SlideShare une entreprise Scribd logo
Uro-néphrologie
5ème année de médecine                    Les infections urinaires
Oran, 2010-2011


 DEFINITIONS :

 Colonisation : Présence d’un ou de plusieurs micro-organismes dans l’arbre urinaire sans générer de
     manifestations cliniques, c’est la bactériurie.
 Infection urinaire : Associe :
 Au moins, un des signes suivants : fièvre, impériosité mictionnelle, pollakiurie, brûlure mictionnelle, douleur
 sus-pubienne, douleur lombaire, en l’absence d’autre cause infectieuse ou non.
 Une uro-culture positive.
 Infection urinaire communautaire :
 C’est une infection qui n’est pas liée aux soins (donc qui n’est pas nosocomiale).

 DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE :

 ECB des urines :
 Prélèvement par ponction sus-pubienne. C’est le plus représentatif.
 Prélèvement au milieu du jet, après une toilette convenable des organes génitaux.
 Transport et conservation < 2 heures à une température ambiante ou conservation à 4° C pendant 24 heures.
 Bactériurie >ou= 103 ufc/ml. ufc = unité foyer colonisé.
 En pratique, le seuil >ou= 104 ufc/ml, à partir duquel un antibiogramme est réalisé.
 Patient sans sonde urinaire : bactériurie >ou= 10 3 ufc/ml et une leucocyturie >ou= 104/ml => Infection.

 Bandelette urinaire :
 Recherche de leucocytes et nitrites.
 Valeur prédictive négative > 95 % : leucocytes (–) et nitrites (–) , les faux négatifs existent à < 5%.

 Epidémiologie bactérienne :
 Le spectre des agents pathogènes est le même dans les IU basses et hautes.
 Escherichia coli (75% à 90%)
 Proteus mirabilis (5%)
 Klebsiella sp (3 à 4%)
 Staphylococcus saprophyticus (3 à 4%)


 CYSTITE AIGUË :

 Diagnostic clinique
 L’examen clinique pelvien et gynécologique doit se faire si les signes cliniques ne sont pas évidents.
 Evaluation complémentaire
 Interrogatoire : recherche des facteurs de gravité :
 Signes d’une infection plus grave : la pyélonéphrite.
 Premier épisode ou une rechute : IU récidivante.
 Autre facteur : hématurie, ANTCD urologiques, maladies diminuant le statut immunitaire.
 Examens complémentaires :
 En cas de doute.
 Présence se signes de gravité.
 Présence de facteurs de risque.
 Bandelette urinaire : leucocyte (+), nitrites (+), peut suffire.
                                                           1                                               Fany
ECB est recommandé si BU négative ou en cas de doute.
 Cystite aiguë non compliquée chez la femme :
Signes cliniques :
Brûlure mictionnelle, pollakiurie, impériosité mictionnelle, douleurs hypogastriques, pas de fièvre, pas de
douleurs lombaires, urines troubles parfois nauséabondes, hématurie macroscopique parfois.
Examens complémentaires :
Pas d’ECB sauf si nitrites négatives.
Aucun autre examen n’est justifié.

 Cystite aiguë récidivante chez la femme :
On parle de cystite aiguë récidivante : si plus de 3 épisodes par an, ou 2 épisodes dans les derniers 6 mois, ou
dernier épisode < 3 mois.
Interrogatoire, catalogue mictionnel (analyse précise et objective).
Examen clinique uro-génital.
Débimétrie, échographie post-mictionnelle, ASP, échographie de l’appareil urinaire.

En fonction des résultats des examens précédents :
   o Urétro-cystographie rétrograde.
   o Cystographie mictionnelle.
   o Endoscopie.
   o Uroscanner.

Recommandations thérapeutiques :

Ne pas hospitaliser une cystite aiguë.
Hospitalisation exceptionnelle si facteurs de gravité ou complications.

=> Cystite simple chez une femme jeune non enceinte :
Traitement mono dose : fosfomycine, trométamol, ofloxacine, ciprofloxacine.
Traitement de 3 jours : lomefloxacine ou norfloxacine.
Traitement de 5 à 7 jours : autres molécules : nitrofurantoine.
Traitement antalgique en cas de douleur importante.

=> Cystite simple chez une femme ménopausée :
Traitement court, si sans facteur de co-morbidité.
Traitement prolongé de 5 à 7 jours reste indiqué.

=> Cystite simple chez une femme enceinte :
Antibiotiques à éviter : tétracyclines, quinolones.
Antibiotiques utilisés avec précaution : aminosides, cotrimoxazole
Traitement recommandé : 7 jours.
Traitement court : fosfomycine et trométamol en dose unique, les C2G ou C3G (cefixime).
Autres molécules : amoxicilline, cefalexine, nitrofurantoine.

=> Cystite simple chez l’homme jeune :
Exceptionnelle.
Doit être considéré comme une prostatite.
Traitement court n’a pas été étudié chez l’homme.
Traitement long de 7 jours est recommandé.

                                                       2                                                   Fany
=> Cystite aiguë récidivante :
Traitement long de 5 à 7 jours.
Traitement des facteurs favorisants ou déclenchants.
Cystite post-coitale, antibiothérapie prophylactique après chaque rapport.
Traitement prophylactique à faible dose au long court.

Recommandations de suivi :

=> Après un traitement de cystite simple : pas d’ECBU.
Persistance des symptômes au delà du 7ème jour : ECBU + évaluation complémentaire adaptée.
Femme enceinte : BU à chaque consultation prénatale ( ECB si BU +), ECB si diabète ou ANCTD
d’infection urinaire ou uropathie.

