SlideShare une entreprise Scribd logo
Exposé immunologie;
Par :
Aroun
Abderrhmen
Chakal Yahia
Djidji Mohame
Hammacha Han
Sabrina
Exposé immunologie;
•1cas/30,000, H=F

•le plus fréquent des déficits immunitaires primitifs après le déficit
isolé en IgA
•Anomalie génétique identifiée chez peu de malades mais familiales 25%

•Révélation souvent après l’adolescence
•IgG<5g/l;

IgA < 0,7 g/L ;

IgM < 0,4 g/L

•Nombre de lymphocytes B normal mais défaut B mémoires
4

•Défaut fonctionnel T rare
•

Syndrome lymphoprolifératif (40%) et auto-immunité (cytopénies)
(20%)

•

syndrome probablement hétérogène caractérisé par une
hypogamma-globulinémie malgré un nombre normal (ou presque)
de lymphocytes B

•

Mode de révélation le plus fréquent : infections aiguës et/ou
chroniques des voies aériennes supérieures et inférieures
et/ou du tube digestif.
Infection ORL et pulmonaires, digestives (Giardia, Salmonella,
Campylobacter)

•

•

hypogammaglobulinémie variable selon les individus et les
antigènes considérés (vs Bruton).

•

Fréquemment associé à l’haplotype A1B8DR3
Exposé immunologie;
Atteintes du DICV
Atteinte bronchique et pulmonaire

Atteinte ORL
Atteinte gastro-intestinale
Splénomégalie et adénopathies

Maladie granulomateuse
Auto-immunité
Néoplasie
D’après Mayo Foundation for Medical Education and Research.
•Les patients atteints de DICV sont très sensibles aux infections
puisqu’ils manquent d’anticorps
•Les infections pouvant atteindre les sinus (sinusite aiguë ou
chronique), les yeux (conjonctivite aiguë), les oreilles (otite), le nez
(rhinite purulente), les voies respiratoires (bronchite) ou le poumon
lui-même (pneumonie) ,infections récurrentes du tractus gastrointestinal, entraînant de la diarrhée (gastro-entérite) et parfois une
colite inflammatoire (proche de la maladie de Crohn).
•patients ayant une baisse très importante du taux d’anticorps
(agammaglobulinémie), les infections peuvent atteindre des organes
profonds comme les os, les articulations ou le cerveau.
•microbes ( bactéries +++ pneumocoque, le streptocoque, le
staphylocoque et Haemophilus influenzae)
•

La sévérité des infections dépend essentiellement de la profondeur
de la baisse des IgG

•

des complications autoimmunes (baisse des plaquettes et/ou des
globules rouges et/ou des globules blancs, maladies autoimmunes
des glandes endocrines telles que la thyroïde, le pancréas
(diabète), les surrénales,…maladies des articulations
(polyarthrite,…), lupus, hépatite,… ou et/ou inflammatoires
(inflammation du colon, eczéma, …).

•

fréquemment une augmentation de volume du foie et/ou de la rate
et/ou des ganglions, qui est la plupart du temps bénigne.

•

le DICV s’accompagne d’un déficit immunitaire plus complexe (avec
atteinte des lymphocytes T) qui se traduit généralement par des
infections dites « opportunistes » telles que pneumocystose,
toxoplasmose, infection à cytomégalovirus, varicelle-zona.
•

Diagnostic basé sur de dosage sanguin des immunoglobulines et
un bilan immunitaire exhaustif afin d’éliminer un autre DIP ou un DI
secondaire (atteinte rénale, digestive ou une maladie sanguine
maligne notamment).

•

Il est nécessaire de faire un bilan sanguin poussé, mais également
de passer des examens d’urine, des radios ou scanners (thorax,
sinus,…), parfois de la moelle osseuse.
•

développement de lésions broncho-pulmonaires chroniques sur
fond d’infections aigües répétées (sinusites chroniques, dilatation
des bronches).

•

complications lymphoprolifératives bénignes (augmentation de
volume du foie et/ou de la rate et/ou des ganglions), des atteintes
hépatiques (hyperplasie nodulaire régénérative avec lésions visibles
aux examens d’imagerie tels que l’échographie hépatique), mais
aussi une incidence augmentée de cancer des ganglions
(lymphomes).
•

En l’absence d’un défi cit lymphocytaire T important et/ou de
séquelles sur un organe, l’immunoglobulinothérapie aboutit presque
toujours à une amélioration de l’état de santé du patient.

•

traitement à long terme par antibiotiques à large spectre (sinusite
ou de maladie pulmonaire chroniques )

•

des antibiotiques spécifiques (mycosplasmiques ou chlamydiennes ).

