SlideShare une entreprise Scribd logo
ÉLÉMENTS DE TOXICOCINÉTIQUE
ABSORPTION
DISTRIBUTION
MÉTABOLISME (biotransformation)
EXCRÉTION des xénobiotiques
février 21
Dr. François Parant
Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
DISTRIBUTION
Cas N° 2 : diffusion
extracellulaire (sang +
interstitium)
Cas N° 3 : diffusion
extracellulaire et intracellulaire
Cas N° 4 : accumulation
intracellulaire
= répartition du toxique dans l’organisme
février 21
Cas N° 1 : diffusion
exclusivement sanguine
Plusieurs cas de figures
Le corps humain contient entre 4 et 7 litres de sang, en moyenne. On peut
calculer approximativement la quantité de sang contenu dans le corps avec
cette formule : masse (en kg) x 0,07 = volume de sang (en litres)
Cas N° 5 : accumulation +/-
spécifique dans certains
organes ou tissus
(exemple : accumulation du plomb
dans les os)
DISTRIBUTION
= répartition du toxique dans l’organisme
février 21
Sang
Tissus / Organes
Barrières tissulaires
Cellules
Membrane cellulaire
Membranes intracellulaires
(ex : membrane nucléaire)
Cibles intracellulaires
o Barrière hémato-encéphalique :
sanctuarise le cerveau
o Barrière fœto-placentaire :
sanctuarise le fœtus
Barrière hémato-encéphalique
février 21
sanctuarise le cerveau
Alors que notre cerveau ne représente que 2 %
du poids de notre corps, il consomme à peu près
20 % de l'énergie disponible à notre corps !
LES VAISSEAUX SANGUINS – Rappels anatomiques
février 21
Artères Veines
Artérioles Veinules
Capillaires
• Vaisseaux de petit diamètres
(5 et 30 µm)
• Paroi très fine
LES CAPILLAIRES
février 21
Apports d'oxygène, d'eau, d'ions,
de nutriments, évacuation du gaz
carbonique, etc.
o Zones d’échanges
o Pour atteindre les tissus/organes, les xénobiotiques toxiques présents dans
le sang doivent traverser la paroi des capillaires
février 21
On distingue plusieurs types de capillaires sanguins
o Les capillaires continus
Les plus courants
o Les capillaires fenestrés
Leur endothélium est percé de
« micro-pores » (pores de diamètre ≈
70 nm), ce qui rend ces capillaires très
perméables aux liquides.
Intestins, reins, …
o Les capillaires sinusoïdes
Espaces importants entre les
cellules endothéliales (pores de 1
à 3 μm)
+ membrane basale discontinue
Foie, rate…
Perméabilité
LES CAPILLAIRES
BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉPHALIQUE
février 21
À l’opposé, les capillaires cérébraux :
o … présentent des jonctions « serrées » entres les
cellules endothéliales
o … ont une membrane basale continue
o … sont recouvert de prolongements
cytoplasmiques de cellules appelées Astrocytes =
pieds astrocytaires jointifs
= barrière hémato-encéphalique (BHE)
La barrière hémato-encéphalique assure un rôle de protection du système nerveux central
contre les agents pathogènes, les toxines et autres substances présentes dans le sang.
BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉPHALIQUE
février 21
NEUROTOXIQUES
février 21
Certaines xénobiotiques lipophiles peuvent traverser la BHE
o Certains médicaments : anesthésiques, psychotropes, etc.
o Neurotoxiques : organomercuriels, plomb tétraéthyle, certains
pesticides, solvants organiques, etc.
février 21
Différents mécanismes de passage à travers la BHE
NEUROTOXIQUES
Le rôle protecteur de la « barrière fœto-placentaire »
… réel mais incomplet !
février 21
LE PLACENTA
février 21
Zone d’échange entre la circulation fœtale et maternelle
LA CIRCULATION FŒTALE
février 21
Circulation postnatale
Circulation fœtale
Le rôle protecteur de la « barrière fœto-placentaire »
La protection du fœtus par la barrière fœto-placentaire est imparfaite
… réel mais incomplet !
Exemples de médicaments et toxiques tératogènes et/ou fœtotoxiques
 Thalidomide
Médicament utilisé durant les années 1950-60 comme anti-nauséeux chez les femmes enceintes.
Ce médicament s’est révélé être tératogène
 Analogues de la vitamine A (ROACCUTANE®, ISOTREX®) (traitement de l’acné)
 Anticonvulsivants : potentialité neurotoxique en particulier le valproate de sodium
(DEPAKINE®)
 Alcool
o Syndrome d’alcoolisation fœtal
février 21
• Certains virus (rubéole, virus Zika, …)
• Certaines bactéries (listeria, …)
• Certains parasites (toxoplasma gondii, …)
• Certains xénobiotiques (toxiques ou médicaments)
… peuvent la traverser
Malformations sous THALIDOMIDE
février 21
Doigts surnuméraires sur les pieds. Phocomélie : absence de la partie moyenne
des membres, les mains et les pieds semblent
être directement attachés au tronc
DE L’EMBRYON AU FŒTUS
février 21
o Période embryonnaire : 8ères semaines
DE L’EMBRYON AU FŒTUS
février 21
o Période embryonnaire : sensibilité +++ aux agents tératogènes
Anomalies majeures
février 21
Take Home
Message
Une salariée enceinte est-elle obligée
de révéler sa grossesse à son
employeur ?
La loi prévoit uniquement l'obligation
d'informer l'employeur avant de
partir en congé maternité
Une femme enceinte exposée aux
Agents Chimiques Dangereux doit
avertir le plus précocement possible
le médecin du travail
LÉGISLATION
février 21
Code Libellé Classe(s) et catégorie(s) de danger associées
H360 Peut nuire à la fertilité
ou au fœtus
• Toxicité pour la reproduction, catégories 1A et 1B
H361 Susceptible de nuire à
la fertilité ou au fœtus
• Toxicité pour la reproduction, catégorie 2
Code Libellé Classe(s) et catégorie(s) de danger associées
H362 Peut être nocif pour
les bébés nourris au
lait maternel
• Toxicité pour la reproduction, catégorie supplémentaire :
