Diversité des lecteurs,multiplication des supports ?Intervenante : Corinne da Costa, directrice               Seprem Etude...
Adapter le style de rédaction aux supportsLe concept du dispositif d’information :• Ses principes :     Mieux toucher et ...
Adapter le style de rédaction aux supports (2)Les règles des dispositifs d’information efficaces :• Connaître les usages m...
Adapter le style de rédaction aux supports (3)Ecrire pour être lu :• Les règles de base :              Comprendre le rega...
Adapter le style de rédaction aux supports (4)Ecrire pour être lu (2) :• Etre lu… :                Une question de temps ...
Adapter le style de rédaction aux supports (5)Ecrire pour être lu (3) :• Etre lu… une question de technique :             ...
Adapter le style de rédaction aux supports (6)Ecrire pour être lu (4) :• Etre lu… une question de technique (2) :         ...
Adapter le style de rédaction aux supports (7)Ecrire pour être lu (5) :• Des trucs en plus :               Respecter la l...
Adapter le style de rédaction aux supports (8)Ecrire pour être lu sur le web implique d’être lu sur un écran , avec toutes...
Adapter le style de rédaction aux supports (9)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média• Lisibi...
Adapter le style de rédaction aux supports (10)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média (2)• L...
Adapter le style de rédaction aux supports (11)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média (3)• S...
Adapter le style de rédaction aux supports (12)Auto-contrôle final              Se relire du point de vue du lecteur :   ...
Adapter les écritures pour optimiser le référencementLe référencement doit être confié à un expert.Quelques règles de base...
Merci de votre attention !Pour recevoir cette présentation :      cdacosta@seprem.fr                                     C...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Atelier 3 : Adapter le style de rédaction aux supports

2 542 vues

Publié le

Intervention de Corinne da Costa, dirigeante de SEPREM Etudes & Conseil, lors de la journée d'actualité Cap'Com "Presse territoriale : diversité des lecteurs, multiplication des supports ? " (28 juin 2012 - Paris)

0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 542
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
276
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Atelier 3 : Adapter le style de rédaction aux supports