•

une thérapie physique (kinésithérapie) et un drainage postural
quotidien sont nécessaires pour éliminer les sécrétions des
poumons et des bronches. (cas de bronchiectasie)
•

dépend de la profondeur du DIP.

•

Selon les antécédents et l’état clinique, et selon le taux sanguin
d’IgG également, il peut être proposé une surveillance simple, un
traitement préventif des surinfections par un antibiotique quotidien à
faible dose et/ou une substitution par immunoglobulines (en
intraveineux ou en sous-cutané).

•

Le taux résiduel idéal pour éviter les surinfections est en général >
6-8 g/L, mais celui-ci peut-être plus élevé.

•

éviction du tabac et consommation modérée d’alcool et pratique
d’une activité physique régulière
Exposé immunologie;
•

↘ profonde du taux d’IgA sans altération des IgG, des IgM, des IgE
ou sous-classes d’IgG.

•

le plus fréquent des DIP puisqu’il est retrouvé :1/600 personnes
d’origine caucasienne.

•

+++ il s’agit de personnes sans aucun symptôme particulier.

•

L’origine reste totalement mystérieuse encore à l’heure actuelle
•

les IgA jouent un rôle majeur dans la protection des muqueuses
contre les

•

fréquemment associé à une augmentation de la susceptibilité aux
infections., les patients peuvent manifester des infections
récidivantes des oreilles (otite), des sinus (sinusite), des bronches
(bronchite) et des poumons (pneumonie). Ces infections peuvent
parfois devenir chroniques.

•

Des complications auto-immunes peuvent survenir tout au long de
la vie des patients (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux
systémique, purpura thrombopénique auto-immun,…).
•

Les allergies peuvent également être plus fréquentes chez les
personnes présentant un déficit sélectif en IgA que dans la
population générale.. L’asthme ,l’allergie alimentaire, probablement
une rhinite allergique (rhume des foins) ou eczéma .

•

Une autre forme inhabituelle mais sérieuse d’allergie peut
également survenir dans le déficit en IgA. Chez les personnes dont
le sang ne contient pas d’IgA, le système immunitaire peut
reconnaître les IgA provenant d’autres personnes comme des
protéines étrangères. Les anticorps étant normalement produits
contre des protéines étrangères, certaines personnes avec déficit
sélectif en IgA produisent des anticorps IgG ou IgE dirigés contre
les IgA. Dans ce cas, l’administration de produits sanguins
contenant des IgA à une personne déficiente en IgA mais ayant des
anticorps contre les IgA peut déclencher une réaction allergique
•

On suspecte généralement un déficit sélectif en IgA lors d’infections
chroniques ou récurrentes, d’allergies, de maladies auto-immunes
ou de diarrhée chronique. Le diagnostic est établi quand les
analyses du sérum sanguin du patient montrent une nette
diminution ou une quasi-absence d’IgA avec des taux normaux des
autres classes majeures d’immunoglobulines (IgG et IgM).

•

On rencontre occasionnellement des patients qui présentent
simultanément un déficit en anticorps IgG2.

•

Les performances et les taux des lymphocytes T sont normaux.

•

Plusieurs autres examen : hémogramme complet, des mesures de
la fonction pulmonaire et une analyse d’urine,une évaluation de la
fonction thyroïdienne, de la fonction rénale, ou des tests
d’absorption digestive, et des recherches d’auto-anticorps
(anticorps dirigé contre les propres tissus de l’organisme).
•

En cas d’infections non sévères et peu fréquentes, pas de
traitement prophylactique systématique. Si infections répétées ou si
sinusite ou bronchite chronique, proposer une antibioprophylaxie
saisonnière ou au long cours par Bactrim par ex.

•

Les préparations d’immunoglobulines actuellement disponibles ne
contiennent que de faibles quantités d’IgA pour des questions de
meilleure tolérance des produites par les patients. Même s’il était
possible de préparer de tels produits, les IgA administrées par
injection ne passeraient pas dans les muqueuses dépourvues de
cette classe d’immunoglobuline. Un traitement de substitution n’est
donc actuellement pas possible pour les patients déficients en IgA.
Néanmoins, si la situation le nécessite, une substitution par Ig peut
être proposée.

•

Il peut également être souhaitable de rechercher les anticorps antiIgA dans le sang des patients présentant un déficit sélectif en IgA à
titre de précaution en cas de transfusion sanguine.
•

IL peut provoquer des complications sévères chez certains patients.
Il est donc difficile de prédire l’évolution à long terme d’un patient
particulier atteint de déficit sélectif en IgA.

