SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  18
Hémorragie
méningiée
Bour Daoud abdesalam
Plan du cour
Définition
Et Etiologie
01
04
02
05
03
Introduction Diagnostic
Complication Prise en charge
Les méninges
Les méninges sont les membranes qui enveloppent le
système nerveux central : encéphale et moelle
épinière, la portion intracrânienne des nerfs
crâniens et les racines des nerfs spinaux.
De la surface vers la profondeur, on distingue
● la dure-mère,
● l'arachnoïde
● la pie-mère.
Vascularisation artérielle
La vascularisation artérielle du cerveau est
tributaire de deux systèmes artériels:
● -Le système carotidien en avant
● -Le système vertébro basilaire en arrière.
Ces quatre grands axes sont reliés entre
eux à à la base du cerveau par le cercle
anastomotique « polygone de Willis »
L'hémorragie méningée, ou hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) est définie
par l'irruption de sang artériel dans les espaces sous-arachnoïdiens.
C'est un accident grave, parfois mortel, qui impose un
transfert urgent en neurochirurgie lorsqu'il est
diagnostiqué
Définition
Etiologie
Repture d’une anévrysme
•A l’origine de 85 % des hémorragies méningées . C’est
une dilatation sacciforme (parfois fusiforme) d’une artère
cérébrale
•En cause, la fragilité d’un point de la paroi qui n’est
pourvu que de la couche élastique externe et qui se
gonfle sous l’effet de facteurs hémodynamiques
•Dans 97 % des cas se localisent sur la partie antérieure
du polygone de Willis (ACA++)
•Age moyen de survenue : 50 ans.
Etiologie
Malformation artério-veineuse
Se définit par la persistance d’anastomoses entre artère
et veine sans interpositions de lit capillaire.
Survient chez le sujet jeune : 70 % entre 15 et 50 ans, 20 %
avant 15 ans.
Autre étiologie
•Trumatisme
•Anévrysme mycotique ( embolie septique dans le cadre d’une endocardite
infectieuse )
•Fistules artérioveises durales
•Sans cause
Signes cliniques
méningé non fébrile :
● Céphalée : intense, diffuse, «en casque»,
● Nausée voir des vomissement
● Photophobie, phono phobie
● Raideur de la nuque
● Signe de Kernig : résistance douloureuse lors de l'extension passive du
membre inférieur;
● Signe de Brudzinski : flexion involontaire des membres inférieurs lorsqu'on
tente de fléchir la nuque.
● Troubles de la consience
NB :syndrome méningé non fébrile est une HSA jusqu'à preuve du contraire.
Paralysie du III
● Paralysie du III intrinsèque et extrinsèque par
un anévrisme supra clinoidien de l'artère
carotide interne
● La symptomatologie comporte
● une diplopie,
● un ptosis
● une parésie de l'adduction et du regard vers le
haut et vers le bas.
● Si la pupille est atteinte, elle est dilatée et les
réflexes photomoteurs sont altérés
Syndrome de Terson
● L'HSA peut entrainer la survenue d'hémorragies
intraoculaires uni- ou bilatérales (corps vitré, parfois
rétine) dans les formes sévères, appelées syndrome
de Terson (20 % des patients).
● Symptomes : myodésopsies (l'apparition dans le
champ de vision de taches opaques) et/ou baisse
d'acuité visuelle plus ou moins sévère.
● Clinique : le diagnostic est posé par l'examen du
fond d‘oeil, qui montre des hémorragies dans
l'espace sous-hyaloïdien proche de la papille optique,
pouvant s'étendre dans le corps vitré.
● Les formes graves peuvent nécessiter une
vitrectomie.
Explorations
• Le scanner sans injection est l'examen clé du diagnostic
• Confirme le diagnostic : une hyperdensité spontanée des espaces sous- arachnoïdiens
(citernes de la base, sillon latéral, sillons corticaux, scissure longitudinale)
Echelle scanographique de Fisher:
• Grade 1: absence de sang
• Grade2: depots <1 mm d’epaisseur
• Grade 3: depots >1 mm d’epaisseur
• Grade 4 : hematome parenchymateux ou intraventriculaire
Scanner cérébral sans injection de produit de contraste
NB :la sensibilité du scanner dépend de son délai de réalisation par rapport
au saignement (disparition de l'hyperdensité sanguine en 5 à 8 jours); ce
scanner doit donc être fait le plus tôt possible après une suspicion clinique
d'HSA.
• Dans le cas de normalite de ces deux examens, la PL peut
identifer 3% des cas, demontrant un aspect
xanthochromique du LCR.
• Elle n’est realisée que si le scanner cerebral est normal.
• La normalité d’une ponction lombaire 12h apres le debut de
la cephalee permet d’eliminer le diagnostic d’hemorragie
meningee.
• A une sensibilité comparable au scanner dans les
premières 24 heures pour faire le diagnostic.