  1. 1. Diversité des lecteurs,multiplication des supports ?Intervenante : Corinne da Costa, directrice Seprem Etudes & Conseil
  2. 2. Adapter le style de rédaction aux supportsLe concept du dispositif d’information :• Ses principes :  Mieux toucher et sensibiliser la cible « ensemble » ;  Toucher toutes les sous-cibles (« tribus ») et mieux les sensibiliser ;  Eliminer ou limiter les redondances.• Un dispositif d’information efficace est basé sur la complémentarité :  Faire découvrir et expliquer : les supports imprimés (presse, mailings), « médias d’offre) ;  Créer de la notoriété / célébrité : les « mass média » (radio, TV, web, grande presse) ;  Créer ou faire évoluer l’image : la publicité dans les grands médias, l’événementiel, le sponsoring, le mécénat ;  Générer des contacts : les médias interactifs dont le web, le « terrain » (permanences d’accueil, personnel permanent…), le marketing direct. Corinne da Costa 2
  3. 3. Adapter le style de rédaction aux supports (2)Les règles des dispositifs d’information efficaces :• Connaître les usages médias / hors médias des cibles visées :  Plus de 90% des Français lisent des magazines (mais lesquels ?) mais moins de la moitié lisent des quotidiens ;  73% des Français en moyenne sont connectés à Internet mais cela varie selon les âges, CSP etc. et surtout quels en sont leurs usages ?• Prendre en compte la « chronologie des médias » et des relais d’information :  Elus  relais d’opinion et de terrain  administrés  Médias de notoriété et d’image  Médias de découverte et d’explication  contacts Adapter les écritures aux supports utilisés Corinne da Costa 3
  4. 4. Adapter le style de rédaction aux supports (3)Ecrire pour être lu :• Les règles de base :  Comprendre le regard du lecteur : Sur 100 lecteurs, 90 lisent le titre et les légendes, 75 le chapô de l’article, 20 lisent le texte en diagonale… et 5 le lisent entièrement ; Ainsi la culture du « zapping » conditionne votre lecteur, d’où la nécessité d’une construction de plan.  Comprendre la culture du contenu : Comment faire pour que votre lecteur aille au-delà du simple balayage ? Retenir par les faits principaux, énoncer des propositions en tête d’articles peuvent permettre d’atteindre cet objectif. L’editing est ainsi primordial : travailler les titres, les chapôs, les relances, effectuer des relances…  Ecrire simple (développé ultérieurement) : « Faites des phrases courtes. Un sujet, un verbe, un complément. Pour les  adjectifs, vous viendrez me voir » (G. Clémenceau, patron de l’Aurore) « Le lecteur se tue à abréger ce que l’auteur s’est tué à allonger » (Montesquieu) Corinne da Costa 4
  5. 5. Adapter le style de rédaction aux supports (4)Ecrire pour être lu (2) :• Etre lu… :  Une question de temps :  Vitesse moyenne de lecture : 12.000 mots à l’heure  Temps de lecture consacré à un quotidien : moins de 20 minutes  Lecture effective : 4.000 mots soit 10 à 15% du journal  Une question d’intérêt :  Nombre de mots saisis d’un seul coup d’œil : 7 à 10  Temps fixation : ¼ de seconde  Capacité de mémoire immédiate : 7 à 9 caractères ou chiffres  Déplacement d’un groupe de mot à l’autre : 1/40° de seconde Corinne da Costa 5
  6. 6. Adapter le style de rédaction aux supports (5)Ecrire pour être lu (3) :• Etre lu… une question de technique :  Des mots simples compris de tous :  Thesaurus de la langue française : 150.000 mots  Petit Robert : 50.000 mots  Discours du Général de Gaulle : 6.009 mots différents (ensemble de ses discours)  Chansons de Charles Trenet : 1.200 mots (ensemble de ses chansons)  Vocabulaire études supérieures : 3.500 mots (cible lecteurs du Monde)  Vocabulaire niveau Bac : 1.500 mots  Nous reconnaissons 4 à 5 fois plus de mots mais avec un vocabulaire approximatif  Les mots les plus utilisés et mémorisés sont des mots courts (Loi de Baudot) :  Mémorisation d’un mot d’une syllabe : 100%  Mémorisation d’un mot de 2 syllabes : 60%  Mémorisation d’un mot de 3 syllabes : 25%  Mémorisation d’un mot de 4 syllabes : 15%  Mémorisation d’un mot de 5 syllabes : 0% Corinne da Costa 6
  7. 7. Adapter le style de rédaction aux supports (6)Ecrire pour être lu (4) :• Etre lu… une question de technique (2) :  Une phrase courte :  Mémorisation d’une phrase de 12 mots : 100%  Mémorisation d’une phrase de 17 mots : 70%  Mémorisation d’une phrase de 24 mots : 50%  Mémorisation d’une phrase de 40 mots : 30% La première partie de la phrase est mieux mémorisée que la seconde. Le message essentiel doit se situer au début de la phrase.  Un sujet, un verbe, un complément :  C’est le verbe qui est le plus important car le plus impliquant.  Une idée par phrase.  Ni incise, ni parenthèse.  Une grammaire simple et implicante :  Priorité au présent et au futur simple.  Voix active plutôt que passive.  Pas de double négation pour une affirmation.  Remplacer les subordonnées relatives par deux phrases. Corinne da Costa 7
  8. 8. Adapter le style de rédaction aux supports (7)Ecrire pour être lu (5) :• Des trucs en plus :  Respecter la loi de la proximité :  Le plus proche intéresse plus que le lointain. La proximité est essentielle pour les reportages, les exemples et les témoignages.  La proximité est géographique (« Loi du mort kilométrique ») : 1 mort à 10 kms de chez soi intéresse plus que 100 morts à 10.000 kms.  La proximité est sociologique : ce qui arrive à celui qui me ressemble (ou pourrait m’arriver) m’intéresse plus que ce qui arrive à quelqu’un de très différent.  La proximité est temporelle : ce qui vient d’arriver ou va se produire est plus intéressant que ce qui s’est passé il y a longtemps ou adviendra beaucoup plus tard.  Les chiffres en chiffres attirent plus l’attention :  Mais la limite est au million : 1 million est plus compréhensible que 1.000.000.  Au-delà du million, combiner les chiffres et les lettres : 12,4 milliards  Ne pas oublier les mots clés :  Les « mots codes » pour lesquels se fait la lecture de l’article (ex. : mots ayant trait à la collectivité), à l’exception du « jargon » et des sigles de professionnels qui rebutent et limitent la confiance.  Les « mots images » qui suscitent l’émotion positive. Corinne da Costa 8
