SlideShare une entreprise Scribd logo
APPLICATIONS DE
L’IMMUNOANALYSE EN
PARASITOLOGIE-MYCOLOGIE
T.DJERBOUA
PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE , UNITE BELLOUA-CHU TIZI-OUZOU.
ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2015-2016
EMAIL :
DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR
UNIVERSITE MOULOU-MAAMERI DE TIZI-OUZOU
FACULTE DE MEDECINE
DEPARTEMENT DE PHARMACIE
COURS DE 3EME ANNEE PHARMACIE
MODULE DE PARASITOLOGIE
A LA UNE !
1.INTRODUCTION
2.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
3.INTERET DE LA QUESTION
4.PRINCIPES GENERAUX DES REACTIONS MIS EN JEUX
5.LES IMMUNODOSAGES PRIMAIRES (AVEC MARQUEUR) -) les
reactions immunoenzymatiques
6.LES IMMUNODOSAGES SECONDAIRES :
-les reactions d’immunoprécipitation
-les réactions d’agglutination
I.INTRODUCTION
Découvertes il y a 45 ans , les techniques d’immunoanalyse constituent des outils analytiques très performants a la
disposition du biologiste
elle permettent la DETECTION et / ou la QUANTIFICATION de très nombreuses molécules biologiques
Ces techniques ont pour base la réaction entre antigène et anticorps
Il en existe plusieurs types , ayant diverses indications , certains sont automatisables et font partie de la pratique de
routine du laboratoire de pathologies infectieuses
Dans le domaine de l’infectiologie , elle permettent aussi bien la recherche d’antigènes que d’anticorps
II.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES
A l'issu du cours, l'étudiant sera capable de :
*Connaitre l’interet de l’application de l’immunoanalyse en parasitologie-mycologie
*connaitre les principes de bases , communes a toutes les méthodes d’immunoanalyse
*connaitre les différentes approches techniques , leurs avantages et inconvénients
*connaitre les pathologies parasitaires et mycosiques recherchés par immunoanalyse
III.INTERET DE LA QUESTION (INDICATIONS
APPORTER UN ARGUMENT A LA CLINIQUE
TOUTE SITUATION OU ON NE PEUT RETROUVER LE PARASITE LUI MEME
1) En phase de migration larvaire, le parasite immature effectue son cycle dans I'organisme et n'emet pas
encore d'oeufs (par exemple) la douve pendant 90 jours, I‘Ascaris et les bilharzies pendant 60 jours)
2) Devant une Iocalisation uniquement viscerale des parasite: il est tres traumatisant et, de plus, assez illusoire,
d'essayer de les retrouver dans les ponctions. C'est le cas, par exemple, des amibes dans I'amibiase hepatique ou
pulmonaire, ou du toxoplasme dans la toxoplasmose cérébrale ou encore de la larve de Taenia solium dans
la cysticercose
3) Au stade chronique d'affections ayant évolué vers une sequestration des parasites dans certains
organes, la ponction-biopsie est trop aléatoire (par exemple, Trichinella dans les muscles,Trypanosoma cruzi dans
le muscle cardiaque).
4) Dans les impasses parasitaires / Blocage a l’état larvaire chez l’homme: un parasite animal, sous forme
larvaire le plus souvent, et non adapte & I 'homme, migre au hasard : Larva migrans cutanee ou viscerale. Seule
cette dernière Localisation va provoquer la formation d'anticorps (par exemple, Toxocara canis ou ascaris de chien).
Dans le deuxième cas (arrêt au stade larvaire l’exemple type est le kyste hydatique dont la ponction est contre
indiquée,
5) Iorsque la charge parasitaire est faible ou Iorsque le parasitisme est intermittent (par exemple,paludisme en
dehors des acces, trypanosomose).
III.INTERET DE LA QUESTION
(INDICATIONS)APPORTER UNE AIDE A LA TECHNIQUE
sont utilises pour faciliter les techniques conventionnelles : Leishmaniose , Cryptosporidiose ,
amibiase, Paludisme …
IV.PRINCIPES GENERAUX DES REACTIONS
PRECIPITATION
AGGLUTINATION
IMMUNODOSAGE AVEC
MARQUEUR
ENZYME
FLUOROPHORE
RADIO-ISOTOPE
SUBSTANCE CHIMI-LUMINESCENTE
REACTION
DIRECTEMENT
VISUALISABLE
REACTION NON
VISUALISABLE
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
TERMINOLOGIE
3) Traceur (MARQUEUR) : molécule liée a
un antigène/anticorps de détection et donne
un signale mesurable (coloration,
fluorescence , radioactivité ,
chimiluminescence…)
1) Antigène/anticorps de capture :
represente la partie liée au support solide , il
permet de fixer l’élément recherché
2) Antigène/anticorps de detection : partie
portant le traceur et qui permet de reveller la
réaction de formation du complexe immun
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PRINCIPES GENERAUX
IMMUNODOSAGE AVEC
MARQEUR
EN UN SEUL TEMP
(PHASE HOMOGENE)
EN PLUSIEURS TEMPS
+++
(PHASE HETEROGENE)
TYPE DE MARQUAGE
PAR EXES
D’ANTICORPS
(Sandwitch)
