SlideShare une entreprise Scribd logo
Déploiement de la bientraitance en
établissement de santé et en EHPAD
Groupe Bientraitance FORAP-HAS
(Basse-Normandie)
(Franche-Comté)(Aquitaine)
(Rhône Alpes)(Nord-Picardie)
Le groupe de travail Bientraitance est composé des membres issus de six structures
régionales pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques et des organisations
(SRE) adhérentes à la Fédération des organismes régionaux et territoriaux pour
l’amélioration des pratiques et organisations en santé (FORAP) et de la Haute
Autorité de Santé (HAS)
Des travaux sur la bientraitance menés en
partenariat à partir de 2010 – la HAS
• Forte implication de la HAS
• Pourquoi la HAS a-t-elle investi sur le sujet ?
• Un engagement ancien de certification envers les usagers
• Un décalage entre les constats des EV et les plaintes des usagers
• Des travaux internationaux qui promeuvent la place du patient
comme une condition de la qualité et sécurité des soins
• Suite des travaux sur la maltraitance ordinaire
• Critère 10a sur la prévention de la maltraitance et la promotion
de la bientraitance
• Annonce d’un guide sur la bientraitance
• Temps dédié chef de projet
Des travaux sur la bientraitance menés en
partenariat à partir de 2010 – la FORAP
• Qu’est-ce que la FORAP ?
• Missions institutionnelles
• Représenter les structures régionales adhérentes notamment auprès du Ministère de
la Santé (DGOS, DGS, DREES), des ARS, des établissements publics d’état (HAS,
ANESM, ANAP, ANSM, InVS)
• Faire reconnaître la valeur ajoutée de ces structures, notamment en matière
d’évaluations en santé, d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité en santé,
de DPC
• Activités collaboratives
• Mutualiser des documents, des outils et des méthodes
• à l'initiative d’une SRE: ENEIS, Theorem, High 5's, Clarté, etc.
• par décision concertée : Bientraitance
• Participer à des groupes de travail nationaux (circulaire gestion des risques, Sécurité
de l'opéré, Evaluation des programmes d'ETP...)
• Pourquoi la FORAP a-t-elle investi le sujet ?
• Premier thème de travail commun au sein de la FORAP
• Thème de travail prioritaire dans les régions
• Attente forte des établissements de santé
• Etat d’avancement comparable entre les SRE
Objectifs du partenariat
• Objectif général : proposer un
accompagnement
• Pour aider les professionnels des établissements de
santé et EHPAD…
• … À déployer de façon opérationnelle…
• … Des actions en faveur de la bientraitance
• Objectifs spécifiques
• Proposer une acception partagée de la bientraitance
• Définir une stratégie de déploiement de la bientraitance
• Développer des outils correspondant aux besoins
identifiés
Principes de travail
• Mutualisation des travaux dans les régions
• Complémentarité des réflexions
• Relecture par des représentants des
professionnels, des institutions et des usagers
• Composition : Agence nationale d’appui à la performance,
Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des
établissements et services sociaux et médico-sociaux, Alliance
nationale des associations en milieu de santé, Collectif
interassociatif sur la santé, Société française de gérontologie,
fédérations de santé et médico-sociales…
Construction des outils par les SRE
• Groupes de travail régionaux
bientraitance
• ES (MCO, SSR, HAD, santé mentale)
• EHPAD
• Méthodologie de travail
• Recherche documentaire et analyse des outils existants
• Choix des objectifs et de la nature de l’outil à développer
• Développement de l’outil
• Utilisation dans la région ayant développé l’outil
7
Tests inter-régionaux des outils
• Partage des outils avec les autres régions
(ES, Ehpad)
• Test individuel et collectif des outils
• Grille commune d’évaluation : faisabilité, pertinence,
lisibilité, acceptabilité, réponse aux objectifs….
• Synthèse des tests => Ajustement des outils
8
Structuration du guide
• Définition opérationnelle de la
bientraitance
• Stratégie de déploiement d’une
politique de bientraitance
• Présentation synthétique des outils
10
10
Définition opérationnelle de la bientraitance
• La bientraitance est :
• Une démarche globale dans la prise en charge de
l’usager et dans l’accueil de son entourage,
• Visant à promouvoir le respect de ses droits et libertés,
son écoute et la prise en compte de ses attentes,
• Tout en prévenant la maltraitance.
• Elle repose sur :
• Un questionnement tant collectif que individuel de la part
des acteurs,
• Une responsabilité partagée entre les professionnels et
l’institution,
• Une participation des usagers.
Les principes de l’action
• Implique une mobilisation de l’ensemble de l’établissement
• Déploiement dans les services et les unités de soins, et au niveau des
instances de gouvernance et de la direction
• Projet transversal : soignants, administratifs et logistiques
• Inscription dans la politique de l’établissement
• S’inscrit dans un changement culturel
• Impact sur les organisations, les pratiques, les attitudes.
• Remise en question constante des pratiques professionnelles et de
l’organisation, quelque soit sa place dans l’institution
• Implique d’associer les usagers et leurs proches
• Promouvoir leur autonomie
• Risque de résurgence du paternalisme
• Construire avec les usagers et leurs représentants
Les points de vigilance
• Susciter la prise de conscience et la parole implique de se
donner les moyens d’agir ensuite
• Dévoilement de situation de maltraitance => souffrance des soignants
• Lien entre politique de bientraitance et implication du
management
• Le personnel sera en capacité d’être bientraitant, si lui-même se sent
bientraité par l’institution, s’il se sent sécurisé, entendu et soutenu par
sa hiérarchie.
• Parler de bientraitance ne doit pas pour autant faire l’impasse
sur les situations de maltraitance
• Anticiper ces situations afin de permettre aux équipes de réagir et de
rebondir
• Sinon source de souffrance pour les équipes et renforcement du déni
Le déploiement stratégique à partir de la
CRUQPC et du CVS
• Pourquoi la CRUQPC ou le CVS ?
• Privilégier l’expression des usagers
• Renforcer la place de ces instances
• Démarche en 3 temps
• Poser un diagnostic
• Construire l’action
• Evaluer
Poser un diagnostic
• Recueillir le récit du quotidien des personnes
hospitalisées ou des résidents
• Passer d’un traitement individuel ou singulier
des réclamations à une analyse systémique
• Repérer les indicateurs ou critères qui informent
sur certains aspects et les mettre en débat
• Rassembler les documents et informations liés
au fonctionnement de l’établissement
• Réaliser des enquêtes spécifiques sur certains
sujets
Construire l’action
• Construire/renforcer la collaboration
entre usagers et professionnels
• Porter le débat et les échanges dans les
services
• Organiser régulièrement des points
spécifiques sur la question
• Impulser ou relayer une réflexion
institutionnelle
Evaluer
• Assurer un suivi du témoignage des
usagers
• Recueillir leur satisfaction
• Recueillir le point de vue des
professionnels
• Définir les priorités
• Évaluer les indicateurs
Outils développés
• Outils d’auto-évaluation
• EPP promotion de la bientraitance (RéQua)
• Auto-évaluation bientraitance (RQS)
• Outils de prévention du risque de maltraitance
• Auto-contrôle des pratiques professionnelles (CEPPRAL)
• Cartographie des risques de maltraitance (RSQ)
• Outil de management
• Animation d’équipe – bientraitance en questions
(CCECQA)
• Cahier des charges formation bientraitance (RQS)
• Charte bientraitance (RéQua, RBNSQ)
17
Présentation des six situations
Promotion de la bientraitance
Préparation de l’établissement à un dispositif
d’évaluation externe
Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie
Patricia MINARY DOHEN – Réseau Qualité Franche-Comté
Groupe de travail FORAP – HAS « Bientraitance »
Groupe Bientraitance FORAP-HAS
(Basse-Normandie)
(Franche-Comté)
(Loire-Atlantique)
(Aquitaine)
(Rhône Alpes)
Le groupe de travail Bientraitance est composé des membres issus de six structures régionales
pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques et des organisations adhérentes à la Fédération
des organismes régionaux et territoriaux pour l’amélioration des pratiques et organisations en
santé (FORAP) et de la Haute Autorité de Santé (HAS)
(Nord-Picardie)
Vous êtes en charge de l’auto-évaluation dans le
cadre de la démarche d’évaluation externe de votre
établissement (certification HAS, inspection,
évaluation externe EHPAD…).
Vous souhaitez en profiter pour faire un bilan sur la
bientraitance au sein de votre structure.
Quelle(s) méthode(s), quel(s) outil(s) ?
Préparation de l’établissement à un dispositif
d’évaluation externe
OBJECTIFS VISES
• Structuration d’une démarche pérenne
• Précision du diagnostic
• Transversalité – contribution et
implication de tous les personnels
• Commande institutionnelle /
accompagnement par l’institution
• Rendre compte de la démarche et
communiquer
2 outils
Tableau de bord de la bientraitance :
la cartographie des risques
EPP Bientraitance
Préparation de l’établissement à un dispositif
d’évaluation externe
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUESLA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
(Nord-Picardie)
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
• Quelles sont les causes de risques ?
• Quelles actions sont déjà en place ?
• Quelles améliorations sont nécessaires ?
Identifier les risques
Une démarche projet
• Informer
• Constituer un groupe projet
• Définir le calendrier
Spécificité de la méthode
• Analyser les processus
• Réaliser la cartographie
• Analyser les critères
• Coter les critères
• Evaluer la maîtrise du risque
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Informer
– Les instances
• Implication de la Direction
• Mobilisation de l’encadrement
– Le personnel
• Imprégnation de la culture risque
• Diffusion de la méthode
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Constituer un groupe projet : avec qui et
pour quoi faire ?
– Quels métiers doivent être représentés ?
– Quelle est la place de la direction de
l’établissement (du pôle) ?
– Quelle est la place des usagers ?
– Quel est le rôle de l’animateur ?
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
L’analyse des processus
– Quels processus sont impliqués dans le périmètre choisi ?
• Management
o Pilotage, recrutement et accompagnement des personnels, animation
et coordination des équipes, communication avec le patient et son
entourage, organisation du travail
• Prise en charge
o Accueil, prise en charge, respect des droits des patients/résidents,
comportement des professionnels, vie sociale, sortie
• Fonctions supports
o Adéquation des locaux et équipements, politique des achats,
interventions techniques
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
•
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
• Identifier toutes les causes de risques
– Risques potentiels (a priori) et risques avérés (a posteriori)
– Pour les patients, l’entourage, les professionnels, l’organisation…
– Maltraitance « ordinaire » et faits exceptionnels (violences)
Vision transversale et globale des risques de maltraitance
dans la structure
• Recenser les réponses déjà en place
Faire le lien avec les démarches Qualité Gestion des risques
• Définir un plan d’actions d’amélioration
Objectifs, méthode, indicateurs
Elaborer un outil opérationnel de gestion des risques par l'analyse,
l’évaluation et le suivi de l’organisation et des pratiques
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Réaliser la cartographie des risques de maltraitance
Objet de la cartographie
- Avant la première réunion
- Recensement préalable des informations disponibles :
plaintes, fiches EI, rapports CRUQPC…
- Identification des actions déjà en place (PAQ, auto-
évaluation pour certification…)
- Pendant les réunions
- Identification des risques (lecture active des critères)
- Cotation des risques
• Fréquence
• Gravité
• Maîtrise des risques
- Priorisation des actions d’amélioration à mettre en place
- Elaboration des indicateurs
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Réaliser la cartographie des risques de maltraitance
Méthodologie
criticité
Plan
La cartographie
des risques
La démarche
•Informer
•Constituer un
groupe projet
•L’analyse des
processus
•Réaliser la
cartographie
•L’analyse des
critères
•La cotation des
critères
•Le calendrier
Réaliser la cartographie des risques de maltraitance
L’analyse des critères
Non respect des souhaits des patients quant à l'information donnée
Défaut de discrétion dans les échanges des professionnels
Inadaptation du lieu par rapport aux échanges des professionnels
Informations médicales données à un membre de la famille sans
autorisation
Consultation, soin ou discussion en présence d'un tiers sans autorisationRespect de la
confidentialité
Absence de planification de l'organisation des soins et de la surveillance
Défaut de proposition d'intervention d'un professionnel spécifique
(psychologue, diététicien, assistant social, addictologue, ergothérapeute,
etc.)
Actes de soins inadaptés à l'état du patient (soins systématiques et/ou non
personnalisés, température et pulsations systématiques, ...)
Actes de soins inadaptés aux rythmes de vie du patient (prises de sang très
tôt le matin, lors des horaires de repas, visites,...)
Organisation et
coordination des
interventions des
professionnels
Prise en charge
Non respect des souhaits des patients quant à l'information donnée
Défaut de discrétion dans les échanges des professionnels
Inadaptation du lieu par rapport aux échanges des professionnels
Informations médicales données à un membre de la famille sans autorisation
Consultation, soin ou discussion en présence d'un tiers sans autorisationRespect de la
confidentialité
Absence de planification de l'organisation des soins et de la surveillance
Défaut de proposition d'intervention d'un professionnel spécifique
(psychologue, diététicien, assistant social, addictologue, ergothérapeute,
etc.)
Actes de soins inadaptés à l'état du patient (soins systématiques et/ou non
personnalisés, température et pulsations systématiques, ...)
Actes de soins inadaptés aux rythmes de vie du patient (prises de sang très
tôt le matin, lors des horaires de repas, visites,...)
Organisation et
coordination des
interventions des
professionnels
Prise en charge
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
4 = On découvre le
risque
4 =
Toujours
4 =
Irréversibilité
du dommage
3 = On est en alerte3 = Souvent
3 = Dommage
important
2 = On a tout prévu
2 =
Occasionne
l
2 = Dommage
modéré
1 = On sait faire face,
bonne maîtrise
1 = rare
1 = Sans
dommage
Maîtrise
* criticité
Maîtrise du
risque
Actions à mettre en œuvre
(précisez court / moyen /
long terme et le cas échéant,
les cibles patient/personnel)
Criticité
(Gravité *
Fréquence)
Fréquenc
e
Gravité
Actions déjà en place
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Réaliser la cartographie des risques de maltraitance
La cotation des critères
Maîtriser le calendrier pour réussir le projet
• Présentation aux instances
• Information des équipes
• Constitution du groupe projet
• Réunions de travail
• Présentation des résultats de la cartographie
• Présentation du plan d’action
• Périodicité de révision de la cartographie
• Elaboration du tableau de bord de la bientraitance
LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
Réaliser la cartographie des risques de maltraitance
Le calendrier