•

dépend du pronostic des maladies associées.

•

Rarement, un déficit en IgA peut évoluer, par exemple, en déficit
immunitaire commun variable avec déficit en IgG et en IgM.

•

La clé d’un bon pronostic est une communication adéquate avec le
médecin et la mise au point de stratégies thérapeutiques efficaces
dès l’apparition d’une maladie associée.
Exposé immunologie;
•

La classe des immunoglobulines IgG est elle-même composée de
quatre différentes catégories d’IgG appelées sous-classes d’IgG.

•

On parle de déficit sélectif en sous-classe d’IgG chez des patients
qui présentent des taux bas pour une ou plusieurs sous-classes
d’IgG

•

taux normaux pour les immunoglobulines A, M, D et E et un taux
normal (ou juste en dessous de la norme) pour les IgG.

•

Les taux de sous-classes varient physiologiquement avec l’âge.
•

fréquemment des infections récurrentes des oreilles (otite), des
sinus (sinusite), des bronches (bronchite) et des poumons
(pneumonie).

•

Rarement : épisodes récurrents de méningite ou de septicémie
(infection du sang circulant).

•

Les filles comme les garçons sont atteints également.

•

Il n’est pas noté de risque accru de développer des complications
auto-immunes ou lymphoprolifératives/néoplasiques.
•

Le diagnostic nécessite des dosages des diverses sous-classes
d’IgG en plus de la détermination des taux sériques des IgG, IgA et
IgM.

•

Certains patients présentent simultanément un déficit en sousclasse d’IgG et un déficit en IgA. On observe fréquemment des
déficits combinés en IgA, en IgG2 et en IgG4. Un déficit en IgG2 et
en IgG4 ou un déficit en IgA et en IgE peut également être associé
à une ataxie-télangiectasie.

•

De nombreux patients avec déficit sélectif en IgG2 ou déficit en IgA
et IgG2 sont incapables de produire des taux d’anticorps après une
vaccination avec des vaccins contenant un polysaccharide non
conjugué contre le pneumocoque ou Haemophilus influenzae.
• Les patients avec déficit en sous-classe d’IgG
produisent généralement :
*des taux d’anticorps normaux après vaccination
par des vaccins contre la diphtérie et le tétanos ;
* des numérations normales pour les lymphocytes B
* Leur fonction lymphocytaire T est normale ou les
tests in vitro de stimulation des lymphocytes.
• Compte-tenu des différentes situations et conditions, le
diagnostic doit être validé par un médecin
•

Malgré toutes les recherches actuelles, il n’a pas observé de mode
de transmission héréditaire clair pour les déficits en sous-classe
d’IgG. Occasionnellement, on peut rencontrer deux personnes avec
un déficit en sous-classe d’IgG dans une même famille.

•

Dans certaines familles, on a constaté des déficits en sous-classe
d’IgG chez certains membres et un déficit en IgA ou un déficit
immunitaire commun variable chez d’autres membres de la famille
•

En pratique, selon l’état clinique avant tout, on peut proposer :

* Une surveillance simple;
* Une antiobio-prophylaxie saisonnière (automnohivernale) ou régulière au long de l’année, en général
avec une monothérapie par du Bactrim;
* Et/ou substitution par Ig, seulement si les étapes cidessus n’ont pas été accompagnées d’amélioration
significative de l’état du patient.
•

L’évolution des patients est généralement favorable. La plupart des
enfants surmontent leur déficit avec l’âge.

•

Pour les patients chez qui le déficit persiste, l’utilisation
d’antibiotiques et, dans certaines circonstances, de
gammaglobulines de substitution, permettent de prévenir les
infections graves et le développement de séquelles pulmonaires ou
auditives, ainsi que des lésions d’autres organes.
Référence:

Contenu connexe

Tendances

Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
Institut Pasteur de Madagascar
 
Emergeance des bacteries multiresistantes en communaute
Emergeance des bacteries multiresistantes en communauteEmergeance des bacteries multiresistantes en communaute
Emergeance des bacteries multiresistantes en communaute
Dr Taoufik Djerboua
 
Thibault Vha Vhe Virus Et Marqueurs (1)
Thibault Vha Vhe  Virus Et Marqueurs (1)Thibault Vha Vhe  Virus Et Marqueurs (1)
Thibault Vha Vhe Virus Et Marqueurs (1)
odeckmyn
 
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
imlen gan
 
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinaleImmunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Institut Pasteur de Madagascar
 
les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux
Kîïmâã Šîímâã
 
Paludisme : les parasites qui rendent malade
Paludisme : les parasites qui rendent maladePaludisme : les parasites qui rendent malade
Paludisme : les parasites qui rendent malade
Institut Pasteur de Madagascar
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
Institut Pasteur de Madagascar
 
