Quels relais de croissance pour 
la filière viande bovine française ?
Evolutions des marchés et choix de 
productions : éléments de réflexion
Réseau d’Elevage du Bassin Charolais
Claude VINCEN...
A partir de l’exemple de la production 
charolaise
Source : Réseau d’Elevage Charolais, 
et données commerciales d’OP du b...
• Etat des lieux et données structurelles sur les 
productions
• Réflexions prospectives : 
• Evolutions des demandes/atte...
source: © Agreste – Recensements agricoles, traitement et cartographie: Institut de l’Elevage
Effectif par canton
Grand-Es...
Exploitations ayant plus de 20 vaches allaitantes
Naisseurs‐engraisseurs 
de très jeunes bovins
Des régions plus ou moins ...
Le bassin allaitant : une zone de 
production qui a des atouts
• Son potentiel vaches : 1,93 million de vaches de race à v...
Les types d’animaux produits dans le 
bassin charolais 
• Trois situations bien distinctes selon les catégories :
 les va...
Vaches
maigres
22%
Vaches
finies
78%
Les types d’animaux produits : 
les femelles charolaises 
D'après données structures ...
350
360
370
380
390
400
410
420
430
440
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
En...
320
330
340
350
360
370
380
390
400
410
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
St...
Les types d’animaux produits : 
les mâles charolais
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage ...
360
370
380
390
400
410
420
430
440
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
En ten...
Un zoom sur la production 
de mâles maigres
Poids
Prix
Saisonnalité
340
350
360
370
380
390
400
410
420
430
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
Un...
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
5%
8%
13%
22%
28%
17%
7%
% des effectifs
vendus
Moyenne 2001 à 2004
100 000 têtes /an
D'aprè...
0%
5%
10%
15%
20%
25%
30%
35%
3% 6%
12%
28%
33%
13%
5%
% des effectifs
vendus
D'après données structures commerciales
Trai...
0
3000
6000
9000
12000
15000
18000
21000
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Broutards Taurillons d'herb...
0
3000
6000
9000
12000
15000
18000
21000
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Broutards Taurillons d'herb...
Les principaux débouchés
• Le marché italien :
• devrait rester, pour le maigre, largement dominant en volume dans 
les pr...
Pour mieux répondre à la demande, 
il est nécessaire de  :
• S’appuyer sur la dynamique des prix en fonction des poids à l...
Selon les situations d’exploitation et les conjonctures : 
des charges par kg de gain, dans une fourchette entre 1,4 € (al...
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
Moyenne 2011 à 2014
3
21
€ / kg vif
2,20
2...
2,20
2,30
2,40
2,50
2,60
2,70
2,80
2,90
3,00
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil
280 - 320 kg 320 - 360 kg 360 - 400 kg 400 - ...
Sur cette période, peu de chance de voir une diminution du poids des 
broutards, compte tenu de la dynamique de hausse des...
D'après données structures commerciales
Traitement : Réseau d’Elevage Charolais
2
Moyenne 2011 à 2014
€ / kg vif
2,20
2,30...
Exemples + 40 kg en  1 mois
Poids et mois de 
vente
300 kg en 
août
340 kg en 
septembre
Prix au kg 2,77 € 2,66 €
Prix / t...
Quelques repères sur l’intérêt de la 
repousse sur un mois pour un gain 
de poids de 40 kg
• Un écart entre le prix au kg ...
-60
-40
-20
0
20
40
60
0,00 -0,05 -0,10 -0,15 -0,20 -0,25 -0,30
Ecarts entre les
prix des broutards
de 300 kget 340 kg
le ...
En conclusion…
• Le choix des conduites alimentaires se raisonne en 
recherchant, à l’échelle de l’exploitation, le meille...
En conclusion…
• Pas de contraintes techniques à une diminution modérée de poids des 
broutards
• Dans la gamme de poids a...
Merci de votre attention
Retrouvez les diaporamas 
de nos conférences sur 
idele.fr
Venez échanger avec nos 
ingénieurs
Ha...
0
3000
6000
9000
12000
15000
18000
21000
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Broutards
Saisonnalité des ...
0
3000
6000
9000
12000
15000
18000
21000
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc
Broutards
Saisonnalité des ...