=> Cystite récidivante :
Eviction des facteurs déclenchants ou favorisants.
S’assurer de ne pas passer à coté des facteurs de risque ou des complications en cas d’une nouvelle récidive.

PYELONEPHRITES AIGUËS :

Etat inflammatoire transitoire d’origine infectieuse, atteignant le rein et la voie excrétrice (par voie canalaire
+++, parfois par voie hématogène)

Conséquences :
Œdème.
Afflux leucocytaire.
Ischémie localisée du parenchyme rénal.

Tableau clinique aigu avec :
    o Douleur lombaire unilatérale
    o Fièvre > 38.5°
    o Symptômes de cystite
    o Signes digestifs
Si signes non évidents : une évaluation complémentaire est nécessaire.

ECBU recommandée :
Si négatif, une évaluation complémentaire adaptée est nécessaire.
Hémoculture en cas de signes de gravité.

Evaluation complémentaire clinique :
Diagnostique.
Recherche de signes de gravité de l’infection.
Recherche d’un obstacle de la vois excrétrice.
Recherche de complications.
Appréciation de l’évolution sous traitement : PNA « non compliquée ou simple » / PNA « compliquée ou
grave » ou « à potentiel évolutif ».

 PNA compliquée ou potentiellement évolutive :
Femme > 65 ans.
Femme enceinte.
Homme.
                                                         3                                                    Fany
Signes de gravité de l’infection.
Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaires / obstruction).
Intervention récente ou un acte récent.
Episode récent ou récidivant de PNA.
Maladie qui modifie le statut immunitaire.

 PNA non compliquée ou simple :
Dans tous les autres cas.

Evaluation complémentaire biologique :

Confirmation par un ECBU.
Appréciation de la gravité : NFS, CRP, +ou- hémoculture, la normalisation du CRP = efficacité du
traitement.
Recherche de facteurs de risques ou de complications (glycémie à jeun, clearance de la créatinine).

Evaluation complémentaire radiologique :
Recherche d’un obstacle de la voie excrétrice (Echo et ASP) => si dilatation => drainage urgent.
TDM rénal sans injection si doute.
TDM rénal avec injection si doute sur le diagnostic (=> pyonéphrose, abcès, PPN « phlegmon péri-
néphrétique).

Recommandations thérapeutiques :

=> PNA simple non compliquée :
Pas d’hospitalisation. Elle peut être traitée à domicile.
Antibiothérapie probabiliste (fluoroquinolone mono-thérapie = 15 j, ciprofloxacine, C3G injectable). Si
gram+ : amino-pénicilline.
Antibiothérapie de relais , en fonction de l’antibiogramme.
Durée de 15 j est suffisante.

=> PNA compliquée ou potentiellement évolutive :
Si obstacle => drainage de la VE en urgence.
Antibiothérapie probabiliste : bi-thérapie : aminoside + C3G ou une fluoroquinolone.
Antibiothérapie de relais en fonction de l’antibiogramme.
Durée 3 à 6 semaines selon le contexte.

=> PNA chez la femme > 65ans :
Choix de l’antibiotique :comme pour la PNA simple.
Durée 14 à 21 jours.

=> PNA chez l’homme :
Doit être considéré comme une prostatite aiguë.
Les PNA communautaires sont rares.
Choix de l’ATB : comme pour la PNA compliquée.
Durée 4 semaines.

=> PNA chez la femme enceinte :
Choix de l’antibiotique :
   o Antibiotique probabiliste : C3G inj ou C3G + aminosides.
                                                       4                                                   Fany
o Antibiotique de relais : C3G.
ECBU mensuel jusqu’à l’accouchement.
Durée 2 à 3 semaines selon le contexte.

Recommandations de suivi :

Réévaluation à la 48 et 72ème heures et à J7.
Clinique : apyrexie et disparition des douleurs lombaires.
Nouvelle évaluation : ECBU si persistance ou aggravation des signes.
Biologique : NFS – CRP.
Radiologique : TDM rénal.
Si PNA récidivante : UCR, Cystographie mictionnelle, Uroscanner.

PROSTATITE AIGUË :

Recommandations diagnostiques :
Critères cliniques :
   o Syndrome infectieux.
   o Symptômes urinaires.
   o Douleurs pelviennes.
   o Douleurs au TR (inconstantes).
   o Rechercher d’autres foyers.
 Critères bactériologiques :
   o ECBU recommandée.
   o Hémocultures en cas de présence de signes de gravité.

Examens complémentaires (pour le diagnostic, les signes de gravité, un obstacle de la voie excrétrice, les
facteurs de complication) : Clinique, biologique, radiologiques
Biologie :
ECBU.
NFS, CRP +ou-, hémocultures.
Glycémie à jeun, créatinine, clairance de la créatinine.
PSA non recommandé.
Clinique :
Rechercher les signes de PBA.
Apprécier la gravité de l’infection.
Facteur de risque ou de complication (RAU).
Evolution sous traitement.
Radiologie :
Echographie pelvienne (RAU).
Echographie du haut appareil urinaire +ou- scanner rénal (PNA associée).
Echographie sus-pubienne ou endo-rectale (abcès prostatique).

 Prostatite non compliquée ou simple :
Pas de :
Signes d’infection.
Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaire / obstruction).
Intervention récente ou un acte récent.
Episode récent ou récidivant.

                                                       5                                                  Fany
Maladie qui modifie le statut immunitaire.
 Prostatite compliquée :
Avec :
Signes d’infection.
Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaire / obstruction).
Intervention récente ou un acte récent.
Episode récent ou récidivant.
Maladie qui modifie le statut immunitaire.


