les finissant mieux  Quelle réalité aujourd’hui dans la filière viande ?  Comment la finition peut-elle s’intégrer dans les systèmes de production actuels ?  Quels en sont les conditions de réussite et les freins à lever ? Un enjeu : finir plus de vaches laitières
  4. 4. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 4 Plus d’une vache laitière sur trois abattue maigre… Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Environ 800 000 vaches laitières abattues en France (2013) Races Prim’Holstein Montbéliarde Normande Effectifs 538 365 (70 %) 126 589 (17 %) 100 120 (13 %) Poids de carcasse (kg) 309 ± 51 311 ± 50 349 ± 56 Etat d’engraissement 2+/3- 2+ 3-/3= Répartition des effectifs abattus par classe d’état d’engraissement … dont près d’une sur deux en race Montbéliarde. BDNI-NORMABEV,traitementInstitutdel’Elevage,2015.
  5. 5. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 5 Un déficit de finition plus prononcé en zone herbagère Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ?  Près d’une vache Prim’Holstein sur trois abattue non finie en zone de polyculture-élevage du grand-Ouest  Plus d’une vache Montbéliarde sur deux abattue non finie en zone de piémont-montagne BDNI-NORMABEV,traitementInstitutdel’Elevage,2015.
  6. 6. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 6Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? + 70 kg de carcasse à gagner entre une vache maigre (1 et 2) et une vache finie (3) + 70 kg + 65 kg + 78 kg BDNI-NORMABEV,traitementInstitutdel’Elevage,2015.  Des kg de viande en moins pour l’éleveur et la filière  Des carcasses maigres moins conformées : + ½ classe (Prim’Holstein) ; + 2/3 de classe (Montbéliarde) 242 260 254 279 292 298 329 341 354 200 220 240 260 280 300 320 340 360 380 400 Prim'Holstein Montbéliarde Normande Poids de carcasse (kg) 1 1 122 23 33 Etat d’engraissement Regard croisé entre le traitement des bases de données nationales et les résultats d’essais (Mauron, 2005)
  7. 7. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 7Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ?  En théorie, à l’échelle nationale, le gain potentiel en finissant la totalité des vaches maigres : + 17 000 téc + 51 500 vaches (à 330 kg carcasse) soit 22 % du déficit national de viande estimé à 80 000 téc  Mais en pratique, qu’en pensent les éleveurs ? Un manque à gagner estimé à 17 000 téc Bretagne (Ille-et-Vilaine) Franche-Comté (Doubs et Haute-Saône) Effectifs enquêtés 12 15 SAU (ha) 70 ± 32 118 ± 43 Nombre de VL 60 ± 29 62 ± 17 Volume de lait livré/an (L) 456 220 ± 200 000 458 700 ± 143 000 Race(s) Prim’Holstein (70 %) /Normande (30 %) Montbéliarde (100 %) Institutdel’Elevage,2015.  27 éleveurs laitiers spécialisés enquêtés…  …issus de 2 bassins laitiers contrastés : Bretagne/Franche-Comté,  …illustrant une diversité de systèmes fourragers,  …et de stratégies en matière de finition,  …après la consultation du Contrôle Laitier. Institutdel’Elevage,2015.
  8. 8. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 8 Des stratégies de finition dictées en priorité par le système fourrager en place Groupe 1 : Absence de finition Groupe 2 : Finition non systématique Groupe 3 : Finition systématique auge/pâture Groupe 4 : Finition systématique maïs ensilage Nombre d’élevages 9 10 5 3 Caractéristiques du système Herbager (90 % SFP/SAU), Absence maïs ensilage Herbager avec contraintes : ressources fourragères limitées, manque de places en bâtiments Un peu de cultures (15% de maïs/SFP) - Doubs et Haute-Saône - Manque de places en bâtiments Cultures (40% de maïs/SFP) - Bretagne/Ille-et-Vilaine - Places en bâtiments disponibles Rations Eté/hiver _ Pâturage (40 ares/VL) Pâturage avec ou sans complémentation Ration mélangée (maïs ensilage) _ Foin/paille + concentrés Foin/regain + céréales ou maïs ensilage Ration mélangée (maïs ensilage) Pratiques de finition variables selon la saison, les ressources disponibles et l’individu Pratiques de finition constantes selon les saisons Performances d’abattage (moyenne 2014) 270 kg carc. EE 1 ou 2 Conf. : P Variabilité importante (250-300 kg carc., EE : 1-2, Conf. O et P) 320 kg de carcasse, EE : 2-3 350 kg de carcasse, EE : 3-3,5 Politique de tarissement avant finition Aucun Non systématique Systématique Non systématique Paroles d’éleveurs sur le tarissement " La vache quitte la ferme après sa dernière traite sans tarissement" " Le tarissement engendre un coût et du travail supplémentaire " " Une vache tarie s’engraisse plus rapidement et facilement " " Si nous voulons que la finition soit rentable, nous devons limiter les coûts, le tarissement en fait partie " Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ?