effet sur ou via l’allaitement
février 21
Important
Il est interdit d’affecter une femme enceinte ou allaitant à un poste de travail l’exposant à des agents
chimiques classés toxiques pour la reproduction de catégorie 1A et 1B, selon la classification CLP
LÉGISLATION
février 21
PICTOGRAMMES DE DANGERS et MENTIONS DE DANGERS
… selon la classification CLP
Diffusion INTRACELLULAIRE
février 21
Diffusion à travers
 la membrane cellulaire
 les membranes intracellulaires
Structure de la MEMBRANE CELLULAIRE
février 21
Les composants-clé des membranes biologiques
sont les phospholipides.
Ils ont la capacité de s'auto-organiser en un
double feuillet, leurs têtes hydrophiles pointant
vers l'extérieur et leurs chaînes hydrophobes
pointant vers l'intérieur de la membrane
MEMBRANE CELLULAIRE
Certains toxiques peuvent traverser la membrane cellulaire
février 21
MEMBRANES INTRACELLULAIRES
février 21
Membrane nucléaire
protège le noyau
Membranes mitochondriales
protègent les mitochondries
Agents génotoxiques
Poisons de la chaîne respiratoire
(ex : cyanures)
ÉLÉMENTS DE TOXICOCINÉTIQUE
ABSORPTION
DISTRIBUTION
MÉTABOLISME (biotransformation)
EXCRÉTION des xénobiotiques
février 21
Principes généraux de l’élimination des xénobiotiques
NON
MÉTABOLISÉ
Élimination urinaire
 URINES
Reins
MÉTABOLISÉ
Foie +++
Intestins
Poumons
Reins
Métabolisme phase I
= fonctionnalisation
Métabolisme phase II
= conjugaison
Élimination biliaires
 FÈCES
février 21
NOTION DE CLAIRANCE
L’organisme ne peut épurer qu’un volume constant de plasma par unité de temps
= clairance total
1 minute
Volume épuré en 1
minute = clairance
Q 1 = Vp x Cp1
Q = quantité de xénobiotique présent dans le plasma
Vp = volume plasmatique
Cp = concentration plasmatique
1 minute
Volume épuré en 1
minute = clairance
Équilibre
Q 2 = Vp x Cp2
Cp2 < Cp1
Équilibre
Q 3 = Vp x Cp3
Cp3 < Cp2
Etc.
février 21
concentrations
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
0 20 40 60 80 100
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
0 20 40 60 80 100
temps
Vitesse de décroissance
proportionnelle aux
concentrations
 Vitesse de décroissance des [C] sanguines des toxiques
dC/dt = -kC
Ct = C0 . e-kt
février 21
NOTION DE CLAIRANCE
NOTION DE CLAIRANCE
 Temps de demi-vie
1 T1/2 = 50 % dose éliminée
2 T1/2 = 75 % dose éliminée
3 T1/2 = 87 % dose éliminée
4 T1/2 = 90 % dose éliminée
5 T1/2 = 97 % dose éliminée
Ct = C0 . e-kt
T1/2 = Ln2/k
février 21
½ C0 = C0 . e-kT1/2
 T1/2 = Ln2/k
 ½ = e-kT1/2
 ln(½) = -kT1/2
 ln(2) = kT1/2
Clairance rénale Clairance hépatique
Clairance
totale
Clairance total = clairance rénale + clairance hépatique
Excrétion Métabolisme
février 21
NOTION DE CLAIRANCE
LE FOIE
février 21
RAPPELS ANATOMIQUES
LES HÉPATOCYTES et CELLULES BILIAIRES
février 21
LES FONCTIONS HÉPATIQUES
UN RÔLE de FILTRE, de MÉTABOLISME et
d’ÉLIMINATION des XÉNOBIOTIQUES
Le foie possède, aussi, un rôle important de
filtre.
Il contribue à débarrasser le sang des toxines en
altérant la structure chimique de ces dernières
et en les excrétant dans la bile.
Il a également un rôle de défense immunitaire
et de filtre de germes d'origine intestinale.
Un organe aux multiples fonctions
UNE IMPORTANTE FONCTION MÉTABOLIQUE
INTERNE
Il remplit plusieurs fonctions importantes,
notamment le stockage du glucose (sous forme
de glycogène), la synthèse des protéines
(albumine, facteurs de coagulation, etc.) et le
métabolisme du cholestérol.
Les hépatocytes jouent un rôle essentiel dans la
régularisation de la plupart des fonctions
métabolique et dans l'équilibre des produits
chimiques contenus dans le sang.
février 21
Tous les xénobiotiques absorbés au niveau intestinal sont transportés vers le foie
avant d’atteindre la circulation générale
LE FOIE : rappels anatomiques
février 21
LE FOIE : rappels anatomiques
o Cet organe est situé sous le diaphragme,
… dans le quadrant supérieur droit de l'abdomen
février 21
LE FOIE : rappels anatomiques
o C'est un gros organe gorgé de sang
o Il est entouré par une capsule, la
capsule de Glisson
Bile et voies biliaires
o La bile est secrétée est par le foie
o Elle s'évacue dans le duodénum par
les voie biliaires
o En dérivation de la voie biliaire
principale, la vésicule biliaire sert de
réservoir de la bile.
Le foie a la capacité d’éliminé les
toxiques (métabolisés ou non) par
voies biliaires
Mais tous les métabolites produits par le foie ne
sont pas éliminés par les voies biliaires
février 21
LES FONCTIONS HÉPATIQUES
 Les cellules du foie
o Les hépatocytes
o Les cellules biliaires
 Les lobules hépatiques = unités fonctionnelles
du foie
Forme hexagonale
Bile
Canalicule
biliaire
Veine
périphérique
Veine centrale
Lobule
hépatique
Sang Sang
MÉTABOLISME HÉPATIQUE DES XÉNOBIOTIQUES
février 21
POURQUOI et COMMENT
…. l’organisme métabolise les xénobiotiques ?
février 21
 … sont le plus souvent des molécules hydrophobes
difficilement excrétables
(pénètrent assez facilement dans les cellules, peu solubles dans les urines, etc.)
 Le métabolisme des xénobiotiques permet d’obtenir des métabolites
hydrophiles et donc plus aisément excrétables.
POURQUOI
l’organisme métabolise les xénobiotiques ?
Les xénobiotiques
COMMENT
l’organisme métabolise les xénobiotiques ?
février 21
Cellules
Hydrosolubilité
février 21
Métabolisme de phase I
= fonctionnalisation
Le métabolisme de phase I est essentiellement (mais
pas uniquement) soit :
• une hydroxylation (ajout d’un fonction OH)
• une déalkylation (retrait d’un groupement -R)
• une oxydation