Recommandations thérapeutiques :

=> Prostatite aiguë simple :
Pas d’hospitalisation (milieu social favorable).
Hospitalisation (autres cas).
Antibiothérapie probabiliste : fluoroquinolone inj, si allergie les C3G inj.
Antibiothérapie de relais : données de l’antibiogramme (fluoroquinolones et cotrimoxazole).
Durée 3 à 6 semaines.
Traitement préventif des partenaires sexuels n’est pas nécessaire.

=> Prostatite compliquée :
Hospitalisation.
RAU : drainage vésical (cacheter sus pubien).
Choix de l’antibiotique : Antibiothérapie probabiliste : bi-thérapie : aminosides + C3G inj,
Antibiothérapie de relais après 72 h (antibiogramme), idem pour la prostatite simple.
Durée 3 à 6 semaines.

Recommandations de suivi :

Réévaluation à la 48 et 72ème heures et à J7.
Adaptation du traitement à la clinique et à l’antibiogramme .
ECBU : 1ère semaine et 4 à 6 semaines après l’arrêt du traitement.
Si persistance ou aggravation des signes au delà de 48 à 72 h, nouvelle évaluation complémentaire.
En cas d’abcès prostatique => drainage.
Bilan urologique s’impose à distance de l’épidote infectieux aigu.



                          Les 7 règles de prescription des antibiotiques en urologie
    Faire le bon choix de l’antibiothérapie en accord avec les règles et recommandations nationales.
    Documenter l’infection chaque fois qu’il est possible de le faire.
    Pas de prescription en l’absence de signes cliniques (= bactériurie asymptomatique).
    Prescription de doses suffisantes.
    Varier les choix d’antibiotiques (fluoroquinolones ne doivent pas être systématiquement utilisés en
    première intention, certains vieux antibiotiques restent efficaces dans la plupart des cas).
    Réévaluer l’état infectieux au 3ème jour pour adapter au mieux le traitement à l’antibiogramme
    n’hésitant pas à revenir à une antibiothérapie plus basique.
    Respecter les durées de traitement sans les prolonger inutilement. Une cystite simple ne requière pas
    plus de 6 jours de traitement de même qu’une PNA non compliquée est efficacement traitée après 8
    jours d’antibiothérapie adaptée.
                                                       6                                                  Fany
PREVENTION :

Conseils pour réduire le risque infectieux :
   o Boire suffisamment de liquide.
   o Ne pas retenir trop longtemps son envie d’uriner.
Chez la femme :
   o S’essuyer de l’avant en arrière.
   o Uriner peu de temps après les rapports sexuels.
   o Laver les régions anales et vulvaires quotidiennement surtout avant les rapports sexuels.
   o Eviter les produits désodorisants dans les régions génitales (privilégier un produit à PH neutre).
   o En cas de sécheresse vaginale utiliser des lubrifiants hydrosolubles pour éviter les irritations.

Chez l’homme :
   o Boire suffisamment.
   o Traiter les troubles de la prostate et les urétrites.

Des complications :
   o Traiter les infections de la vessie avec des antibiotiques prévient la pyélonéphrites qui est beaucoup
      plus grave.

Des récidives :
Antibiothérapie prophylactique :
    o Si plus de 2 infections tous les 6 mois.
    o Prostatite chronique.
Infections récurrente chez la femme :
    o Antibiothérapie quotidienne pendant quelques mois.
    o Après chaque rapport.

D’ordre général :
   o Inciter à des mictions régulières 1 miction / 3 heures.
   o Lutter contre la constipation opiniâtre.
   o Eviter les volumineux tampons vaginaux (ils peuvent entraîner des macérations).
   o Eviter les produits agressifs pour les toilettes vaginales.



Sensibilité aux antibiotiques :

Sensibilité % Amoxicilline Amoxicilline+Acide Fluoroquinolon          Cotrimoxazole C3G          Aminoside
                           clavulinique       e systématique                        systématique Amikacine
                                                                                                 Gentamycine
Staph méti S   Inactif         10%                    <10%            <10%          <10%         0-12%
Staph méti R   Inactif         < Inactif              Inactif         <10%          Inactif      10-50%
E.coli         60%             70%                    90%             70%           > 90%        85-95%
Protéus        20%             15%                    0-15%           10%           <10%         0-20%
Enterococcus   90%             90%                    Inactif         Inactif       Inactif      Inactif
foecalis
Klebsiella     Inactif         10%                    70-90%                          90%           90%
Entérobacter   Inactif         Inactif                80%
                                                        7             60-90%          60-80%        85%Fany
Pseudomonas    Inactif         Inactif                60%             Inactif         Inactif       90%
Cystite aiguë récidivante de la femme


                                                     Calendrier
                            Hygiène                 mictionnel –
                                                   Apport hydrique



         Vêtements serrés                                                   Fuites masquées

                                            Facteurs
                                         comportementaux
                                                                             Dys-synergie
                                                                                vésico-
             Essuyage                                                       sphinctérienne
                                                                            (fonctionnelle)



                             Sexualité                 Constipation




Molécules citées :


Familles ou molécules non     Principales molécules         Posologies
Classées

Aminosides                    Amikacine                     Inj : 15 à 20 mg/kg
                              Gentamycine                   Inj : IM, IV: 3 à 6 mg/kg
                              Nétromycine                   IM, IV: 4 à 8 mg/kg

Béta-lactamines               Amoxicilline                  PO : IM ou IV : 2 à 12 g