  9. 9. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 9 Finir ou ne pas finir ? - Quels facteurs guident ce choix ?  Raisons techniques (9 éleveurs sur 9)  Manque de places en bâtiments, ressources alimentaires insuffisantes, main-d’œuvre,  Contraintes vis-à-vis du cahier des charges en zone AOP (chargement, alimentation…),  Organisation : difficulté à constituer un lot de vaches en finition.  Raisons économiques (7 éleveurs sur 9)  Priorité : la production de lait (zone AOP)  Coût alimentaire élevé (en particulier si absence de cultures),  Prix de la viande peu incitateur.  Raisons « personnelles » (3 éleveurs sur 9)  Manque de savoir-faire/goût pour la production de viande en élevage laitier. Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ?  Intérêt économique/ valorisation des réformes (8 éleveurs sur 8) Paroles d’éleveurs " Un petit plus qui participe, à sa mesure, à la consolidation du revenu d’un élevage laitier "  Bonne intégration de la finition dans le système (6 éleveurs sur 8) " Comme nous avons la place et l’aliment nécessaire, l’atelier de finition s’intègre bien dans notre système avec finalement peu de travail supplémentaire "  Satisfaction/Goût (4 éleveurs sur 8) " Voir partir ses animaux en état en exploitant la matière première jusqu’à la fin " Les motivations avancées par les éleveurs finissant systématiquement (n:8) Les freins exprimés par les éleveurs qui ne finissent jamais (n:9)
  10. 10. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 10Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Et lorsque la finition n’est pas systématique, quelles en sont les raisons ? Facteurs orientant le choix de l’éleveur : 30% 4% 13% 35% 18% Niveau des ressources alimentaires Conjoncture économique Nature de la cause de réforme Place en bâtiment Période de l’année  Une décision de non finition systématique justifiée en priorité par les contraintes techniques du système en place 10 éleveurs sur 27 affirment ne pas finir les vaches systématiquement sur leur exploitation " Si la vache réformée est trop âgée avec des problèmes sanitaires, je ne prendrai pas le risque de l’engraisser " " Finir mes vaches dépendra de la place disponible en bâtiments, si j’ai beaucoup de génisses d’élevage, les vaches partiront sans finition " " Si les réformes arrivent au printemps, je les finirai à l’herbe, sinon elles partiront maigres " " Les vaches sont engraissées uniquement si les stocks fourragers sont importants et supérieurs aux besoins du troupeau laitier " " Si le prix du maigre est bas et que la vache n’a pas de problème, je tente de l’engraisser un peu pour mieux la valoriser "
  11. 11. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 11Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? 227 260 236 183 115 86 64 70 81 94 139 1863,2 2,9 3,1 3,2 3,2 3,3 3,4 3,5 3,3 3 2,7 2,6 2 2,2 2,4 2,6 2,8 3 3,2 3,4 3,6 3,8 0 50 100 150 200 250 300 Prix(€/kgdecarcasse) Coûtalimentaire(€/vachefinie) Coût alimentaire/vache finie/mois de sortie ; prix de la viande (FranceAgriMer, 2014) La finition : quel intérêt économique réel ? Finir des vaches au pâturage pour une commercialisation au cours de la période estivale est une stratégie économiquement favorable. - Cas d’un système laitier (Montbéliardes) en zone de plaine avec finition au pâturage l’été et à l’auge (maïs ensilage) l’hiver - -Type groupe 3 -  Hypothèses technico-économiques retenues :  Exemple de finition de vaches Montbéliardes, engraissées durant 110 jours, avec une reprise de poids de 65 kg de carcasse.  Rations de finition adaptées à la saison : pâturage/maïs ensilage + tourteau de colza (15 kg de MS/animal/j),  Tourteau de colza : 350 €/T, CMV : 500 €/T, tarissement : 13 €/animal.