Depistage des anticorps anti hiv
Depistage des anticorps  anti hivDepistage des anticorps  anti hiv
Depistage des anticorps anti hiv
S/Abdessemed
 
1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)
imlen gan
 
Anticorps thérapeutiques
Anticorps thérapeutiquesAnticorps thérapeutiques
Anticorps thérapeutiques
Sofia Azirar
 
Interactions entre espèces dans les infections mixtes
Interactions entre espèces dans les infections mixtesInteractions entre espèces dans les infections mixtes
Interactions entre espèces dans les infections mixtes
Institut Pasteur de Madagascar
 
Le développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludismeLe développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
Institut Pasteur de Madagascar
 
Généralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieusesGénéralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieuses
Mede Space
 
Lecture 7 Immunoglobulins
Lecture 7 ImmunoglobulinsLecture 7 Immunoglobulins
Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013
Groupe IMT
 
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniquesLe cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
Institut Pasteur de Madagascar
 

Tendances (20)

Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
Variabilité génétique de Plasmodium: implications pour le développement de va...
 
Emergeance des bacteries multiresistantes en communaute
Emergeance des bacteries multiresistantes en communauteEmergeance des bacteries multiresistantes en communaute
Emergeance des bacteries multiresistantes en communaute
 
Thibault Vha Vhe Virus Et Marqueurs (1)
Thibault Vha Vhe  Virus Et Marqueurs (1)Thibault Vha Vhe  Virus Et Marqueurs (1)
Thibault Vha Vhe Virus Et Marqueurs (1)
 
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
3cours les méthodes de diagnostic des pathologies virales
 
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinaleImmunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
 
les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux les anticorps monoclonaux
les anticorps monoclonaux
 
Paludisme : les parasites qui rendent malade
Paludisme : les parasites qui rendent maladePaludisme : les parasites qui rendent malade
Paludisme : les parasites qui rendent malade
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
 
Depistage des anticorps anti hiv
Depistage des anticorps  anti hivDepistage des anticorps  anti hiv
Depistage des anticorps anti hiv
 
1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)1cours virologie généralités (1)
1cours virologie généralités (1)
 
Anticorps thérapeutiques
Anticorps thérapeutiquesAnticorps thérapeutiques
Anticorps thérapeutiques
 
Interactions entre espèces dans les infections mixtes
Interactions entre espèces dans les infections mixtesInteractions entre espèces dans les infections mixtes
Interactions entre espèces dans les infections mixtes
 
Le développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludismeLe développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludisme
 
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
Applications dans l'évaluation de l'impact des interventions dans lutte contr...
 
Généralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieusesGénéralités en maladie infectieuses
Généralités en maladie infectieuses
 
Paludisme
PaludismePaludisme
Paludisme
 
Lecture 7 Immunoglobulins
Lecture 7 ImmunoglobulinsLecture 7 Immunoglobulins
Lecture 7 Immunoglobulins
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013Watier ppp lyon 2013
Watier ppp lyon 2013
 
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniquesLe cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
Le cycle de Plasmodium falciparum: aspects genetiques et antigéniques
 

En vedette

Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Asmae LGUENSAT
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
Institut Pasteur de Madagascar
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
Institut Pasteur de Madagascar
 
Immunologie et immunité
Immunologie et immunitéImmunologie et immunité
Immunologie et immunité
S/Abdessemed
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
Mehdi Razzok
 
Immunofluorescence PPT
Immunofluorescence PPTImmunofluorescence PPT
Immunofluorescence PPT
ali7070
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
Mehdi Razzok
 
Lymphocytotoxicité
Lymphocytotoxicité Lymphocytotoxicité
Lymphocytotoxicité
Nasreddine Saidi
 
Cours 7 - Immunité
Cours 7 - ImmunitéCours 7 - Immunité
Cours 7 - Immunité
Jean-Christophe Fournet
 
tous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonauxtous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonaux
Kîïmâã Šîímâã
 
présentation grenade_medicatrix.be
présentation grenade_medicatrix.beprésentation grenade_medicatrix.be
présentation grenade_medicatrix.be
natura medicatrix
 
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
OKCC/C3O and CREM/université Lorraine
 
L'IPTi mieux qu'un vaccin
L'IPTi mieux qu'un vaccinL'IPTi mieux qu'un vaccin
L'IPTi mieux qu'un vaccin
Institut Pasteur de Madagascar
 