Une dépendance au débouché italien…
• surtout pour le maigre • … moindre pour la viande
Source : GEB‐Institut de l’Elevage...
… une dépendance des 
engraisseurs italiens au maigre 
français
La part des broutards français dépasse 
régulièrement 85 %...
Une demande prévue à la hausse 
dans les pays en développement
…où démographie et pouvoir d’achat augmentent
… d’où de nouveaux marchés qui
émergent pour le maigre français
Exportations françaises de maigres hors UE
Source : GEB-In...
Quelques repères sur l’intérêt de la repousse
sur un mois pour un gain de poids de 80 kg
 Un écart entre le prix au kg de...
-40
-30
-20
-10
0
10
20
30
40
Défavorable
0,00 -0,05 -0,10 -0,15 -0,20
Ecarts entre les
prix des broutards
de 300 kget 340...
De novembre à février : une dynamique de prix stable,
une situation intermédiaire pour la repousse
3
Moyenne 2011 à 2014
€...
De novembre à février : une dynamique de prix stable,
une situation intermédiaire pour la repousse
Exemples + 40 kg en  1 ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Quels relais de croissance pour la filière viande bovine française ?

895 vues

Publié le

Sommet de l'Elevage 2015 - Claude Vincent, Jean Devun et Christelle Pineau (Institut de l'Elevage)

Publié dans : Ingénierie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
895
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
343
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Quels relais de croissance pour la filière viande bovine française ?

  1. 1. Quels relais de croissance pour  la filière viande bovine française ?
  2. 2. Evolutions des marchés et choix de  productions : éléments de réflexion Réseau d’Elevage du Bassin Charolais Claude VINCENT Jean DEVUN Christèle PINEAU  7 Octobre 2015
  3. 3. A partir de l’exemple de la production  charolaise Source : Réseau d’Elevage Charolais,  et données commerciales d’OP du bassin charolais Plus de 650 000 données dont plus 470 000 en Charolais
  4. 4. • Etat des lieux et données structurelles sur les  productions • Réflexions prospectives :  • Evolutions des demandes/attentes des marchés • Conséquences possibles sur les choix de production Les points  abordés
  5. 5. source: © Agreste – Recensements agricoles, traitement et cartographie: Institut de l’Elevage Effectif par canton Grand-Est 465 000 VA Charolais (1 005 000) Limousin (550 000) Rustique et autres races (370 000) Centre + Sud-Est 1 930 000 VA Grand-Ouest 980 000 VA Sud-Ouest 635 000 VA Des régions plus ou moins spécialisées,  des marchés et des systèmes différents
  6. 6. Exploitations ayant plus de 20 vaches allaitantes Naisseurs‐engraisseurs  de très jeunes bovins Des régions plus ou moins spécialisées,  des marchés et des systèmes différents
  7. 7. Le bassin allaitant : une zone de  production qui a des atouts • Son potentiel vaches : 1,93 million de vaches de race à viande • Des exploitations spécialisées et modernisées  • Un tissu d’entreprises privées et coopératives bien implantées, aussi  bien en maigres qu’en gras  • Une zone de production bien positionnée aussi bien pour les  débouchés français et que d’Europe du Sud • Des gains de production possibles et accessibles sur les surfaces en herbe  et « peu » de contraintes agri environnementales, sauf MAE spécifiques 
  8. 8. Les types d’animaux produits dans le  bassin charolais  • Trois situations bien distinctes selon les catégories :  les vaches de réforme : un marché franco‐français  les mâles : un marché export dominant surtout pour  le maigre ; et une destination finale très majoritaire,  le jeune bovin  les génisses : une situation quasi intermédiaire entre  marché export (maigre pour des carcasses « légères ») et  marché français (carcasses « lourdes »)
  9. 9. Vaches maigres 22% Vaches finies 78% Les types d’animaux produits :  les femelles charolaises  D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Les vaches Les génisses Génisses maigres 64% Génisses finies 36%