Les enzymes de phase I sont
essentiellement représentées par la
famille des cytochromes P450
Métabolisme de phase II
= conjugaison
février 21
Essentiellement :
- Glucuroconjugaison
enzyme : uridine diphospho glucuronyl-
transferase = UDPGT = UGT
- Sulfoconjugaison
enzyme : sulfo-tranférases
Exemple : Detoxification of 3-hydroxybenzo[a]pyrene,
a toxic component of tobacco smoke. Glucuronidation
by transfer of glucuronate from UDP-glucuronate
converts the nonpolar toxin to a polar compound more
easily removed by the kidneys
Exemple :
février 21
Métabolisme du styrène chez
l’homme
Utilisé dans la fabrication du
polystyrène et de matériaux composites
SUJET
février 21
Exposition professionnelle au Styrène
Toxicité chez l’homme
Valeurs Limites d'Exposition Professionnelle
Surveillance biologique de l'exposition
Prévention
LE MÉTABOLISME TOXIFIANT
février 21
CAS GÉNÉRAL : le(s) métabolites(s) sont moins toxiques que la
molécule mère
… mais pas toujours !
Dans certains cas, le(s) métabolite(s) peuvent être plus toxiques
que la molécule mère
 Il s’agit alors d’un métabolisme dit « toxifiant »
(= activation métabolique)
février 21
Exemple (1) :
métabolisme toxifiant du benzo(a)pyrène
Se fixe sur l’ADN des cellules
Cancers pulmonaires
o Mutagène
o Cancérogène
février 21
Exemple (2) :
métabolisme toxifiant du chlorure de vinyl
Cancers hépatiques
•Angiosarcomes tumeurs de
très mauvais pronostic
•Carcinomes hépatocellulaires
La polymérisation du chlorure de vinyl permet la fabrication
du polychlorure de vinyle (PVC = polyvinyl chloride)
L’oxyde de chloroéthylène se fixe sur
l’ADN des cellules
o Mutagène
o Cancérogène
février 21
Exemple (2) :
métabolisme toxifiant du chlorure de vinyl
février 21
Exemple (3) :
métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1
Contamination des denrées
alimentaires par l’aflatoxine B1
Les aflatoxines sont des toxines produites par des moisissures (mycotoxines) appartement au
genre Aspergillus
…. champignons pouvant se développer et
produire les toxines plus facilement dans les
régions chaudes et humides des pays
d'Afrique, d'Asie ainsi que l’Inde
février 21
Exemple (3) :
métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1
Contamination des denrées
alimentaires par l’aflatoxine B1
Cancers hépatiques
Retard de croissance
Impact sur la Santé
Animale
Impact sur la Santé
Humaine
staple food : nourriture de base
Céréales, arachides
contaminées par des
aspergillus
Prolifération des
aspergillus – production
de mycotoxines
février 21
Exemple (3) :
métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1
Contamination des denrées
alimentaires par l’aflatoxine B1
Lutte biologique
https://www.youtube.com/watch?v=aNtqRBfsqQY
Contrôles sanitaires : surveillance du taux de
contamination en mycotoxines dans les denrées
alimentaires
LE MÉTABOLISME - En résumé
février 21
BIOPERSISTANCE
février 21
Définition et exemples
Conséquences :
o Bioaccumulation
o Bioamplification
BIOPERSISTANCE
Exemple (1) la dioxine dite de Seveso
février 21
 La 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine ou TCDD, surnommée dioxine de
Seveso (en référence à la catastrophe de Seveso), est une molécule de la
famille des polychlorodibenzo-p-dioxines
La demi-vie du TCDD dans le corps humain est de 5–10 ans,
en raison :
o d'une forte lipophilie
o de l'absence de métabolisation
La catastrophe de Seveso s'est produite le 10 juillet 1976.
Un nuage contenant de la dioxine s'est échappé d'un réacteur de l'usine
chimique Icmesa, située dans la commune de Meda, et s'est répandu sur
la plaine lombarde en Italie. Quatre communes, dont Seveso, ont été
touchées
p-dioxine
 C'est l'une des dioxines les plus toxiques pour l'homme, et la seule
considérée comme cancérigène.
février 21
BIOPERSISTANCE
Exemple (2) le Plomb
Lead = plomb
La demi-vie du plomb dans les os est de
10–30 ans
février 21
BIOPERSISTANCE
Exemple (3) le Cadmium
La demi-vie biologique du produit dans l'organisme
est très longue : 10 à 20 ans
 Le cadmium s'accumule surtout dans le foie et les reins
 Dans les tissus, le cadmium est lié à la métallothionéine, protéine riche en
groupement sulfhydriles dont la synthèse - surtout hépatique - est induite
par le métal lui-même
BIOPERSISTANCE
février 21
Définition et exemples
Conséquences :
o Bioaccumulation
o Bioamplification
BIOACCUMULATION
février 21
Quantité absorbée
par unité de temps > Capacité d’élimination
par unité de temps
BIOACCUMULATION
Les substances les plus biopersistantes (t1/2 long) sont celles qui
ont un potentiel de bioaccumulation le plus élevé
BIOACCUMULATION
février 21
Exemple : bioaccumulation de certains polluants comme les PCB
dans la chair de poisson
BIOACCUMULATION
février 21
Comme le cadmium ne passe
pas la barrière placentaire, le
fœtus ne contient pas plus de
1 µg de cadmium
Le cadmium du sol est préférentiellement capté par
certaines plantes, dont le tabac (raison pour laquelle les
fumeurs ont des taux élevés de cadmium)
… mais à l’âge adulte
l’organisme en contient de
30 à 40 mg soit 30 à 40 000
fois plus
Exemple : bioaccumulation du cadmium chez l’homme
BIOPERSISTANCE
février 21
Définition et exemples
Conséquences :
o Bioaccumulation
o Bioamplification
BIOAMPLIFICATION
février 21
Bioamplification :
augmentation des concentrations d'un polluant au
sein d'organismes du bas vers le haut de la chaîne
trophique (ou alimentaire).
En anglais : biomagnification
BIOAMPLIFICATION
février 21
Exemple du
méthylmercure