Béta-lactamines               Acide clavulinique            PO : 2 à 4 /j




                                                   8                                          Fany

Contenu connexe

Tendances

Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
imma-dr
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
assadn2
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
La Tuberculose
La TuberculoseLa Tuberculose
La Tuberculose
GreenFacts
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
elkhantach
 
cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012
chu batna
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
killua zoldyck
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
Mehdi Razzok
 
La tuberculose intestinale
La tuberculose intestinaleLa tuberculose intestinale
La tuberculose intestinale
Rose De Sable
 
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLEL INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
El Mostafa Makani
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau né
laamlove
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmons
somia hind
 
SyndrôMe MononucléOsique
SyndrôMe MononucléOsiqueSyndrôMe MononucléOsique
SyndrôMe MononucléOsique
Lo Lo
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
Egn Njeba
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
benkourdel mohamed
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
Claude EUGENE
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 

Tendances (20)

Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
Cours de anatomie pathologie (dcem1) fibrose janvier 2012
 
Cat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chroniqueCat devant une diarrhée chronique
Cat devant une diarrhée chronique
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
La Tuberculose
La TuberculoseLa Tuberculose
La Tuberculose
 
Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017Notions de pathologies ia 2017
Notions de pathologies ia 2017
 
cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012cours N. Bouchit 2012
cours N. Bouchit 2012
 
Polio cours (1)
Polio cours (1)Polio cours (1)
Polio cours (1)
 
La colique nephretique
La  colique  nephretiqueLa  colique  nephretique
La colique nephretique
 
Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)Plab (bilharziose)
Plab (bilharziose)
 
La tuberculose intestinale
La tuberculose intestinaleLa tuberculose intestinale
La tuberculose intestinale
 
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLEL INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
L INFECTION A VIH/SIDA..... HISTOIRE NATURELLE
 
ictére du nouveau né
ictére du nouveau néictére du nouveau né
ictére du nouveau né
 
Panaris phlegmons
Panaris phlegmonsPanaris phlegmons
Panaris phlegmons
 
SyndrôMe MononucléOsique
SyndrôMe MononucléOsiqueSyndrôMe MononucléOsique
SyndrôMe MononucléOsique
 
Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015Semiologie digestive 2015
Semiologie digestive 2015
 
Hydatidose
HydatidoseHydatidose
Hydatidose
 
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
Kyste hydatique du foie [enregistrement automatique]
 
Cirrhose 2017
Cirrhose 2017Cirrhose 2017
Cirrhose 2017
 
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenirANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
ANOMALIES DU BILAN HEPATIQUE Conduite à tenir
 
Leishmanioses
LeishmaniosesLeishmanioses
Leishmanioses
 

En vedette

L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLEL'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
biolille
 
Infections urinaires chez la femme enceinte
Infections urinaires chez la femme enceinteInfections urinaires chez la femme enceinte
Infections urinaires chez la femme enceinte
El Mostafa Makani
 
ECBU - A technical guide for urine analysis
ECBU - A technical guide for urine analysisECBU - A technical guide for urine analysis
ECBU - A technical guide for urine analysis
Nkengacha Marcellous Agendia
 
Les examens bactériologiques
Les examens bactériologiquesLes examens bactériologiques
Les examens bactériologiques
Meriamme Oue
 
Rapport de microbiologie
Rapport de microbiologieRapport de microbiologie
Rapport de microbiologie
Hassan NAIT-SI
 
La Chimie des urines
La Chimie des urinesLa Chimie des urines
La Chimie des urines
S/Abdessemed
 
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
Wissem ABDELKAFI
 
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
biolille
 
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
biolille
 
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
Fatima Zohra Taieb
 
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
biolille
 
Les hématuries
Les hématuriesLes hématuries
Les hématuries
Idris Ahmed
 
Cas cliniques module 4 2008
Cas cliniques module 4 2008Cas cliniques module 4 2008
Cas cliniques module 4 2008
Idris Ahmed
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
arezki sadoudi
 
Presentation pfe
Presentation pfePresentation pfe
Presentation pfe
zinebcher
 
Méningites et meningoencephalite
Méningites et meningoencephaliteMéningites et meningoencephalite
Méningites et meningoencephalite
Asma Semsouma
 
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcenLa cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
Arbaoui Bouzid
 
Hepatite virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
Hepatite  virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcenHepatite  virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
Hepatite virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
Arbaoui Bouzid
 

En vedette (20)

L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLEL'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
L'interprétation de l'E.C.B.U. - Laboratoire de Biologie Médicale BIOLILLE
 
Infections urinaires chez la femme enceinte
Infections urinaires chez la femme enceinteInfections urinaires chez la femme enceinte
Infections urinaires chez la femme enceinte
 
ECBU - A technical guide for urine analysis
ECBU - A technical guide for urine analysisECBU - A technical guide for urine analysis
ECBU - A technical guide for urine analysis
 
02-ECBU
02-ECBU02-ECBU
02-ECBU
 
Les examens bactériologiques
Les examens bactériologiquesLes examens bactériologiques
Les examens bactériologiques
 
Rapport de microbiologie
Rapport de microbiologieRapport de microbiologie
Rapport de microbiologie
 
La Chimie des urines
La Chimie des urinesLa Chimie des urines
La Chimie des urines
 
Hematurie
HematurieHematurie
Hematurie
 
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
Grossesse en hémodialyse (Dr Abdelkafi)
 
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
Dépistage de la trisomie 21 : absence de conflit d'intérêt - Laboratoire de B...
 