  10. 10. 350 360 370 380 390 400 410 420 430 440 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais En tendance : +2,4 kg / an Kg de  carcasse Evolution du poids moyen  de carcasse des vaches charolaises
  11. 11. 320 330 340 350 360 370 380 390 400 410 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Stabilisation depuis 2007,  Auparavant : + 3 kg / an Kg de  carcasse Evolution du poids moyen  de carcasse des génisses charolaises
  12. 12. Les types d’animaux produits :  les mâles charolais D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Mâles maigres 82% Jeunes bovins 17 % Bœufs 1%
  13. 13. 360 370 380 390 400 410 420 430 440 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais En tendance : + 1,1 kg /an Kg de  carcasse Evolution du poids moyen  des jeunes bovins charolais
  14. 14. Un zoom sur la production  de mâles maigres Poids Prix Saisonnalité
  15. 15. 340 350 360 370 380 390 400 410 420 430 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Une quasi‐stabilité autour de 400 kg qui cache des  évolutions : moins de taurillons d’herbe, moins de  broutards « de 300 kg » (standardisation) Kg de  poids vif Evolution du poids moyen  des mâles maigres charolais
  16. 16. 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 5% 8% 13% 22% 28% 17% 7% % des effectifs vendus Moyenne 2001 à 2004 100 000 têtes /an D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Répartition des lots de mâles maigres  charolais selon les classes de poids… 63%
  17. 17. 0% 5% 10% 15% 20% 25% 30% 35% 3% 6% 12% 28% 33% 13% 5% % des effectifs vendus D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Moyenne 2011 à 2014 150 000 têtes /an Répartition des lots de mâles maigres  charolais selon les classes de poids… 73 %
  18. 18. 0 3000 6000 9000 12000 15000 18000 21000 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Broutards Taurillons d'herbe Poids moyen 411 412 408 401 403 404 398 400 398 393 392 406 Moyenne 2011 à 2014 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Nb têtes Saisonnalité, trois conduites complémentaires  en fonction des périodes de vêlages : broutards,  broutards repoussés et taurillons maigres 
  19. 19. 0 3000 6000 9000 12000 15000 18000 21000 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Broutards Taurillons d'herbe Moyenne 2011 à 2014 Prix moyen kg vif 2,44 2,44 2,48 2,55 2,56 2,64 2,64 2,67 2,62 2,56 2,48 2,47 D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Nb têtes Saisonnalité, trois conduites complémentaires  en fonction des périodes de vêlages : broutards,  broutards repoussés et taurillons maigres
  20. 20. Les principaux débouchés • Le marché italien : • devrait rester, pour le maigre, largement dominant en volume dans  les prochaines années • moins de preneur pour le maigre lourd (durée d’engraissement en  Italie, poids à l’abattage…) • une gamme de poids optimum : 400 – 430 kg  • une saisonnalité à améliorer • Des marchés émergents à confirmer/stabiliser : • à ce jour, des volumes modestes comparativement aux marchés  italien et espagnol,   • des maigres plus légers par rapport à la production actuelle : 280‐ 300 kg Quelles conséquences au niveau des choix de production  à l’échelle des exploitations ?
  21. 21. Pour mieux répondre à la demande,  il est nécessaire de  : • S’appuyer sur la dynamique des prix en fonction des poids à la  vente et sur les charges de production afférentes à  l’alourdissement • Tenir compte des productions actuelles : compromis entre les  conditions de production à l’échelle de l’élevage, et la demande et  les prix de marché • Fixer la variation de poids acceptable sans remettre en cause le  fonctionnement global de l’exploitation
  22. 22. Selon les situations d’exploitation et les conjonctures :  des charges par kg de gain, dans une fourchette entre 1,4 € (aliment  fermier) et 1,9 € (aliment du commerce), voire 1 à 1,2 € sur la base des charges  de production en exploitation herbagère D'après travaux du Réseau d’Elevage Charolais La gamme des charges par kg de gain  en situation de repousse • Ces charges dépendent :  • des types de rations • de l’origine des aliments concentrés : • céréales prélevés + achat de complémentaires azotés • tous les aliments concentrés achetés • des méthodes de calcul : prix de cession, charges de production