Exemple de représentation graphique
LL’’EPP BIENTRAITANCEEPP BIENTRAITANCE
(Franche-Comté)
OBJECTIF
Evaluer la promotion de la bientraitance de la
part des professionnels, chez toute personne
admise en établissement sanitaire ou médico-
social
EPP BIENTRAITANCE
EPP BIENTRAITANCE
2 questionnaires
accompagnés d’un guide de remplissage
Un questionnaire institutionnel
Evalue l’organisation interne pour la promotion de la
bientraitance
Un questionnaire individuel
Réalise un état des lieux
Amène les professionnels à s’interroger personnellement sur
leurs pratiques
EPP BIENTRAITANCE
Comporte deux parties :
- Partie 1 : recueil des besoins des patients /résidents et mise
en oeuvre du projet personnalisé
- Partie 2 : organisation générale de l’établissement
Questionnaire rempli une seule fois pour l’établissement par
consensus au sein d’un groupe de travail
Le questionnaire institutionnel
Accueil et Evaluation initiale des attentes et des
besoins : Il a été fait le choix de se centrer sur l’accueil du patient
et l’évaluation initiale de ses besoins et attentes car une arrivée
réussie est souvent synonyme d’un séjour de qualité.
Projet personnalisé (projet de vie, projet de
soins…)
Ce projet paraît un incontournable du respect « de la globalité de la
personne »
Evaluation du projet personnalisé
EPP BIENTRAITANCE
Le questionnaire institutionnel – Partie 1
1. Selon vous, les éléments suivants sont-ils collectés lors de L’ÉVALUATION INITIALE
Jamais Parfois Souvent Toujours
Les attentes de la personne
Les attentes de l’entourage
Les besoins en soins
Les habitudes, les centres d’intérêt, les potentialités
2. Projet personnalisé
Un projet personnalisé est élaboré
en équipe avec la personne accueillie.
Un projet personnalisé est élaboré
en équipe avec l’entourage de la personne accueillie
Le projet est-il réévalué
EPP BIENTRAITANCE
Le questionnaire institutionnel – Partie 1
Quelques exemples
EPP BIENTRAITANCE
OUI NON NA
La promotion de la bientraitance figure dans :
Le projet d’établissement
Les PV du Conseil de surveillance
Les comptes rendus de CME, de CSIRMT
Les comptes rendus de CRU/CVS
Il existe une charte de la bientraitance
La bientraitance est discutée en réunions
pluridisciplinaires
L’établissement informe les nouveaux agents sur le
respect de la bientraitance
L’établissement a inscrit la bientraitance dans son plan
de formation
Le questionnaire institutionnel – Partie 2
Quelques exemples
Anonyme
Rempli par auto-évaluation
Un questionnaire par agent au contact du patient /
résident dans les services retenus pour l’enquête
Une réponse OUI n’appelle que des souvenirs
positifs, que de réponses favorables. Toute
situation de doute appelle une réponse NON
EPP BIENTRAITANCE
Le questionnaire individuel
EPP BIENTRAITANCE
Le questionnaire individuel
Quelques exemples
Respect de l’intimité, la dignité et la confidentialité
Je favorise l’estime de soi des patients / résidents à travers leurs habillements
et habitudes de vie Oui Non NA
Pendant la toilette des patients / résidents je respecte l’intimité et la dignité Oui Non NA
Je respecte la confidentialité des informations concernant le Patient/Résident Oui Non NA
Prise en charge de la douleur
Je prends en compte la douleur Oui Non NA
Je note toujours l’absence de douleur Oui Non NA
Le confort du patient / résident
J’évite le bruit / la lumière la nuit Oui Non NA
Le respect de l’autonomie
Je favorise l’autonomie des patients/résidents
(privilégie le « faire faire » plutôt que « faire à la place de » Oui Non NA
Organisation des services
La pause des personnels dans mon service est organisée à tour de rôle Oui Non NA
Les délais d’attente aux sonnettes sont évalués dans mon service Oui Non NA
Avez-vous des suggestions pour améliorer les pratiques dans votre service ?
………………
EPP BIENTRAITANCE
Critères d’inclusion
des agents : ensemble des agents au contact d’un patient/résident
durant son séjour
des services : ensemble des services de l’établissement prenant
en charge des patients/résidents.
Critères d’exclusion
des agents : agent non au contact des patients /résidents durant
tout le séjour (ex : jardinier, électriciens, services techniques….)
des services : les services ne prenant pas en charge de
patients/résidents
Le questionnaire individuel
EPP BIENTRAITANCE
Echantillon
Le nombre de 30 « questionnaires individuels » remplis par
le personnel apparaît comme le seuil minimal pour que
l’échantillon soit représentatif.
Plus le nombre de retour sera important, plus les données
recueillies seront représentatives des pratiques de « la
population étudiée ».
Le questionnaire individuel
EPP BIENTRAITANCE
Mise en œuvre
Comité de pilotage
- Elaboration du plan de communication
- Suivi de l’avancement du projet
- Validation des actions à mettre en œuvre
Groupe de travail
- Remplissage du questionnaire institutionnel
- Diffusion et récupération des questionnaires individuels
- Saisie et analyse des données
- Proposition du plan d’actions
EPP BIENTRAITANCE
Calendrier
- Information des instances
- Appropriation de la méthodologie, des outils par le groupe
de travail
- Recueil des données
- Saisie et analyse des données
- Définition des actions d’amélioration par le groupe de travail
- Validation du plan d’actions par le comité de pilotage
- Mise en œuvre et suivi du plan d’actions
- Mesure d’impact des actions
EPP BIENTRAITANCE
Résultats (fin 2012)
12 établissements participant
1877 questionnaires individuels analysés
Quelques différences
- Bientraitance abordée dans les entretien annuel d’évaluation :
65% MS / 35% S
- Affichage plus fréquents dans le MS : 62% MS / 38 % S
- Horaires de visites plus libres dans le MS : 57%
EPP BIENTRAITANCE
Axes d’amélioration
Elaboration et mise en œuvre d’une charte de
bientraitance
Intervention institutionnalisée de la psychologue
auprès des équipes
Réflexion sur le projet de vie/projet de soins
Mise en place d’une formation/action sur site
Mise en place d’une nouvelle EPP ciblée sur les
problématiques de l’établissement
Modification du questionnaire de satisfaction ou de
de sortie (introduction du « respect de l’intimité ou la dignité »)
Quelques exemples
Cartographie des risques
Évalue l’organisation et les pratiques
EPP Bientraitance
Évalue la maturité culturelle de
l’institution et des professionnels
2 outils complémentaires
Préparation de l’établissement à un dispositif
d’évaluation externe
Promotion de laPromotion de la bientraitancebientraitance
«« Remobiliser lesRemobiliser les ééquipesquipes »»
Regards croisés sur la Bientraitance
Charte Bientraitance
Outil d’aide à la décision - formation
Marie José D’Alché-Gautier – Réseau Bas Normand Santé Qualité
Noémie Terrien – Réseau QualiSanté
Groupe de travail FORAP – HAS « Bientraitance »
Remobiliser les équipes
54
Vous êtes directeur de soins, cadre de santé, en
situation managériale dans l’établissement. Une
démarche de promotion de la bientraitance est mise en
place mais elle s’essouffle..
Vous souhaitez remobiliser les professionnels.
Quelle(s) méthode(s), quel(s) outil(s) ?
Recensement des besoins pour mettre
en lien avec les outils
55
• Impulser et structurer une démarche pérenne
• Repositionner la bientraitance dans la démarche
globale d’amélioration de la qualité et de la sécurité
• Favoriser les échanges et la réflexion entre les
professionnels
• Communiquer vers les professionnels et les usagers
pour se réapproprier la démarche de bientraitance.
Remobiliser les équipes
56
3 Outils
• Outil d’auto-évaluation « Regards croisés sur la
Bientraitance »
• Principes de Bientraitance : déclinaison d’une
charte
• Outil d’aide à la décision : cahier des charges pour
une formation
Outil dOutil d’’autoauto--éévaluationvaluation BientraitanceBientraitance
««Regards croisRegards croiséés de las de la BientraitanceBientraitance »»
58
58
Place dans le déploiement de la Bientraitance
• Outil d’évaluation à l’attention de l’établissement
• Outil d’évaluation à l’attention des professionnels
Identifier les leviers et faiblesses au sein de son établissement
Regards croisés : volet organisationnel et point de vue des professionnels
Identifier les leviers et faiblesses au sein de sonIdentifier les leviers et faiblesses au sein de son éétablissementtablissement
Regards croisRegards croiséés : volet organisationnel et point de vue des professionnelss : volet organisationnel et point de vue des professionnels
• Impulser la démarche, poser un état des lieux
• Apprécier l’impact des actions d’amélioration mises en œuvre.
59
59
But de l’outil
• Etablir un état des lieux de la Bientraitance dans l’établissement
• Apprécier les écarts et cohérences entre le ressenti du personnel et la
mise en œuvre des méthodes et supports par l’établissement.
• Définir et prioriser la mise en place d’actions opérationnelles en faveur
de la Bientraitance
Un outil dans une démarche globale et participativeUn outil dans une dUn outil dans une déémarche globale et participativemarche globale et participative
60
60
Cibles de l’évaluation
• Etablissements de santé et Ehpad
• Professionnels médico-soignants
à l’échelle de l’établissement, d’une filière, d’un pôle, d’un service
Hors personnels techniques et administratifs
61
61
Principe de l’évaluation (1)
• Savoirs, savoir-être, savoir-faire du professionnels
• Processus de prise en charge du patient, de l’usager
• Processus de pilotage et supports de l’établissement
• Implication du patient, de l’usager, de l’entourage
Construction de l’évaluation à partir des premiers travaux du groupe de travail
sur l’approche du concept Bientraitance :
62
62
Posture professionnelle
Regard du soignant sur les pratiques de son service
Qualité de vie au travail
Auto-questionnaire à l’attention des professionnels de santé en 3 parties
Principe de l’évaluation (2)
Un kit « évaluation Bientraitance structuré autours de deux questionnaires :
63
63
Approche processus (pilotage et supports)
Auto-questionnaire des méthodes et supports de l’établissement
Principe de l’évaluation (3)
64
64
Un accent porté sur le volet sensibilisation / informationUn accent portUn accent portéé sur le volet sensibilisation / informationsur le volet sensibilisation / information
Principe de l’évaluation (4)
65
65
Méthode de mise en œuvre (1)
Engagement de l’établissement dans la démarche
Identification d’un interlocuteur privilégié
Définition du protocole (cadre pré-défini)
Engagement de lEngagement de l’é’établissement dans la dtablissement dans la déémarchemarche
Identification d’un interlocuteur privilégié
Définition du protocole (cadre pré-défini)
1
Mise à disposition du kit Bientraitance
Questionnaires, méthodologie, supports
d’information / sensibilisation
MiseMise àà disposition du kitdisposition du kit BientraitanceBientraitance
Questionnaires, méthodologie, supports
d’information / sensibilisation
2
Communication autour de l’étude
Objectifs de l’évaluation
Caractère anonyme du questionnaire professionnel
Affiche, dépliant et support type
Communication autour de lCommunication autour de l’é’étudetude
Objectifs de l’évaluation
Caractère anonymeanonyme du questionnaire professionnel
Affiche, dépliant et support type
3
66
66
Méthode de mise en œuvre (2)
Mise en œuvre de l’évaluation
Auto-évaluation établissement
Questionnaire à l’attention des professionnels
Mise enMise en œœuvre de luvre de l’é’évaluationvaluation
Auto-évaluation établissement
Questionnaire à l’attention des professionnels
4
Centralisation et recueil des données
Urnes / enveloppes retours (caractère anonyme) QP
Saisie des données par l’établissement (masque / site)
Centralisation et recueil des donnCentralisation et recueil des donnééeses
Urnes / enveloppes retours (caractère anonyme) QP
Saisie des données par l’établissement (masque / site)
5
Résultats
Rapport d’analyse
Plan de communication de l’établissement
Mise en place d’un plan d’actions opérationnelles
RRéésultatssultats
Rapport d’analyse
Plan de communication de l’établissement
Mise en place d’un plan d’actions opérationnelles
6
67
67
Temps de mise en œuvre - établissement
Définition et
mise en
œuvre du
plan
d’actions
M1 M2 M3 M4 M5 M6
Engagement
Mise à
disposition
du kit
Communication
Déploiement
de l’évaluation
Centralisation
Saisie des
données
Rapport
d’analyse
Une démarche dans le temps associant l’implication de l’encadrement
dans un climat positif devant s’ouvrir à d’autres outils pour contribuer à
la réussite du projet Bientraitance de l’établissement.
68
68
Exemples de perspectives
• Suite à l’état des lieux réalisé grâce à l’outil
d’autoévaluation :
Un plan d’actions d’amélioration est mis en
œuvre dont :
- Une charte de bientraitance
- Des formations ciblées bientraitance et
adaptées au contexte de l’établissement
Les principes de bientraitance :
Déclinaison d’une charte
Réseau Bas Normand Santé Qualité/ REQUA
70
70
Place dans le déploiement de la Bientraitance
• Outil support dans le cadre d’un projet institutionnel
sur la bientraitance dans un établissement
• Outil clé dans la diffusion de la culture de
bientraitance au sein des services d’un établissement
• Outil intégré dans la réflexion éthique d’un
établissement
71
71
But de la charte
• Mettre à disposition des établissements de
santé un outil partagé leur permettant de
développer les bonnes pratiques
• Aider à la réflexion et au partage des valeurs
professionnelles autour de la bientraitance
72
72
Cibles de la charte
• Etablissements de santé
• Personnels médico-soignants et administratifs
• EHPAD
73
Principe de la charte (1)
La bientraitance est une démarche volontariste, institutionnelle, collective
et individuelle d’amélioration continue des pratiques professionnelles
visant à promouvoir :
- Le respect de la liberté et des droits des usagers et de ses proches
- Le respect de sa dignité et de sa singularité
- Le respect de la prise en compte de ses besoins et de ses attentes
spécifiques
La charte s’appuie sur une définition de la bientraitance :
74
74
Déclinaison de 10 engagements permettant identifier les
actions de bientraitance dans les différentes étapes du
parcours patient, par exemple :
Adopter en toute circonstance une attitude
professionnelle d’écoute et de discernement à
chaque étape du parcours de l’usager,
Mettre tout en œuvre pour respecter l’intégrité
physique et psychique, la dignité et l’intimité de
l’usager.
La charte de bientraitance
Principe de la charte (2)
Méthode de mise en œuvre (1)
• Définition par chaque établissement de sa stratégie
d’utilisation de la charte en concertation avec les
différentes instances de l’établissement.
• Plusieurs approches possibles qui ont en commun
les éléments suivants :
• Un groupe de travail bientraitance pluriprofessionnel
• Appui de la réflexion sur un modèle de charte
• Temps appropriation de l’outil indispensable
• Déclinaison des 10 points avec des situations propres
à l’établissement
Méthode de mise en œuvre (2)
• Modèle de charte régionale aménagée avec le
logo propre à l’établissement afin de faciliter
l’appropriation et la personnalisation
• Charte utilisée telle quelle avec ses 10 points
ou aménagée
• Charte illustrée avec des exemples de
situations propres à l’établissement, des
photographies, des poèmes….
Les illustrations sont
implémentées au fils du
temps lors de l’identification
d’exemples par une équipe,
ou par une personne, avec
accord de l’équipe : textes,
images, poèmes,
photographies…
Méthode de mise en œuvre (3)
Module d’Accompagnement
Les items de la charte Les illustrations propres à l’équipe