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
Facteurs biologiques de risque dans la maladie thromboembolique - Laboratoire...
 
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
Ecbu examen-cytobacteriologique-des-urines-6584-nxpari ref8
 
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
La prise en charge initiale du couple infertile - Laboratoire de Biologie Méd...
 
Les hématuries
Les hématuriesLes hématuries
Les hématuries
 
Cas cliniques module 4 2008
Cas cliniques module 4 2008Cas cliniques module 4 2008
Cas cliniques module 4 2008
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
 
Presentation pfe
Presentation pfePresentation pfe
Presentation pfe
 
Méningites et meningoencephalite
Méningites et meningoencephaliteMéningites et meningoencephalite
Méningites et meningoencephalite
 
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcenLa cirrhose hépatique  pr arbaoui fac med tlemcen
La cirrhose hépatique pr arbaoui fac med tlemcen
 
Hepatite virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
Hepatite  virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcenHepatite  virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
Hepatite virale B et insuffisance rénale chronique Pr Arbaoui fac med tlemcen
 

Similaire à Infection urinaire

Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
SMMI2015
 
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
APRHOC
 
Pancreatite aigue, presentation cours...
Pancreatite aigue, presentation cours...Pancreatite aigue, presentation cours...
Pancreatite aigue, presentation cours...
omisreval
 
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdfPANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
FarahDJAMA
 
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
raymondteyrouz
 
Ains cpre
Ains cpreAins cpre
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdfHBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
TholetmanSylvestre
 
Être hépatant 05
Être hépatant 05Être hépatant 05
Être hépatant 05
soshepatites
 
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
kumanai
 
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
raymondteyrouz
 
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptxLES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
EldadAttoh
 
2298324.ppt
2298324.ppt2298324.ppt
2298324.ppt
MedAnes1
 
Cat devant une colique nephretique
Cat devant une colique nephretiqueCat devant une colique nephretique
Cat devant une colique nephretique
RimaGuemriche
 
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptxConduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
boussahelikram19
 
: Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
:  Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...:  Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
: Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
sarra nabti
 
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecineHEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
hm2xtxf6xp
 
Epu Hbp (Cas Clinique)
Epu Hbp (Cas Clinique)Epu Hbp (Cas Clinique)
Epu Hbp (Cas Clinique)
urologiebj
 

Similaire à Infection urinaire (20)

Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
Traitement des infections urinaires de l'adulte SMMI 2018
 
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
2005 Infections urinaires nosocomiales de l&rsquo;adulte
 
Iu ext ...
Iu ext                                                                       ...Iu ext                                                                       ...
Iu ext ...
 
Pancreatite aigue, presentation cours...
Pancreatite aigue, presentation cours...Pancreatite aigue, presentation cours...
Pancreatite aigue, presentation cours...
 
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdfPANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
PANCREATITE-AIGUË-PRISE-EN-CHARGE-A-LA-PHASE-INITIALE.pdf
 
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
Incontinence Urinaire Feminine Em 09 06 09
 
Ains cpre
Ains cpreAins cpre
Ains cpre
 
Ed3 pratique médicale
Ed3 pratique médicaleEd3 pratique médicale
Ed3 pratique médicale
 
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdfHBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
HBP Prise en charge Chirurgicale .PDF.pdf
 
Être hépatant 05
Être hépatant 05Être hépatant 05
Être hépatant 05
 
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
C:\Documents And Settings\Invité\Bureau\Nouveau Dossier\4
 
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
Urogyn pedia 3 rm 12 04 11
 
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptxLES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
LES TROUBLES DE LA MICTION ETANOMALIES DE LA diurese 2024 Sémio L3.pptx
 
2298324.ppt
2298324.ppt2298324.ppt
2298324.ppt
 
Cat devant une colique nephretique
Cat devant une colique nephretiqueCat devant une colique nephretique
Cat devant une colique nephretique
 
Pancréatite aiguë
Pancréatite aiguëPancréatite aiguë
Pancréatite aiguë
 
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptxConduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
Conduite à tenir devant une pancréatite aiguë pptx
 
: Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
:  Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...:  Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
: Les Urgences Gynécologiques : Expériences du service chirurgie de l’enfant...
 
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecineHEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
HEMATURIES DCEM1.ppt cours de 3eme année de médecine
 
Epu Hbp (Cas Clinique)
Epu Hbp (Cas Clinique)Epu Hbp (Cas Clinique)
Epu Hbp (Cas Clinique)
 

Plus de killua zoldyck

Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
killua zoldyck
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
killua zoldyck
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
killua zoldyck
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
killua zoldyck
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
killua zoldyck
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
killua zoldyck
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
killua zoldyck
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
killua zoldyck
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
killua zoldyck
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
killua zoldyck
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
killua zoldyck
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
killua zoldyck
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
killua zoldyck
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
killua zoldyck
 

Plus de killua zoldyck (20)

071 hausfater
071 hausfater071 hausfater
071 hausfater
 
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro  duodأ©nauxUlcأ¨res gastro  duodأ©naux
Ulcأ¨res gastro duodأ©naux
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-20132.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
2.endocadite inféctieuse tizi dim 29 09-2013
 
Megaœsophage
MegaœsophageMegaœsophage
Megaœsophage
 
S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)S1 anamnese 2013 +++(3)
S1 anamnese 2013 +++(3)
 
Troubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculairTroubles+de+la+motilt+oculair
Troubles+de+la+motilt+oculair
 