PAR DEFAUT
D’ANTICORPS
(COMPETITION)
NOMBRE
D’ETAPES
SHEMA
REACTIONNEL
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
TYPE DE MARQUAGE *RADIOACTIF : Iode 125 , H3, Co57 …
*FLUORESCENT: Fluoresceine , Rhodamine, Ions (Eu 3+, Sm 3+…)
*ENZYME: Peroxidase , Phosphatase , Glucose oxydase …
*SUBSTANCE CHIMI/BIOLUMINESCENTE:Luminole/H2O2,
Luciferine/luciferase
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PAR DEFAUT DE
DETECTEUR
(COMPETITION)
Il s'agit de techniques dans lesquelles des
molécules marquées et non marquées (celle
recherches sensés être en excès) d'une
même espèce entrent en compétition vis-à-vis
d'un nombre limité de sites de liaison
appartenant à un réactif spécifique (anticorps le
plus souvent)
Etablissement d’un équilibre entre les espèces
réactionnelles et le nombre de sites de liaison
SITES DE
LIAISON
(capteur)
molecule
marquee
(traceur)
Molecule non
marquée (a
doser)
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PAR DEFAUT
D’ANTICORPS
(COMPETITION)
Une fois l'équilibre atteint, le pourcentage de
marqueur lié est inversement proportionnel à
la concentration de substance non marquée que
l'on veut doser et qui a été ajoutée au milieu
réactionnel
APPLICABLE AUX ANTIGENES A 1 SEUL
EPITOPE!!!!!!
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PAR EXES DE
DETECTEUR
Consiste a extraire l’analyte a l’aide d’un
molécule de capture (ou directement fixé sur un
support) en excès et de le révéler a l’aide d’une
molécule de détection en excès aussi
Les techniques « Sandwitch » sont de loin les
plus utilisées
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PAR EXES DE
DETECTEUR
AVANTAGES :
*Amélioration de la sensibilite (Exes de detecteur)
*Amélioration de la spécificité (2 anticorps)
*Possibilité de purification d’un isotype d’Ig
particulier ou d’une fraction antigènique pariculière
(immunocapture)
*Combinable a d’autres techniques notamment de
séparation (ELIFA, ELIEDA…)
V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
PAR EXES DE
DETECTEUR
INCONVENIENTS :
*pas de possibilité pour les antigènes a 1 seul
épitope
*effet crochet (quantité d’analyte+++)
*interference d’anticorps hétérophiles (ex facteur
rhumatoide)
*réactions croisées
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
*LE MARQUEUR EST UNE ENZYME FIXEE SUR UN ANTIGENE OU UN
ANTICORPS
*PLUSIEURS TYPES D’ENZYMES SONT UTILISEES DANS LES TROUSSES
COMMERCIALES (peroxydase, Phosphatase…)
*nécessite une étape supplémentaire pour la
révélation de la réaction : addition du
substrat spécifique de l’enzyme (Coloration,
fluorescence …
Mesurable par spectrophotométrie
*cette technique peut être quantitative ou
qualitative et est totalement automatisable
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
*La molecule de capture est fixée sur un
support solide (verre, plastic …)
*l’enzyme peut être directement liée au
détecteur ou indirectement (ex
Streptavidine-biotine)
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
*LES VARIANTS :
DIRECTE : la molécule marquée réagit
Directement avec l’analyte (antigènes++)
INDIRECTE: la molécule marquée réagi
indirectement avec l’analyte (anticorps++)
=) étape supplémentaire
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
*LES VARIANTS :
ELISA SANDWITCH : l’analyte est pris en
sandwitch entre le capteur et le marqueur
ELISA COMPETITION
ELISA COUPLEE A DES TECHNIQUES DE SEPARATION: notamment la
filtration (ELIFA) et l’immunoelectrodiffusion (ELIEDA)
Résultat
On obtient des indexes de fixation
Peut etre qualitatif , semi quantitatif ou quantitatif
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
Avantages
 Lecture objective
 Automatisable
 Pas de compétition avec les IgG
 Absence d’interférence avec le facteur rhumatoïde
 Réactifs commercialisés
Inconvénients
 Matériel spécifique
 La recherche des antigènes dépend du stade de la maladie
 La recherche des anticorps dépend du type et de l’intégrité
de la réponse immunitaire
Quantification variable selon les modalités de calcul de l’index
de positivité (selon les laboratoires)
V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES
METHODES ELISA
Applications en parasitologie –mycologie (antigènes parasitaires et et anticorps
 Toxoplasmose congéniale
 Paludisme
 Leishmaniose
 Trypanosomiase
 Bilharziose
 Trichinellose
 Amibiase
 Filariose
 Hydatidose
 Syndrome de Larva Migrans
 Candidose profonde
 Cryptococcose
 Aspergillose invasive
 *Histoplasmose …
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
