Atelier 3: C’est quoi finalement le « Pâturage cellulaire dynamique » ?

756 vues

Publié le

1ères Biennales des conseillers fourragers 2015 - Arnaud Oble (Lycée agricole des Sicaudières, Bressuire)

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
756
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
208
Actions
Partages
0
Téléchargements
14
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier 3: C’est quoi finalement le « Pâturage cellulaire dynamique » ?

  1. 1. 1 13 octobre 2015 23 octobre 2015 Atelier 3: C’est quoi finalement « Le pâturage cellulaire dynamique ?
  2. 2. 2 • Intérêt du pâturage cellulaire • Les principes de base • Les solutions techniques (clôtures, abreuvement, découpage…) • Le dispositif CIIRPO et les premiers résultats: Le Mourier EPL de Bressuire • Témoignages d’éleveurs en production ovine et bovine • Echanges avec la salle Programme de l’atelier…
  3. 3. 3 8 5 9 5 (sources : CER 2005 et CIVAM 2013) L’herbe pâturée, la ration la moins chère… Le pâturage permet de maîtriser son coût de production et mieux faire face à l’augmentation du prix des intrants. … équilibrée et riche * (* association graminées + légumineuses)
  4. 4. 4 Effets de l’augmentation de la fréquence de coupe par saison (de 3 coupes à 6 coupes) Effets de l’ du nb d’exploitation Proportion de limbes et feuilles Valeur alimentaire Teneur en MAT Digestibilité MO Age du fourrage à chaque coupe Ingestibilité On recherche une herbe riche et digestible, quelque soit le mois de pâturage. (sources : Delagarde et al, 2007 ; Beaumont et al, 2001)
  5. 5. 5 Un comportement alimentaire quotidien au pâturage contraint à certaines constantes : (Voisin, 1957 ; Delagarde et al 2001) Vache Brebis Qté ingérée (kg MS) 12 - 18 1 – 2,5 Durée ingestion (h) 8 7 Nombre repas 3 3 Nb bouchées (/min) 40 – 60 35 - 65 Tps occupation paddock Qté ingérée* (herbe verte 15 cm) * vache 500 kg 1 j 48 2 j J1 56 J2 40 3 j J1 64 J2 44 J3 36 D’où une rotation rapide pour une performance optimale : Le pâturage cellulaire…
  6. 6. 6 Méthode basée sur la Technique développée en Nouvelle-Zélande (cell- grazing) appelée aussi Pâturage Tournant Dynamique, Techno pâturage… C’est quoi le Paturage celullaire ? Pâturage hivernal La hauteur d’herbe n’est pas un indicateur Redécoupage du parcellaire en cellules: temps de séjour de 1 à 3 jours Chargement instantané entre 250 et 1000 brebis/ha ou entre 30 et 100 UGB/ha Temps de retour: compris entre 20 et 60 jours selon la saison Objectif: limiter les fauches Pas fertilisation hors restitution au pâturage Stocks sur pied
  7. 7. 7 Les aspects pratiques… Une technique revisitée du fil avant, fil arrière grâce au développement de matériel qui apporte souplesse, facilité et efficacité Prairies multi-espèces riches en légumineuses Découpages du parcellaire en cellules (0,2 à 0,4 en ovin et 0,6 à 1 ha en bovin) proche d’un carré Installation des clôtures: semi-fixe et mobiles avec des solutions techniques rapides et faciles à mettre en œuvre Mise en place raisonnée de lignes d’abreuvement à même les cellules avec des équipements adaptés et déplaçables Utilisation du quad comme moyen rapide d’accès aux cellules et déplacement de matériel (bassins, nourrisseurs)
  8. 8. 8 Le Mourier : CIIRPO (87) Conduite de 2 systèmes différenciés par la gestion du pâturage Pâturage Cellulaire vs Pâturant Tournant Les Sicaudières : EPL Bressuire (79) Un essai sur une séquence avec des brebis allaitantes Les essais en cours…
  9. 9. • Découpage des parcelles 9 15 à 20 ares par cellule PT PC Le Mourier : CIIRPO Par système : 25 parcelles de 1 ha en moyenne
  10. 10. 10 Approche agronomique Approche charge de travail Approche zootechnique Approche économique Approche environnementale Système en pâturage cellulaire vs pâturage tournant Objectif global : évaluer l’impact du mode de pâturage sur les performances de deux systèmes AG du 2 juin 2015 Le Mourier : CIIRPO
  11. 11. 11 Pâturage tournant Repos hivernal des prairies (60 jours minimum) Pas de pâturage en-dessous de 4 cm Temps de séjour par parcelle de 7 jours maximum Temps de retour de 21 à 28 jours au printemps Surface de base/ Surface complémentaire Gestion par les jours d’avance Création de stocks de fourrages Pâturage cellulaire Pâturage hivernal La hauteur d’herbe n’est pas un indicateur Temps de séjour maxi 3 jours Temps de retour: compris entre 20 et 60 jours selon la saison Objectif: minimiser les fauches Agnelage à l’extérieur Stocks sur pied