  12. 12. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 12 Approche économique par marge sur coût alimentaire Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ?  Marge sur coût alimentaire dégagée par vache finie suivant le prix du tourteau de colza et l’écart de prix gras/maigre Prix du maigre (€/kg carc.) 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 2,8 Prix de la viande (€/kg carc.) 2,5 2,7 2,9 3,1 3,3 3,5 3,7 Ecart gras/maigre (€) + 0,3 + 0,4 + 0,5 + 0,6 + 0,7 + 0,8 + 0,9 Prix du tourteau de colza (€/T) 350 -22 +20 +61 +103 +144 +185 +227 450 -46 -5 +37 +78 +120 +161 +202 550 -70 -29 +13 +54 +95 +137 +178  La finition des vaches de réforme à l’auge est plus intéressante économiquement lorsque le prix du tourteau est faible et surtout lorsque l’écart de prix gras/maigre est élevé  Réduction des charges alimentaires en limitant le recours aux concentrés et en privilégiant l’herbe (gestion performante du système fourrager) - Cas d’un système laitier (Montbéliardes) en zone de plaine avec finition à l’auge - Type groupe 4 - - Hypothèses : + 65 kg de carcasse sur 110 j, Ration : maïs ensilage, enrubannage d’herbe, orge, tourteau de colza + CMV
  13. 13. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 13 Quels impacts globaux de la finition à l’échelle des systèmes ? Systèmes Plaine (maïs ensilage) Montagne-plateau (foin et regain) Caractéristiques du système Alimentation à base de maïs ensilage, céréales produites sur la ferme. Zone à bon potentiel. Système moyennement intensif en zone AOP. Surfaces limitées. Sensibilité aux aléas. SAU (ha) 231 148 Nombre de VL 67 80 Nb de vaches réformées/an 10 (15 %) 13 (16 %) Chargement (UGB/ha de SFP) 1,2 0,9 Nature et période de finition 100 % à l’auge De Septembre à Février 100 % au pâturage De Juin à Octobre Stratégie(s) d’adaptation à la finition Intensification du système + modification assolement + 10 U d’N sur 13 ha fauchés, 1 ha blé  1 ha maïs ensilage, - 5,5 T de blé vendu, + 1,3 T d’orge intra-consommée Intensification du système ( fertilisation) + 10 U d’N sur 76 ha fauchés Evolution du produit viande* + 10 % + 31 % Evolution de l’EBE + 3 % + 5 % Impacts au sein du système + 3,3 UGB, + 0,2 UGB/ha de SFP, + 60 kg de concentré/VL, + 10 places en bâtiment + 4,3 UGB, + 0,3 UGB/ha de SFP Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Hypothèse d’intégration de la finition dans le système * Prix du maigre : 2,6 €/kg carc./Prix du gras : 3,1 €/kg carc. Institutdel’Elevage,2015.
  14. 14. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage 14Finir ses vaches laitières : quels intérêts et limites pour les éleveurs et la filière viande ? Et pour finir…  Part importante de vaches laitières abattues non finies conduisant à un manque de production de viande non négligeable.  La finition, plusieurs inconnues…  aptitude de la vache à l’engraissement (âge, santé…) ?  conjoncture économique (prix de la vache laitière dans 3 mois ?).  …à mettre en regard des coûts et des contraintes :  stocks fourragers et places en bâtiments,  temps de travail,  risque de perte d’un animal (mammites…)  Avant même l’intérêt économique, la stratégie de finition est liée à son intégration dans le fonctionnement des systèmes et plus encore dans le système fourrager. Et demain, Quelle sera la place de la production de viande dans des exploitations de plus en plus fragilisées par la crise laitière ? Quel(s) schéma(s) de finition ? Création d’ateliers d’engraissement ?...
  15. 15. Space2016-Lesconférencesdel’Institutdel’Elevage Merci de votre attention Venez échanger avec nos ingénieurs Hall 4, stand A05 Retrouvez les diaporamas de nos conférences sur idele.fr 15

×