Contenu connexe

Tendances

05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques
François PARANT
 
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIENOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
kristinacraft1
 
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
divineviho
 
BTS diététique Composition de la matiere
BTS diététique Composition de la matiereBTS diététique Composition de la matiere
BTS diététique Composition de la matiere
FranckRencurel
 
BTS diététique Vitamines hydrosolubles
BTS diététique Vitamines hydrosolublesBTS diététique Vitamines hydrosolubles
BTS diététique Vitamines hydrosolubles
FranckRencurel
 
BTS diététique Les lipides
BTS diététique Les lipidesBTS diététique Les lipides
BTS diététique Les lipides
FranckRencurel
 
04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques
François PARANT
 
Intoxication au CO
Intoxication au COIntoxication au CO
Intoxication au CO
Patou Conrath
 
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdfKaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
kaabimene
 
BTS diététique Equilibre acido basique
BTS diététique Equilibre acido basiqueBTS diététique Equilibre acido basique
BTS diététique Equilibre acido basique
FranckRencurel
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
arezki sadoudi
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
SenouciKhadidja
 
BTS diététique Metabolisme de l'azote
BTS diététique Metabolisme de l'azoteBTS diététique Metabolisme de l'azote
BTS diététique Metabolisme de l'azote
FranckRencurel
 
BTS diététique Notions de Toxicologie
BTS diététique Notions de Toxicologie BTS diététique Notions de Toxicologie
BTS diététique Notions de Toxicologie
FranckRencurel
 
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
Patou Conrath
 
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesToxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
François PARANT
 
Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)
killua zoldyck
 
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASEDESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
Sandro Zorzi
 
Exploration de la fonction renale
Exploration de la fonction renaleExploration de la fonction renale
Exploration de la fonction renale
MBOUSSOU Yoan
 
Embryologie 01
Embryologie 01Embryologie 01
Embryologie 01
larajakson
 

Tendances (20)

05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques
 
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIENOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
 
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
2 Medicamentprincipesdechimiepertinentsla pharmacologie(GC12092016MrCORNAIRE.pdf
 
BTS diététique Composition de la matiere
BTS diététique Composition de la matiereBTS diététique Composition de la matiere
BTS diététique Composition de la matiere
 
BTS diététique Vitamines hydrosolubles
BTS diététique Vitamines hydrosolublesBTS diététique Vitamines hydrosolubles
BTS diététique Vitamines hydrosolubles
 
BTS diététique Les lipides
BTS diététique Les lipidesBTS diététique Les lipides
BTS diététique Les lipides
 
04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques
 
Intoxication au CO
Intoxication au COIntoxication au CO
Intoxication au CO
 
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdfKaab imene Ecotoxicologie.pdf
Kaab imene Ecotoxicologie.pdf
 
BTS diététique Equilibre acido basique
BTS diététique Equilibre acido basiqueBTS diététique Equilibre acido basique
BTS diététique Equilibre acido basique
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
 
Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.Chapitre 1Microbiologie générale.
Chapitre 1Microbiologie générale.
 
BTS diététique Metabolisme de l'azote
BTS diététique Metabolisme de l'azoteBTS diététique Metabolisme de l'azote
BTS diététique Metabolisme de l'azote
 
BTS diététique Notions de Toxicologie
BTS diététique Notions de Toxicologie BTS diététique Notions de Toxicologie
BTS diététique Notions de Toxicologie
 
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
Solutes de perfusion-_ifsi_st_antoine_carole_beaumanoir-de-premont_lauriane_g...
 
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesToxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
 
Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)
 
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASEDESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
DESORDRES DE L’EQUILIBRE ACIDE-BASE
 
Exploration de la fonction renale
Exploration de la fonction renaleExploration de la fonction renale
Exploration de la fonction renale
 
Embryologie 01
Embryologie 01Embryologie 01
Embryologie 01
 

Similaire à 02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie

Lecture 3 Phagocytic Cells
Lecture 3 Phagocytic CellsLecture 3 Phagocytic Cells
3º ESO Chapitre 1
3º ESO Chapitre 13º ESO Chapitre 1
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
SoMezouar
 
BTS diététique La cellule et les tissus
BTS diététique La cellule et les tissusBTS diététique La cellule et les tissus
BTS diététique La cellule et les tissus
FranckRencurel
 
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdfcours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
BadrAbouAlia
 
histologie: membrane plasmique
 histologie: membrane plasmique histologie: membrane plasmique
histologie: membrane plasmique
Rodriguez Vyatsuka
 
Nematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per osNematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per os
Dr Taoufik Djerboua
 
Cahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdfCahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdf
TaiebAgourram1
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
Dr Taoufik Djerboua
 
ANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdfANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdf
BadrAbouAlia
 