• A une meilleure sensibilité que le scanner dans les jours
qui suivent l'HSA du fait d'une capacité plus grande à
détecter le sang
• Détecte un certain nombre d'autres causes (tumeurs,
thrombose veineuse cérébrale...).
• Est donc indiquée dans certains cas particuliers, surtout
si le scanner est normal : suspicion de diagnostic
différentiel
IRM cérébrale
Ponction lombaire
Angioscanner
• Réalisé immédiatement après le scanner sans
injection, il permet d'identifier la présence de
l'anévrisme artériel et précisant sa taille, sa
localisation et sa forme
Angiographie conventionnelle
• Elle est réalisée lors du traitement de l'anévrisme
ou à visée diagnostique dans certains cas où le
diagnostic étiologique reste incertain.
Angioscanner cérébral (coupe coronale)
montrant un anévrisme de l'artère
communicante antérieure
Explorations complémentaires à visée étiologique
Pronostic
Les HSA anévrismales sont une forme grave d'AVC 1 patient sur 5 (20 %) va décéder en
préhospitalier. Pour les patients pris en charge à l'hopital :
• 60% vont survivre sans séquelles majeures;
• 20 % vont décéder;
• 20% vont présenter un handicap séquellaire lourd.
Le pronostic est fonction essentiellement du tableau clinique initial, évalué par le score de la
World Federation of Neurosurgery (score WFNS). Ce score prend en compte l'état de
vigilance du patient, évalué par le score de Glasgow, et la présence ou non d'un déficit
neurologique :
• WFNS I : score de Glasgow à 15 et aucun déficit moteur;
• WFNS II : score de Glasgow à 14 ou 13 et aucun déficit moteur;
• WFNS III : score de Glasgow à 14 ou 13 et présence d'un déficit moteur;
• WFNS IV : score de Glasgow de 12 à 8 et présence ou absence de déficit moteur;
• WFNS V : score de Glasgow < 8 (patient dans le coma).
Complication
Hypertension intra crânienne Lie à l’éruption du sang dans l’espace sous arachnoïdien avec oedème cérébral
et parfois à la présence d’un hématome ; intra parenchymateux associe. Elle est
majorée par l’hydrocéphalie aigue. elle nécessite la prescription de solutés
macromoléculaires associe à une surveillance de la pression intra crânienne
Hydrocéphalie aigue Lie à l’obstruction des voies d'écoulement du LCR, ventriculaire ou des citernes
de la base par caillot de sang ; nécessite la mise en place d’un système de
dérivation ventriculaire externe en urgence.
Récidive hémorragique C'est un nouveau saignement dans les heures ou jours qui suivent la première
rupture, si l'anévrisme n'a pas été exclu avant. Il se révèle le plus souvent soit par
un coma brutal, soit par un décès. Il doit être prévenu par une exclusion rapide
de l'anévrisme, c'est-à-dire dans les 48 heures qui suivent le saignement initial
Spasme artériel C’est une vasoconstriction sévère et prolongée entrainant des modifications
histologiques de la paroi artérielle parfois irréversible.
prise en charge
Contexte de prise en charge
● C'est une urgence diagnostique et thérapeutique. L'HSA d'origine anévrismale
impose initialement une hospitalisation en soins intensifs ou en réanimation
neurochirurgicale.
● En fonction de l'état neurologique et des complications identifiées, se discuteront
une sédation, une intubation et une ventilation afin d'assurer une neuro protection
et de controler les agressions cérébrales secondaires d'origine systémique
(ACSOS)
Prise en charge de l'hydrocéphalie aigue
● La prise en charge repose sur la pose d'une dérivation ventriculaire externe (DVE).
Il s'agit d'un cathéter inséré chirurgicalement dans le ventricule et permettant de
dériver l'excès de LCS.
Prévention de l'ischémie cérébrale retardée : nimodipine per os pendant 21 jours
● Surveillance pendant au moins 14 jours, notamment à la recherche d'un déficit
neurologique retardé.
● Il faut impérativement exclure l'anévrisme de la circulation cérébrale, pour éviter
un resaignement en général catastrophique.
● L'exclusion est réalisée dans les 48 heures qui suivent la rupture.
● Deux modalités sont possibles : la chirurgie ou l'exclusion endovasculaire
● Le traitement par neuroradiologie interventionnelle
consiste en la montée par voie endovasculaire d'un
microcathéter jusque dans le sac anévrismal et dépot in situ d'un
matériel permettant l'exclusion de l'anévrisme (spires ou coils)
● Le traitement microchirurgical consiste, après réalisation
d'un volet osseux, en une dissection de la malformation,
un isolement du collet et une exclusion l'anévrisme par pose
d'un clip en titane sur son collet
Exclusion de l'anévrisme
Conclusion

