Le diabète de type MODY

982 vues

Publié le

Le diabète de type MODY (mature onset diabetes in the young) est plus fréquent qu'on le pense. Une description des tpes les plus fréquent

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
982
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
46
Actions
Partages
0
Téléchargements
27
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • GCK = 1ere étape ds méta glucose
    Assure le tranfsert de P de l’ATP sur le glucose
    Rôle ds foie : rôle ds la glycogénse post-prandiale
  • Petit PN < effet sur la sécrétion insuline chez foetus
  • *
    *Non proportionnel à l’importance du déficit en activité enzymatique < mécanismes compensatoires dans la cellule b (étude sur les souris : hyperglyc modérée mène à l’augmentation de l’expression de l’allèle sauvage. Pas ds foie car car là le promoteur est régulé principalemnt par insuline et non glucose.
    Les diabétiques = svt obèse
    La bénignité du MODY 2 ne doit pas faire oublier que souvent ils sont hypergly depuis naissance. Objectif de Nglyc est légitime. Sulfamidés hypoglycéminants = stimulation de l’insulinosécrétion en court-circuitant le métabolisme du glucose dans c B. Si glyc à jeun élevée, metformine, en diminuant la production hépatique de glucose (utile même si poids N). Pfs NPH au coucher pour normaliser glyc à jeun.
  • Le diabète de type MODY