Les fonctions des etres vivants
Les fonctions des etres vivantsLes fonctions des etres vivants
Les fonctions des etres vivants
Torbi Vecina Romero
 
Lecture 5 Lymphoide organs T lymphocytes NK Cells
Lecture 5 Lymphoide organs    T lymphocytes     NK CellsLecture 5 Lymphoide organs    T lymphocytes     NK Cells
Lecture 5 Lymphoide organs T lymphocytes NK Cells
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Physiopathologie de l'asthme
Physiopathologie de l'asthmePhysiopathologie de l'asthme
Physiopathologie de l'asthme
belaibzino
 
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr internisteAdenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
wissamhamsi57
 
Immunologie
ImmunologieImmunologie
Immunologie
Brice Inglessis
 
ex1.pptx
ex1.pptxex1.pptx
ex1.pptx
OussamaFlp
 
CMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduitCMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduit
Inmaculada Martin-castaño carrasco
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
Mehdi Razzok
 
Page82 2-160323154631
Page82 2-160323154631Page82 2-160323154631
Page82 2-160323154631
Jalal Chafiq
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
LoredanaHurjui1
 

Similaire à 02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie (20)

Lecture 3 Phagocytic Cells
Lecture 3 Phagocytic CellsLecture 3 Phagocytic Cells
Lecture 3 Phagocytic Cells
 
3º ESO Chapitre 1
3º ESO Chapitre 13º ESO Chapitre 1
3º ESO Chapitre 1
 
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
20220224 cours immunité des muqueuses .pdf
 
BTS diététique La cellule et les tissus
BTS diététique La cellule et les tissusBTS diététique La cellule et les tissus
BTS diététique La cellule et les tissus
 
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdfcours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
cours-AS-présentation-du-corps-humain-converti-converti.pdf
 
histologie: membrane plasmique
 histologie: membrane plasmique histologie: membrane plasmique
histologie: membrane plasmique
 
Nematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per osNematodes a transmission per os
Nematodes a transmission per os
 
Cahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdfCahier N°3.pdf
Cahier N°3.pdf
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 
ANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdfANATOMIE 14 PDF.pdf
ANATOMIE 14 PDF.pdf
 
Les fonctions des etres vivants
Les fonctions des etres vivantsLes fonctions des etres vivants
Les fonctions des etres vivants
 
Lecture 5 Lymphoide organs T lymphocytes NK Cells
Lecture 5 Lymphoide organs    T lymphocytes     NK CellsLecture 5 Lymphoide organs    T lymphocytes     NK Cells
Lecture 5 Lymphoide organs T lymphocytes NK Cells
 
Physiopathologie de l'asthme
Physiopathologie de l'asthmePhysiopathologie de l'asthme
Physiopathologie de l'asthme
 
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr internisteAdenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
Adenopathies Résidents2017 (2).ppt Dr interniste
 
Immunologie
ImmunologieImmunologie
Immunologie
 
ex1.pptx
ex1.pptxex1.pptx
ex1.pptx
 
CMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduitCMC chapitre 5 réduit
CMC chapitre 5 réduit
 
Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2Système Immunitaire 2
Système Immunitaire 2
 
Page82 2-160323154631
Page82 2-160323154631Page82 2-160323154631
Page82 2-160323154631
 
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptxCOURS  - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
COURS - PHYSIOLOGIE DIGESTIVE I- MD I 2018-2019.pptx
 

Plus de François PARANT

Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewClinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
François PARANT
 
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
François PARANT
 
Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”
François PARANT
 
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH   bonnes pratiques de fabricationDirectives de l'ICH   bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
François PARANT
 
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéIndustrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
François PARANT
 
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesSuivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
François PARANT
 
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleL’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
François PARANT
 
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
François PARANT
 
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
François PARANT
 
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
François PARANT
 
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsLe Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
François PARANT
 
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
François PARANT
 
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsPhytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
François PARANT
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
François PARANT
 
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTPPoussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
François PARANT
 
Système général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPSystème général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLP
François PARANT
 
06 pesticides
06 pesticides06 pesticides
06 pesticides
François PARANT
 
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémieIntoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
François PARANT
 
Médicaments génériques - Médicaments biosimilaires
Médicaments génériques - Médicaments biosimilairesMédicaments génériques - Médicaments biosimilaires
Médicaments génériques - Médicaments biosimilaires
François PARANT
 
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
François PARANT
 

Plus de François PARANT (20)

Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewClinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
 
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
 
Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”
 
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH   bonnes pratiques de fabricationDirectives de l'ICH   bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
 
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéIndustrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
 
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesSuivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
 
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleL’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
 
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
 
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
 
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
 
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsLe Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
 
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
 
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsPhytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
 
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTPPoussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
 
Système général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPSystème général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLP
 
06 pesticides
06 pesticides06 pesticides
06 pesticides
 
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémieIntoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
Intoxications aiguës à éthanol - Méthodes de dosage de l'éthanolémie
 
Médicaments génériques - Médicaments biosimilaires
Médicaments génériques - Médicaments biosimilairesMédicaments génériques - Médicaments biosimilaires
Médicaments génériques - Médicaments biosimilaires
 
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
Comprendre les grandes étapes du développement du médicament.
 