*la réaction de précipitation : complexes immuns
insolubles se forment en abondance.
*Elle permet de détecter un antigène, un anticorps,
ou d'analyser un mélange d'antigènes.
*L'utilisation d'un milieu gélifié (agarose
+++)permet de produire des gradients réguliers de
concentration d'antigène et d'anticorps, afin de
créer les conditions optimales de la précipitation
(contrairement au milieu liquide).
*La diffusion peut être accélérée par électrophorèse.
*Les complexes immuns sont emprisonnés dans les
mailles du gel et ne peuvent plus migrer, ils forment
des arcs ou lignes de précipitation.
THEORIE DE MARRACK (heteroplymeres insolubles
Ou réseau antigène-anticorps)
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LA COURBE DE PRECIPITATION
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LES REACTIONS QUALITATIVES
1) L’IMMUNODIFFUSION RADIALE
(OUCHTERLONY)
*Double diffusion Ag et Ac en fonction de
leur PM - permet l’analyse qualitative
d’un mélange d’Ag en solution
Dans des boîtes de Pétri recouvertes d'un gel d'agarose à 1 % (la concentration dépend de la
qualité de l'agarose), des puits sont creusés avec un emporte-pièce. L'antigène et l'anticorps sont
déposés dans les puits. Dans la zone de rencontre de l'antigène avec l'anticorps, il se forme un arc
de précipité au bout de 24 à 48 heures, visible avec un éclairage à fond noir ou en colorant les
protéines
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LES REACTIONS QUALITATIVES
1) L’IMMUNODIFFUSION RADIALE
(OUCHTERLONY)
La distance du précipité au puits est fonction de plusieurs paramètres :
 le carré de la distance du précipité au puits est proportionnel à la concentration du réactif,
l'antigène ou l'anticorps. Si un arc est collé au puits, il faudra diluer moins ce réactif;
 les grosses molécules diffusent moins vite, et l'arc sera proche du puits.
Dans un mélange antigénique complexe, cette méthode permet :
 de dénombrer le nombre d'antigènes. Chaque arc correspond à au moins un antigène
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LES REACTIONS QUALITATIVES
2) Immunoéléctrodiffusion ou
électrosynerese
Consiste a utiliser le courant d’endosmose
qui au court d’une éléctrophorese
provoque la migration des
gammaglobulines en direction de la
cathode (l’antigène migrant vers l’anode)
Il y a ainsi accélération de la précipitation
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LES REACTIONS QUALITATIVES
3) Immunoéléctrophorese (IEP)
Étape 1 :La/les fractions antigéniques
subissent une migraion éléctrophoretique
en fonction de leurs charge le long de
l’axe de migration
Étape 2 : diffusion passive a cet axe d’un
immusérum montera des arcs de
précipitation formé au points de rencontre
(Ag-Ac)
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 LES REACTIONS QUALITATIVES
3) Immunoéléctrophorese (IEP)
Étape 1 :La/les fractions antigéniques
subissent une migraion éléctrophoretique
en fonction de leurs charge le long de
l’axe de migration
Étape 2 : diffusion passive a cet axe d’un
immusérum montera des arcs de
précipitation formé au points de rencontre
(Ag-Ac)
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 Avantages et inconvenients
 1) Ouchterlony:
*execution rapide et comode , simple a realiser
*reproductible et économique
*assez spécifique
*interessante pour les études épidémiologiques
*les principaux inconvénients étant la durée (parfois plus de 3 jours) et le
manque de sensibilité
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 Avantages et inconvenients
2)IED
*execution rapide et comode , simple a realiser
*reproductible et économique
*assez spécifique et assez sensible
*interessante pour les études épidémiologiques
*les principaux inconvénients étant l’utilisation de cuve d’éléctrophorese et le
delais
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 Avantages et inconvenients
3) IEP
*bonne sensibilité et spécificité
*Arcs spécifiques majeurs et immunogènes (ex Arc 5 pour le kyste hydatique)
*reproductible et peu couteurse
*très interessante sur le plan diagnostic
*les principaux inconvénients sont la durée (très longue), l’utilisation de cuve
d’éléctrophorese , une grande quantité de sérum.
*non adaptée aux études épidémiologiques.
VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION
 APPLICATIONS
*Protozooses (Amibiase)
*Helminthiases (Kyste hydatique , Shistosomiase , Fasciolose…)
*Mycoses profondes (Aspergillose , Candidose…)
ATTENTION aux interference (infections , maladies auto-immunes , affections
malignes…)