Cours immunité et virus
Cours  immunité et virusCours  immunité et virus
Cours immunité et virus
Nicolas Frigola
 
Conseil en ih cl
Conseil en ih clConseil en ih cl
Conseil en ih cl
SANOU OURY
 
Poster 88 immunologie
Poster 88 immunologiePoster 88 immunologie
Poster 88 immunologie
JIB Congress
 
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & QualificationSession 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
QBD18940
 
POWERPOINT PRESENTATION
POWERPOINT PRESENTATIONPOWERPOINT PRESENTATION
POWERPOINT PRESENTATION
Rejith Raghavan
 

En vedette (20)

Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiquesRéaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
Réaction antigène-anticorps appliquée en techniques immunologiques
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
 
Immunologie et immunité
Immunologie et immunitéImmunologie et immunité
Immunologie et immunité
 
Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
 
Defenses 2
Defenses 2Defenses 2
Defenses 2
 
Immunofluorescence PPT
Immunofluorescence PPTImmunofluorescence PPT
Immunofluorescence PPT
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
 
Lymphocytotoxicité
Lymphocytotoxicité Lymphocytotoxicité
Lymphocytotoxicité
 
Cours 7 - Immunité
Cours 7 - ImmunitéCours 7 - Immunité
Cours 7 - Immunité
 
tous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonauxtous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonaux
 
présentation grenade_medicatrix.be
présentation grenade_medicatrix.beprésentation grenade_medicatrix.be
présentation grenade_medicatrix.be
 
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
Acs polyclonaux et monoclonaux master 2014
 
L'IPTi mieux qu'un vaccin
L'IPTi mieux qu'un vaccinL'IPTi mieux qu'un vaccin
L'IPTi mieux qu'un vaccin
 
Cours immunité et virus
Cours  immunité et virusCours  immunité et virus
Cours immunité et virus
 
Defenses 1
Defenses 1Defenses 1
Defenses 1
 
Conseil en ih cl
Conseil en ih clConseil en ih cl
Conseil en ih cl
 
Poster 88 immunologie
Poster 88 immunologiePoster 88 immunologie
Poster 88 immunologie
 
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & QualificationSession 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
Session 2 - Anti-d Reagents Selection & Qualification
 
POWERPOINT PRESENTATION
POWERPOINT PRESENTATIONPOWERPOINT PRESENTATION
POWERPOINT PRESENTATION
 

Similaire à Exposé immunologie;

infection à répétition
infection à répétition infection à répétition
infection à répétition
Nasreddine Saidi
 
HAI.pptx
HAI.pptxHAI.pptx
Cours de diabetologie et des maladies métaboliques
Cours de diabetologie et des maladies métaboliquesCours de diabetologie et des maladies métaboliques
Cours de diabetologie et des maladies métaboliques
nocentguerson199
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
Amel Ammar
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
Amel Ammar
 
Hepatite auto immune
Hepatite auto immune Hepatite auto immune
Hepatite auto immune
Claude EUGENE
 
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
ThizmaithKadi
 
DiabèTe
DiabèTeDiabèTe
DiabèTe
Mede Space
 
insulino-résistance et approche devant high inslin req
insulino-résistance et approche devant high inslin reqinsulino-résistance et approche devant high inslin req
insulino-résistance et approche devant high inslin req
emelioboum
 
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptxDIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
DounyaBenyelles
 
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes .pptx
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes  .pptxLES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes  .pptx
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes .pptx
Med Ali Bouaziz
 
Autoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitisAutoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitis
merdaci dhia elhak
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
Leila Ali
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
Leila Ali
 
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.  La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
Nawal Kanouni
 
hypersensibilite2.pptx
hypersensibilite2.pptxhypersensibilite2.pptx
hypersensibilite2.pptx
bulleusesdermatoses
 
Electrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
Electrophorèse des protéines plasmatiques.pptElectrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
Electrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
ayaprodige
 
Black Esophagus
Black EsophagusBlack Esophagus
Black Esophagus
Hugo Lebrun
 
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre cliniqueMaladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
Khadija Moussayer
 

Similaire à Exposé immunologie; (20)

infection à répétition
infection à répétition infection à répétition
infection à répétition
 
HAI.pptx
HAI.pptxHAI.pptx
HAI.pptx
 
Cours de diabetologie et des maladies métaboliques
Cours de diabetologie et des maladies métaboliquesCours de diabetologie et des maladies métaboliques
Cours de diabetologie et des maladies métaboliques
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
 
Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)Présentation kala azar (2)
Présentation kala azar (2)
 
Hepatite auto immune
Hepatite auto immune Hepatite auto immune
Hepatite auto immune
 