02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie

  • 1. ÉLÉMENTS DE TOXICOCINÉTIQUE ABSORPTION DISTRIBUTION MÉTABOLISME (biotransformation) EXCRÉTION des xénobiotiques février 21 Dr. François Parant Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr
  • 2. DISTRIBUTION Cas N° 2 : diffusion extracellulaire (sang + interstitium) Cas N° 3 : diffusion extracellulaire et intracellulaire Cas N° 4 : accumulation intracellulaire = répartition du toxique dans l’organisme février 21 Cas N° 1 : diffusion exclusivement sanguine Plusieurs cas de figures Le corps humain contient entre 4 et 7 litres de sang, en moyenne. On peut calculer approximativement la quantité de sang contenu dans le corps avec cette formule : masse (en kg) x 0,07 = volume de sang (en litres) Cas N° 5 : accumulation +/- spécifique dans certains organes ou tissus (exemple : accumulation du plomb dans les os)
  • 3. DISTRIBUTION = répartition du toxique dans l’organisme février 21 Sang Tissus / Organes Barrières tissulaires Cellules Membrane cellulaire Membranes intracellulaires (ex : membrane nucléaire) Cibles intracellulaires o Barrière hémato-encéphalique : sanctuarise le cerveau o Barrière fœto-placentaire : sanctuarise le fœtus
  • 4. Barrière hémato-encéphalique février 21 sanctuarise le cerveau Alors que notre cerveau ne représente que 2 % du poids de notre corps, il consomme à peu près 20 % de l'énergie disponible à notre corps !
  • 5. LES VAISSEAUX SANGUINS – Rappels anatomiques février 21 Artères Veines Artérioles Veinules Capillaires • Vaisseaux de petit diamètres (5 et 30 µm) • Paroi très fine
  • 6. LES CAPILLAIRES février 21 Apports d'oxygène, d'eau, d'ions, de nutriments, évacuation du gaz carbonique, etc. o Zones d’échanges o Pour atteindre les tissus/organes, les xénobiotiques toxiques présents dans le sang doivent traverser la paroi des capillaires
  • 7. février 21 On distingue plusieurs types de capillaires sanguins o Les capillaires continus Les plus courants o Les capillaires fenestrés Leur endothélium est percé de « micro-pores » (pores de diamètre ≈ 70 nm), ce qui rend ces capillaires très perméables aux liquides. Intestins, reins, … o Les capillaires sinusoïdes Espaces importants entre les cellules endothéliales (pores de 1 à 3 μm) + membrane basale discontinue Foie, rate… Perméabilité LES CAPILLAIRES
  • 8. BARRIÈRE HÉMATO-ENCÉPHALIQUE février 21 À l’opposé, les capillaires cérébraux : o … présentent des jonctions « serrées » entres les cellules endothéliales o … ont une membrane basale continue o … sont recouvert de prolongements cytoplasmiques de cellules appelées Astrocytes = pieds astrocytaires jointifs = barrière hémato-encéphalique (BHE) La barrière hémato-encéphalique assure un rôle de protection du système nerveux central contre les agents pathogènes, les toxines et autres substances présentes dans le sang.
  • 10. NEUROTOXIQUES février 21 Certaines xénobiotiques lipophiles peuvent traverser la BHE o Certains médicaments : anesthésiques, psychotropes, etc. o Neurotoxiques : organomercuriels, plomb tétraéthyle, certains pesticides, solvants organiques, etc.
  • 11. février 21 Différents mécanismes de passage à travers la BHE NEUROTOXIQUES
  • 12. Le rôle protecteur de la « barrière fœto-placentaire » … réel mais incomplet ! février 21
  • 13. LE PLACENTA février 21 Zone d’échange entre la circulation fœtale et maternelle
  • 14. LA CIRCULATION FŒTALE février 21 Circulation postnatale Circulation fœtale
  • 15. Le rôle protecteur de la « barrière fœto-placentaire » La protection du fœtus par la barrière fœto-placentaire est imparfaite … réel mais incomplet ! Exemples de médicaments et toxiques tératogènes et/ou fœtotoxiques  Thalidomide Médicament utilisé durant les années 1950-60 comme anti-nauséeux chez les femmes enceintes. Ce médicament s’est révélé être tératogène  Analogues de la vitamine A (ROACCUTANE®, ISOTREX®) (traitement de l’acné)  Anticonvulsivants : potentialité neurotoxique en particulier le valproate de sodium (DEPAKINE®)  Alcool o Syndrome d’alcoolisation fœtal février 21 • Certains virus (rubéole, virus Zika, …) • Certaines bactéries (listeria, …) • Certains parasites (toxoplasma gondii, …) • Certains xénobiotiques (toxiques ou médicaments) … peuvent la traverser
  • 16. Malformations sous THALIDOMIDE février 21 Doigts surnuméraires sur les pieds. Phocomélie : absence de la partie moyenne des membres, les mains et les pieds semblent être directement attachés au tronc
  • 17. DE L’EMBRYON AU FŒTUS février 21 o Période embryonnaire : 8ères semaines
  • 18. DE L’EMBRYON AU FŒTUS février 21 o Période embryonnaire : sensibilité +++ aux agents tératogènes Anomalies majeures
  • 19. février 21 Take Home Message Une salariée enceinte est-elle obligée de révéler sa grossesse à son employeur ? La loi prévoit uniquement l'obligation d'informer l'employeur avant de partir en congé maternité Une femme enceinte exposée aux Agents Chimiques Dangereux doit avertir le plus précocement possible le médecin du travail
  • 21. Code Libellé Classe(s) et catégorie(s) de danger associées H360 Peut nuire à la fertilité ou au fœtus • Toxicité pour la reproduction, catégories 1A et 1B H361 Susceptible de nuire à la fertilité ou au fœtus • Toxicité pour la reproduction, catégorie 2 Code Libellé Classe(s) et catégorie(s) de danger associées H362 Peut être nocif pour les bébés nourris au lait maternel • Toxicité pour la reproduction, catégorie supplémentaire : effet sur ou via l’allaitement février 21 Important Il est interdit d’affecter une femme enceinte ou allaitant à un poste de travail l’exposant à des agents chimiques classés toxiques pour la reproduction de catégorie 1A et 1B, selon la classification CLP LÉGISLATION