    1. 1. MODY Maturity Onset Diabetes of the Young Dr Coralie Leblicq, fellow Section Diabète CHU Ste-Justine Montréal, Canada
    2. 2. Définition • Le terme MODY < 1964 lorsque diabète = diabète juvénile ou diabète d’âge mûr → MODY = diabète “d’âge mur” chez un jeune = tout enfant ou jeune adulte avec des hyperglycémies persistantes et asymptomatiques sans progression vers l’acido-cétose. • 1974: 1ères familles décrites avec une forme autosomale dominante de diabète, à début précoce mais de gravité modérée. Tattersall et al. Quart. J. med 1974; 43: 339-357. • 1976 : association entre MODY et les formes autosomales dominantes de diabète Nelson et al. Brit.Med.J. 1976; 1: 196-97
    3. 3. Définition • > Années 90 : MODY = groupe cliniquement hétérogène de défaut primaire de sécrétion de l’insuline dont l’origine est monogénique avec une transmission autosomale dominante. Il apparaît à tout âge mais classiquement avant 25 ans et est initialement non insulino-dépendant. • MODY inclus dans le groupe des « défauts génétiques de la fonction de la cellule β » avec une sous- classification dépendant du gène impliqué Vaxillaire et al.End.Rev. 2008; 29:254-64 • Donc, MODY ≠ diabète de type 2 chez un jeune
    4. 4. Diagnostic et épidémiologie • 2 types de présentation clinique: - Hyperglycémies avec symptômes associés (polyurie- polydipsie). Rare. - La majorité = découverte de hasard ou dans contexte de dépistage familial d’1 hyperglycémie modérée, asymptomatique, chez un jeune non obèse (ou durant la grossesse). • Tt facteur affectant la S ins (cf infection, grossesse, puberté, et (rarement) obésité) peut majorer hyperglyc et précipiter vers DB
    5. 5. Diagnostic et épidémiologie • MODY = 1-5% des diabètes • Dx important à faire car insuline pas tjs nécessaire et pour dépistage familial
    6. 6. Diagnostic et épidémiologie • 5 critères diagnostiques majeurs: Vaxillaire et al. End Rev 2008; 29:254-64  Hyperglycémies avant 25 ans chez 1 ou idéalement 2 membres de la famille. (« anticipation » ou diminution progressive de l’âge au dx < dépistage plus précoce quand histoire familiale /+/)  Schéma de transmission autosomale domimante avec transmission verticale de diabètes sur 3 générations, et un phénoype identique chez les membres de la famille atteints.  Absence d’insulinothérapie au moins 5 ans après le diagnostic ou taux de c-peptide significatif chez un patient sous insuline  Taux insuline N ou bas pour le degré de glycémie, suggérant un défaut primaire de la fonction des cellules β  Pas d’association avec le surpoids ou l’obésité (non nécessaire au développement de ce diabète)
    7. 7. Diagnostic et épidémiologie Type Nom gène Fction gène Défaut 1aire Phénotype MODY 1 (20q) < 5% HNF4A Facteur de transcription (réc nucléaire) Pancréas Hyperinsulinisme néonatal, DB (jeune adulte) MODY 2 (7p) 20-30% GCK Glucokinase Pancréas/foie/ Hyperglyc modérée (enfance) MODY 3 (12q) 20-70% HNF1A Facteur de transcription Pancréas/rein/t issus généraux DB (jeune adulte) MODY 4 (13q) rare IPF1 Facteur de transcription Pancréas DB (agénésie pancréatique chez les homozygotes) Vaxillaire et al. End Rev 2008; 29:254-64 OMIM
    8. 8. Diagnostic et épidémiologie Type Nom gène Fction gène Défaut 1aire Phénotype MODY 5 (17q) 5% HNF1B (TCF2) Facteur de transcription Rein/pancréas DB, RCAD, hypoplasie pancréas MODY 6 (2q) rare NEUROD1 Facteur de transcription Pancréas DB (enfants et jeunes adultes) MODY 7 (2p) < KLF11 MODY 8 (9q) < CEL MODY 9 (7q) < PAX4 Vaxillaire et al. End Rev 2008; 29:254-64 OMIM
    9. 9. Fajans et al. NEJM 2001;345: 971-80 Cellule béta
    10. 10. MODY 2 • < mutations (>130) du gène de la glucokinase dans cel β et l’hépatocyte (7p15-p13) • MODY 2 = mutation hétérozygote (si homozygote = déficit complet = diabète néonatal permanent avec petit PN et diabète sévère nécessitant insuline) • Mutation hétérozygote = S des cel β au glucose est ↓ de ½, shift vers D de la relation [gluc] et sécrétion insuline, synthèse hép de glycogène ↓ et néoglucogénèse ↑ (production hép de glucose est insuffisamment inhibée par l’hyperglycémie) Fajans et al. NEJM 2001;345: 971-80
    11. 11. MODY 2 Fajans et al. NEJM 2001;345: 971-80 2 allèles sauvages 1 allèle muté
    12. 12. MODY 2 • Hyperglyc modérée (glyc à jeun 7mmol/l) asymptomatique, diabète gestationnel chez 50% porteuses de mutation, < 50 % sont diabétiques, complications microangiopathiques très rare (<5% MODY 2) Fajans et al. NEJM 2001;345: 971-80
    13. 13. MODY 2 • Toutes ethnies • Anomalies métaboliques présentes dès la naissance et même probablement in utero (cf petit poids de naissance (-500g) 1 étude montre que si mutation < père, poids plus petit (2706g+/- 316g) >< mère + enfant atteints = PN = 3551 +/- 306 g Barrio et al. JCEM 2002; 87: 2532-39 ) • Pénétrance quasi complète, niveau de glyc = chez tous les membres atteints. • Glyc peuvent ↑ si trait hyperglycémiant (cortico) ou grossesse ( 60% femmes avec hypergly persistantes après grossesse = mutation GCK) ( Hattersley et al. American Diabetes Association Research Symposium, 1998) • Traitement : mesures diététiques, < 35 % cas = hypoglycémiants oraux ou insuline (<2%)
    14. 14. MODY 3 (1) • < mutations hétérozygotes (200) dans le gène HNF-1α (12q24.2) (facteur de transcription) Radha et al. JCEM 2009; 94:1959-65 • Physiopathologie MODY 1 et 3 très semblables car HNF-4 α régule l’expression de HNF-1α • Hyperglycémies modérées à jeun (cf MODY 2) mais glycémies 2h post-prandiales plus élevées que GCK • Défaut de sécrétion d’insuline en réponse à glycémie sans anomalie de la sensibilité à l’insuline • Donc diabète = mauvaise fonction cellule β (diabète peut apparaître lors de situation d’insulinoR (grossesse ou prise de poids)) Lehto et al J Clin Invest 1997; 99: 582-591
    15. 15. MODY 3 (1) Fajans et al. NEJM 2001;345: 971-80
    16. 16. MODY 3 (1) • MODY 3 = le plus courant. Toutes ethnies • Hyperglycémies augmentent avec le temps (car défaut d’insulinosécrétion s’aggrave avec le temps) • Traitement par diète +/- hypoglycémiants oraux ou insuline (30-40 % patients = ins (svt patients plus âgés)) • Pénétrance variable. Présentation variable (souvent plus tardive (25 ans)). Souvent polyurie-polydipsie. Mais pas (peu) acido-cétose.
    17. 17. MODY 3 (1) • Complications microangiopathiques fréquentes (= DB1-2) • Peu de complications métaboliques (DB2) (HTA, lip…) • MODY 3 = rein (diminution de la réabsorption rénale de glucose = glycosurie à un seuil plus bas de glycémie) • MODY 1 = ↓ Tg et Lp
    18. 18. MODY-DB 2 MODY ≠ DB 2 chez le jeune
    19. 19. Conclusions • MODY = 1-5% diabètes • MODY = hyperglycémies (svt asymptomatiques) avant 25 ans + histoire familiale positive (cf transmission dominante) + pas d’association « obligée » avec l’obésité + pas besoin insuline exogène initialement • Monogénique • Les plus fréquents = MODY 2 (GCK) et MODY 3 (HNF1A) • MODY ≠ DB2 chez le jeune

    ×