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
7. Purpura thrombopénique auto-immun.pptx
 
DiabèTe
DiabèTeDiabèTe
DiabèTe
 
Proteines plasmatique
Proteines plasmatiqueProteines plasmatique
Proteines plasmatique
 
insulino-résistance et approche devant high inslin req
insulino-résistance et approche devant high inslin reqinsulino-résistance et approche devant high inslin req
insulino-résistance et approche devant high inslin req
 
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptxDIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
DIAGNOSTIC SEROLOGIQUE .pptx
 
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes .pptx
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes  .pptxLES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes  .pptx
LES ALLERGIES Alimentaires, les 14 aliments allergènes .pptx
 
Autoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitisAutoimmune hepatitis
Autoimmune hepatitis
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
 
Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique Leucemie lymphoide chronique
Leucemie lymphoide chronique
 
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.  La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
La sensibilité au gluten non cœliaque et maladie cœliaque 2017.
 
hypersensibilite2.pptx
hypersensibilite2.pptxhypersensibilite2.pptx
hypersensibilite2.pptx
 
Electrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
Electrophorèse des protéines plasmatiques.pptElectrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
Electrophorèse des protéines plasmatiques.ppt
 
Black Esophagus
Black EsophagusBlack Esophagus
Black Esophagus
 
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre cliniqueMaladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
Maladie coeliaque, une maladie caméléon à large spectre clinique
 

Exposé immunologie;