Contenu connexe

Tendances

Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
laamlove
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
Rose De Sable
 
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIRSYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
mahfay
 
Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)
Rose De Sable
 

Tendances (20)

Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
 
Prise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVCPrise en charge neurochirurgicale des AVC
Prise en charge neurochirurgicale des AVC
 
Prise en charge avc 2013
Prise en charge avc 2013Prise en charge avc 2013
Prise en charge avc 2013
 
La goute 2
La goute 2La goute 2
La goute 2
 
dysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemiesdysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemies
 
Bpco
BpcoBpco
Bpco
 
Douleur thoracique
Douleur thoraciqueDouleur thoracique
Douleur thoracique
 
Urgences hypertensives
Urgences hypertensivesUrgences hypertensives
Urgences hypertensives
 
Endocardite infectieuse
Endocardite infectieuseEndocardite infectieuse
Endocardite infectieuse
 
Sca nstemi
Sca nstemiSca nstemi
Sca nstemi
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 
1 PHYSIOLOGIE-CARDIO-VASCULAIRE-INTRODUCTION-1.ppt
1 PHYSIOLOGIE-CARDIO-VASCULAIRE-INTRODUCTION-1.ppt1 PHYSIOLOGIE-CARDIO-VASCULAIRE-INTRODUCTION-1.ppt
1 PHYSIOLOGIE-CARDIO-VASCULAIRE-INTRODUCTION-1.ppt
 
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
Insuffisance hépatique aiguë (Hépatite fulminante)
 
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIRSYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
SYNDROMES CORONAIRES AIGUS (SCA)- les messages clés- A TELECHARGER !! POUR VOIR
 
Encéphalopathie hepatique
Encéphalopathie hepatiqueEncéphalopathie hepatique
Encéphalopathie hepatique
 
Steatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidiqueSteatose aigue gravidique
Steatose aigue gravidique
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)Syndrome coronarien aigu new (1)
Syndrome coronarien aigu new (1)
 
Crises convulsives
Crises convulsivesCrises convulsives
Crises convulsives
 

Similaire à Hémorragie méningiée

[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
Fédération Rétine de Paris
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Asma Semsouma
 
02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf
OnLine68
 
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptxCaderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
SimoChabbai
 