S’imposer le respect de la
confidentialité des informations
relatives à l’usager
Installation d’un lieu de
communication dans le service des
« Acacias »
Méthode de mise en œuvre (4)
Les items de la charte Les illustrations propres à l’équipe
Accompagner la personne et ses
proches dans la fin de vie
1. Mise en place d’une échelle
d’EDMONTON implémentée
autant que nécessaire pour toute
personne en fin de vie.
2. Evaluation des « manques » dans
l’accompagnement des famille de
toute personne accompagnée et
décédée.
3. Evaluation des difficultés
d’accompagnement des membres
de l’équipe après tout décès.
Les items de la charte
sont affichés dans des
lieux fréquentés et dans
un format permettant
une utilisation facile
Méthode de mise en œuvre (5)
• Les temps d’implémentation de la charte :
• La pause des pauses
• Le quart d’heure bientraitance
• La réflexion institutionnelle
• Les « comités de bientraitance »
Temps de mise en œuvre de la charte
• Démarche s’inscrivant dans le temps
avec des premières utilisations à environ
un an
Outil dOutil d’’aideaide àà la dla déécisioncision -- AppelAppel àà cahier des chargescahier des charges
FormationFormation BientraitanceBientraitance
82
82
Place dans le déploiement de la Bientraitance
• En parallèle d’outils de sensibilisation : nécessité de temps de
formation ciblés sur la Bientraitance.
Adapter la formation au contexte et besoins de l’établissementAdapter la formation au contexte et besoins de lAdapter la formation au contexte et besoins de l’é’établissementtablissement
Impulser, dynamiser ou améliorer la démarche Bientraitance
83
83
But de l’outil
Contribuer à l’adéquation des actions de formation
aux grands principes de la Bientraitance
et du contexte de l’établissement
ContribuerContribuer àà ll’’adadééquation des actions de formationquation des actions de formation
aux grands principes de laaux grands principes de la BientraitanceBientraitance
et du contexte de let du contexte de l’é’établissementtablissement
84
84
Cibles de l’outil
• Etablissements de santé et établissements médico-sociaux
• Départements de formation en lien avec les équipes d’encadrement
85
85
Principe de l’outil
• Accompagner l’élaboration de l’appel à cahier des charges d’une
formation Bientraitance,
• Accompagner le choix du prestataire de formation Bientraitance
• Inciter à l’évaluation de l’impact de la formation Bientraitance
86
86
Méthode de mise en oeuvre (1)
• Outil d’aide à rédaction de l’appel à cahier des charges de
formation Bientraitance
• Outil d’aide à la décision sur le choix du prestataire
• Outil d’évaluation de la prestation délivrée
Outil développé sous Excel ® associé à son guide d’utilisation selon 3 volets :
Champs libres, listes déroulantes
Eléments d’aide à la rédaction
Interactions entre les étapes
87
87
Méthode de mise en oeuvre (2)
Aide à rédaction de l’appel à cahier des charges de formation Bientraitance1
Poser et argumenter la demande de formationPoser et argumenter la demande de formation
Inciter les utilisateursInciter les utilisateurs àà identifier lesidentifier les ééllééments de contenu attendu, la mments de contenu attendu, la mééthodethode
ppéédagogique souhaitdagogique souhaitééee
Conserver un lienConserver un lien éétroit avec le contexte de ltroit avec le contexte de l’é’établissement et latablissement et la BientraitanceBientraitance
88
88
Méthode de mise en oeuvre (2)
Aide à la sélection du prestataire de formation Bientraitance2
ApprAppréécier, coter, hicier, coter, hiéérarchiser les propositions des prestataires au regard desrarchiser les propositions des prestataires au regard des
ééllééments attendus dments attendus dééfinisfinis àà ll’é’étape 1tape 1
Obtenir un choix argumentObtenir un choix argumentéé et simplifiet simplifiéé
(Interaction entre l(Interaction entre l’é’étape 1 et 2)tape 1 et 2)
89
89
Méthode de mise en oeuvre (3)
Evaluation de la prestation de formation3
ApprAppréécier lcier l’é’évaluationvaluation «« àà chaudchaud »» des stagiairesdes stagiaires
RRééaliser unealiser une éévaluationvaluation «« àà froidfroid »»
InciterInciter àà ddééfinir des critfinir des critèères dres d’é’évaluation de lvaluation de l’’impact de la formationimpact de la formation
90
90
Temps de mise en œuvre - établissement
Outil utilisé en plusieurs temps
Intégration au dispositif habituel des établissements.
91
91
Perspectives
A partir de l’étape 3
Invitation à définir des critères d’évaluation de l’impact de
la formation par l’intermédiaires d’indicateurs de suivi
(simples, acceptables, faciles à recueillir et avoir une
signification dans le temps.
Une nouvelle évaluation de la bientraitance permettra
d’identifier l’impact des actions de formations au sein de
l’établissement.
En conclusion
92
UN OBJECTIF COMMUN : MOBILISER LES
ÉQUIPES
Trois outils complémentaires :
• Regards croisés sur la Bientraitance : évaluation de
l’implantation de la démarche et de la perception des
professionnels
• Charte Bientraitance : ancrer la démarche dans les valeurs
de l’établissement en suscitant la participation des
professionnels
• Outil pour la formation : adapter les actions de formation
au contexte de l’établissement et aux besoins des
professionnels
Prévenir la maltraitance 
Promouvoir la bientraitance
Atelier 2  Porte d’entrée : Confrontation à des plaintes 
récurrentes liées au même sujet ou à une plainte 
inhabituelle
C Pourin CCECQA
S Seveignes CEPPRAL  
Etude de cas
•Le type d’établissement : situation d’une
EHPAD
•La plainte exprimée : Le résident se plaint
auprès du cadre infirmier d’un épisode
brutal avec un soignant lors d’un change.
Etude de cas
• Le contexte
• L’équipe relève que le patient demande souvent
à être changé alors qu’il n’est pas souillé.
• Le soignant est en difficulté, mais est protégé par
ses collègues, en effet il rend service en prenant
les remplacements
Questions /réponses
Comment aborder cette situation au sein de l’équipe en 
dehors du traitement de la plainte par la CRU ou la CVS?
Comment amener le salarié concerné par la plainte en 
dehors de toute démarche à type sanction à réfléchir sur 
sa pratique?
Comment initier une réflexion collective au sein de 
l’équipe pour lever « la loi du silence »?
Les outils proposés : 
• Une première sensibilisation par une interrogation
individuelle sur ses propres pratiques
• La bientraitance en questions : évaluation individuelle
• Concerne les situations quotidiennes de travail
• Permet la prise de conscience individuelle
• Une mobilisation avec un questionnement en équipe
• La bientraitance en situations de vie
• Non stigmatisant
• Renforce le collectif de travail
Prévenir la maltraitance 
Promouvoir la bientraitance
Grille d’autocontrôle des pratiques
Objectifs et place de l’outil 
• Outil de sensibilisation du personnel soignant à la thématique de 
la lutte contre la maltraitance / promotion de la bientraitance
• Outil d’autocontrôle à visée préventive
• Utilisation individuelle 
• Remise en question de ses pratiques professionnelles 
• Réflexion  personnelle
• Prise de conscience personnelle
• Aide à la gestion des risques de maltraitance  
• Essentiellement déclaratif, démarche volontaire
Principes
• Se questionner à partir de situations quotidiennes vécues par 
le soignant 
• Identifier les situations dans lesquelles le soignant risque d’être 
maltraitant 
• Remettre en question ses pratiques 
• Interroger l’organisation du travail 
• Se positionner au sein de l’équipe soignante
• Intégrer la démarche dans un projet de service
• Ne pas laisser les professionnels seuls face à leurs résultats
Méthode de mise en œuvre   
• Remplissage individuel, anonyme et facultatif 
• Guide d’utilisation de la grille 
• Pas de traitement des données
• Pas de mesure des effets
• Base de réflexion et d’échange collectif autour de la 
thématique
• Permet de faire circuler la parole 
Présentation de la grille d’autocontrôle   
32 items – des propositions affirmatives ‐ 6 modalités de réponse
Limites et perspectives
• Grille spécifiquement conçue pour le personnel 
soignant
• Adapter d’autres catégories professionnelles pour impliquer au‐
delà des seuls soignants
• Doit être utilisée en complément avec d’autres outils
• Pour introduire du collectif et de ne pas laisser les professionnels isolés
La bientraitance en situations de vie :
Présentation de l’outil du
CCECQA
Comment choisir l’outil ?
• Pour qui ?
• Vous êtes Cadre d’une unité de soins, chef d’unité, chef de pôle,
• En situation de responsabilité managériale
• Quand?
• Vous souhaitez mobiliser à nouveau vos équipes
• Vous êtes confronté à des plaintes, à une situation difficile
• Vous souhaitez travailler en lien avec les associations
• Pourquoi ?
• Vous souhaitez redonner du sens au travail
• Avec qui ?
• Les professionnels, collègues du service
Finalité de l’outil
• Permettre aux équipes de réfléchir sur des
situations quotidiennes
• Identifier des situations et comportement à risques
de maltraitance ordinaire,
• Identifier des changements de comportement à
introduire au sein de l’équipe
• Ecouter l’équipe (et non l’entendre)
• Décider de prendre du temps
• Donner de l’attention
• Etre ouvert
Les principes de la démarche
• Animation de temps d’échanges dans un service
• Co-animation du cadre
• Tout acteur volontaire Professionnel Usager
• Temps limités et récurrents
• Supports pour des échanges collectifs
• 5 scenarii élaborés testés avec des professionnels & CISSA
• Des propositions de questions ouvertes
• Des mots clés
• Support pour une réflexion personnelle
• Auto-questionnaire (savoir, croyance, pratique) Avant/Après
• A distance séance collective, facultatif
Les principes de l’animation
• La co-animation
• Cadre et psychologue
• Posture favorisant
• Prise de parole respectueuse des autres
• Ecoute active (questionnement, reformulation, synthèse)
• Complémentarité des rôles
• Le cadre introduit la démarche, son déroulement , écoute et aide
éventuellement à contextualiser des faits
• Le psychologue lit la situation, conduit les échanges et propose
le questionnaire individuel
Cinq scenarii ciblés sur le quotidien
• Des situations concrètes pour une dynamique de groupe
• La prise en compte de ce qu’exprime un patient comme la douleur ; La
disponibilité et le vécu des professionnels ; Les repères des
professionnels ; La communication entre services ; La place de l’aidant
• Des situations non détaillées pour susciter le questionnement
• Perception différente d’une même réalité, source de vécu différent
• Des situations mettant en valeur le travail des équipes
• Des temps d’échanges non culpabilisant mais une prise de conscience
des automatismes et des besoins d’échanger entre professionnels
Un professionnel de santé mobilise délicatement une patiente dans son lit. La
patiente pousse un gémissement, comme si le professionnel lui avait fait mal. Ce
dernier lui dit gentiment : « Voyons, je ne vous ai pas fait mal »
Des questions proposées
• Ouvertes et non systématiques
• Laisser parler
• Demander clarifications
• Pas de réponse à apporter
• Les champs explorés
• Les faits : Ce qui est vu, entendu
• L’émotion : Ce qui a été ressenti
• L’opinion : Ce qui est pensé, jugé…
• Appropriation du cas proposé
• Situations similaires
•Que pensez-vous de
cette situation ?
•Qu’auriez-vous fait
dans cette situation ?
•Pourriez-vous citer des
situations similaires ?
Synthèse et pistes de discussion
possibles
Geste doux mais pas d’écoute ; interprétation du mot
‘délicatement’, banalisation de la plainte de la patiente,
non prise en compte de la douleur, non prise en
compte de la personne; conséquences pour la patiente
: ne se sent pas écoutée, communication difficile, perte
de confiance avec le professionnel, avec soi même;
autres attitudes possibles …
Marque la fin de la séance
Met en valeur les idées, les contradictions
L’auto questionnement proposé
• A distance, facultatif,
temps personnel
d’écriture
• Permettre à l’individu de
s’interroger sur ses
intentions
• Une opportunité à saisir
par une équipe
• Création nouvel outil
• Formaliser demandes
Situation 2
• Une maman répond au désir de sa fille de 30 ans de l’accompagner à
la consultation. Le diagnostic de maladie grave est tombé, il y a
quelques jours. Sa fille lui dit qu’elle se sent incapable de rencontrer,
seule, le médecin et de prendre la décision sur le traitement à adopter.
Elle l’accompagne donc à la consultation, à sa demande. Après une
longue attente, la mère et la fille sont reçues par le médecin. La mère a
recherché des informations sur la maladie et a préparé des questions
qu’elle pose au médecin avec l’accord de sa fille. Le médecin dit : «
Madame, votre fille est majeure, elle est assez grande pour poser ses
questions elle-même. Nous allons discuter ensemble. Est-ce que vous
pourriez sortir un instant ? ».
Situation 3
• Un soignant répond au plus vite à la sonnette d’un patient
alité et le découvre les yeux larmoyants, lui disant : « Je suis
désolé, je n’ai pas pu me retenir. » Le soignant lui répond en
s’approchant tout près de lui : « Je suis désolé, je n’étais
pas disponible ». Le soir le soignant relate l’événement à
ses collègues de nuit puis le lendemain à son cadre : « Vous
vous rendez compte, pauvre M. Dubois ».
Situation 4
• Une patiente fait très souvent l’inventaire de tout son
linge et de toutes ses affaires de toilette et cela plusieurs
fois par jour. Elle vient très souvent questionner les
membres de l’équipe : « Tout est là ? On a tout retrouvé ?
» et énumère un à un chaque élément de ses affaires
personnelles. Une fois de plus la patiente arrive dans le
bureau des soignants. En voyant la patiente, l’un des
soignants très agacé secoue son trousseau de clés
bruyamment devant elle pour la faire sortir. La patiente
effrayée quitte alors rapidement le bureau et dit « oui, oui
je vais être sage ». Les autres soignants poursuivent leur
travail. L’un d’eux accompagne la patiente dans la salle de
séjour.
Situation 5
• Une patiente (Valérie) reçoit la visite de son amie (Isabelle) en service de
réadaptation. Elle vient juste d’être transférée à la suite d’une intervention
chirurgicale.
• - Isabelle, sur un ton enjoué : « Alors, le plus dur est passé, tu dois te sentir
mieux maintenant ! ».
• - Valérie éclate en sanglots : « On vient de me dire que j’en avais pour bien
plus longtemps. Qu’est-ce que je vais devenir ? ».
• - Isabelle attend que son amie se calme et lui caresse les cheveux : « Qu’est-
ce qui t’inquiète, Valérie ? ».
• - Valérie, apaisée : « Je ne sais pas comment Paul va pouvoir s’occuper des
enfants. Ils croient que c’est facile, eux ».
• - Isabelle : « Qu’est-ce que l’on t’a dit qui te met dans un tel état ? ».
• - Valérie : « Hier on m’a parlé de 3 semaines d’hospitalisation, que ce serait
difficile mais qu’après tout irait mieux et que je rentrerais chez moi. Ce matin
en arrivant ils ont commencé à m’expliquer ce que j’allais faire ici et ils m’ont
fait comprendre que ce serait bien plus long. Ils ne se mettent pas à notre
place. J’ai envie de partir. Je veux rentrer chez moi ».
Conclusion
• Réflexion sur le contenu du travail, les pratiques,
les organisations, la place du patient, les
conditions de travail
• Différent d’une auto évaluation
• Traçabilité de données
• Quantification d’une information
• Poursuite de la réflexion par la rédaction en interne
de nouveaux scenarii ou d’autres outils…
• Inclure des représentants associatifs ou des
représentants des usagers ou des usagers