Les cataractes
Les cataractesLes cataractes
Les cataractes
 
Therapeutique oculaire
Therapeutique oculaireTherapeutique oculaire
Therapeutique oculaire
 
Les tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuelLes tumeurs de l’appareil visuel
Les tumeurs de l’appareil visuel
 
Les glaucomes
Les glaucomesLes glaucomes
Les glaucomes
 
Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]Comas 3eme année [lecture seule]
Comas 3eme année [lecture seule]
 
Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2Leishmaniose cours 2011_fin_2
Leishmaniose cours 2011_fin_2
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Orl
OrlOrl
Orl
 
Cat tres pratique copyinternet
Cat tres pratique   copyinternetCat tres pratique   copyinternet
Cat tres pratique copyinternet
 
Guide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologieGuide pratique des urgence en urologie
Guide pratique des urgence en urologie
 
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaireManifestations cliniques de la lithiase urinaire
Manifestations cliniques de la lithiase urinaire
 
Splénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabetSplénomégalie dr merabet
Splénomégalie dr merabet
 
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
Les ulceres gastro duodenaux. irep pptx (1)
 

Infection urinaire

  • 1. Uro-néphrologie 5ème année de médecine Les infections urinaires Oran, 2010-2011 DEFINITIONS : Colonisation : Présence d’un ou de plusieurs micro-organismes dans l’arbre urinaire sans générer de manifestations cliniques, c’est la bactériurie. Infection urinaire : Associe : Au moins, un des signes suivants : fièvre, impériosité mictionnelle, pollakiurie, brûlure mictionnelle, douleur sus-pubienne, douleur lombaire, en l’absence d’autre cause infectieuse ou non. Une uro-culture positive. Infection urinaire communautaire : C’est une infection qui n’est pas liée aux soins (donc qui n’est pas nosocomiale). DIAGNOSTIC BACTERIOLOGIQUE : ECB des urines : Prélèvement par ponction sus-pubienne. C’est le plus représentatif. Prélèvement au milieu du jet, après une toilette convenable des organes génitaux. Transport et conservation < 2 heures à une température ambiante ou conservation à 4° C pendant 24 heures. Bactériurie >ou= 103 ufc/ml. ufc = unité foyer colonisé. En pratique, le seuil >ou= 104 ufc/ml, à partir duquel un antibiogramme est réalisé. Patient sans sonde urinaire : bactériurie >ou= 10 3 ufc/ml et une leucocyturie >ou= 104/ml => Infection. Bandelette urinaire : Recherche de leucocytes et nitrites. Valeur prédictive négative > 95 % : leucocytes (–) et nitrites (–) , les faux négatifs existent à < 5%. Epidémiologie bactérienne : Le spectre des agents pathogènes est le même dans les IU basses et hautes. Escherichia coli (75% à 90%) Proteus mirabilis (5%) Klebsiella sp (3 à 4%) Staphylococcus saprophyticus (3 à 4%) CYSTITE AIGUË : Diagnostic clinique L’examen clinique pelvien et gynécologique doit se faire si les signes cliniques ne sont pas évidents. Evaluation complémentaire Interrogatoire : recherche des facteurs de gravité : Signes d’une infection plus grave : la pyélonéphrite. Premier épisode ou une rechute : IU récidivante. Autre facteur : hématurie, ANTCD urologiques, maladies diminuant le statut immunitaire. Examens complémentaires : En cas de doute. Présence se signes de gravité. Présence de facteurs de risque. Bandelette urinaire : leucocyte (+), nitrites (+), peut suffire. 1 Fany
  • 2. ECB est recommandé si BU négative ou en cas de doute.  Cystite aiguë non compliquée chez la femme : Signes cliniques : Brûlure mictionnelle, pollakiurie, impériosité mictionnelle, douleurs hypogastriques, pas de fièvre, pas de douleurs lombaires, urines troubles parfois nauséabondes, hématurie macroscopique parfois. Examens complémentaires : Pas d’ECB sauf si nitrites négatives. Aucun autre examen n’est justifié.  Cystite aiguë récidivante chez la femme : On parle de cystite aiguë récidivante : si plus de 3 épisodes par an, ou 2 épisodes dans les derniers 6 mois, ou dernier épisode < 3 mois. Interrogatoire, catalogue mictionnel (analyse précise et objective). Examen clinique uro-génital. Débimétrie, échographie post-mictionnelle, ASP, échographie de l’appareil urinaire. En fonction des résultats des examens précédents : o Urétro-cystographie rétrograde. o Cystographie mictionnelle. o Endoscopie. o Uroscanner. Recommandations thérapeutiques : Ne pas hospitaliser une cystite aiguë. Hospitalisation exceptionnelle si facteurs de gravité ou complications. => Cystite simple chez une femme jeune non enceinte : Traitement mono dose : fosfomycine, trométamol, ofloxacine, ciprofloxacine. Traitement de 3 jours : lomefloxacine ou norfloxacine. Traitement de 5 à 7 jours : autres molécules : nitrofurantoine. Traitement antalgique en cas de douleur importante. => Cystite simple chez une femme ménopausée : Traitement court, si sans facteur de co-morbidité. Traitement prolongé de 5 à 7 jours reste indiqué. => Cystite simple chez une femme enceinte : Antibiotiques à éviter : tétracyclines, quinolones. Antibiotiques utilisés avec précaution : aminosides, cotrimoxazole Traitement recommandé : 7 jours. Traitement court : fosfomycine et trométamol en dose unique, les C2G ou C3G (cefixime). Autres molécules : amoxicilline, cefalexine, nitrofurantoine. => Cystite simple chez l’homme jeune : Exceptionnelle. Doit être considéré comme une prostatite. Traitement court n’a pas été étudié chez l’homme. Traitement long de 7 jours est recommandé. 2 Fany