Contenu connexe

Tendances

Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologie
S/Abdessemed
 
Sérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félixSérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félix
S/Abdessemed
 
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO) TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
S/Abdessemed
 
Coloration et examen des frottis sanguins
Coloration et examen des frottis sanguinsColoration et examen des frottis sanguins
Coloration et examen des frottis sanguins
S/Abdessemed
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en Bactériologie
S/Abdessemed
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
ParasitologieMansour1
 
Les examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en HématologieLes examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en Hématologie
Meriamme Oue
 
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulinesCours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
Dr Taoufik Djerboua
 
Tout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologieTout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologie
S/Abdessemed
 
Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007RIADH HAMMEDI
 
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
MohamedHATRAF
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoairesabir
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Dr Taoufik Djerboua
 
L'hémogramme
L'hémogrammeL'hémogramme
L'hémogramme
S/Abdessemed
 
La recherche des parasites sanguicoles
La recherche des parasites sanguicolesLa recherche des parasites sanguicoles
La recherche des parasites sanguicoles
IMANE HALIMA BENLARIBI
 
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Jean-Christophe Fournet
 
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopie
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopieLe diagnostic biologique du paludisme par microscopie
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopie
Institut Pasteur de Madagascar
 

Tendances (20)

Techniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologieTechniques de concentration en parasitologie
Techniques de concentration en parasitologie
 
Sérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félixSérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félix
 
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO) TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
TITRAGE DES ANTICORPS ANTI-STREPTOLYSINE O (ASLO)
 
Coloration et examen des frottis sanguins
Coloration et examen des frottis sanguinsColoration et examen des frottis sanguins
Coloration et examen des frottis sanguins
 
Les milieux de culture en Bactériologie
 Les milieux de culture en Bactériologie Les milieux de culture en Bactériologie
Les milieux de culture en Bactériologie
 
Parasitologie
ParasitologieParasitologie
Parasitologie
 
5 les examens hématologiques
5 les examens hématologiques5 les examens hématologiques
5 les examens hématologiques
 
Les examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en HématologieLes examens biologiques en Hématologie
Les examens biologiques en Hématologie
 
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulinesCours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
Cours 7 lymphocyte b et immunoglobulines
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
 
Tout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologieTout sur la bactériologie
Tout sur la bactériologie
 
Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007Polycopie parasito myco-2006-2007
Polycopie parasito myco-2006-2007
 
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
8. LES TECHNIQUES IMMUNOLOGIQUES.pptx
 
Les technique de protozoaires
Les technique de protozoairesLes technique de protozoaires
Les technique de protozoaires
 
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / EnterococcusLes streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
Les streptocoques / Streptococcus / Enterococcus
 
L'hémogramme
L'hémogrammeL'hémogramme
L'hémogramme
 
La recherche des parasites sanguicoles
La recherche des parasites sanguicolesLa recherche des parasites sanguicoles
La recherche des parasites sanguicoles
 
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
 
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
Cours Hypersensibilité de Type III harmacie 2017
 
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopie
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopieLe diagnostic biologique du paludisme par microscopie
Le diagnostic biologique du paludisme par microscopie
 

Similaire à Immunoanalyse en parasitologie

Lecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
Lecture 1 Introduction to Dental & Oral ImmunologyLecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
Lecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
Dr Taoufik Djerboua
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
Institut Pasteur de Madagascar
 
Le développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludismeLe développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludisme
Institut Pasteur de Madagascar
 
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIREINTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Institut Pasteur de Madagascar
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
SandRab52
 
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007Indoumady Baskara
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Dr Taoufik Djerboua
 
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinaleImmunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Institut Pasteur de Madagascar
 
tous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonauxtous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonaux
Kîïmâã Šîímâã
 
Quizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
Quizz HS type III les Maladies à Complexes ImmunsQuizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
Quizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
Clinical Immunology Laboratory, HMRUO, Oran.
 
Antibiotic.pptx
Antibiotic.pptxAntibiotic.pptx
Antibiotic.pptx
YeamPet
 
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypageAnti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Institut Pasteur de Madagascar
 
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypageAnti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Institut Pasteur de Madagascar
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologie
titimbenzahir
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMAIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
William A. MAHAZI
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITEIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
SamuelKubuyakubwirwa
 
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptxPRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
GloriaMupoyi
 

Similaire à Immunoanalyse en parasitologie (20)

Lecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
Lecture 1 Introduction to Dental & Oral ImmunologyLecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
Lecture 1 Introduction to Dental & Oral Immunology
 
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTIONDIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE D'UNE INFECTION
 
De l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorpsDe l'antigène à l'anticorps
De l'antigène à l'anticorps
 
Le développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludismeLe développement de vaccins contre le paludisme
Le développement de vaccins contre le paludisme
 
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIREINTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
INTRODUCTION A L’IMMUNOLOGIE EN MEDECINE DENTAIRE
 
Toxoplasmose
ToxoplasmoseToxoplasmose
Toxoplasmose
 
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
Sélection des antigènes et données pré-cliniques nécessaires à la décision de...
 