  • 22. février 21 PICTOGRAMMES DE DANGERS et MENTIONS DE DANGERS … selon la classification CLP
  • 23. Diffusion INTRACELLULAIRE février 21 Diffusion à travers  la membrane cellulaire  les membranes intracellulaires
  • 24. Structure de la MEMBRANE CELLULAIRE février 21 Les composants-clé des membranes biologiques sont les phospholipides. Ils ont la capacité de s'auto-organiser en un double feuillet, leurs têtes hydrophiles pointant vers l'extérieur et leurs chaînes hydrophobes pointant vers l'intérieur de la membrane
  • 25. MEMBRANE CELLULAIRE Certains toxiques peuvent traverser la membrane cellulaire février 21
  • 26. MEMBRANES INTRACELLULAIRES février 21 Membrane nucléaire protège le noyau Membranes mitochondriales protègent les mitochondries Agents génotoxiques Poisons de la chaîne respiratoire (ex : cyanures)
  • 27. ÉLÉMENTS DE TOXICOCINÉTIQUE ABSORPTION DISTRIBUTION MÉTABOLISME (biotransformation) EXCRÉTION des xénobiotiques février 21
  • 28. Principes généraux de l’élimination des xénobiotiques NON MÉTABOLISÉ Élimination urinaire  URINES Reins MÉTABOLISÉ Foie +++ Intestins Poumons Reins Métabolisme phase I = fonctionnalisation Métabolisme phase II = conjugaison Élimination biliaires  FÈCES février 21
  • 29. NOTION DE CLAIRANCE L’organisme ne peut épurer qu’un volume constant de plasma par unité de temps = clairance total 1 minute Volume épuré en 1 minute = clairance Q 1 = Vp x Cp1 Q = quantité de xénobiotique présent dans le plasma Vp = volume plasmatique Cp = concentration plasmatique 1 minute Volume épuré en 1 minute = clairance Équilibre Q 2 = Vp x Cp2 Cp2 < Cp1 Équilibre Q 3 = Vp x Cp3 Cp3 < Cp2 Etc. février 21
  • 30. concentrations 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 0 20 40 60 80 100 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 0 20 40 60 80 100 temps Vitesse de décroissance proportionnelle aux concentrations  Vitesse de décroissance des [C] sanguines des toxiques dC/dt = -kC Ct = C0 . e-kt février 21 NOTION DE CLAIRANCE
  • 31. NOTION DE CLAIRANCE  Temps de demi-vie 1 T1/2 = 50 % dose éliminée 2 T1/2 = 75 % dose éliminée 3 T1/2 = 87 % dose éliminée 4 T1/2 = 90 % dose éliminée 5 T1/2 = 97 % dose éliminée Ct = C0 . e-kt T1/2 = Ln2/k février 21 ½ C0 = C0 . e-kT1/2  T1/2 = Ln2/k  ½ = e-kT1/2  ln(½) = -kT1/2  ln(2) = kT1/2
  • 32. Clairance rénale Clairance hépatique Clairance totale Clairance total = clairance rénale + clairance hépatique Excrétion Métabolisme février 21 NOTION DE CLAIRANCE
  • 33. LE FOIE février 21 RAPPELS ANATOMIQUES LES HÉPATOCYTES et CELLULES BILIAIRES
  • 34. février 21 LES FONCTIONS HÉPATIQUES UN RÔLE de FILTRE, de MÉTABOLISME et d’ÉLIMINATION des XÉNOBIOTIQUES Le foie possède, aussi, un rôle important de filtre. Il contribue à débarrasser le sang des toxines en altérant la structure chimique de ces dernières et en les excrétant dans la bile. Il a également un rôle de défense immunitaire et de filtre de germes d'origine intestinale. Un organe aux multiples fonctions UNE IMPORTANTE FONCTION MÉTABOLIQUE INTERNE Il remplit plusieurs fonctions importantes, notamment le stockage du glucose (sous forme de glycogène), la synthèse des protéines (albumine, facteurs de coagulation, etc.) et le métabolisme du cholestérol. Les hépatocytes jouent un rôle essentiel dans la régularisation de la plupart des fonctions métabolique et dans l'équilibre des produits chimiques contenus dans le sang.
  • 35. février 21 Tous les xénobiotiques absorbés au niveau intestinal sont transportés vers le foie avant d’atteindre la circulation générale LE FOIE : rappels anatomiques
  • 36. février 21 LE FOIE : rappels anatomiques o Cet organe est situé sous le diaphragme, … dans le quadrant supérieur droit de l'abdomen
  • 37. février 21 LE FOIE : rappels anatomiques o C'est un gros organe gorgé de sang o Il est entouré par une capsule, la capsule de Glisson Bile et voies biliaires o La bile est secrétée est par le foie o Elle s'évacue dans le duodénum par les voie biliaires o En dérivation de la voie biliaire principale, la vésicule biliaire sert de réservoir de la bile. Le foie a la capacité d’éliminé les toxiques (métabolisés ou non) par voies biliaires Mais tous les métabolites produits par le foie ne sont pas éliminés par les voies biliaires
  • 38. février 21 LES FONCTIONS HÉPATIQUES  Les cellules du foie o Les hépatocytes o Les cellules biliaires  Les lobules hépatiques = unités fonctionnelles du foie Forme hexagonale Bile Canalicule biliaire Veine périphérique Veine centrale Lobule hépatique Sang Sang
  • 39. MÉTABOLISME HÉPATIQUE DES XÉNOBIOTIQUES février 21 POURQUOI et COMMENT …. l’organisme métabolise les xénobiotiques ?
  • 40. février 21  … sont le plus souvent des molécules hydrophobes difficilement excrétables (pénètrent assez facilement dans les cellules, peu solubles dans les urines, etc.)  Le métabolisme des xénobiotiques permet d’obtenir des métabolites hydrophiles et donc plus aisément excrétables. POURQUOI l’organisme métabolise les xénobiotiques ? Les xénobiotiques
  • 41. COMMENT l’organisme métabolise les xénobiotiques ? février 21 Cellules Hydrosolubilité
  • 42. février 21 Métabolisme de phase I = fonctionnalisation Le métabolisme de phase I est essentiellement (mais pas uniquement) soit : • une hydroxylation (ajout d’un fonction OH) • une déalkylation (retrait d’un groupement -R) • une oxydation Les enzymes de phase I sont essentiellement représentées par la famille des cytochromes P450
