Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Maitriser les couts de production : un enjeu pour les exploitations laitières

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 35 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Maitriser les couts de production : un enjeu pour les exploitations laitières (20)

Publicité

Plus par Institut de l'Elevage - Idele (20)

Plus récents (20)

Publicité

Maitriser les couts de production : un enjeu pour les exploitations laitières

  1. 1. 6 octobre 2021 1 « Maîtriser les coûts de production : un enjeu pour les exploitations laitières » Introduction Daniel PERRIN (CNIEL)
  2. 2. Le coût de production du lait : un élément majeur dans la rémunération de l’éleveur 6 octobre 2021 2 Coût de production total €/1000 l Moyenne 633 € Limite 25% inf. 530 € Limite 25%sup. 702 € (Source INOSYS réseaux d’élevage 2019 systèmes spécialisés des montagnes et piémonts du Sud) Méthode COUPROD Ecarts entre ateliers Facteurs impactants Leviers de maîtrise Etude CNIEL-FAM R €/1000 l
  3. 3. Plan d’intervention • Le coût de production est-il un facteur limitant du revenu des exploitations laitières ? Analyse exploratoire à partir du RICA. Christophe PERROT (Idele) • Focus sur le coût du système d’alimentation Michel DERAEDT (BTPL) • Stratégie mise en œuvre pour la maîtrise du coût de production François BONNET et Anthony BACQUIE GAEC de l’Hermet Chausy (15) – Yannick PECHUZAL (Idele) • Questions et échanges • Conclusion : Cécile GUILLOT (FranceAgriMer) 16 septembre 2021 3
  4. 4. Christophe PERROT- Idele 6 octobre 2021 4 Le coût de production est-il un facteur limitant du revenu des exploitations laitières ? Analyse exploratoire à partir du RICA
  5. 5. Etalement de la distribution des revenus disponibles à la faveur de la « sortie progressive des quotas laitiers » 16 septembre 2021 5 De 2000/01/02 à 2017/18: • Le quartile inférieur (10 678€/UTA en 2017/18) a reculé de 14% en € constants. • Le quartile supérieur (32 811€/UTA en 2017/18) a progressé de 17% en € constants. • Le facteur limitant du revenu est • Moins souvent la dimension de l’exploitation/productivité du travail • Plus souvent l’efficacité économique (EBE/PB) Répartition des exploitations laitières par classe de revenu disponible (après MSA exploitants)/UTA non salariée et facteur limitant de ce revenu Source Agreste RICA – traitement Institut de l’Elevage 2000/2001/2002 2017/2018
  6. 6. Facteur limitant à partir de l’équation du revenu. 6 Analyse 1 (diapo précédente). Le facteur limitant est le facteur qui, ramené à la valeur de sa moyenne pour le même type d’exploitation, procurerait, toutes choses égales par ailleurs, la plus forte de hausse de Revenu Disponible/UTA non salariée Analyse 2 (diapo suivante). Le facteur limitant est le facteur qui, ramené à la valeur de sa médiane pour le même type d’atelier laitier, procurerait, toutes choses égales par ailleurs, la plus forte de hausse de Résultat Courant de l’atelier/UTA non salariée affectée aux bovins lait 6 octobre 2021
  7. 7. Répartition des ateliers en fonction du facteur limitant du résultat courant de l’atelier (/UTAns) 7 Le coût du système d’alimentation (aliments + intrants surfaces + foncier + mécanisation), point faible des systèmes de production français en UE, et 1er facteur limitant du revenu des ateliers à conjoncture donnée 6 octobre 2021
  8. 8. Ecarts à la médiane du type (€/1000l) quand le facteur est limitant 8 Ecart à la médiane du type (€/1000 l) quand le facteur est limitant. Source Agreste RICA 2017-2018 traitement Institut de l’Elevage 6 octobre 2021
  9. 9. Les facteurs limitants du revenu des ateliers laits (intra-type) par classe de revenu Les charges plus souvent en cause (surtout le coût du système d’alimentation) quand le revenu est faible 9 6 octobre 2021