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique ACSOS
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique  ACSOSagressions cerebrales secondaires d'origine systemique  ACSOS
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique ACSOS
Patou Conrath
 

Similaire à Hémorragie méningiée (20)

accident vasculaire cérébral (avec mp3)
accident vasculaire cérébral (avec mp3)accident vasculaire cérébral (avec mp3)
accident vasculaire cérébral (avec mp3)
 
AVC ischémique
AVC ischémiqueAVC ischémique
AVC ischémique
 
Coma
ComaComa
Coma
 
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC  accident vasculaire cérébrale .pptxAVC  accident vasculaire cérébrale .pptx
AVC accident vasculaire cérébrale .pptx
 
[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
[DES1 Urgences] Occlusions Vasculaires / Pr M. Paques (17 mars 2012)
 
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranienConduite a tenir devant un traumatisme cranien
Conduite a tenir devant un traumatisme cranien
 
02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf02.neuro_radiologie.pdf
02.neuro_radiologie.pdf
 
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptxCaderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
 
anesth rea 2
anesth rea 2anesth rea 2
anesth rea 2
 
Sca bis
Sca bisSca bis
Sca bis
 
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques CérébrauxEtiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
Etiologies et Classifications des Accidents Ischémiques Cérébraux
 
POLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.pptPOLYTRAUMATISME.ppt
POLYTRAUMATISME.ppt
 
avc-ide-2013.pptx
avc-ide-2013.pptxavc-ide-2013.pptx
avc-ide-2013.pptx
 
La syncope
La syncopeLa syncope
La syncope
 
Cat devant convulsion du nrs
Cat devant  convulsion du nrsCat devant  convulsion du nrs
Cat devant convulsion du nrs
 
Urgences Neuro 1..pptx
Urgences Neuro 1..pptxUrgences Neuro 1..pptx
Urgences Neuro 1..pptx
 
derivation ventriculaire externe dve 2016
derivation ventriculaire externe dve 2016derivation ventriculaire externe dve 2016
derivation ventriculaire externe dve 2016
 
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique ACSOS
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique  ACSOSagressions cerebrales secondaires d'origine systemique  ACSOS
agressions cerebrales secondaires d'origine systemique ACSOS
 
Convulsion umct 2012
Convulsion umct 2012Convulsion umct 2012
Convulsion umct 2012
 