  • 3. => Cystite aiguë récidivante : Traitement long de 5 à 7 jours. Traitement des facteurs favorisants ou déclenchants. Cystite post-coitale, antibiothérapie prophylactique après chaque rapport. Traitement prophylactique à faible dose au long court. Recommandations de suivi : => Après un traitement de cystite simple : pas d’ECBU. Persistance des symptômes au delà du 7ème jour : ECBU + évaluation complémentaire adaptée. Femme enceinte : BU à chaque consultation prénatale ( ECB si BU +), ECB si diabète ou ANCTD d’infection urinaire ou uropathie. => Cystite récidivante : Eviction des facteurs déclenchants ou favorisants. S’assurer de ne pas passer à coté des facteurs de risque ou des complications en cas d’une nouvelle récidive. PYELONEPHRITES AIGUËS : Etat inflammatoire transitoire d’origine infectieuse, atteignant le rein et la voie excrétrice (par voie canalaire +++, parfois par voie hématogène) Conséquences : Œdème. Afflux leucocytaire. Ischémie localisée du parenchyme rénal. Tableau clinique aigu avec : o Douleur lombaire unilatérale o Fièvre > 38.5° o Symptômes de cystite o Signes digestifs Si signes non évidents : une évaluation complémentaire est nécessaire. ECBU recommandée : Si négatif, une évaluation complémentaire adaptée est nécessaire. Hémoculture en cas de signes de gravité. Evaluation complémentaire clinique : Diagnostique. Recherche de signes de gravité de l’infection. Recherche d’un obstacle de la vois excrétrice. Recherche de complications. Appréciation de l’évolution sous traitement : PNA « non compliquée ou simple » / PNA « compliquée ou grave » ou « à potentiel évolutif ».  PNA compliquée ou potentiellement évolutive : Femme > 65 ans. Femme enceinte. Homme. 3 Fany
  • 4. Signes de gravité de l’infection. Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaires / obstruction). Intervention récente ou un acte récent. Episode récent ou récidivant de PNA. Maladie qui modifie le statut immunitaire.  PNA non compliquée ou simple : Dans tous les autres cas. Evaluation complémentaire biologique : Confirmation par un ECBU. Appréciation de la gravité : NFS, CRP, +ou- hémoculture, la normalisation du CRP = efficacité du traitement. Recherche de facteurs de risques ou de complications (glycémie à jeun, clearance de la créatinine). Evaluation complémentaire radiologique : Recherche d’un obstacle de la voie excrétrice (Echo et ASP) => si dilatation => drainage urgent. TDM rénal sans injection si doute. TDM rénal avec injection si doute sur le diagnostic (=> pyonéphrose, abcès, PPN « phlegmon péri- néphrétique). Recommandations thérapeutiques : => PNA simple non compliquée : Pas d’hospitalisation. Elle peut être traitée à domicile. Antibiothérapie probabiliste (fluoroquinolone mono-thérapie = 15 j, ciprofloxacine, C3G injectable). Si gram+ : amino-pénicilline. Antibiothérapie de relais , en fonction de l’antibiogramme. Durée de 15 j est suffisante. => PNA compliquée ou potentiellement évolutive : Si obstacle => drainage de la VE en urgence. Antibiothérapie probabiliste : bi-thérapie : aminoside + C3G ou une fluoroquinolone. Antibiothérapie de relais en fonction de l’antibiogramme. Durée 3 à 6 semaines selon le contexte. => PNA chez la femme > 65ans : Choix de l’antibiotique :comme pour la PNA simple. Durée 14 à 21 jours. => PNA chez l’homme : Doit être considéré comme une prostatite aiguë. Les PNA communautaires sont rares. Choix de l’ATB : comme pour la PNA compliquée. Durée 4 semaines. => PNA chez la femme enceinte : Choix de l’antibiotique : o Antibiotique probabiliste : C3G inj ou C3G + aminosides. 4 Fany
  • 5. o Antibiotique de relais : C3G. ECBU mensuel jusqu’à l’accouchement. Durée 2 à 3 semaines selon le contexte. Recommandations de suivi : Réévaluation à la 48 et 72ème heures et à J7. Clinique : apyrexie et disparition des douleurs lombaires. Nouvelle évaluation : ECBU si persistance ou aggravation des signes. Biologique : NFS – CRP. Radiologique : TDM rénal. Si PNA récidivante : UCR, Cystographie mictionnelle, Uroscanner. PROSTATITE AIGUË : Recommandations diagnostiques : Critères cliniques : o Syndrome infectieux. o Symptômes urinaires. o Douleurs pelviennes. o Douleurs au TR (inconstantes). o Rechercher d’autres foyers.  Critères bactériologiques : o ECBU recommandée. o Hémocultures en cas de présence de signes de gravité. Examens complémentaires (pour le diagnostic, les signes de gravité, un obstacle de la voie excrétrice, les facteurs de complication) : Clinique, biologique, radiologiques Biologie : ECBU. NFS, CRP +ou-, hémocultures. Glycémie à jeun, créatinine, clairance de la créatinine. PSA non recommandé. Clinique : Rechercher les signes de PBA. Apprécier la gravité de l’infection. Facteur de risque ou de complication (RAU). Evolution sous traitement. Radiologie : Echographie pelvienne (RAU). Echographie du haut appareil urinaire +ou- scanner rénal (PNA associée). Echographie sus-pubienne ou endo-rectale (abcès prostatique).  Prostatite non compliquée ou simple : Pas de : Signes d’infection. Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaire / obstruction). Intervention récente ou un acte récent. Episode récent ou récidivant. 5 Fany