  • 2. Par : Aroun Abderrhmen Chakal Yahia Djidji Mohame Hammacha Han Sabrina
  • 4. •1cas/30,000, H=F •le plus fréquent des déficits immunitaires primitifs après le déficit isolé en IgA •Anomalie génétique identifiée chez peu de malades mais familiales 25% •Révélation souvent après l’adolescence •IgG<5g/l; IgA < 0,7 g/L ; IgM < 0,4 g/L •Nombre de lymphocytes B normal mais défaut B mémoires 4 •Défaut fonctionnel T rare
  • 5. • Syndrome lymphoprolifératif (40%) et auto-immunité (cytopénies) (20%) • syndrome probablement hétérogène caractérisé par une hypogamma-globulinémie malgré un nombre normal (ou presque) de lymphocytes B • Mode de révélation le plus fréquent : infections aiguës et/ou chroniques des voies aériennes supérieures et inférieures et/ou du tube digestif. Infection ORL et pulmonaires, digestives (Giardia, Salmonella, Campylobacter) • • hypogammaglobulinémie variable selon les individus et les antigènes considérés (vs Bruton). • Fréquemment associé à l’haplotype A1B8DR3
  • 7. Atteintes du DICV Atteinte bronchique et pulmonaire Atteinte ORL Atteinte gastro-intestinale Splénomégalie et adénopathies Maladie granulomateuse Auto-immunité Néoplasie D’après Mayo Foundation for Medical Education and Research.
  • 8. •Les patients atteints de DICV sont très sensibles aux infections puisqu’ils manquent d’anticorps •Les infections pouvant atteindre les sinus (sinusite aiguë ou chronique), les yeux (conjonctivite aiguë), les oreilles (otite), le nez (rhinite purulente), les voies respiratoires (bronchite) ou le poumon lui-même (pneumonie) ,infections récurrentes du tractus gastrointestinal, entraînant de la diarrhée (gastro-entérite) et parfois une colite inflammatoire (proche de la maladie de Crohn). •patients ayant une baisse très importante du taux d’anticorps (agammaglobulinémie), les infections peuvent atteindre des organes profonds comme les os, les articulations ou le cerveau. •microbes ( bactéries +++ pneumocoque, le streptocoque, le staphylocoque et Haemophilus influenzae)
  • 9. • La sévérité des infections dépend essentiellement de la profondeur de la baisse des IgG • des complications autoimmunes (baisse des plaquettes et/ou des globules rouges et/ou des globules blancs, maladies autoimmunes des glandes endocrines telles que la thyroïde, le pancréas (diabète), les surrénales,…maladies des articulations (polyarthrite,…), lupus, hépatite,… ou et/ou inflammatoires (inflammation du colon, eczéma, …). • fréquemment une augmentation de volume du foie et/ou de la rate et/ou des ganglions, qui est la plupart du temps bénigne. • le DICV s’accompagne d’un déficit immunitaire plus complexe (avec atteinte des lymphocytes T) qui se traduit généralement par des infections dites « opportunistes » telles que pneumocystose, toxoplasmose, infection à cytomégalovirus, varicelle-zona.
  • 10. • Diagnostic basé sur de dosage sanguin des immunoglobulines et un bilan immunitaire exhaustif afin d’éliminer un autre DIP ou un DI secondaire (atteinte rénale, digestive ou une maladie sanguine maligne notamment). • Il est nécessaire de faire un bilan sanguin poussé, mais également de passer des examens d’urine, des radios ou scanners (thorax, sinus,…), parfois de la moelle osseuse.
  • 11. • développement de lésions broncho-pulmonaires chroniques sur fond d’infections aigües répétées (sinusites chroniques, dilatation des bronches). • complications lymphoprolifératives bénignes (augmentation de volume du foie et/ou de la rate et/ou des ganglions), des atteintes hépatiques (hyperplasie nodulaire régénérative avec lésions visibles aux examens d’imagerie tels que l’échographie hépatique), mais aussi une incidence augmentée de cancer des ganglions (lymphomes).
  • 12. • En l’absence d’un défi cit lymphocytaire T important et/ou de séquelles sur un organe, l’immunoglobulinothérapie aboutit presque toujours à une amélioration de l’état de santé du patient. • traitement à long terme par antibiotiques à large spectre (sinusite ou de maladie pulmonaire chroniques ) • des antibiotiques spécifiques (mycosplasmiques ou chlamydiennes ). • une thérapie physique (kinésithérapie) et un drainage postural quotidien sont nécessaires pour éliminer les sécrétions des poumons et des bronches. (cas de bronchiectasie)
  • 13. • dépend de la profondeur du DIP. • Selon les antécédents et l’état clinique, et selon le taux sanguin d’IgG également, il peut être proposé une surveillance simple, un traitement préventif des surinfections par un antibiotique quotidien à faible dose et/ou une substitution par immunoglobulines (en intraveineux ou en sous-cutané). • Le taux résiduel idéal pour éviter les surinfections est en général > 6-8 g/L, mais celui-ci peut-être plus élevé. • éviction du tabac et consommation modérée d’alcool et pratique d’une activité physique régulière
  • 15. • ↘ profonde du taux d’IgA sans altération des IgG, des IgM, des IgE ou sous-classes d’IgG. • le plus fréquent des DIP puisqu’il est retrouvé :1/600 personnes d’origine caucasienne. • +++ il s’agit de personnes sans aucun symptôme particulier. • L’origine reste totalement mystérieuse encore à l’heure actuelle
  • 16. • les IgA jouent un rôle majeur dans la protection des muqueuses contre les • fréquemment associé à une augmentation de la susceptibilité aux infections., les patients peuvent manifester des infections récidivantes des oreilles (otite), des sinus (sinusite), des bronches (bronchite) et des poumons (pneumonie). Ces infections peuvent parfois devenir chroniques. • Des complications auto-immunes peuvent survenir tout au long de la vie des patients (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux systémique, purpura thrombopénique auto-immun,…).