Contenu connexe

Tendances

Initiation à la gestion de projet
Initiation à la gestion de projetInitiation à la gestion de projet
Initiation à la gestion de projet
Samer EL SAWDA, Ph.D.
 
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluationPpt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
USIGGENEVE
 
Creation d entreprise pptx
Creation d entreprise pptxCreation d entreprise pptx
Creation d entreprise pptx
IMANE LADRAA
 
Qualite et redevapilite humanitaire
Qualite et redevapilite humanitaireQualite et redevapilite humanitaire
Qualite et redevapilite humanitaire
USIGGENEVE
 
Le travail en equipe
Le travail en equipe Le travail en equipe
Le travail en equipe
Signos
 
Jeu indicateurs et kpi
Jeu indicateurs et kpiJeu indicateurs et kpi
Jeu indicateurs et kpi
CIPE
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipe
EnactusFrance
 
Culture Entrepreneuriale Cours.pdf
Culture Entrepreneuriale Cours.pdfCulture Entrepreneuriale Cours.pdf
Culture Entrepreneuriale Cours.pdf
ssuserc06f96
 
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projetsMission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
Prof. Jacques Folon (Ph.D)
 
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
MONA
 
BNI formation ikigai
BNI formation ikigaiBNI formation ikigai
BNI formation ikigai
Nicholas Creak
 
Canevas bonnes pratiques-
Canevas bonnes pratiques-Canevas bonnes pratiques-
Canevas bonnes pratiques-
Fatimata Kone
 
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALSECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
YOUAN BI BENIET MARIUS
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateurs
Jamaity
 
cours de Gestion des risques - demarche
cours de Gestion des risques - demarchecours de Gestion des risques - demarche
cours de Gestion des risques - demarche
Rémi Bachelet
 
Savoir déléguer
Savoir déléguerSavoir déléguer
Savoir déléguer
Laurent Bourdin
 
Connaissance de soi et des autres
Connaissance de soi et des autresConnaissance de soi et des autres
Connaissance de soi et des autres
Pascal Thery Formations
 
Livret d'accueil
Livret d'accueilLivret d'accueil
Livret d'accueil
François Deplaine
 
Les différents types de comportement en reunion
Les différents types de comportement en reunionLes différents types de comportement en reunion
Les différents types de comportement en reunion
BUICKGT
 
Méthode qqoqcp
Méthode qqoqcpMéthode qqoqcp
Méthode qqoqcp
Nicolas Rigaux
 

Tendances (20)

Initiation à la gestion de projet
Initiation à la gestion de projetInitiation à la gestion de projet
Initiation à la gestion de projet
 
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluationPpt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
Ppt techniques de colectes de donnees en suivi evaluation
 
Creation d entreprise pptx
Creation d entreprise pptxCreation d entreprise pptx
Creation d entreprise pptx
 
Qualite et redevapilite humanitaire
Qualite et redevapilite humanitaireQualite et redevapilite humanitaire
Qualite et redevapilite humanitaire
 
Le travail en equipe
Le travail en equipe Le travail en equipe
Le travail en equipe
 
Jeu indicateurs et kpi
Jeu indicateurs et kpiJeu indicateurs et kpi
Jeu indicateurs et kpi
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipe
 
Culture Entrepreneuriale Cours.pdf
Culture Entrepreneuriale Cours.pdfCulture Entrepreneuriale Cours.pdf
Culture Entrepreneuriale Cours.pdf
 
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projetsMission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
Mission, vision, valeurs stratégie et gestion de projets
 
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
Formation MOPA "Repenser son animation, impliquer les acteurs et faire preuve...
 
BNI formation ikigai
BNI formation ikigaiBNI formation ikigai
BNI formation ikigai
 
Canevas bonnes pratiques-
Canevas bonnes pratiques-Canevas bonnes pratiques-
Canevas bonnes pratiques-
 
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITALSECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
SECURITE DU CIRCUIT DU MEDICAMENT A L HOPITAL
 
Manuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateursManuel de formation des formateurs
Manuel de formation des formateurs
 
cours de Gestion des risques - demarche
cours de Gestion des risques - demarchecours de Gestion des risques - demarche
cours de Gestion des risques - demarche
 
Savoir déléguer
Savoir déléguerSavoir déléguer
Savoir déléguer
 
Connaissance de soi et des autres
Connaissance de soi et des autresConnaissance de soi et des autres
Connaissance de soi et des autres
 
Livret d'accueil
Livret d'accueilLivret d'accueil
Livret d'accueil
 
Les différents types de comportement en reunion
Les différents types de comportement en reunionLes différents types de comportement en reunion
Les différents types de comportement en reunion
 
Méthode qqoqcp
Méthode qqoqcpMéthode qqoqcp
Méthode qqoqcp
 

En vedette

Communication & Sécurité du patient
Communication & Sécurité du patientCommunication & Sécurité du patient
Communication & Sécurité du patient
Haute Autorité de Santé
 
Copil HAS v2014 30.10.2014
Copil HAS v2014 30.10.2014Copil HAS v2014 30.10.2014
Copil HAS v2014 30.10.2014
pquentin
 
Cartographie des risques 2015
Cartographie des risques 2015Cartographie des risques 2015
La satisfaction des patients
La satisfaction des patientsLa satisfaction des patients
La satisfaction des patients
Haute Autorité de Santé
 
Le programme national pour la sécurité du patient
Le programme national pour la sécurité du patientLe programme national pour la sécurité du patient
Le programme national pour la sécurité du patient
Haute Autorité de Santé
 
Cartographie des menaces
Cartographie des menacesCartographie des menaces
Cartographie des menaces
José Luis de la Fuente O'Connor
 
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
Support for Improvement in Governance and Management SIGMA
 
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
Haute Autorité de Santé
 
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de RéanimationEnquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
Haute Autorité de Santé
 
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
MUTACTION
 
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HASRapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
Haute Autorité de Santé
 
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
Haute Autorité de Santé
 
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
Haute Autorité de Santé
 
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
Haute Autorité de Santé
 
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
Haute Autorité de Santé
 
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
Haute Autorité de Santé
 
Présentation de Scope Santé
Présentation de Scope SantéPrésentation de Scope Santé
Présentation de Scope Santé
Haute Autorité de Santé
 
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Haute Autorité de Santé
 
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in FranceMaking use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
Haute Autorité de Santé
 
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
Haute Autorité de Santé
 

En vedette (20)

Communication & Sécurité du patient
Communication & Sécurité du patientCommunication & Sécurité du patient
Communication & Sécurité du patient
 
Copil HAS v2014 30.10.2014
Copil HAS v2014 30.10.2014Copil HAS v2014 30.10.2014
Copil HAS v2014 30.10.2014
 
Cartographie des risques 2015
Cartographie des risques 2015Cartographie des risques 2015
Cartographie des risques 2015
 
La satisfaction des patients
La satisfaction des patientsLa satisfaction des patients
La satisfaction des patients
 
Le programme national pour la sécurité du patient
Le programme national pour la sécurité du patientLe programme national pour la sécurité du patient
Le programme national pour la sécurité du patient
 
Cartographie des menaces
Cartographie des menacesCartographie des menaces
Cartographie des menaces
 
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
Comment établir la cartographie des risques? PIlar Saenz de Ormijana, Alger l...
 