Avc HéMorragique
Avc HéMorragiqueAvc HéMorragique
Avc HéMorragique
 

Hémorragie méningiée

  • 2. Plan du cour Définition Et Etiologie 01 04 02 05 03 Introduction Diagnostic Complication Prise en charge
  • 3. Les méninges Les méninges sont les membranes qui enveloppent le système nerveux central : encéphale et moelle épinière, la portion intracrânienne des nerfs crâniens et les racines des nerfs spinaux. De la surface vers la profondeur, on distingue ● la dure-mère, ● l'arachnoïde ● la pie-mère.
  • 4. Vascularisation artérielle La vascularisation artérielle du cerveau est tributaire de deux systèmes artériels: ● -Le système carotidien en avant ● -Le système vertébro basilaire en arrière. Ces quatre grands axes sont reliés entre eux à à la base du cerveau par le cercle anastomotique « polygone de Willis »
  • 5. L'hémorragie méningée, ou hémorragie sous-arachnoïdienne (HSA) est définie par l'irruption de sang artériel dans les espaces sous-arachnoïdiens. C'est un accident grave, parfois mortel, qui impose un transfert urgent en neurochirurgie lorsqu'il est diagnostiqué Définition
  • 6. Etiologie Repture d’une anévrysme •A l’origine de 85 % des hémorragies méningées . C’est une dilatation sacciforme (parfois fusiforme) d’une artère cérébrale •En cause, la fragilité d’un point de la paroi qui n’est pourvu que de la couche élastique externe et qui se gonfle sous l’effet de facteurs hémodynamiques •Dans 97 % des cas se localisent sur la partie antérieure du polygone de Willis (ACA++) •Age moyen de survenue : 50 ans.
  • 7. Etiologie Malformation artério-veineuse Se définit par la persistance d’anastomoses entre artère et veine sans interpositions de lit capillaire. Survient chez le sujet jeune : 70 % entre 15 et 50 ans, 20 % avant 15 ans. Autre étiologie •Trumatisme •Anévrysme mycotique ( embolie septique dans le cadre d’une endocardite infectieuse ) •Fistules artérioveises durales •Sans cause
  • 8. Signes cliniques méningé non fébrile : ● Céphalée : intense, diffuse, «en casque», ● Nausée voir des vomissement ● Photophobie, phono phobie ● Raideur de la nuque ● Signe de Kernig : résistance douloureuse lors de l'extension passive du membre inférieur; ● Signe de Brudzinski : flexion involontaire des membres inférieurs lorsqu'on tente de fléchir la nuque. ● Troubles de la consience NB :syndrome méningé non fébrile est une HSA jusqu'à preuve du contraire.
  • 9. Paralysie du III ● Paralysie du III intrinsèque et extrinsèque par un anévrisme supra clinoidien de l'artère carotide interne ● La symptomatologie comporte ● une diplopie, ● un ptosis ● une parésie de l'adduction et du regard vers le haut et vers le bas. ● Si la pupille est atteinte, elle est dilatée et les réflexes photomoteurs sont altérés
  • 10. Syndrome de Terson ● L'HSA peut entrainer la survenue d'hémorragies intraoculaires uni- ou bilatérales (corps vitré, parfois rétine) dans les formes sévères, appelées syndrome de Terson (20 % des patients). ● Symptomes : myodésopsies (l'apparition dans le champ de vision de taches opaques) et/ou baisse d'acuité visuelle plus ou moins sévère. ● Clinique : le diagnostic est posé par l'examen du fond d‘oeil, qui montre des hémorragies dans l'espace sous-hyaloïdien proche de la papille optique, pouvant s'étendre dans le corps vitré. ● Les formes graves peuvent nécessiter une vitrectomie.
  • 11. Explorations • Le scanner sans injection est l'examen clé du diagnostic • Confirme le diagnostic : une hyperdensité spontanée des espaces sous- arachnoïdiens (citernes de la base, sillon latéral, sillons corticaux, scissure longitudinale) Echelle scanographique de Fisher: • Grade 1: absence de sang • Grade2: depots <1 mm d’epaisseur • Grade 3: depots >1 mm d’epaisseur • Grade 4 : hematome parenchymateux ou intraventriculaire Scanner cérébral sans injection de produit de contraste NB :la sensibilité du scanner dépend de son délai de réalisation par rapport au saignement (disparition de l'hyperdensité sanguine en 5 à 8 jours); ce scanner doit donc être fait le plus tôt possible après une suspicion clinique d'HSA.
  • 12. • Dans le cas de normalite de ces deux examens, la PL peut identifer 3% des cas, demontrant un aspect xanthochromique du LCR. • Elle n’est realisée que si le scanner cerebral est normal. • La normalité d’une ponction lombaire 12h apres le debut de la cephalee permet d’eliminer le diagnostic d’hemorragie meningee. • A une sensibilité comparable au scanner dans les premières 24 heures pour faire le diagnostic. • A une meilleure sensibilité que le scanner dans les jours qui suivent l'HSA du fait d'une capacité plus grande à détecter le sang • Détecte un certain nombre d'autres causes (tumeurs, thrombose veineuse cérébrale...). • Est donc indiquée dans certains cas particuliers, surtout si le scanner est normal : suspicion de diagnostic différentiel IRM cérébrale Ponction lombaire