  10. 10. L’analyse progressive permet d’identifier les sources de marges de progrès Exemple coût du système d’alimentation • Coût de mécanisation plus fréquemment en cause lorsque cela conduit à un revenu faible. • Des achats d’aliments élevés renvoie à des situations plus diverses, y compris des systèmes productifs et efficaces dégageant des revenus élevés 10 6 octobre 2021
  11. 11. le coût en bâtiments+équipements+salariés/1000l 11 • Le coût en bâtiments- équipements est rarement limitant pour les revenus les plus élevés qui bénéficient souvent d’un effet de dilution, mais ces ateliers ont souvent les moyens de recruter de la MO salariée pour garantir un niveau de productivité élevé. • Pour les revenus faibles, les produits et ces charges de structure ne sont pas en adéquation 6 octobre 2021
  12. 12. Analyses ciblées sur certains types d’ateliers 12 Source : Agreste RICA 2017-2018 – traitement Institut de l’Elevage. • JA « A taille égale », des coûts supérieurs (relance du cycle de vie de l’exploitation), mais pas en moyennes brutes car ils travaillent dans des élevages de plus grande dimension • Exploitations en situations critiques. Analyse de trajectoires 2013-2018: des volumes de production inadaptés aux évolutions de charges 6 octobre 2021
  13. 13. Economies d’échelle. Des coûts de production supérieurs pour les exploitations <300 000 l (Montagnes hors montagnes de l’Est) 6 octobre 2021 13 Coût du système d’alimentation supérieur en moyenne si <300 000l Différences non significatives au-delà de 300 000 l (sur coût de production hors MO non salariée). Source Agreste RICA – traitement Institut de l’Elevage
  14. 14. Conclusion • A conjoncture donnée, les charges =1er facteur limitant du revenu des ateliers laitiers et source de marges de progrès • Coût du système d’alimentation: point faible des systèmes de production français • Economies d’échelle: comment maitriser les charges dans une petite exploitation ? • Analyse des trajectoires: gérer l’évolution dans le temps des charges et des produits. Chercher l’adéquation. 14 6 octobre 2021
  15. 15. « Maîtriser les coûts de production : un enjeu pour les exploitations laitières » Le coût du système d’alimentation Michel DERAEDT, Ingénieur Conseil BTPL 6 octobre 2021 14
  16. 16. Composition du poste • Le coût du système d’alimentation comprend: • (48,3 % des charges chez les spécialisés lait de plaine réseau €colait 2019) • Les achats d’alimentation: fourrages et concentrés • Les frais pour la production de fourrages et concentrés • - les frais d’approvisionnement des surfaces • - les frais de mécanisation • - les frais du foncier 6 octobre 2021 15
  17. 17. Analyse du poste • Premier point d’analyse: l’observation • Comprendre l’éleveur, • Quel choix de système • Faire une visite de la ferme: • Observer l’état des animaux • La propreté des lieux (stabulations, silos, auge…) • Quel contexte pédoclimatique • Avoir une approche globale 16
  18. 18. Appro des surfaces 17 • Les frais d’approvisionnement des surfaces
  19. 19. La Mécanisation 18 • Les frais de mécanisation
  20. 20. Le Foncier 19 • Les frais du foncier
  21. 21. Les achats d’alimentation 20 • Les achats d’alimentation
  22. 22. Vécu en élevage Elevage bovin lait des Monts du Lyonnais, conventionnel, lait standard • Suite à rupture de GAEC : reste 1 éleveur en individuel, avec bâtiment VL et silos pour 65 VL mais 46 ha SAU seulement : 8 ha de PN, le reste 50-50 maïs et PT annuités très élevées (33 000 €) Choix éleveur : Produire autant qu’avant la rupture pour faire face aux annuités (proche 600 Ml) Déléguer l’élevage des génisses Maintenir le chargement < 1.40 pour l’ICHN : 60 Vaches maxi Produire le maximum d’ensilages sur place et acheter le reste (ens. Maïs, co-produits, concentrés). Zéro-pâturage 24