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
Césarienne programmée à terme Optimiser la pertinence du parcours patient : E...
 
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de RéanimationEnquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
Enquêtes "Culture de sécurité" auprès d’équipes d’Obstétrique et de Réanimation
 
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
Matinale OPCALIA Centre « LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX ET LA QUALITE DE VIE AU T...
 
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HASRapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
Rapport annuel d'acitivité 2013 de la HAS
 
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
Le patient traceur : une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité des...
 
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
L’impact de la démocratie sanitaire : le patient et sa sécurité, point de vue...
 
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
Rencontres régionales HAS 2013 (Lyon) - Certification des établissements de s...
 
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
Prévention vasculaire après un infarctus cérébral ou un accident ischémique t...
 
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
L’audit de processus : Une méthode d’évaluation de la réalité de l’activité d...
 
Présentation de Scope Santé
Présentation de Scope SantéPrésentation de Scope Santé
Présentation de Scope Santé
 
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
Césarienne programmée à terme : Optimiser la pertinence du parcours de la pa...
 
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in FranceMaking use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in France
 
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
Making use of various information systems to disseminate HTA knowledge in Fra...
 

Similaire à HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD - 2013

Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons! Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
Canadian Patient Safety Institute
 
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-CareRéunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
adehan
 
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au QuébecL’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
Institut de recherche en santé publique de l'Université de Montréal - IRSPUM
 
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santéBéatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
Télécom Paris
 
Présentation strat adviser jims 2014
Présentation strat adviser jims 2014Présentation strat adviser jims 2014
Présentation strat adviser jims 2014
Jan-Cedric Hansen
 
Ireps Rapport d'activité 2015
Ireps Rapport d'activité 2015Ireps Rapport d'activité 2015
Ireps Rapport d'activité 2015
Ireps
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
moha coursante
 
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
David VALLAT
 
Augmenter la capacité d’une participation significative
Augmenter la capacité d’une participation significativeAugmenter la capacité d’une participation significative
Augmenter la capacité d’une participation significativeCFHI-FCASS
 
2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud
2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud
2014-F2L IC Silver Economie 3 MérigaudF2L-FranceLivingLabs
 
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soinExpérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
Académie du Service
 
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptxBilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
Guillaume Alsac
 
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de LilleIntervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
Amah KOUEVI
 
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPESles compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
Ireps
 
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
Colloque "La communication au coeur de la e-santé"
 
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
The National Collaborating Centre for Methods and Tools
 
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
Haute Autorité de Santé
 
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
ASIP Santé
 
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignantsDéveloppement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
THE3P
 
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travailCongrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
Association des Bibliothécaires de France
 

Similaire à HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD - 2013 (20)

Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons! Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
Ce n’est pas ce que nous faisons qui compte, c’est COMMENT nous le faisons!
 
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-CareRéunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
Réunion information Pépinière d'innovations Cluster i-Care
 
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au QuébecL’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
L’engagement des patients dans le Lean et les Kaizen au Québec
 
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santéBéatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
Béatrice Falise-Mirat, ANAP : L'hôpital sans murs et territoires de santé
 
Présentation strat adviser jims 2014
Présentation strat adviser jims 2014Présentation strat adviser jims 2014
Présentation strat adviser jims 2014
 
Ireps Rapport d'activité 2015
Ireps Rapport d'activité 2015Ireps Rapport d'activité 2015
Ireps Rapport d'activité 2015
 
Peh présentation dhsa
Peh présentation dhsaPeh présentation dhsa
Peh présentation dhsa
 
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
Convergence entre économie sociale et solidaire (ESS) et responsabilité socia...
 
Augmenter la capacité d’une participation significative
Augmenter la capacité d’une participation significativeAugmenter la capacité d’une participation significative
Augmenter la capacité d’une participation significative
 
2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud
2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud
2014-F2L IC Silver Economie 3 Mérigaud
 
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soinExpérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
Expérience Centre Hospitalier de Troyes : l'accueil, le premier soin
 
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptxBilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
Bilan_provisoire_EQUILIBRES.pptx
 
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de LilleIntervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
Intervention du 24 janvier 2019, au CHU de Lille
 
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPESles compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
les compétences en formation en éducation pour la santé par l'INPES
 
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
CEPPS: pour une collaboration efficace entre patient et professionnel de la s...
 
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
Le rôle de la santé publique auprès des refuges offrant des services aux pers...
 
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
Deux jours pour l’appropriation du guide pour l’auto-évaluation annuelle d’un...
 
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
2013-10-03 ASIP Santé RIR "L’expérimentation PAERPA : Point d’avancement"
 
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignantsDéveloppement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
Développement d'un travail collaboratif entre PPR et soignants
 
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travailCongrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
Congrès ABF 2015 - Tensions internes au métier : La souffrance au travail
 

Plus de Haute Autorité de Santé

Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Haute Autorité de Santé
 
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Haute Autorité de Santé
 
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
Haute Autorité de Santé
 
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ? Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
Haute Autorité de Santé
 
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
Haute Autorité de Santé
 
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patientsPrescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
Haute Autorité de Santé
 
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patientsVers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
Haute Autorité de Santé
 
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
Haute Autorité de Santé
 
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
Haute Autorité de Santé
 
Hypothyroïdie les 10 messages
Hypothyroïdie les 10 messagesHypothyroïdie les 10 messages
Hypothyroïdie les 10 messages
Haute Autorité de Santé
 
L'évaluation médico-économique du médicament
L'évaluation médico-économique du médicamentL'évaluation médico-économique du médicament
L'évaluation médico-économique du médicament
Haute Autorité de Santé
 
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicamentsLe rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
Haute Autorité de Santé
 
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
Haute Autorité de Santé
 
Bientraitance en protection de l'enfance
Bientraitance en protection de l'enfanceBientraitance en protection de l'enfance
Bientraitance en protection de l'enfance
Haute Autorité de Santé
 
Le dépistage de la Trisomie 21
Le dépistage de la Trisomie 21Le dépistage de la Trisomie 21
Le dépistage de la Trisomie 21
Haute Autorité de Santé
 
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
Haute Autorité de Santé
 
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
Haute Autorité de Santé
 
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santéBilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
Haute Autorité de Santé
 
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérienceEIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
Haute Autorité de Santé
 
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicamentDe l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
Haute Autorité de Santé
 

Plus de Haute Autorité de Santé (20)

Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
 
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
Formation des usagers sur l'évaluation des produits de santé et des actes - B...
 
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
Conseils à vos patients pour évaluer l’intensité d’une activité physique en e...
 
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ? Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
Quand envisager une consultation médicale d’activité physique ?
 
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
1er épisode de Bronchiolite aiguë : les conseils de votre médecin
 
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patientsPrescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
Prescrire une activité physique améliore la santé de vos patients
 
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patientsVers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
Vers une certification fondée sur la culture du résultat pour les patients
 
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
Présentations journée d'information des fabricants du 29 mai 2019
 
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
Ponction lombaire. Modalités de réalisation et recommandations pour en limite...
 
Hypothyroïdie les 10 messages
Hypothyroïdie les 10 messagesHypothyroïdie les 10 messages
Hypothyroïdie les 10 messages
 
L'évaluation médico-économique du médicament
L'évaluation médico-économique du médicamentL'évaluation médico-économique du médicament
L'évaluation médico-économique du médicament
 
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicamentsLe rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
Le rôle de la HAS dans l’accès au remboursement des médicaments
 
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
Prévenir, traiter et accompagner les violences entre adolescents dans les éta...
 
Bientraitance en protection de l'enfance
Bientraitance en protection de l'enfanceBientraitance en protection de l'enfance
Bientraitance en protection de l'enfance
 
Le dépistage de la Trisomie 21
Le dépistage de la Trisomie 21Le dépistage de la Trisomie 21
Le dépistage de la Trisomie 21
 
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
"Rencontres sécurité" Expérimentation HAS – février 2017 - mars 2018
 
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
Diaporama mini-conférences du Salon des services à la personne et de l'emploi...
 
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santéBilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
Bilan 2017 des EIGS déclarés par le professionnels de santé
 
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérienceEIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
EIGS : de la déclaration par les professionnels au retour d'expérience
 
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicamentDe l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
De l'autorisation au remboursement : le parcours d'un nouveau médicament
 