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdftoxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
toxoplasmose-130108191604-phpapp01.pdf
 
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007
Réponse immunitaire innée chez la drosophile 2007
 
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculoseFamille des Mycobacteriaceae et tuberculose
Famille des Mycobacteriaceae et tuberculose
 
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinaleImmunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
Immunité Acquise : réponse protectrice et recherche vaccinale
 
tous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonauxtous sur les anticorps monoclonaux
tous sur les anticorps monoclonaux
 
Quizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
Quizz HS type III les Maladies à Complexes ImmunsQuizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
Quizz HS type III les Maladies à Complexes Immuns
 
Antibiotic.pptx
Antibiotic.pptxAntibiotic.pptx
Antibiotic.pptx
 
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypageAnti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
 
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypageAnti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
Anti-paludogramme - Tests de chimiosensibilité in vitro : un test de phénotypage
 
cours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologiecours de toxoplasmose model de parasitologie
cours de toxoplasmose model de parasitologie
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMAIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE/ UNIVERSITE DE GOMA
 
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITEIMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
IMMUNOPATHOLOGIE: LES REACTIONS D'HYPERSENSIBILITE
 
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptxPRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
PRESENTATION DR MUPEPA IMMUNITE APPLIQUEE EN CHIRURGIE.pptx
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Dr Taoufik Djerboua
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
Dr Taoufik Djerboua
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Dr Taoufik Djerboua
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigations
Dr Taoufik Djerboua
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Dr Taoufik Djerboua
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Dr Taoufik Djerboua
 
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Dr Taoufik Djerboua
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Dr Taoufik Djerboua
 
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifsL'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
Dr Taoufik Djerboua
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
Dr Taoufik Djerboua
 
Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle
Dr Taoufik Djerboua
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Dr Taoufik Djerboua
 
Bacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictesBacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictes
Dr Taoufik Djerboua
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Dr Taoufik Djerboua
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
Dr Taoufik Djerboua
 
EndNote : notions de base
EndNote : notions de baseEndNote : notions de base
EndNote : notions de base
Dr Taoufik Djerboua
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Dr Taoufik Djerboua
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Dr Taoufik Djerboua
 
Virologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virusVirologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virus
Dr Taoufik Djerboua
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
Dr Taoufik Djerboua
 

Plus de Dr Taoufik Djerboua (20)

Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
Exploration du métabolisme energetique bactérien / investigating bacterial en...
 
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
(Draft) Bacterial Zoonoses and Brucellosis / (brouillon)Zoonoses bacteriennes...
 
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulmaBeta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
Beta laktamazlar enzimler yapisi siniflandirilmasi bulma
 
beta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigationsbeta lactamases : structure , classification and investigations
beta lactamases : structure , classification and investigations
 
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
Examen cytobacteriologique des prelevements genitaux et des infections sexuel...
 
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
Resistance aux antimicrobiens aux origines de l'emergence et de la propagatio...
 
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
Les eaux techniques en nettoyge desinfection et sterilisation / echnical wate...
 
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
Les tests de sensibilite aux antibiotiques / Antimicrobial susceptibility tes...
 
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifsL'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
L'autoclavage aspects techniques pratiques et normatifs
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
 
Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle Generalites sur la sterilisation industrielle
Generalites sur la sterilisation industrielle
 
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
Diagnostic micrbiologique des infections respiratoires basses et de la tuberc...
 
Bacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictesBacteries anaerobies strictes
Bacteries anaerobies strictes
 
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumanniiPseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
Pseudomonas aeruginosa et acinetobacter baumannii
 
La partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologieLa partique au laboratoire de microbiologie
La partique au laboratoire de microbiologie
 
EndNote : notions de base
EndNote : notions de baseEndNote : notions de base
EndNote : notions de base
 
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentésFamille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
Famille des Poxviridae: Variole,Orf et apparentés
 
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoVFamille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
Famille des Coronaviridae : Rhume, SRAS et MERScoV
 
Virologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virusVirologie structure multiplication des virus
Virologie structure multiplication des virus
 
La famille des Enterobacteriaceae
La famille des EnterobacteriaceaeLa famille des Enterobacteriaceae
La famille des Enterobacteriaceae
 