  9. 9. Adapter le style de rédaction aux supports (8)Ecrire pour être lu sur le web implique d’être lu sur un écran , avec toutes lescontraintes inhérentes• La nature du support et de son environnement influencent le mode de lecture :  Avec le développement d’Internet et la navigation dans l’information par l’activation d’hyperliens, le lecteur est obligé d’identifier l’information au fur et à mesure qu’il active les liens et en reconstituer le contexte. Le risque qu’il se perde est augmenté. L’accès à l’information passe nécessairement par la maîtrise de ces nouveaux process de « décodage ».  La lecture sur écran est plus fragmentée, segmentée et discontinue.  La vitesse de lecture baisse de 25% en moyenne : la lecture mobilise successivement pour un seul décodage des mots, plus de 6 zones cérébrales. Si le cerveau doit mobiliser en plus des zones de reconnaissance de forme, position, vitesse ou de couleurs, il peut se retrouver en « surcharge ».  Le numérique, « hypertexte » et multi-média induisent une mémorisation moindre.  Il y a une perte de repères spatiaux : un texte imprimé sur papier est par définition stable, fixe. A l’inverse, un document électronique, dynamique peut se déplacer à volonté sur l’écran. Or une phase essentielle de la lecture consiste à mémoriser les coordonnées spatiales (position) des mots importants dans le texte. Corinne da Costa 9
  10. 10. Adapter le style de rédaction aux supports (9)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média• Lisibilité visuelle : optimiser la perception du texte à l’écran  Couleurs et contraste Pour améliorer la vitesse de perception et le confort visuel, on doit optimiser les couleurs employées. Le contraste « positif » (fond clair, caractère sombre) est plus adapté que le contraste « négatif » (fond sombre / caractères clairs).  Caractères La lisibilité dépend également de paramètres propres aux caractères : o Espacement et taille des lettres o Espacement des mots et des lignes o Typographie o Taille de caractères Corinne da Costa 10
  11. 11. Adapter le style de rédaction aux supports (10)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média (2)• Lisibilité cognitive : optimiser la lecture à l’écran.C’est à dire à la fois faciliter la distinction des groupes d’information et leur rôle mais aussi faciliter lacompréhension.  Un format rédactionnel adapté à la lecture sur le web La majorité des utilisateurs ne « lisent » pas les contenus des sites Internet. Selon les experts, ils « scannent », « survolent », « explorent » … Il est donc essentiel que l’utilisateur comprenne instantanément si le contenu à l’écran correspond à l’information qu’il cherchait. o Mettre en valeur les informations importantes, les mots-clés. o Bien distinguer les mots-clés des liens. o Ecrire en minuscules plutôt qu’en majuscules, qui seront limitées aux informations brèves : intitulé d’un bouton, titre de page, de rubrique etc. o Séparer le texte en partie significative, leur attribuer des titres, des sous-titres. o Catégoriser les informations et faire ressortir cette catégorisation, soit par la localisation physique des éléments (on sépare ce qui ne se ressemble pas), soit par le format. o Fournir une idée par paragraphe. o Inverser les règles de style classique (commencer par la conclusion). o Diviser la quantité de mots par deux par rapport à un texte classique. Des lignes de textes d’environ 80 caractères. Corinne da Costa 11
  12. 12. Adapter le style de rédaction aux supports (11)Ecrire pour être lu sur le web suppose d’adapter le contenu au média (3)• Spécificités du contenu.  Le titre : o Très court (4 à 10 mots), toujours sur une seule ligne, juste au-dessus du texte. o Factuel et informatif : ni jeux de mots, ni second degré, ni langage promotionnel. o Contenant des mots - clés pour l’indexation par les moteurs de recherche. o Ayant une signification autonome pour les internautes effectuant des recherches via les moteurs et dans les archives. o Suivi d’une date.  Le chapô : o Un seul paragraphe court, avec reprise des mots-clés. o En gras, sans souligné ni italique.  Les spécificités de l’article : o 4 écrans maximum : entre 500 et 4.000 caractères maximum. o Clairement séquencé : courts paragraphes très repérables (listes à puces, intertitres). o Simple : vocabulaire, phrases et grammaire encore plus simple que pour le papier. o Des mots clés : reprise des mots clés du titre et du chapô pour l’indexation par les moteurs. o Hyperliens : 5 maximum par article, respectant les codes web (bleu souligné). o Images : uniquement informatives, avec des « légendes chapô ». Corinne da Costa 12
  13. 13. Adapter le style de rédaction aux supports (12)Auto-contrôle final  Se relire du point de vue du lecteur : o Titre et chapô donnent-ils un bon résumé ? o La règle QQCOQP (6 W) et Loi de Proximité sont-elles bien appliquées ? o Le vocabulaire et la grammaire sont-ils les bons ? o Les codes de l’émetteur sont-ils respectés ?  Créer des niveaux et des entrées de lecture : o Des intertitres de journaliste et non de maquettiste : l’intertire est une entrée de lecture autonome et un élément de premier niveau de lecture rapide. o Des légendes photos non redondantes avec le visuel et rédigées comme chapôs ou des intertitres : l’entrée par l’image est aussi importante que l’entrée par le titre. o Des différences typographiques pour attirer l’attention. Corinne da Costa 13
  14. 14. Adapter les écritures pour optimiser le référencementLe référencement doit être confié à un expert.Quelques règles de base :  Google et « l’indice de popularité » d’une information o Les facteurs de popularité pour le référencement tiennent à la fois compte de la « pertinence », c’est-à-dire l’adéquation entre le contenu et la requête et du nombre de sites renvoyant vers le vôtre. o Un lien général depuis la page d’accueil est moins efficace qu’un lien depuis une page de contenu : penser à la syndication de contenus. o Plus le lien sur le site partenaire est proche de sa page d’accueil, plus il apparaît pertinent pour Google.  Critères d’indexation des contenus pris en compte : o Il en existe actuellement plus de 300, dont la présence de mots-clés dans le nom de domaine et l’URL, leurs places sur la page, leurs présences dans les balises H1 … Corinne da Costa 14
  15. 15. Merci de votre attention !Pour recevoir cette présentation : cdacosta@seprem.fr Corinne da Costa 15

×