  • 13. Angioscanner • Réalisé immédiatement après le scanner sans injection, il permet d'identifier la présence de l'anévrisme artériel et précisant sa taille, sa localisation et sa forme Angiographie conventionnelle • Elle est réalisée lors du traitement de l'anévrisme ou à visée diagnostique dans certains cas où le diagnostic étiologique reste incertain. Angioscanner cérébral (coupe coronale) montrant un anévrisme de l'artère communicante antérieure Explorations complémentaires à visée étiologique
  • 14. Pronostic Les HSA anévrismales sont une forme grave d'AVC 1 patient sur 5 (20 %) va décéder en préhospitalier. Pour les patients pris en charge à l'hopital : • 60% vont survivre sans séquelles majeures; • 20 % vont décéder; • 20% vont présenter un handicap séquellaire lourd. Le pronostic est fonction essentiellement du tableau clinique initial, évalué par le score de la World Federation of Neurosurgery (score WFNS). Ce score prend en compte l'état de vigilance du patient, évalué par le score de Glasgow, et la présence ou non d'un déficit neurologique : • WFNS I : score de Glasgow à 15 et aucun déficit moteur; • WFNS II : score de Glasgow à 14 ou 13 et aucun déficit moteur; • WFNS III : score de Glasgow à 14 ou 13 et présence d'un déficit moteur; • WFNS IV : score de Glasgow de 12 à 8 et présence ou absence de déficit moteur; • WFNS V : score de Glasgow < 8 (patient dans le coma).
  • 15. Complication Hypertension intra crânienne Lie à l’éruption du sang dans l’espace sous arachnoïdien avec oedème cérébral et parfois à la présence d’un hématome ; intra parenchymateux associe. Elle est majorée par l’hydrocéphalie aigue. elle nécessite la prescription de solutés macromoléculaires associe à une surveillance de la pression intra crânienne Hydrocéphalie aigue Lie à l’obstruction des voies d'écoulement du LCR, ventriculaire ou des citernes de la base par caillot de sang ; nécessite la mise en place d’un système de dérivation ventriculaire externe en urgence. Récidive hémorragique C'est un nouveau saignement dans les heures ou jours qui suivent la première rupture, si l'anévrisme n'a pas été exclu avant. Il se révèle le plus souvent soit par un coma brutal, soit par un décès. Il doit être prévenu par une exclusion rapide de l'anévrisme, c'est-à-dire dans les 48 heures qui suivent le saignement initial Spasme artériel C’est une vasoconstriction sévère et prolongée entrainant des modifications histologiques de la paroi artérielle parfois irréversible.
  • 16. prise en charge Contexte de prise en charge ● C'est une urgence diagnostique et thérapeutique. L'HSA d'origine anévrismale impose initialement une hospitalisation en soins intensifs ou en réanimation neurochirurgicale. ● En fonction de l'état neurologique et des complications identifiées, se discuteront une sédation, une intubation et une ventilation afin d'assurer une neuro protection et de controler les agressions cérébrales secondaires d'origine systémique (ACSOS) Prise en charge de l'hydrocéphalie aigue ● La prise en charge repose sur la pose d'une dérivation ventriculaire externe (DVE). Il s'agit d'un cathéter inséré chirurgicalement dans le ventricule et permettant de dériver l'excès de LCS. Prévention de l'ischémie cérébrale retardée : nimodipine per os pendant 21 jours ● Surveillance pendant au moins 14 jours, notamment à la recherche d'un déficit neurologique retardé.
  • 17. ● Il faut impérativement exclure l'anévrisme de la circulation cérébrale, pour éviter un resaignement en général catastrophique. ● L'exclusion est réalisée dans les 48 heures qui suivent la rupture. ● Deux modalités sont possibles : la chirurgie ou l'exclusion endovasculaire ● Le traitement par neuroradiologie interventionnelle consiste en la montée par voie endovasculaire d'un microcathéter jusque dans le sac anévrismal et dépot in situ d'un matériel permettant l'exclusion de l'anévrisme (spires ou coils) ● Le traitement microchirurgical consiste, après réalisation d'un volet osseux, en une dissection de la malformation, un isolement du collet et une exclusion l'anévrisme par pose d'un clip en titane sur son collet Exclusion de l'anévrisme