  23. 23. D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Moyenne 2011 à 2014 3 21 € / kg vif 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Janv 280 - 320 kg 320 - 360 kg 360 - 400 kg 400 - 440 kg 440 - 480 kg > 480 kg 3 21 Dynamique des prix au kg  des broutards charolais selon  les classes de poids
  24. 24. 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil 280 - 320 kg 320 - 360 kg 360 - 400 kg 400 - 440 kg 440 - 480 kg > 480 kg D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais 1 Moyenne 2011 à 2014 € / kg vif De janvier à juin : une dynamique de  prix à la hausse, la situation la plus  favorable à la repousse 
  25. 25. Sur cette période, peu de chance de voir une diminution du poids des  broutards, compte tenu de la dynamique de hausse des prix Exemples + 40 kg en  1 mois Poids et mois de  vente 300 kg en  février 340 kg en  mars Prix au kg 2,69 € 2,65 € Prix / tête 807 € 901 € Plus‐value /tête 94 € Valorisation des kg  supplémentaires 2,35 € + 80 kg en  2 mois 300 kg en  février 380 kg en  avril 2,69 € 2,60 € 807 € 988 € 181 € 2,26 € Moyenne 2011 à 2014 ‐0,04 Fourchette charges de production : 1,4 à 1,9 € par kg de gain De janvier à juin : une dynamique de  prix à la hausse, la situation la plus  favorable à la repousse  ‐0,09
  26. 26. D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais 2 Moyenne 2011 à 2014 € / kg vif 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00 Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc 280 - 320 kg 320 - 360 kg 360 - 400 kg 400 - 440 kg 440 - 480 kg > 480 kg 2 D’août à novembre : une dynamique  de prix à la baisse,  la situation la  moins favorable à la repousse
  27. 27. Exemples + 40 kg en  1 mois Poids et mois de  vente 300 kg en  août 340 kg en  septembre Prix au kg 2,77 € 2,66 € Prix / tête 831 € 904 € Plus‐value /tête 73 € Valorisation des kg  supplémentaires 1,83 € + 80 kg en  2 mois 300 kg en  août 380 kg en  octobre 2,77 € 2,54 € 831 € 965 € 134 € 1,68 € Sur cette période, une diminution du poids des broutards aura des  conséquences sur le résultat économique global, sauf en situation où les  charges d’alimentation sont faibles Fourchette charges de production : 1,4 à 1,9 € par kg de gain ‐0,11 Moyenne 2011 à 2014 D’août à novembre : une dynamique  de prix à la baisse,  la situation la  moins favorable à la repousse ‐ 0,23
  28. 28. Quelques repères sur l’intérêt de la  repousse sur un mois pour un gain  de poids de 40 kg • Un écart entre le prix au kg des broutards de 280 – 320 kg  à un  mois donné et le prix attendu des broutards de 320‐360 kg le mois  suivant : de l’ordre de 0,15 € permet juste de couvrir les charges de  production liées à l’alourdissement en situation « aliment  fermier »
  29. 29. -60 -40 -20 0 20 40 60 0,00 -0,05 -0,10 -0,15 -0,20 -0,25 -0,30 Ecarts entre les prix des broutards de 300 kget 340 kg le mois suivant en €/kg Plus-value – charges de production en € / tête Favorable Défavorable -0,20 -0,25 -0,30 Base de calcul : - charges de production 1,4 € (aliment fermier) - conjoncture : moyenne 2011-2014 Quelques repères sur l’intérêt de la repousse   sur 1 mois pour un gain de poids de 40 kg
  30. 30. En conclusion… • Le choix des conduites alimentaires se raisonne en  recherchant, à l’échelle de l’exploitation, le meilleur  compromis, entre : • les périodes de naissance et de vente des animaux, • les gammes de poids et d’âges recherchés par les  marchés, • les niveaux de prix de ventes attendus, • le coût des intrants nécessaires pour atteindre ses  objectifs. Une diversité de situations individuelles