  12. 12. La production fourragère (2014) En PC : + 3 % de biomasse valorisée - 33 % de récolte TechOvin 2015 - pâturage cellulaire 12
  13. 13. Le temps de travail Un temps de travail d’astreinte équivalent mais des tâches différentes 13
  14. 14. TechOvin 2015 - pâturage cellulaire 14 Les performances zootechniques Année 2014 Pâturage cellulaire Pâturage tournant Mises en lutte 153 brebis 160 brebis Fertilité 77,7 % 80,0 % Prolificité 2,02 1,64 Mortalité 17,1 % 20,0 % Productivité numérique 1,30 1,05 Agneaux vendus 199 168
  15. 15. Quelques éléments économiques • Plus de produits en PC : – agneaux produits / UMO : 9,8 t (PC) vs 8,3 t (PT) • Un niveau de charges identique, mais des postes différents : – En PC moins de charges en bâtiment – En PT moins de frais sanitaires – Des charges en aliments identiques 15
  16. 16. 16 26 cellules de 25 à 30 ares soit 7,8 ha Les Sicaudières : EPL Bressuire (79)
  17. 17. TechOvin 2015 - pâturage cellulaire 17 L’investissement Les Sicaudières : EPL Bressuire (79)
  18. 18. 18 Les Sicaudières : EPL Bressuire (79)
  19. 19. 5 parcelles de bon potentiel. Début mai : rga + dactyle + fétuque élevée = 67 % Tb = 23 % Les Sicaudières : EPL Bressuire (79) Suivi du paturage et productivité des prairies Chargement instantané moyen en 2015 = 290 brebis/ha
  20. 20. Adaptation à la pousse Mise à l’herbe 18 mars : 1 lot important avec passage très rapide (1 jour /parcelle). A partir du 10 avril : 2 lots en simultané jusqu’au 15 juillet (2- 3 jours par parcelle). 15 juillet au 3 août : 1 seul lot. du 3 au 21 août : complémentation en fourrage et passage puis 1 jour par parcelle. sicaudieres Mars Avril Mai Mai Juin Juillet Aout Septembre ILOTS Parcelle Surf. 90brebis sans agx 52agnelles 52agnelles90 brebis 77brebis pleines 80 b+6 béliers Campagne 2015 54 brebis + 70 agneaux + 20 réformes 10 15 20 25 30 4 9 14 19 24 29 4 23 28 39 14 19 24 29 3 8 Composition lot 8 13 18 42agnelles P1 0,30 P2 0,30 P3 0,30 P4 0,30 P5 0,30 P6 0,30 P7 0,30 P8 0,30 P9 0,30 P10 0,30 P11 0,32 P14 0,32 P15 0,32 P18 0,32 P17 0,32 P16 0,32 P13 0,32 P12 0,32 P19 0,30 P20 0,30 P21 0,30 P22 0,30 P23 0,25 P24 0,25 P25 0,25 P26 0,25 poids agneaux 21 11 10531262116 530252015 144 brebis 72 ageaux 10 kg 12 Ilot 20=1,20 ha Ilot 21=1,8 ha Ilot 7=2,60 ha Ilot 5=1,2 ha Ilot 1=1 ha Stades dactyle 27 VA+ 80 b a la repro + 6béliers Tonte Tont sevrage2juillet conduite deslots -du 16/03 au 4/04 =144brebis+72 agneaux -du 4/4 au 2/7 (sevrage)=2 lots: 54 brebis +60 agneaux+20 réformes et 90brebis - du 2/7 ...... 54b+20 ref=74 b etun lot de42 agnelles 26 j 21j 15j j 29j 29j 27 j épi5cm =500°j=13/4démarrage 250 ° j=13/3 début epi=800°j=5 mai épiaison 1000°j 20/5
  21. 21. Au 10 Octobre Une production de 7 à 10 t MS pour sur 6 à 8 passages selon les parcelles 206 jours de pâturage sur 7,80 ha ILOTS SURFACE NOMBRE DE PARCELL ES NOMBRE DE PASSAGE S Nombre de jours par passage NB MOYEN de BREBIS nb jours paturés /ha PRODUCTI ON DE MATIERE SECHE ILOT 20 1,2 4 6 1,9 87 24 8 880 ILOT 21 1,8 6 6 1,7 90 24 8 371 ILOT 7 2,6 8 8 1,8 89 28 10 030 ILOT 5 1,2 4 6 1,6 98 21 6 502 ILOT 1 1 4 5 1,9 69 37 6 850 TOTAL 7,8 26 64 670 MOYENNE 6 87 8 550 Depouillement du planning de paturage sicaudieres 2015 jusqu'au 10 Oct
  22. 22. Les atouts de la méthode: • Un pilotage du pâturage plus facile • Un pâturage homogène, et un piétinement limité du couvert • Une meilleure répartition des déjections • Maximise le potentiel de production • Une offre d’herbe de qualité, appétante, rapidement renouvelée • Une surface « moins » parasitée • Une surveillance facilitée
  23. 23. Les difficultés à surmonter… •La gestion de l’abreuvement •Caractéristiques du parcellaire •Adaptation de la conduite à la ressource en herbe (temps de passage , taille des lots , fauche, report sur pied) •L’absence d’abris dans certaines cellules •La transition alimentaire au sevrage pour des agneaux finis en bâtiment
  24. 24. TEMOIGNAGES D’ELEVEURS

×