HAS - Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD - 2013

  • 1. Déploiement de la bientraitance en établissement de santé et en EHPAD
  • 2. Groupe Bientraitance FORAP-HAS (Basse-Normandie) (Franche-Comté)(Aquitaine) (Rhône Alpes)(Nord-Picardie) Le groupe de travail Bientraitance est composé des membres issus de six structures régionales pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques et des organisations (SRE) adhérentes à la Fédération des organismes régionaux et territoriaux pour l’amélioration des pratiques et organisations en santé (FORAP) et de la Haute Autorité de Santé (HAS)
  • 3. Des travaux sur la bientraitance menés en partenariat à partir de 2010 – la HAS • Forte implication de la HAS • Pourquoi la HAS a-t-elle investi sur le sujet ? • Un engagement ancien de certification envers les usagers • Un décalage entre les constats des EV et les plaintes des usagers • Des travaux internationaux qui promeuvent la place du patient comme une condition de la qualité et sécurité des soins • Suite des travaux sur la maltraitance ordinaire • Critère 10a sur la prévention de la maltraitance et la promotion de la bientraitance • Annonce d’un guide sur la bientraitance • Temps dédié chef de projet
  • 4. Des travaux sur la bientraitance menés en partenariat à partir de 2010 – la FORAP • Qu’est-ce que la FORAP ? • Missions institutionnelles • Représenter les structures régionales adhérentes notamment auprès du Ministère de la Santé (DGOS, DGS, DREES), des ARS, des établissements publics d’état (HAS, ANESM, ANAP, ANSM, InVS) • Faire reconnaître la valeur ajoutée de ces structures, notamment en matière d’évaluations en santé, d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité en santé, de DPC • Activités collaboratives • Mutualiser des documents, des outils et des méthodes • à l'initiative d’une SRE: ENEIS, Theorem, High 5's, Clarté, etc. • par décision concertée : Bientraitance • Participer à des groupes de travail nationaux (circulaire gestion des risques, Sécurité de l'opéré, Evaluation des programmes d'ETP...) • Pourquoi la FORAP a-t-elle investi le sujet ? • Premier thème de travail commun au sein de la FORAP • Thème de travail prioritaire dans les régions • Attente forte des établissements de santé • Etat d’avancement comparable entre les SRE
  • 5. Objectifs du partenariat • Objectif général : proposer un accompagnement • Pour aider les professionnels des établissements de santé et EHPAD… • … À déployer de façon opérationnelle… • … Des actions en faveur de la bientraitance • Objectifs spécifiques • Proposer une acception partagée de la bientraitance • Définir une stratégie de déploiement de la bientraitance • Développer des outils correspondant aux besoins identifiés
  • 6. Principes de travail • Mutualisation des travaux dans les régions • Complémentarité des réflexions • Relecture par des représentants des professionnels, des institutions et des usagers • Composition : Agence nationale d’appui à la performance, Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux, Alliance nationale des associations en milieu de santé, Collectif interassociatif sur la santé, Société française de gérontologie, fédérations de santé et médico-sociales…
  • 7. Construction des outils par les SRE • Groupes de travail régionaux bientraitance • ES (MCO, SSR, HAD, santé mentale) • EHPAD • Méthodologie de travail • Recherche documentaire et analyse des outils existants • Choix des objectifs et de la nature de l’outil à développer • Développement de l’outil • Utilisation dans la région ayant développé l’outil 7
  • 8. Tests inter-régionaux des outils • Partage des outils avec les autres régions (ES, Ehpad) • Test individuel et collectif des outils • Grille commune d’évaluation : faisabilité, pertinence, lisibilité, acceptabilité, réponse aux objectifs…. • Synthèse des tests => Ajustement des outils 8
  • 9. Structuration du guide • Définition opérationnelle de la bientraitance • Stratégie de déploiement d’une politique de bientraitance • Présentation synthétique des outils
  • 10. 10 10 Définition opérationnelle de la bientraitance • La bientraitance est : • Une démarche globale dans la prise en charge de l’usager et dans l’accueil de son entourage, • Visant à promouvoir le respect de ses droits et libertés, son écoute et la prise en compte de ses attentes, • Tout en prévenant la maltraitance. • Elle repose sur : • Un questionnement tant collectif que individuel de la part des acteurs, • Une responsabilité partagée entre les professionnels et l’institution, • Une participation des usagers.
  • 11. Les principes de l’action • Implique une mobilisation de l’ensemble de l’établissement • Déploiement dans les services et les unités de soins, et au niveau des instances de gouvernance et de la direction • Projet transversal : soignants, administratifs et logistiques • Inscription dans la politique de l’établissement • S’inscrit dans un changement culturel • Impact sur les organisations, les pratiques, les attitudes. • Remise en question constante des pratiques professionnelles et de l’organisation, quelque soit sa place dans l’institution • Implique d’associer les usagers et leurs proches • Promouvoir leur autonomie • Risque de résurgence du paternalisme • Construire avec les usagers et leurs représentants
  • 12. Les points de vigilance • Susciter la prise de conscience et la parole implique de se donner les moyens d’agir ensuite • Dévoilement de situation de maltraitance => souffrance des soignants • Lien entre politique de bientraitance et implication du management • Le personnel sera en capacité d’être bientraitant, si lui-même se sent bientraité par l’institution, s’il se sent sécurisé, entendu et soutenu par sa hiérarchie. • Parler de bientraitance ne doit pas pour autant faire l’impasse sur les situations de maltraitance • Anticiper ces situations afin de permettre aux équipes de réagir et de rebondir • Sinon source de souffrance pour les équipes et renforcement du déni
  • 13. Le déploiement stratégique à partir de la CRUQPC et du CVS • Pourquoi la CRUQPC ou le CVS ? • Privilégier l’expression des usagers • Renforcer la place de ces instances • Démarche en 3 temps • Poser un diagnostic • Construire l’action • Evaluer
  • 14. Poser un diagnostic • Recueillir le récit du quotidien des personnes hospitalisées ou des résidents • Passer d’un traitement individuel ou singulier des réclamations à une analyse systémique • Repérer les indicateurs ou critères qui informent sur certains aspects et les mettre en débat • Rassembler les documents et informations liés au fonctionnement de l’établissement • Réaliser des enquêtes spécifiques sur certains sujets
  • 15. Construire l’action • Construire/renforcer la collaboration entre usagers et professionnels • Porter le débat et les échanges dans les services • Organiser régulièrement des points spécifiques sur la question • Impulser ou relayer une réflexion institutionnelle
  • 16. Evaluer • Assurer un suivi du témoignage des usagers • Recueillir leur satisfaction • Recueillir le point de vue des professionnels • Définir les priorités • Évaluer les indicateurs
  • 17. Outils développés • Outils d’auto-évaluation • EPP promotion de la bientraitance (RéQua) • Auto-évaluation bientraitance (RQS) • Outils de prévention du risque de maltraitance • Auto-contrôle des pratiques professionnelles (CEPPRAL) • Cartographie des risques de maltraitance (RSQ) • Outil de management • Animation d’équipe – bientraitance en questions (CCECQA) • Cahier des charges formation bientraitance (RQS) • Charte bientraitance (RéQua, RBNSQ) 17
  • 18. Présentation des six situations
  • 19. Promotion de la bientraitance Préparation de l’établissement à un dispositif d’évaluation externe Françoise PAPO - Réseau Santé Qualité Nord / Picardie Patricia MINARY DOHEN – Réseau Qualité Franche-Comté Groupe de travail FORAP – HAS « Bientraitance »
  • 20. Groupe Bientraitance FORAP-HAS (Basse-Normandie) (Franche-Comté) (Loire-Atlantique) (Aquitaine) (Rhône Alpes) Le groupe de travail Bientraitance est composé des membres issus de six structures régionales pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques et des organisations adhérentes à la Fédération des organismes régionaux et territoriaux pour l’amélioration des pratiques et organisations en santé (FORAP) et de la Haute Autorité de Santé (HAS) (Nord-Picardie)
  • 21. Vous êtes en charge de l’auto-évaluation dans le cadre de la démarche d’évaluation externe de votre établissement (certification HAS, inspection, évaluation externe EHPAD…). Vous souhaitez en profiter pour faire un bilan sur la bientraitance au sein de votre structure. Quelle(s) méthode(s), quel(s) outil(s) ? Préparation de l’établissement à un dispositif d’évaluation externe
  • 22. OBJECTIFS VISES • Structuration d’une démarche pérenne • Précision du diagnostic • Transversalité – contribution et implication de tous les personnels • Commande institutionnelle / accompagnement par l’institution • Rendre compte de la démarche et communiquer
  • 23. 2 outils Tableau de bord de la bientraitance : la cartographie des risques EPP Bientraitance Préparation de l’établissement à un dispositif d’évaluation externe
  • 24. LA CARTOGRAPHIE DES RISQUESLA CARTOGRAPHIE DES RISQUES (Nord-Picardie)
  • 25. LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES • Quelles sont les causes de risques ? • Quelles actions sont déjà en place ? • Quelles améliorations sont nécessaires ? Identifier les risques
  • 26. Une démarche projet • Informer • Constituer un groupe projet • Définir le calendrier Spécificité de la méthode • Analyser les processus • Réaliser la cartographie • Analyser les critères • Coter les critères • Evaluer la maîtrise du risque LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
  • 27. Informer – Les instances • Implication de la Direction • Mobilisation de l’encadrement – Le personnel • Imprégnation de la culture risque • Diffusion de la méthode LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
  • 28. Constituer un groupe projet : avec qui et pour quoi faire ? – Quels métiers doivent être représentés ? – Quelle est la place de la direction de l’établissement (du pôle) ? – Quelle est la place des usagers ? – Quel est le rôle de l’animateur ? LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
  • 29. L’analyse des processus – Quels processus sont impliqués dans le périmètre choisi ? • Management o Pilotage, recrutement et accompagnement des personnels, animation et coordination des équipes, communication avec le patient et son entourage, organisation du travail • Prise en charge o Accueil, prise en charge, respect des droits des patients/résidents, comportement des professionnels, vie sociale, sortie • Fonctions supports o Adéquation des locaux et équipements, politique des achats, interventions techniques LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
  • 31. • Identifier toutes les causes de risques – Risques potentiels (a priori) et risques avérés (a posteriori) – Pour les patients, l’entourage, les professionnels, l’organisation… – Maltraitance « ordinaire » et faits exceptionnels (violences) Vision transversale et globale des risques de maltraitance dans la structure • Recenser les réponses déjà en place Faire le lien avec les démarches Qualité Gestion des risques • Définir un plan d’actions d’amélioration Objectifs, méthode, indicateurs Elaborer un outil opérationnel de gestion des risques par l'analyse, l’évaluation et le suivi de l’organisation et des pratiques LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES Réaliser la cartographie des risques de maltraitance Objet de la cartographie
  • 32. - Avant la première réunion - Recensement préalable des informations disponibles : plaintes, fiches EI, rapports CRUQPC… - Identification des actions déjà en place (PAQ, auto- évaluation pour certification…) - Pendant les réunions - Identification des risques (lecture active des critères) - Cotation des risques • Fréquence • Gravité • Maîtrise des risques - Priorisation des actions d’amélioration à mettre en place - Elaboration des indicateurs LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES Réaliser la cartographie des risques de maltraitance Méthodologie criticité
  • 33. Plan La cartographie des risques La démarche •Informer •Constituer un groupe projet •L’analyse des processus •Réaliser la cartographie •L’analyse des critères •La cotation des critères •Le calendrier Réaliser la cartographie des risques de maltraitance L’analyse des critères Non respect des souhaits des patients quant à l'information donnée Défaut de discrétion dans les échanges des professionnels Inadaptation du lieu par rapport aux échanges des professionnels Informations médicales données à un membre de la famille sans autorisation Consultation, soin ou discussion en présence d'un tiers sans autorisationRespect de la confidentialité Absence de planification de l'organisation des soins et de la surveillance Défaut de proposition d'intervention d'un professionnel spécifique (psychologue, diététicien, assistant social, addictologue, ergothérapeute, etc.) Actes de soins inadaptés à l'état du patient (soins systématiques et/ou non personnalisés, température et pulsations systématiques, ...) Actes de soins inadaptés aux rythmes de vie du patient (prises de sang très tôt le matin, lors des horaires de repas, visites,...) Organisation et coordination des interventions des professionnels Prise en charge Non respect des souhaits des patients quant à l'information donnée Défaut de discrétion dans les échanges des professionnels Inadaptation du lieu par rapport aux échanges des professionnels Informations médicales données à un membre de la famille sans autorisation Consultation, soin ou discussion en présence d'un tiers sans autorisationRespect de la confidentialité Absence de planification de l'organisation des soins et de la surveillance Défaut de proposition d'intervention d'un professionnel spécifique (psychologue, diététicien, assistant social, addictologue, ergothérapeute, etc.) Actes de soins inadaptés à l'état du patient (soins systématiques et/ou non personnalisés, température et pulsations systématiques, ...) Actes de soins inadaptés aux rythmes de vie du patient (prises de sang très tôt le matin, lors des horaires de repas, visites,...) Organisation et coordination des interventions des professionnels Prise en charge LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES
  • 34. 4 = On découvre le risque 4 = Toujours 4 = Irréversibilité du dommage 3 = On est en alerte3 = Souvent 3 = Dommage important 2 = On a tout prévu 2 = Occasionne l 2 = Dommage modéré 1 = On sait faire face, bonne maîtrise 1 = rare 1 = Sans dommage Maîtrise * criticité Maîtrise du risque Actions à mettre en œuvre (précisez court / moyen / long terme et le cas échéant, les cibles patient/personnel) Criticité (Gravité * Fréquence) Fréquenc e Gravité Actions déjà en place LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES Réaliser la cartographie des risques de maltraitance La cotation des critères
  • 35. Maîtriser le calendrier pour réussir le projet • Présentation aux instances • Information des équipes • Constitution du groupe projet • Réunions de travail • Présentation des résultats de la cartographie • Présentation du plan d’action • Périodicité de révision de la cartographie • Elaboration du tableau de bord de la bientraitance LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES Réaliser la cartographie des risques de maltraitance Le calendrier