  • 17. • Les allergies peuvent également être plus fréquentes chez les personnes présentant un déficit sélectif en IgA que dans la population générale.. L’asthme ,l’allergie alimentaire, probablement une rhinite allergique (rhume des foins) ou eczéma . • Une autre forme inhabituelle mais sérieuse d’allergie peut également survenir dans le déficit en IgA. Chez les personnes dont le sang ne contient pas d’IgA, le système immunitaire peut reconnaître les IgA provenant d’autres personnes comme des protéines étrangères. Les anticorps étant normalement produits contre des protéines étrangères, certaines personnes avec déficit sélectif en IgA produisent des anticorps IgG ou IgE dirigés contre les IgA. Dans ce cas, l’administration de produits sanguins contenant des IgA à une personne déficiente en IgA mais ayant des anticorps contre les IgA peut déclencher une réaction allergique
  • 18. • On suspecte généralement un déficit sélectif en IgA lors d’infections chroniques ou récurrentes, d’allergies, de maladies auto-immunes ou de diarrhée chronique. Le diagnostic est établi quand les analyses du sérum sanguin du patient montrent une nette diminution ou une quasi-absence d’IgA avec des taux normaux des autres classes majeures d’immunoglobulines (IgG et IgM). • On rencontre occasionnellement des patients qui présentent simultanément un déficit en anticorps IgG2. • Les performances et les taux des lymphocytes T sont normaux. • Plusieurs autres examen : hémogramme complet, des mesures de la fonction pulmonaire et une analyse d’urine,une évaluation de la fonction thyroïdienne, de la fonction rénale, ou des tests d’absorption digestive, et des recherches d’auto-anticorps (anticorps dirigé contre les propres tissus de l’organisme).
  • 19. • En cas d’infections non sévères et peu fréquentes, pas de traitement prophylactique systématique. Si infections répétées ou si sinusite ou bronchite chronique, proposer une antibioprophylaxie saisonnière ou au long cours par Bactrim par ex. • Les préparations d’immunoglobulines actuellement disponibles ne contiennent que de faibles quantités d’IgA pour des questions de meilleure tolérance des produites par les patients. Même s’il était possible de préparer de tels produits, les IgA administrées par injection ne passeraient pas dans les muqueuses dépourvues de cette classe d’immunoglobuline. Un traitement de substitution n’est donc actuellement pas possible pour les patients déficients en IgA. Néanmoins, si la situation le nécessite, une substitution par Ig peut être proposée. • Il peut également être souhaitable de rechercher les anticorps antiIgA dans le sang des patients présentant un déficit sélectif en IgA à titre de précaution en cas de transfusion sanguine.
  • 20. • IL peut provoquer des complications sévères chez certains patients. Il est donc difficile de prédire l’évolution à long terme d’un patient particulier atteint de déficit sélectif en IgA. • dépend du pronostic des maladies associées. • Rarement, un déficit en IgA peut évoluer, par exemple, en déficit immunitaire commun variable avec déficit en IgG et en IgM. • La clé d’un bon pronostic est une communication adéquate avec le médecin et la mise au point de stratégies thérapeutiques efficaces dès l’apparition d’une maladie associée.
  • 22. • La classe des immunoglobulines IgG est elle-même composée de quatre différentes catégories d’IgG appelées sous-classes d’IgG. • On parle de déficit sélectif en sous-classe d’IgG chez des patients qui présentent des taux bas pour une ou plusieurs sous-classes d’IgG • taux normaux pour les immunoglobulines A, M, D et E et un taux normal (ou juste en dessous de la norme) pour les IgG. • Les taux de sous-classes varient physiologiquement avec l’âge.
  • 23. • fréquemment des infections récurrentes des oreilles (otite), des sinus (sinusite), des bronches (bronchite) et des poumons (pneumonie). • Rarement : épisodes récurrents de méningite ou de septicémie (infection du sang circulant). • Les filles comme les garçons sont atteints également. • Il n’est pas noté de risque accru de développer des complications auto-immunes ou lymphoprolifératives/néoplasiques.
  • 24. • Le diagnostic nécessite des dosages des diverses sous-classes d’IgG en plus de la détermination des taux sériques des IgG, IgA et IgM. • Certains patients présentent simultanément un déficit en sousclasse d’IgG et un déficit en IgA. On observe fréquemment des déficits combinés en IgA, en IgG2 et en IgG4. Un déficit en IgG2 et en IgG4 ou un déficit en IgA et en IgE peut également être associé à une ataxie-télangiectasie. • De nombreux patients avec déficit sélectif en IgG2 ou déficit en IgA et IgG2 sont incapables de produire des taux d’anticorps après une vaccination avec des vaccins contenant un polysaccharide non conjugué contre le pneumocoque ou Haemophilus influenzae.
  • 25. • Les patients avec déficit en sous-classe d’IgG produisent généralement : *des taux d’anticorps normaux après vaccination par des vaccins contre la diphtérie et le tétanos ; * des numérations normales pour les lymphocytes B * Leur fonction lymphocytaire T est normale ou les tests in vitro de stimulation des lymphocytes. • Compte-tenu des différentes situations et conditions, le diagnostic doit être validé par un médecin
  • 26. • Malgré toutes les recherches actuelles, il n’a pas observé de mode de transmission héréditaire clair pour les déficits en sous-classe d’IgG. Occasionnellement, on peut rencontrer deux personnes avec un déficit en sous-classe d’IgG dans une même famille. • Dans certaines familles, on a constaté des déficits en sous-classe d’IgG chez certains membres et un déficit en IgA ou un déficit immunitaire commun variable chez d’autres membres de la famille
  • 27. • En pratique, selon l’état clinique avant tout, on peut proposer : * Une surveillance simple; * Une antiobio-prophylaxie saisonnière (automnohivernale) ou régulière au long de l’année, en général avec une monothérapie par du Bactrim; * Et/ou substitution par Ig, seulement si les étapes cidessus n’ont pas été accompagnées d’amélioration significative de l’état du patient.
  • 28. • L’évolution des patients est généralement favorable. La plupart des enfants surmontent leur déficit avec l’âge. • Pour les patients chez qui le déficit persiste, l’utilisation d’antibiotiques et, dans certaines circonstances, de gammaglobulines de substitution, permettent de prévenir les infections graves et le développement de séquelles pulmonaires ou auditives, ainsi que des lésions d’autres organes.