  • 43. Métabolisme de phase II = conjugaison février 21 Essentiellement : - Glucuroconjugaison enzyme : uridine diphospho glucuronyl- transferase = UDPGT = UGT - Sulfoconjugaison enzyme : sulfo-tranférases Exemple : Detoxification of 3-hydroxybenzo[a]pyrene, a toxic component of tobacco smoke. Glucuronidation by transfer of glucuronate from UDP-glucuronate converts the nonpolar toxin to a polar compound more easily removed by the kidneys
  • 44. Exemple : février 21 Métabolisme du styrène chez l’homme Utilisé dans la fabrication du polystyrène et de matériaux composites
  • 45. SUJET février 21 Exposition professionnelle au Styrène Toxicité chez l’homme Valeurs Limites d'Exposition Professionnelle Surveillance biologique de l'exposition Prévention
  • 46. LE MÉTABOLISME TOXIFIANT février 21 CAS GÉNÉRAL : le(s) métabolites(s) sont moins toxiques que la molécule mère … mais pas toujours ! Dans certains cas, le(s) métabolite(s) peuvent être plus toxiques que la molécule mère  Il s’agit alors d’un métabolisme dit « toxifiant » (= activation métabolique)
  • 47. février 21 Exemple (1) : métabolisme toxifiant du benzo(a)pyrène Se fixe sur l’ADN des cellules Cancers pulmonaires o Mutagène o Cancérogène
  • 48. février 21 Exemple (2) : métabolisme toxifiant du chlorure de vinyl Cancers hépatiques •Angiosarcomes tumeurs de très mauvais pronostic •Carcinomes hépatocellulaires La polymérisation du chlorure de vinyl permet la fabrication du polychlorure de vinyle (PVC = polyvinyl chloride) L’oxyde de chloroéthylène se fixe sur l’ADN des cellules o Mutagène o Cancérogène
  • 49. février 21 Exemple (2) : métabolisme toxifiant du chlorure de vinyl
  • 50. février 21 Exemple (3) : métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1 Contamination des denrées alimentaires par l’aflatoxine B1 Les aflatoxines sont des toxines produites par des moisissures (mycotoxines) appartement au genre Aspergillus …. champignons pouvant se développer et produire les toxines plus facilement dans les régions chaudes et humides des pays d'Afrique, d'Asie ainsi que l’Inde
  • 51. février 21 Exemple (3) : métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1 Contamination des denrées alimentaires par l’aflatoxine B1 Cancers hépatiques Retard de croissance Impact sur la Santé Animale Impact sur la Santé Humaine staple food : nourriture de base Céréales, arachides contaminées par des aspergillus Prolifération des aspergillus – production de mycotoxines
  • 52. février 21 Exemple (3) : métabolisme toxifiant de l’aflatoxine B1 Contamination des denrées alimentaires par l’aflatoxine B1 Lutte biologique https://www.youtube.com/watch?v=aNtqRBfsqQY Contrôles sanitaires : surveillance du taux de contamination en mycotoxines dans les denrées alimentaires
  • 53. LE MÉTABOLISME - En résumé février 21
  • 54. BIOPERSISTANCE février 21 Définition et exemples Conséquences : o Bioaccumulation o Bioamplification
  • 55. BIOPERSISTANCE Exemple (1) la dioxine dite de Seveso février 21  La 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine ou TCDD, surnommée dioxine de Seveso (en référence à la catastrophe de Seveso), est une molécule de la famille des polychlorodibenzo-p-dioxines La demi-vie du TCDD dans le corps humain est de 5–10 ans, en raison : o d'une forte lipophilie o de l'absence de métabolisation La catastrophe de Seveso s'est produite le 10 juillet 1976. Un nuage contenant de la dioxine s'est échappé d'un réacteur de l'usine chimique Icmesa, située dans la commune de Meda, et s'est répandu sur la plaine lombarde en Italie. Quatre communes, dont Seveso, ont été touchées p-dioxine  C'est l'une des dioxines les plus toxiques pour l'homme, et la seule considérée comme cancérigène.
  • 56. février 21 BIOPERSISTANCE Exemple (2) le Plomb Lead = plomb La demi-vie du plomb dans les os est de 10–30 ans
  • 57. février 21 BIOPERSISTANCE Exemple (3) le Cadmium La demi-vie biologique du produit dans l'organisme est très longue : 10 à 20 ans  Le cadmium s'accumule surtout dans le foie et les reins  Dans les tissus, le cadmium est lié à la métallothionéine, protéine riche en groupement sulfhydriles dont la synthèse - surtout hépatique - est induite par le métal lui-même
  • 58. BIOPERSISTANCE février 21 Définition et exemples Conséquences : o Bioaccumulation o Bioamplification
  • 59. BIOACCUMULATION février 21 Quantité absorbée par unité de temps > Capacité d’élimination par unité de temps BIOACCUMULATION Les substances les plus biopersistantes (t1/2 long) sont celles qui ont un potentiel de bioaccumulation le plus élevé
  • 60. BIOACCUMULATION février 21 Exemple : bioaccumulation de certains polluants comme les PCB dans la chair de poisson
  • 61. BIOACCUMULATION février 21 Comme le cadmium ne passe pas la barrière placentaire, le fœtus ne contient pas plus de 1 µg de cadmium Le cadmium du sol est préférentiellement capté par certaines plantes, dont le tabac (raison pour laquelle les fumeurs ont des taux élevés de cadmium) … mais à l’âge adulte l’organisme en contient de 30 à 40 mg soit 30 à 40 000 fois plus Exemple : bioaccumulation du cadmium chez l’homme
  • 62. BIOPERSISTANCE février 21 Définition et exemples Conséquences : o Bioaccumulation o Bioamplification
  • 63. BIOAMPLIFICATION février 21 Bioamplification : augmentation des concentrations d'un polluant au sein d'organismes du bas vers le haut de la chaîne trophique (ou alimentaire). En anglais : biomagnification