Immunoanalyse en parasitologie

  • 1. APPLICATIONS DE L’IMMUNOANALYSE EN PARASITOLOGIE-MYCOLOGIE T.DJERBOUA PHARMACIEN MAITRE ASSISTANT EN MICROBIOLOGIE , UNITE BELLOUA-CHU TIZI-OUZOU. ANNÉE UNIVERSITAIRE : 2015-2016 EMAIL : DRTAOUFIK123@HOTMAIL.FR UNIVERSITE MOULOU-MAAMERI DE TIZI-OUZOU FACULTE DE MEDECINE DEPARTEMENT DE PHARMACIE COURS DE 3EME ANNEE PHARMACIE MODULE DE PARASITOLOGIE
  • 2. A LA UNE ! 1.INTRODUCTION 2.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES 3.INTERET DE LA QUESTION 4.PRINCIPES GENERAUX DES REACTIONS MIS EN JEUX 5.LES IMMUNODOSAGES PRIMAIRES (AVEC MARQUEUR) -) les reactions immunoenzymatiques 6.LES IMMUNODOSAGES SECONDAIRES : -les reactions d’immunoprécipitation -les réactions d’agglutination
  • 3. I.INTRODUCTION Découvertes il y a 45 ans , les techniques d’immunoanalyse constituent des outils analytiques très performants a la disposition du biologiste elle permettent la DETECTION et / ou la QUANTIFICATION de très nombreuses molécules biologiques Ces techniques ont pour base la réaction entre antigène et anticorps Il en existe plusieurs types , ayant diverses indications , certains sont automatisables et font partie de la pratique de routine du laboratoire de pathologies infectieuses Dans le domaine de l’infectiologie , elle permettent aussi bien la recherche d’antigènes que d’anticorps
  • 4. II.OBJECTIFS PEDAGOGIQUES A l'issu du cours, l'étudiant sera capable de : *Connaitre l’interet de l’application de l’immunoanalyse en parasitologie-mycologie *connaitre les principes de bases , communes a toutes les méthodes d’immunoanalyse *connaitre les différentes approches techniques , leurs avantages et inconvénients *connaitre les pathologies parasitaires et mycosiques recherchés par immunoanalyse
  • 5. III.INTERET DE LA QUESTION (INDICATIONS APPORTER UN ARGUMENT A LA CLINIQUE TOUTE SITUATION OU ON NE PEUT RETROUVER LE PARASITE LUI MEME 1) En phase de migration larvaire, le parasite immature effectue son cycle dans I'organisme et n'emet pas encore d'oeufs (par exemple) la douve pendant 90 jours, I‘Ascaris et les bilharzies pendant 60 jours) 2) Devant une Iocalisation uniquement viscerale des parasite: il est tres traumatisant et, de plus, assez illusoire, d'essayer de les retrouver dans les ponctions. C'est le cas, par exemple, des amibes dans I'amibiase hepatique ou pulmonaire, ou du toxoplasme dans la toxoplasmose cérébrale ou encore de la larve de Taenia solium dans la cysticercose 3) Au stade chronique d'affections ayant évolué vers une sequestration des parasites dans certains organes, la ponction-biopsie est trop aléatoire (par exemple, Trichinella dans les muscles,Trypanosoma cruzi dans le muscle cardiaque). 4) Dans les impasses parasitaires / Blocage a l’état larvaire chez l’homme: un parasite animal, sous forme larvaire le plus souvent, et non adapte & I 'homme, migre au hasard : Larva migrans cutanee ou viscerale. Seule cette dernière Localisation va provoquer la formation d'anticorps (par exemple, Toxocara canis ou ascaris de chien). Dans le deuxième cas (arrêt au stade larvaire l’exemple type est le kyste hydatique dont la ponction est contre indiquée, 5) Iorsque la charge parasitaire est faible ou Iorsque le parasitisme est intermittent (par exemple,paludisme en dehors des acces, trypanosomose).
  • 6.
  • 7. III.INTERET DE LA QUESTION (INDICATIONS)APPORTER UNE AIDE A LA TECHNIQUE sont utilises pour faciliter les techniques conventionnelles : Leishmaniose , Cryptosporidiose , amibiase, Paludisme …
  • 8. IV.PRINCIPES GENERAUX DES REACTIONS PRECIPITATION AGGLUTINATION IMMUNODOSAGE AVEC MARQUEUR ENZYME FLUOROPHORE RADIO-ISOTOPE SUBSTANCE CHIMI-LUMINESCENTE REACTION DIRECTEMENT VISUALISABLE REACTION NON VISUALISABLE
  • 9. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR TERMINOLOGIE 3) Traceur (MARQUEUR) : molécule liée a un antigène/anticorps de détection et donne un signale mesurable (coloration, fluorescence , radioactivité , chimiluminescence…) 1) Antigène/anticorps de capture : represente la partie liée au support solide , il permet de fixer l’élément recherché 2) Antigène/anticorps de detection : partie portant le traceur et qui permet de reveller la réaction de formation du complexe immun
  • 10. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PRINCIPES GENERAUX IMMUNODOSAGE AVEC MARQEUR EN UN SEUL TEMP (PHASE HOMOGENE) EN PLUSIEURS TEMPS +++ (PHASE HETEROGENE) TYPE DE MARQUAGE PAR EXES D’ANTICORPS (Sandwitch) PAR DEFAUT D’ANTICORPS (COMPETITION) NOMBRE D’ETAPES SHEMA REACTIONNEL
  • 11. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR TYPE DE MARQUAGE *RADIOACTIF : Iode 125 , H3, Co57 … *FLUORESCENT: Fluoresceine , Rhodamine, Ions (Eu 3+, Sm 3+…) *ENZYME: Peroxidase , Phosphatase , Glucose oxydase … *SUBSTANCE CHIMI/BIOLUMINESCENTE:Luminole/H2O2, Luciferine/luciferase V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR
  • 12. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PAR DEFAUT DE DETECTEUR (COMPETITION) Il s'agit de techniques dans lesquelles des molécules marquées et non marquées (celle recherches sensés être en excès) d'une même espèce entrent en compétition vis-à-vis d'un nombre limité de sites de liaison appartenant à un réactif spécifique (anticorps le plus souvent) Etablissement d’un équilibre entre les espèces réactionnelles et le nombre de sites de liaison SITES DE LIAISON (capteur) molecule marquee (traceur) Molecule non marquée (a doser)
  • 13. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PAR DEFAUT D’ANTICORPS (COMPETITION) Une fois l'équilibre atteint, le pourcentage de marqueur lié est inversement proportionnel à la concentration de substance non marquée que l'on veut doser et qui a été ajoutée au milieu réactionnel APPLICABLE AUX ANTIGENES A 1 SEUL EPITOPE!!!!!!
  • 14. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PAR EXES DE DETECTEUR Consiste a extraire l’analyte a l’aide d’un molécule de capture (ou directement fixé sur un support) en excès et de le révéler a l’aide d’une molécule de détection en excès aussi Les techniques « Sandwitch » sont de loin les plus utilisées
  • 15. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PAR EXES DE DETECTEUR AVANTAGES : *Amélioration de la sensibilite (Exes de detecteur) *Amélioration de la spécificité (2 anticorps) *Possibilité de purification d’un isotype d’Ig particulier ou d’une fraction antigènique pariculière (immunocapture) *Combinable a d’autres techniques notamment de séparation (ELIFA, ELIEDA…)
  • 16. V.IMMUNODOSAGES AVEC MARQUEUR PAR EXES DE DETECTEUR INCONVENIENTS : *pas de possibilité pour les antigènes a 1 seul épitope *effet crochet (quantité d’analyte+++) *interference d’anticorps hétérophiles (ex facteur rhumatoide) *réactions croisées
  • 17. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA *LE MARQUEUR EST UNE ENZYME FIXEE SUR UN ANTIGENE OU UN ANTICORPS *PLUSIEURS TYPES D’ENZYMES SONT UTILISEES DANS LES TROUSSES COMMERCIALES (peroxydase, Phosphatase…) *nécessite une étape supplémentaire pour la révélation de la réaction : addition du substrat spécifique de l’enzyme (Coloration, fluorescence … Mesurable par spectrophotométrie *cette technique peut être quantitative ou qualitative et est totalement automatisable
  • 18. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA *La molecule de capture est fixée sur un support solide (verre, plastic …) *l’enzyme peut être directement liée au détecteur ou indirectement (ex Streptavidine-biotine)
  • 19. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA *LES VARIANTS : DIRECTE : la molécule marquée réagit Directement avec l’analyte (antigènes++) INDIRECTE: la molécule marquée réagi indirectement avec l’analyte (anticorps++) =) étape supplémentaire
  • 20. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA *LES VARIANTS : ELISA SANDWITCH : l’analyte est pris en sandwitch entre le capteur et le marqueur ELISA COMPETITION ELISA COUPLEE A DES TECHNIQUES DE SEPARATION: notamment la filtration (ELIFA) et l’immunoelectrodiffusion (ELIEDA) Résultat On obtient des indexes de fixation Peut etre qualitatif , semi quantitatif ou quantitatif
  • 21. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA Avantages  Lecture objective  Automatisable  Pas de compétition avec les IgG  Absence d’interférence avec le facteur rhumatoïde  Réactifs commercialisés Inconvénients  Matériel spécifique  La recherche des antigènes dépend du stade de la maladie  La recherche des anticorps dépend du type et de l’intégrité de la réponse immunitaire Quantification variable selon les modalités de calcul de l’index de positivité (selon les laboratoires)
  • 22. V.LES REACTIONS IMMUNOENZYMATIQUES METHODES ELISA Applications en parasitologie –mycologie (antigènes parasitaires et et anticorps  Toxoplasmose congéniale  Paludisme  Leishmaniose  Trypanosomiase  Bilharziose  Trichinellose  Amibiase  Filariose  Hydatidose  Syndrome de Larva Migrans  Candidose profonde  Cryptococcose  Aspergillose invasive  *Histoplasmose …
  • 23. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION *la réaction de précipitation : complexes immuns insolubles se forment en abondance. *Elle permet de détecter un antigène, un anticorps, ou d'analyser un mélange d'antigènes. *L'utilisation d'un milieu gélifié (agarose +++)permet de produire des gradients réguliers de concentration d'antigène et d'anticorps, afin de créer les conditions optimales de la précipitation (contrairement au milieu liquide). *La diffusion peut être accélérée par électrophorèse. *Les complexes immuns sont emprisonnés dans les mailles du gel et ne peuvent plus migrer, ils forment des arcs ou lignes de précipitation. THEORIE DE MARRACK (heteroplymeres insolubles Ou réseau antigène-anticorps)
  • 24. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LA COURBE DE PRECIPITATION
  • 25. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LES REACTIONS QUALITATIVES 1) L’IMMUNODIFFUSION RADIALE (OUCHTERLONY) *Double diffusion Ag et Ac en fonction de leur PM - permet l’analyse qualitative d’un mélange d’Ag en solution Dans des boîtes de Pétri recouvertes d'un gel d'agarose à 1 % (la concentration dépend de la qualité de l'agarose), des puits sont creusés avec un emporte-pièce. L'antigène et l'anticorps sont déposés dans les puits. Dans la zone de rencontre de l'antigène avec l'anticorps, il se forme un arc de précipité au bout de 24 à 48 heures, visible avec un éclairage à fond noir ou en colorant les protéines