  • 38. OBJECTIF Evaluer la promotion de la bientraitance de la part des professionnels, chez toute personne admise en établissement sanitaire ou médico- social EPP BIENTRAITANCE
  • 39. EPP BIENTRAITANCE 2 questionnaires accompagnés d’un guide de remplissage Un questionnaire institutionnel Evalue l’organisation interne pour la promotion de la bientraitance Un questionnaire individuel Réalise un état des lieux Amène les professionnels à s’interroger personnellement sur leurs pratiques
  • 40. EPP BIENTRAITANCE Comporte deux parties : - Partie 1 : recueil des besoins des patients /résidents et mise en oeuvre du projet personnalisé - Partie 2 : organisation générale de l’établissement Questionnaire rempli une seule fois pour l’établissement par consensus au sein d’un groupe de travail Le questionnaire institutionnel
  • 41. Accueil et Evaluation initiale des attentes et des besoins : Il a été fait le choix de se centrer sur l’accueil du patient et l’évaluation initiale de ses besoins et attentes car une arrivée réussie est souvent synonyme d’un séjour de qualité. Projet personnalisé (projet de vie, projet de soins…) Ce projet paraît un incontournable du respect « de la globalité de la personne » Evaluation du projet personnalisé EPP BIENTRAITANCE Le questionnaire institutionnel – Partie 1
  • 42. 1. Selon vous, les éléments suivants sont-ils collectés lors de L’ÉVALUATION INITIALE Jamais Parfois Souvent Toujours Les attentes de la personne Les attentes de l’entourage Les besoins en soins Les habitudes, les centres d’intérêt, les potentialités 2. Projet personnalisé Un projet personnalisé est élaboré en équipe avec la personne accueillie. Un projet personnalisé est élaboré en équipe avec l’entourage de la personne accueillie Le projet est-il réévalué EPP BIENTRAITANCE Le questionnaire institutionnel – Partie 1 Quelques exemples
  • 43. EPP BIENTRAITANCE OUI NON NA La promotion de la bientraitance figure dans : Le projet d’établissement Les PV du Conseil de surveillance Les comptes rendus de CME, de CSIRMT Les comptes rendus de CRU/CVS Il existe une charte de la bientraitance La bientraitance est discutée en réunions pluridisciplinaires L’établissement informe les nouveaux agents sur le respect de la bientraitance L’établissement a inscrit la bientraitance dans son plan de formation Le questionnaire institutionnel – Partie 2 Quelques exemples
  • 44. Anonyme Rempli par auto-évaluation Un questionnaire par agent au contact du patient / résident dans les services retenus pour l’enquête Une réponse OUI n’appelle que des souvenirs positifs, que de réponses favorables. Toute situation de doute appelle une réponse NON EPP BIENTRAITANCE Le questionnaire individuel
  • 45. EPP BIENTRAITANCE Le questionnaire individuel Quelques exemples Respect de l’intimité, la dignité et la confidentialité Je favorise l’estime de soi des patients / résidents à travers leurs habillements et habitudes de vie Oui Non NA Pendant la toilette des patients / résidents je respecte l’intimité et la dignité Oui Non NA Je respecte la confidentialité des informations concernant le Patient/Résident Oui Non NA Prise en charge de la douleur Je prends en compte la douleur Oui Non NA Je note toujours l’absence de douleur Oui Non NA Le confort du patient / résident J’évite le bruit / la lumière la nuit Oui Non NA Le respect de l’autonomie Je favorise l’autonomie des patients/résidents (privilégie le « faire faire » plutôt que « faire à la place de » Oui Non NA Organisation des services La pause des personnels dans mon service est organisée à tour de rôle Oui Non NA Les délais d’attente aux sonnettes sont évalués dans mon service Oui Non NA Avez-vous des suggestions pour améliorer les pratiques dans votre service ? ………………
  • 46. EPP BIENTRAITANCE Critères d’inclusion des agents : ensemble des agents au contact d’un patient/résident durant son séjour des services : ensemble des services de l’établissement prenant en charge des patients/résidents. Critères d’exclusion des agents : agent non au contact des patients /résidents durant tout le séjour (ex : jardinier, électriciens, services techniques….) des services : les services ne prenant pas en charge de patients/résidents Le questionnaire individuel
  • 47. EPP BIENTRAITANCE Echantillon Le nombre de 30 « questionnaires individuels » remplis par le personnel apparaît comme le seuil minimal pour que l’échantillon soit représentatif. Plus le nombre de retour sera important, plus les données recueillies seront représentatives des pratiques de « la population étudiée ». Le questionnaire individuel
  • 48. EPP BIENTRAITANCE Mise en œuvre Comité de pilotage - Elaboration du plan de communication - Suivi de l’avancement du projet - Validation des actions à mettre en œuvre Groupe de travail - Remplissage du questionnaire institutionnel - Diffusion et récupération des questionnaires individuels - Saisie et analyse des données - Proposition du plan d’actions
  • 49. EPP BIENTRAITANCE Calendrier - Information des instances - Appropriation de la méthodologie, des outils par le groupe de travail - Recueil des données - Saisie et analyse des données - Définition des actions d’amélioration par le groupe de travail - Validation du plan d’actions par le comité de pilotage - Mise en œuvre et suivi du plan d’actions - Mesure d’impact des actions
  • 50. EPP BIENTRAITANCE Résultats (fin 2012) 12 établissements participant 1877 questionnaires individuels analysés Quelques différences - Bientraitance abordée dans les entretien annuel d’évaluation : 65% MS / 35% S - Affichage plus fréquents dans le MS : 62% MS / 38 % S - Horaires de visites plus libres dans le MS : 57%
  • 51. EPP BIENTRAITANCE Axes d’amélioration Elaboration et mise en œuvre d’une charte de bientraitance Intervention institutionnalisée de la psychologue auprès des équipes Réflexion sur le projet de vie/projet de soins Mise en place d’une formation/action sur site Mise en place d’une nouvelle EPP ciblée sur les problématiques de l’établissement Modification du questionnaire de satisfaction ou de de sortie (introduction du « respect de l’intimité ou la dignité ») Quelques exemples
  • 52. Cartographie des risques Évalue l’organisation et les pratiques EPP Bientraitance Évalue la maturité culturelle de l’institution et des professionnels 2 outils complémentaires Préparation de l’établissement à un dispositif d’évaluation externe
  • 53. Promotion de laPromotion de la bientraitancebientraitance «« Remobiliser lesRemobiliser les ééquipesquipes »» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d’aide à la décision - formation Marie José D’Alché-Gautier – Réseau Bas Normand Santé Qualité Noémie Terrien – Réseau QualiSanté Groupe de travail FORAP – HAS « Bientraitance »
  • 54. Remobiliser les équipes 54 Vous êtes directeur de soins, cadre de santé, en situation managériale dans l’établissement. Une démarche de promotion de la bientraitance est mise en place mais elle s’essouffle.. Vous souhaitez remobiliser les professionnels. Quelle(s) méthode(s), quel(s) outil(s) ?
  • 55. Recensement des besoins pour mettre en lien avec les outils 55 • Impulser et structurer une démarche pérenne • Repositionner la bientraitance dans la démarche globale d’amélioration de la qualité et de la sécurité • Favoriser les échanges et la réflexion entre les professionnels • Communiquer vers les professionnels et les usagers pour se réapproprier la démarche de bientraitance.
  • 56. Remobiliser les équipes 56 3 Outils • Outil d’auto-évaluation « Regards croisés sur la Bientraitance » • Principes de Bientraitance : déclinaison d’une charte • Outil d’aide à la décision : cahier des charges pour une formation
  • 57. Outil dOutil d’’autoauto--éévaluationvaluation BientraitanceBientraitance ««Regards croisRegards croiséés de las de la BientraitanceBientraitance »»
  • 58. 58 58 Place dans le déploiement de la Bientraitance • Outil d’évaluation à l’attention de l’établissement • Outil d’évaluation à l’attention des professionnels Identifier les leviers et faiblesses au sein de son établissement Regards croisés : volet organisationnel et point de vue des professionnels Identifier les leviers et faiblesses au sein de sonIdentifier les leviers et faiblesses au sein de son éétablissementtablissement Regards croisRegards croiséés : volet organisationnel et point de vue des professionnelss : volet organisationnel et point de vue des professionnels • Impulser la démarche, poser un état des lieux • Apprécier l’impact des actions d’amélioration mises en œuvre.
  • 59. 59 59 But de l’outil • Etablir un état des lieux de la Bientraitance dans l’établissement • Apprécier les écarts et cohérences entre le ressenti du personnel et la mise en œuvre des méthodes et supports par l’établissement. • Définir et prioriser la mise en place d’actions opérationnelles en faveur de la Bientraitance Un outil dans une démarche globale et participativeUn outil dans une dUn outil dans une déémarche globale et participativemarche globale et participative
  • 60. 60 60 Cibles de l’évaluation • Etablissements de santé et Ehpad • Professionnels médico-soignants à l’échelle de l’établissement, d’une filière, d’un pôle, d’un service Hors personnels techniques et administratifs
  • 61. 61 61 Principe de l’évaluation (1) • Savoirs, savoir-être, savoir-faire du professionnels • Processus de prise en charge du patient, de l’usager • Processus de pilotage et supports de l’établissement • Implication du patient, de l’usager, de l’entourage Construction de l’évaluation à partir des premiers travaux du groupe de travail sur l’approche du concept Bientraitance :
  • 62. 62 62 Posture professionnelle Regard du soignant sur les pratiques de son service Qualité de vie au travail Auto-questionnaire à l’attention des professionnels de santé en 3 parties Principe de l’évaluation (2) Un kit « évaluation Bientraitance structuré autours de deux questionnaires :
  • 63. 63 63 Approche processus (pilotage et supports) Auto-questionnaire des méthodes et supports de l’établissement Principe de l’évaluation (3)
  • 64. 64 64 Un accent porté sur le volet sensibilisation / informationUn accent portUn accent portéé sur le volet sensibilisation / informationsur le volet sensibilisation / information Principe de l’évaluation (4)
  • 65. 65 65 Méthode de mise en œuvre (1) Engagement de l’établissement dans la démarche Identification d’un interlocuteur privilégié Définition du protocole (cadre pré-défini) Engagement de lEngagement de l’é’établissement dans la dtablissement dans la déémarchemarche Identification d’un interlocuteur privilégié Définition du protocole (cadre pré-défini) 1 Mise à disposition du kit Bientraitance Questionnaires, méthodologie, supports d’information / sensibilisation MiseMise àà disposition du kitdisposition du kit BientraitanceBientraitance Questionnaires, méthodologie, supports d’information / sensibilisation 2 Communication autour de l’étude Objectifs de l’évaluation Caractère anonyme du questionnaire professionnel Affiche, dépliant et support type Communication autour de lCommunication autour de l’é’étudetude Objectifs de l’évaluation Caractère anonymeanonyme du questionnaire professionnel Affiche, dépliant et support type 3
  • 66. 66 66 Méthode de mise en œuvre (2) Mise en œuvre de l’évaluation Auto-évaluation établissement Questionnaire à l’attention des professionnels Mise enMise en œœuvre de luvre de l’é’évaluationvaluation Auto-évaluation établissement Questionnaire à l’attention des professionnels 4 Centralisation et recueil des données Urnes / enveloppes retours (caractère anonyme) QP Saisie des données par l’établissement (masque / site) Centralisation et recueil des donnCentralisation et recueil des donnééeses Urnes / enveloppes retours (caractère anonyme) QP Saisie des données par l’établissement (masque / site) 5 Résultats Rapport d’analyse Plan de communication de l’établissement Mise en place d’un plan d’actions opérationnelles RRéésultatssultats Rapport d’analyse Plan de communication de l’établissement Mise en place d’un plan d’actions opérationnelles 6
  • 67. 67 67 Temps de mise en œuvre - établissement Définition et mise en œuvre du plan d’actions M1 M2 M3 M4 M5 M6 Engagement Mise à disposition du kit Communication Déploiement de l’évaluation Centralisation Saisie des données Rapport d’analyse Une démarche dans le temps associant l’implication de l’encadrement dans un climat positif devant s’ouvrir à d’autres outils pour contribuer à la réussite du projet Bientraitance de l’établissement.
  • 68. 68 68 Exemples de perspectives • Suite à l’état des lieux réalisé grâce à l’outil d’autoévaluation : Un plan d’actions d’amélioration est mis en œuvre dont : - Une charte de bientraitance - Des formations ciblées bientraitance et adaptées au contexte de l’établissement
  • 69. Les principes de bientraitance : Déclinaison d’une charte Réseau Bas Normand Santé Qualité/ REQUA
  • 70. 70 70 Place dans le déploiement de la Bientraitance • Outil support dans le cadre d’un projet institutionnel sur la bientraitance dans un établissement • Outil clé dans la diffusion de la culture de bientraitance au sein des services d’un établissement • Outil intégré dans la réflexion éthique d’un établissement
  • 71. 71 71 But de la charte • Mettre à disposition des établissements de santé un outil partagé leur permettant de développer les bonnes pratiques • Aider à la réflexion et au partage des valeurs professionnelles autour de la bientraitance
  • 72. 72 72 Cibles de la charte • Etablissements de santé • Personnels médico-soignants et administratifs • EHPAD
  • 73. 73 Principe de la charte (1) La bientraitance est une démarche volontariste, institutionnelle, collective et individuelle d’amélioration continue des pratiques professionnelles visant à promouvoir : - Le respect de la liberté et des droits des usagers et de ses proches - Le respect de sa dignité et de sa singularité - Le respect de la prise en compte de ses besoins et de ses attentes spécifiques La charte s’appuie sur une définition de la bientraitance :
  • 74. 74 74 Déclinaison de 10 engagements permettant identifier les actions de bientraitance dans les différentes étapes du parcours patient, par exemple : Adopter en toute circonstance une attitude professionnelle d’écoute et de discernement à chaque étape du parcours de l’usager, Mettre tout en œuvre pour respecter l’intégrité physique et psychique, la dignité et l’intimité de l’usager. La charte de bientraitance Principe de la charte (2)
  • 75. Méthode de mise en œuvre (1) • Définition par chaque établissement de sa stratégie d’utilisation de la charte en concertation avec les différentes instances de l’établissement. • Plusieurs approches possibles qui ont en commun les éléments suivants : • Un groupe de travail bientraitance pluriprofessionnel • Appui de la réflexion sur un modèle de charte • Temps appropriation de l’outil indispensable • Déclinaison des 10 points avec des situations propres à l’établissement
  • 76. Méthode de mise en œuvre (2) • Modèle de charte régionale aménagée avec le logo propre à l’établissement afin de faciliter l’appropriation et la personnalisation • Charte utilisée telle quelle avec ses 10 points ou aménagée • Charte illustrée avec des exemples de situations propres à l’établissement, des photographies, des poèmes….