  23. 23. Vécu en élevage 2016 : 560 Ml, conjoncture très difficile, déficit 18k€ 2017 : 590 Ml, redressement conjoncture et reports d’annuités, déficit réduit de moitié Modification des approvisionnements en aliments : matières premières 2018 : 600 Ml, déficit 8k€ Décisions : réduire le coût alimentaire quitte à réduire un peu le volume, en maintenant TP et TB  distribution de concentrés moins généreuse  Introduction du pâturage pour les vaches 2019 : 567 Ml, annuités en hausse, résultat id. 2018 2020 : 556 Ml, annuités stables, résultat excédentaire (atteint 2 SMIC) 2021 : mieux (coût alimentaire encore en baisse) 25
  24. 24. Evolution 2019 / 2018 26
  25. 25. Evolution 2020 / 2019 27
  26. 26. Evolution août 2021/2018 28
  27. 27. Conclusion 29 • Le poste coût du système d’alimentation: le plus important • Se comparer avec des systèmes de fonctionnement proches • L’objectif n’est pas de réduire les charges à néant mais de les valoriser le mieux possible • Attention aux interactions avec d’autres postes de produits ou de charges mais également d’autres facteurs (comme le travail ou les aides par exemple) • Trouver les bons indicateurs pour analyser et mesurer ses marges de progrès • Valoriser les fourrages et concentrés produits sur l’exploitation • Avoir une cohérence globale • Faire partie de groupes d’éleveurs pour progresser
  28. 28. 30 Stratégies pour la maîtrise du coût de production François BONNET et Anthony BACQUIE GAEC de l’Hermet-Chausy Yannick PECHUZAL (Idele) 6 octobre 2021
  29. 29. 6 octobre 2021 GAEC de L’Hermet-Chausy 4 associés Suzanne et Clément RAYMOND François BONNET, Anthony BACQUIE + 0,1 UMO Salariée 151 ha SAU 40 ha Maïs ensilage 10 ha céréales 40 ha méteils dérobés 101 ha PP + PT 105 vaches laitières x 11000 l 35 génisses vêlage à 24 mois 1 166 000 litres de lait vendus 165 UGB 1,2 UGB/ha SFP
  30. 30. 6 octobre 2021 32 GAEC de L’Hermet-Chausy Coût syst.alimentation : 279 €/1000 l Repère : 293 €/1000 l Coût de production et coût du système d’alimentation maîtrisés
  31. 31. 6 octobre 2021 33 GAEC de L’Hermet-Chausy Maîtrise des coûts de mécanisation Délégation maxi ETA Moisson CUMA avec chauffeurs CUMA des 3L Semis Ensilage Pressage Matériels divers CUMA du TEMPS LIBRE Distribution rations (18 €/1000 l) Equipements en propriété réduits au minimum - 1 tracteur 150 CV 1000 h (1 CV/ha 6,6 h/ha) - 1 télescopique 800 h/an Itinéraires techniques économes : zéro labour – 100% semis direct Interactions positives
  32. 32. 6 octobre 2021 34 GAEC de L’Hermet-Chausy Optimiser le coûts des bâtiments 2016 : 2 stalles robots + mise aux normes fosse (Coût net : 270 €/1000 l) Objectifs : - Temps de traite (VS surveillance) - Confort de travail - Optimisation - Places logement (110) et auge (80) - Ration (semi complète) - Tranquillité / BEA - Fiscalité - Attractivité? +1500 l /VL Technicité (11000 l/VL) Dilution produits joints Qualité du lait
  33. 33. 6 octobre 2021 35 GAEC de L’Hermet-Chausy Viabilité Maîtrise des coûts et productivité Rémunération : 1500 €/mois/associé Vivabilité 2500 h/an Congés/week end Confort de travail Pérennité Attractivité- transmissibilité Objectifs : 2000 fusion GAEC de l’HERMET + EARL de CHAUSY 4 associés 2005 retraite de Colette Installation Clément 2020 retraite de Michel Installation Anthony 2023 retraite de Suzanne Installation…
  34. 34. Bientôt en ligne 16 septembre 2021 36 9 fiches leviers : 6 fiches charges : achats d’alimentation, mécanisation, approvisionnement des surfaces, foncier et capital, frais d’élevage, bâtiments 1 fiche « renouvellement du cheptel laitier » 2 fiches postes de produits : produit du lait, produits joints
  35. 35. Merci de votre attention 37 Retrouvez les diaporamas de nos conférences sur idele.fr Venez échanger avec nos ingénieurs sur notre stand C1 (Hall 1) 6 octobre 2021

×