  • 26. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LES REACTIONS QUALITATIVES 1) L’IMMUNODIFFUSION RADIALE (OUCHTERLONY) La distance du précipité au puits est fonction de plusieurs paramètres :  le carré de la distance du précipité au puits est proportionnel à la concentration du réactif, l'antigène ou l'anticorps. Si un arc est collé au puits, il faudra diluer moins ce réactif;  les grosses molécules diffusent moins vite, et l'arc sera proche du puits. Dans un mélange antigénique complexe, cette méthode permet :  de dénombrer le nombre d'antigènes. Chaque arc correspond à au moins un antigène
  • 27. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LES REACTIONS QUALITATIVES 2) Immunoéléctrodiffusion ou électrosynerese Consiste a utiliser le courant d’endosmose qui au court d’une éléctrophorese provoque la migration des gammaglobulines en direction de la cathode (l’antigène migrant vers l’anode) Il y a ainsi accélération de la précipitation
  • 28. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LES REACTIONS QUALITATIVES 3) Immunoéléctrophorese (IEP) Étape 1 :La/les fractions antigéniques subissent une migraion éléctrophoretique en fonction de leurs charge le long de l’axe de migration Étape 2 : diffusion passive a cet axe d’un immusérum montera des arcs de précipitation formé au points de rencontre (Ag-Ac)
  • 29. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  LES REACTIONS QUALITATIVES 3) Immunoéléctrophorese (IEP) Étape 1 :La/les fractions antigéniques subissent une migraion éléctrophoretique en fonction de leurs charge le long de l’axe de migration Étape 2 : diffusion passive a cet axe d’un immusérum montera des arcs de précipitation formé au points de rencontre (Ag-Ac)
  • 30. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  Avantages et inconvenients  1) Ouchterlony: *execution rapide et comode , simple a realiser *reproductible et économique *assez spécifique *interessante pour les études épidémiologiques *les principaux inconvénients étant la durée (parfois plus de 3 jours) et le manque de sensibilité
  • 31. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  Avantages et inconvenients 2)IED *execution rapide et comode , simple a realiser *reproductible et économique *assez spécifique et assez sensible *interessante pour les études épidémiologiques *les principaux inconvénients étant l’utilisation de cuve d’éléctrophorese et le delais
  • 32. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  Avantages et inconvenients 3) IEP *bonne sensibilité et spécificité *Arcs spécifiques majeurs et immunogènes (ex Arc 5 pour le kyste hydatique) *reproductible et peu couteurse *très interessante sur le plan diagnostic *les principaux inconvénients sont la durée (très longue), l’utilisation de cuve d’éléctrophorese , une grande quantité de sérum. *non adaptée aux études épidémiologiques.
  • 33. VI.LES REACTIONS DE PRECIPITATION  APPLICATIONS *Protozooses (Amibiase) *Helminthiases (Kyste hydatique , Shistosomiase , Fasciolose…) *Mycoses profondes (Aspergillose , Candidose…) ATTENTION aux interference (infections , maladies auto-immunes , affections malignes…)

Notes de l'éditeur

  1. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  2. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  3. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  4. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  5. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  6. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  7. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  8. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  9. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  10. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  11. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  12. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  13. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  14. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  15. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  16. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  17. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  18. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  19. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  20. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  21. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  22. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  23. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  24. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  25. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  26. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu
  27. Paludisme : faire la preuve d’un palu présumé traité Contrôle poche de sang Paludisme évolutif chez un sujet ayant déjà eu un palu