  • 6. Maladie qui modifie le statut immunitaire.  Prostatite compliquée : Avec : Signes d’infection. Anomalie fonctionnelle ou anatomique de l’arbre urinaire (dilatation des voies urinaire / obstruction). Intervention récente ou un acte récent. Episode récent ou récidivant. Maladie qui modifie le statut immunitaire. Recommandations thérapeutiques : => Prostatite aiguë simple : Pas d’hospitalisation (milieu social favorable). Hospitalisation (autres cas). Antibiothérapie probabiliste : fluoroquinolone inj, si allergie les C3G inj. Antibiothérapie de relais : données de l’antibiogramme (fluoroquinolones et cotrimoxazole). Durée 3 à 6 semaines. Traitement préventif des partenaires sexuels n’est pas nécessaire. => Prostatite compliquée : Hospitalisation. RAU : drainage vésical (cacheter sus pubien). Choix de l’antibiotique : Antibiothérapie probabiliste : bi-thérapie : aminosides + C3G inj, Antibiothérapie de relais après 72 h (antibiogramme), idem pour la prostatite simple. Durée 3 à 6 semaines. Recommandations de suivi : Réévaluation à la 48 et 72ème heures et à J7. Adaptation du traitement à la clinique et à l’antibiogramme . ECBU : 1ère semaine et 4 à 6 semaines après l’arrêt du traitement. Si persistance ou aggravation des signes au delà de 48 à 72 h, nouvelle évaluation complémentaire. En cas d’abcès prostatique => drainage. Bilan urologique s’impose à distance de l’épidote infectieux aigu. Les 7 règles de prescription des antibiotiques en urologie Faire le bon choix de l’antibiothérapie en accord avec les règles et recommandations nationales. Documenter l’infection chaque fois qu’il est possible de le faire. Pas de prescription en l’absence de signes cliniques (= bactériurie asymptomatique). Prescription de doses suffisantes. Varier les choix d’antibiotiques (fluoroquinolones ne doivent pas être systématiquement utilisés en première intention, certains vieux antibiotiques restent efficaces dans la plupart des cas). Réévaluer l’état infectieux au 3ème jour pour adapter au mieux le traitement à l’antibiogramme n’hésitant pas à revenir à une antibiothérapie plus basique. Respecter les durées de traitement sans les prolonger inutilement. Une cystite simple ne requière pas plus de 6 jours de traitement de même qu’une PNA non compliquée est efficacement traitée après 8 jours d’antibiothérapie adaptée. 6 Fany
  • 7. PREVENTION : Conseils pour réduire le risque infectieux : o Boire suffisamment de liquide. o Ne pas retenir trop longtemps son envie d’uriner. Chez la femme : o S’essuyer de l’avant en arrière. o Uriner peu de temps après les rapports sexuels. o Laver les régions anales et vulvaires quotidiennement surtout avant les rapports sexuels. o Eviter les produits désodorisants dans les régions génitales (privilégier un produit à PH neutre). o En cas de sécheresse vaginale utiliser des lubrifiants hydrosolubles pour éviter les irritations. Chez l’homme : o Boire suffisamment. o Traiter les troubles de la prostate et les urétrites. Des complications : o Traiter les infections de la vessie avec des antibiotiques prévient la pyélonéphrites qui est beaucoup plus grave. Des récidives : Antibiothérapie prophylactique : o Si plus de 2 infections tous les 6 mois. o Prostatite chronique. Infections récurrente chez la femme : o Antibiothérapie quotidienne pendant quelques mois. o Après chaque rapport. D’ordre général : o Inciter à des mictions régulières 1 miction / 3 heures. o Lutter contre la constipation opiniâtre. o Eviter les volumineux tampons vaginaux (ils peuvent entraîner des macérations). o Eviter les produits agressifs pour les toilettes vaginales. Sensibilité aux antibiotiques : Sensibilité % Amoxicilline Amoxicilline+Acide Fluoroquinolon Cotrimoxazole C3G Aminoside clavulinique e systématique systématique Amikacine Gentamycine Staph méti S Inactif 10% <10% <10% <10% 0-12% Staph méti R Inactif < Inactif Inactif <10% Inactif 10-50% E.coli 60% 70% 90% 70% > 90% 85-95% Protéus 20% 15% 0-15% 10% <10% 0-20% Enterococcus 90% 90% Inactif Inactif Inactif Inactif foecalis Klebsiella Inactif 10% 70-90% 90% 90% Entérobacter Inactif Inactif 80% 7 60-90% 60-80% 85%Fany Pseudomonas Inactif Inactif 60% Inactif Inactif 90%
  • 8. Cystite aiguë récidivante de la femme Calendrier Hygiène mictionnel – Apport hydrique Vêtements serrés Fuites masquées Facteurs comportementaux Dys-synergie vésico- Essuyage sphinctérienne (fonctionnelle) Sexualité Constipation Molécules citées : Familles ou molécules non Principales molécules Posologies Classées Aminosides Amikacine Inj : 15 à 20 mg/kg Gentamycine Inj : IM, IV: 3 à 6 mg/kg Nétromycine IM, IV: 4 à 8 mg/kg Béta-lactamines Amoxicilline PO : IM ou IV : 2 à 12 g Béta-lactamines Acide clavulinique PO : 2 à 4 /j 8 Fany