  • 77. Les illustrations sont implémentées au fils du temps lors de l’identification d’exemples par une équipe, ou par une personne, avec accord de l’équipe : textes, images, poèmes, photographies… Méthode de mise en œuvre (3) Module d’Accompagnement Les items de la charte Les illustrations propres à l’équipe S’imposer le respect de la confidentialité des informations relatives à l’usager Installation d’un lieu de communication dans le service des « Acacias »
  • 78. Méthode de mise en œuvre (4) Les items de la charte Les illustrations propres à l’équipe Accompagner la personne et ses proches dans la fin de vie 1. Mise en place d’une échelle d’EDMONTON implémentée autant que nécessaire pour toute personne en fin de vie. 2. Evaluation des « manques » dans l’accompagnement des famille de toute personne accompagnée et décédée. 3. Evaluation des difficultés d’accompagnement des membres de l’équipe après tout décès. Les items de la charte sont affichés dans des lieux fréquentés et dans un format permettant une utilisation facile
  • 79. Méthode de mise en œuvre (5) • Les temps d’implémentation de la charte : • La pause des pauses • Le quart d’heure bientraitance • La réflexion institutionnelle • Les « comités de bientraitance »
  • 80. Temps de mise en œuvre de la charte • Démarche s’inscrivant dans le temps avec des premières utilisations à environ un an
  • 81. Outil dOutil d’’aideaide àà la dla déécisioncision -- AppelAppel àà cahier des chargescahier des charges FormationFormation BientraitanceBientraitance
  • 82. 82 82 Place dans le déploiement de la Bientraitance • En parallèle d’outils de sensibilisation : nécessité de temps de formation ciblés sur la Bientraitance. Adapter la formation au contexte et besoins de l’établissementAdapter la formation au contexte et besoins de lAdapter la formation au contexte et besoins de l’é’établissementtablissement Impulser, dynamiser ou améliorer la démarche Bientraitance
  • 83. 83 83 But de l’outil Contribuer à l’adéquation des actions de formation aux grands principes de la Bientraitance et du contexte de l’établissement ContribuerContribuer àà ll’’adadééquation des actions de formationquation des actions de formation aux grands principes de laaux grands principes de la BientraitanceBientraitance et du contexte de let du contexte de l’é’établissementtablissement
  • 84. 84 84 Cibles de l’outil • Etablissements de santé et établissements médico-sociaux • Départements de formation en lien avec les équipes d’encadrement
  • 85. 85 85 Principe de l’outil • Accompagner l’élaboration de l’appel à cahier des charges d’une formation Bientraitance, • Accompagner le choix du prestataire de formation Bientraitance • Inciter à l’évaluation de l’impact de la formation Bientraitance
  • 86. 86 86 Méthode de mise en oeuvre (1) • Outil d’aide à rédaction de l’appel à cahier des charges de formation Bientraitance • Outil d’aide à la décision sur le choix du prestataire • Outil d’évaluation de la prestation délivrée Outil développé sous Excel ® associé à son guide d’utilisation selon 3 volets : Champs libres, listes déroulantes Eléments d’aide à la rédaction Interactions entre les étapes
  • 87. 87 87 Méthode de mise en oeuvre (2) Aide à rédaction de l’appel à cahier des charges de formation Bientraitance1 Poser et argumenter la demande de formationPoser et argumenter la demande de formation Inciter les utilisateursInciter les utilisateurs àà identifier lesidentifier les ééllééments de contenu attendu, la mments de contenu attendu, la mééthodethode ppéédagogique souhaitdagogique souhaitééee Conserver un lienConserver un lien éétroit avec le contexte de ltroit avec le contexte de l’é’établissement et latablissement et la BientraitanceBientraitance
  • 88. 88 88 Méthode de mise en oeuvre (2) Aide à la sélection du prestataire de formation Bientraitance2 ApprAppréécier, coter, hicier, coter, hiéérarchiser les propositions des prestataires au regard desrarchiser les propositions des prestataires au regard des ééllééments attendus dments attendus dééfinisfinis àà ll’é’étape 1tape 1 Obtenir un choix argumentObtenir un choix argumentéé et simplifiet simplifiéé (Interaction entre l(Interaction entre l’é’étape 1 et 2)tape 1 et 2)
  • 89. 89 89 Méthode de mise en oeuvre (3) Evaluation de la prestation de formation3 ApprAppréécier lcier l’é’évaluationvaluation «« àà chaudchaud »» des stagiairesdes stagiaires RRééaliser unealiser une éévaluationvaluation «« àà froidfroid »» InciterInciter àà ddééfinir des critfinir des critèères dres d’é’évaluation de lvaluation de l’’impact de la formationimpact de la formation
  • 90. 90 90 Temps de mise en œuvre - établissement Outil utilisé en plusieurs temps Intégration au dispositif habituel des établissements.
  • 91. 91 91 Perspectives A partir de l’étape 3 Invitation à définir des critères d’évaluation de l’impact de la formation par l’intermédiaires d’indicateurs de suivi (simples, acceptables, faciles à recueillir et avoir une signification dans le temps. Une nouvelle évaluation de la bientraitance permettra d’identifier l’impact des actions de formations au sein de l’établissement.
  • 92. En conclusion 92 UN OBJECTIF COMMUN : MOBILISER LES ÉQUIPES Trois outils complémentaires : • Regards croisés sur la Bientraitance : évaluation de l’implantation de la démarche et de la perception des professionnels • Charte Bientraitance : ancrer la démarche dans les valeurs de l’établissement en suscitant la participation des professionnels • Outil pour la formation : adapter les actions de formation au contexte de l’établissement et aux besoins des professionnels
  • 94. Etude de cas •Le type d’établissement : situation d’une EHPAD •La plainte exprimée : Le résident se plaint auprès du cadre infirmier d’un épisode brutal avec un soignant lors d’un change.
  • 95. Etude de cas • Le contexte • L’équipe relève que le patient demande souvent à être changé alors qu’il n’est pas souillé. • Le soignant est en difficulté, mais est protégé par ses collègues, en effet il rend service en prenant les remplacements
  • 96. Questions /réponses Comment aborder cette situation au sein de l’équipe en  dehors du traitement de la plainte par la CRU ou la CVS? Comment amener le salarié concerné par la plainte en  dehors de toute démarche à type sanction à réfléchir sur  sa pratique? Comment initier une réflexion collective au sein de  l’équipe pour lever « la loi du silence »?
  • 97. Les outils proposés :  • Une première sensibilisation par une interrogation individuelle sur ses propres pratiques • La bientraitance en questions : évaluation individuelle • Concerne les situations quotidiennes de travail • Permet la prise de conscience individuelle • Une mobilisation avec un questionnement en équipe • La bientraitance en situations de vie • Non stigmatisant • Renforce le collectif de travail
  • 99. Objectifs et place de l’outil  • Outil de sensibilisation du personnel soignant à la thématique de  la lutte contre la maltraitance / promotion de la bientraitance • Outil d’autocontrôle à visée préventive • Utilisation individuelle  • Remise en question de ses pratiques professionnelles  • Réflexion  personnelle • Prise de conscience personnelle • Aide à la gestion des risques de maltraitance   • Essentiellement déclaratif, démarche volontaire
  • 100. Principes • Se questionner à partir de situations quotidiennes vécues par  le soignant  • Identifier les situations dans lesquelles le soignant risque d’être  maltraitant  • Remettre en question ses pratiques  • Interroger l’organisation du travail  • Se positionner au sein de l’équipe soignante • Intégrer la démarche dans un projet de service • Ne pas laisser les professionnels seuls face à leurs résultats
  • 101. Méthode de mise en œuvre    • Remplissage individuel, anonyme et facultatif  • Guide d’utilisation de la grille  • Pas de traitement des données • Pas de mesure des effets • Base de réflexion et d’échange collectif autour de la  thématique • Permet de faire circuler la parole 
  • 103. Limites et perspectives • Grille spécifiquement conçue pour le personnel  soignant • Adapter d’autres catégories professionnelles pour impliquer au‐ delà des seuls soignants • Doit être utilisée en complément avec d’autres outils • Pour introduire du collectif et de ne pas laisser les professionnels isolés
  • 104. La bientraitance en situations de vie : Présentation de l’outil du CCECQA
  • 105. Comment choisir l’outil ? • Pour qui ? • Vous êtes Cadre d’une unité de soins, chef d’unité, chef de pôle, • En situation de responsabilité managériale • Quand? • Vous souhaitez mobiliser à nouveau vos équipes • Vous êtes confronté à des plaintes, à une situation difficile • Vous souhaitez travailler en lien avec les associations • Pourquoi ? • Vous souhaitez redonner du sens au travail • Avec qui ? • Les professionnels, collègues du service
  • 106. Finalité de l’outil • Permettre aux équipes de réfléchir sur des situations quotidiennes • Identifier des situations et comportement à risques de maltraitance ordinaire, • Identifier des changements de comportement à introduire au sein de l’équipe • Ecouter l’équipe (et non l’entendre) • Décider de prendre du temps • Donner de l’attention • Etre ouvert
  • 107. Les principes de la démarche • Animation de temps d’échanges dans un service • Co-animation du cadre • Tout acteur volontaire Professionnel Usager • Temps limités et récurrents • Supports pour des échanges collectifs • 5 scenarii élaborés testés avec des professionnels & CISSA • Des propositions de questions ouvertes • Des mots clés • Support pour une réflexion personnelle • Auto-questionnaire (savoir, croyance, pratique) Avant/Après • A distance séance collective, facultatif
  • 108. Les principes de l’animation • La co-animation • Cadre et psychologue • Posture favorisant • Prise de parole respectueuse des autres • Ecoute active (questionnement, reformulation, synthèse) • Complémentarité des rôles • Le cadre introduit la démarche, son déroulement , écoute et aide éventuellement à contextualiser des faits • Le psychologue lit la situation, conduit les échanges et propose le questionnaire individuel
  • 109. Cinq scenarii ciblés sur le quotidien • Des situations concrètes pour une dynamique de groupe • La prise en compte de ce qu’exprime un patient comme la douleur ; La disponibilité et le vécu des professionnels ; Les repères des professionnels ; La communication entre services ; La place de l’aidant • Des situations non détaillées pour susciter le questionnement • Perception différente d’une même réalité, source de vécu différent • Des situations mettant en valeur le travail des équipes • Des temps d’échanges non culpabilisant mais une prise de conscience des automatismes et des besoins d’échanger entre professionnels Un professionnel de santé mobilise délicatement une patiente dans son lit. La patiente pousse un gémissement, comme si le professionnel lui avait fait mal. Ce dernier lui dit gentiment : « Voyons, je ne vous ai pas fait mal »
  • 110. Des questions proposées • Ouvertes et non systématiques • Laisser parler • Demander clarifications • Pas de réponse à apporter • Les champs explorés • Les faits : Ce qui est vu, entendu • L’émotion : Ce qui a été ressenti • L’opinion : Ce qui est pensé, jugé… • Appropriation du cas proposé • Situations similaires •Que pensez-vous de cette situation ? •Qu’auriez-vous fait dans cette situation ? •Pourriez-vous citer des situations similaires ?
  • 111. Synthèse et pistes de discussion possibles Geste doux mais pas d’écoute ; interprétation du mot ‘délicatement’, banalisation de la plainte de la patiente, non prise en compte de la douleur, non prise en compte de la personne; conséquences pour la patiente : ne se sent pas écoutée, communication difficile, perte de confiance avec le professionnel, avec soi même; autres attitudes possibles … Marque la fin de la séance Met en valeur les idées, les contradictions
  • 112. L’auto questionnement proposé • A distance, facultatif, temps personnel d’écriture • Permettre à l’individu de s’interroger sur ses intentions • Une opportunité à saisir par une équipe • Création nouvel outil • Formaliser demandes
  • 113. Situation 2 • Une maman répond au désir de sa fille de 30 ans de l’accompagner à la consultation. Le diagnostic de maladie grave est tombé, il y a quelques jours. Sa fille lui dit qu’elle se sent incapable de rencontrer, seule, le médecin et de prendre la décision sur le traitement à adopter. Elle l’accompagne donc à la consultation, à sa demande. Après une longue attente, la mère et la fille sont reçues par le médecin. La mère a recherché des informations sur la maladie et a préparé des questions qu’elle pose au médecin avec l’accord de sa fille. Le médecin dit : « Madame, votre fille est majeure, elle est assez grande pour poser ses questions elle-même. Nous allons discuter ensemble. Est-ce que vous pourriez sortir un instant ? ».
  • 114. Situation 3 • Un soignant répond au plus vite à la sonnette d’un patient alité et le découvre les yeux larmoyants, lui disant : « Je suis désolé, je n’ai pas pu me retenir. » Le soignant lui répond en s’approchant tout près de lui : « Je suis désolé, je n’étais pas disponible ». Le soir le soignant relate l’événement à ses collègues de nuit puis le lendemain à son cadre : « Vous vous rendez compte, pauvre M. Dubois ».
  • 115. Situation 4 • Une patiente fait très souvent l’inventaire de tout son linge et de toutes ses affaires de toilette et cela plusieurs fois par jour. Elle vient très souvent questionner les membres de l’équipe : « Tout est là ? On a tout retrouvé ? » et énumère un à un chaque élément de ses affaires personnelles. Une fois de plus la patiente arrive dans le bureau des soignants. En voyant la patiente, l’un des soignants très agacé secoue son trousseau de clés bruyamment devant elle pour la faire sortir. La patiente effrayée quitte alors rapidement le bureau et dit « oui, oui je vais être sage ». Les autres soignants poursuivent leur travail. L’un d’eux accompagne la patiente dans la salle de séjour.
  • 116. Situation 5 • Une patiente (Valérie) reçoit la visite de son amie (Isabelle) en service de réadaptation. Elle vient juste d’être transférée à la suite d’une intervention chirurgicale. • - Isabelle, sur un ton enjoué : « Alors, le plus dur est passé, tu dois te sentir mieux maintenant ! ». • - Valérie éclate en sanglots : « On vient de me dire que j’en avais pour bien plus longtemps. Qu’est-ce que je vais devenir ? ». • - Isabelle attend que son amie se calme et lui caresse les cheveux : « Qu’est- ce qui t’inquiète, Valérie ? ». • - Valérie, apaisée : « Je ne sais pas comment Paul va pouvoir s’occuper des enfants. Ils croient que c’est facile, eux ». • - Isabelle : « Qu’est-ce que l’on t’a dit qui te met dans un tel état ? ». • - Valérie : « Hier on m’a parlé de 3 semaines d’hospitalisation, que ce serait difficile mais qu’après tout irait mieux et que je rentrerais chez moi. Ce matin en arrivant ils ont commencé à m’expliquer ce que j’allais faire ici et ils m’ont fait comprendre que ce serait bien plus long. Ils ne se mettent pas à notre place. J’ai envie de partir. Je veux rentrer chez moi ».
  • 117. Conclusion • Réflexion sur le contenu du travail, les pratiques, les organisations, la place du patient, les conditions de travail • Différent d’une auto évaluation • Traçabilité de données • Quantification d’une information • Poursuite de la réflexion par la rédaction en interne de nouveaux scenarii ou d’autres outils… • Inclure des représentants associatifs ou des représentants des usagers ou des usagers