  31. 31. En conclusion… • Pas de contraintes techniques à une diminution modérée de poids des  broutards • Dans la gamme de poids acceptée par les marchés, l’intérêt à alourdir est  fonction :  • de la dynamique des prix en fonction des classes de poids • des charges de production liées à cet alourdissement • Pour être incitatifs et favoriser des ventes de broutards plus légers, les écarts  de prix entre les classes de poids devraient s’accentuer en faveur des  broutards moins lourds.  Cela va dépendre de la dynamique des prix et des charges de production
  32. 32. Merci de votre attention Retrouvez les diaporamas  de nos conférences sur  idele.fr Venez échanger avec nos  ingénieurs Hall 1, stand C 77
  33. 33. 0 3000 6000 9000 12000 15000 18000 21000 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Broutards Saisonnalité des broutards et broutards repoussés D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Moyenne 2011 à 2014 Nb têtes 411 411 407 400 375 379 384 395 395 392 392 405 Poids moyen
  34. 34. 0 3000 6000 9000 12000 15000 18000 21000 Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Broutards Saisonnalité des broutards et broutards repoussés D'après données structures commerciales Traitement : Réseau d’Elevage Charolais Moyenne 2011 à 2014 Nb têtes 2,44 2,44 2,49 2,56 2,64 2,72 2,68 2,69 2,63 2,57 2,48 2,47 Prix moyen kg vif
  35. 35. Une dépendance au débouché italien… • surtout pour le maigre • … moindre pour la viande Source : GEB‐Institut de l’Elevage, d’après Douanes françaises et Eurostat Italie = 79% en têtes 82% en valeur  Italie = 40% en tonnes 43% en valeur 
  36. 36. … une dépendance des  engraisseurs italiens au maigre  français La part des broutards français dépasse  régulièrement 85 % des achats de maigre des  engraisseurs italiens Au final, une interdépendance franco-italienne
  37. 37. Une demande prévue à la hausse  dans les pays en développement …où démographie et pouvoir d’achat augmentent
  38. 38. … d’où de nouveaux marchés qui émergent pour le maigre français Exportations françaises de maigres hors UE Source : GEB-Institut de l’Elevage, d’après Douanes françaises et Eurostat Des nouveaux marchés à confirmer/stabiliser Une demande de broutards dans une gamme de poids souhaitée de 280 à 320 kg
  39. 39. Quelques repères sur l’intérêt de la repousse sur un mois pour un gain de poids de 80 kg  Un écart entre le prix au kg des broutards de 280 – 320 kg à un mois donné et le prix attendu des broutards de 360-400 kg le mois suivant : • de l’ordre de 0,27 € permet juste de couvrir les charges de production liées à l’alourdissement en situation « aliment fermier » • de l’ordre de 0,17 € permet juste de couvrir les charges de production liées à l’alourdissement en situation « aliment du commerce »
  40. 40. -40 -30 -20 -10 0 10 20 30 40 Défavorable 0,00 -0,05 -0,10 -0,15 -0,20 Ecarts entre les prix des broutards de 300 kget 340 kg le mois suivant en €/kg Plus-value – charges de production en € / tête Quelques repères sur l’intérêt de la repousse sur 2 mois pour un gain de poids de 40 kg Base de calcul : - charges de production 1,9 € (aliment du commerce) - conjoncture : moyenne 2011-2014 Favorable Défavorable -0,15 -0,20
  41. 41. De novembre à février : une dynamique de prix stable, une situation intermédiaire pour la repousse 3 Moyenne 2011 à 2014 € / kg vif 2,20 2,30 2,40 2,50 2,60 2,70 2,80 2,90 3,00 Oct Nov Déc Janv Fév Mars 280 - 320 kg 320 - 360 kg 360 - 400 kg 400 - 440 kg 440 - 480 kg > 480 kg
  42. 42. De novembre à février : une dynamique de prix stable, une situation intermédiaire pour la repousse Exemples + 40 kg en  1 mois Poids et mois de  vente 300 kg en  décembre 340 kg en  janvier Prix au kg 2,64 € 2,54 € Prix / tête 792 € 864 € Plus‐value /tête 72 € Valorisation des kg  supplémentaires 1,80 € + 80 kg en  2 mois 300 kg en  décembre 380 kg en  février 2,64 € 2,48 € 792 € 942 € 150 € 1,88 € Sur cette période, une diminution du poids des broutards aura des  conséquences limitées sur le résultat économique global, hormis les  situations où tous les aliments concentrés sont achetés Moyenne 2011 à 2014 ‐ 0,10 ‐ 0,16 Fourchette charges de production : 1,4 à 1,9 € par kg de gain

×